Le Silence Des Arcanes

La crainte de la guerre est encore pire que la guerre elle-même. Mais parfois, elle est nécessaire.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Apprend à aimer avant de mourir -LIBRE-

Aller en bas 
AuteurMessage
Vivaldynia

avatar

Nombre de messages : 99
Age : 23
Race : ~Vampyr~
Armes : Bats-toi avec moi, tu le saura bien assez vite...
Compagnon ( Compagne ) : Tahar
Date d'inscription : 31/05/2008

Feuille de personnage
Amour: Hogow'en...
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Apprend à aimer avant de mourir -LIBRE-   Mar 11 Nov - 9:46

Nirvana [ Personnage de mon autre compte ]



| Je vis pour un jour voir mourir mes ennemis |


Je ne sais plus ce que c'est que l'amour, je ne sais plus ce que c'est d'aimer. Je sais juste que maintenant les monstres aiment, les elfes dépérissent... L'amour n'est jamais entré dans mon coeur, celui-ci semble ne pas avoir d'ouverture. J'espère juste un jour pouvoir sentir cette chaleur, et pouvoir me blottir dans des bras. Me réveiller accompagnée, ne plus jamais m'endormir seule. J'aimerais plein de choses, je n'ai rien...

C'était peut être l'amour qui la rendait aveugle, la nuit n'est jamais bien pour y voir. A part dans son coeur, nos sens sourds aux autres bruits et images, nous pouvons nous concentrer sur nos émotions, nos étaits d'âmes. Elle n'était pas là pour rêver, elle était là pour ne pas comprendre. Sa jument ailée soufflait doucement dans ses cheveux bleus, mais l'elfe la repoussa avec le dos de sa main. Le coulis de l'eau sur sa peau nue, elle se baignait avec mélancolie, au beau milieu de la nuit. La pleine Lune offrait à sa peau une teinte pâle avec des reflets bleus, mais elle n'avait que faire de son corps. Ce n'était qu'une illusion, une chose auquel elle ne s'interressait plus depuis longtemps. Chaque pas vers le milieu du lac faisait l'eau monter. Sa jument hennit, elle avait peur pour sa maîtresse. En ce moment, celle-ci se perdait elle-même dans les méandres de son esprit. Free Death, sa jument, savait que si Nirvana glissait, elle n'essayerait même pas de se relever et se noirait. La pensée si redoutée fut exaucée. Un torrent plus fort, un dans un cri le jeune elfe tomba à l'eau. Incapable de se débattre, elle se laissa emporter par l'eau, sentant la pression augmenter, elle n'avait plus l'espoir de vivre un jour heureuse. Même le henissement désesperé de Free Death ne fit aucun effet, Nirvana ferma les yeux et attendit la mort. Son corps pâle était éclairé par la Lune, peut être qu'une bonne âme sauverait ce coeur déjà mort...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://silfia.superforum.fr
Nathaniel d'Arathanen
Dalharen Errant - Admin
avatar

Nombre de messages : 918
Race : Humain, a du sang elfique, Dalharen.
Compagnon ( Compagne ) : Amberle a jamais fiché dans ma mémoire. Mais peut être pas dans mon coeur[Sadique powa]
Date d'inscription : 11/07/2006

Feuille de personnage
Amour: Un monstre a-t-il le droit d'éprouver ce sentiment ?
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Apprend à aimer avant de mourir -LIBRE-   Mer 12 Nov - 15:40

  • Il faisait déjà nuit noire ce soir là. Un soir comme bien d'autres, frisquet sur le territoire Calien, mais encore doux et agréable du côté elfe. C'était ce peu de chaleur qui subsistait encore qu'était venu chercher Nathaniel. Envir l'avait rappellé de Féorya en vitesse pour une Assemblée à laquelle il se devait de participer. Il n'en avait cure, mais avait accepté, finalement. Bien que voir son blason redoré d'un titre honorifique qu'il ne méritait pas, c'était pas sa tasse de thé. Il venait d'être reconnu Premier Conseiller de Guerre du Souverain de Cala. Ca sonnait bien, il était vrai. Mais quelque chose dans son coeur se serrait alors qu'il y repensait. Il venait d'être sacré. Successeur de son prédecesseur. C'était aberrant de logique et de normalité, et il aurait été honoré de recevoir ce titre, en temps normal.

    Ce n'était pas un temps normal. Son prédecesseur n'était autre que son meilleur ami. Fidèle compagnon. Beldarion. Une légende vivante. Un homme droit, fier, humble et bon. Le premier être civilisé que Nath', petit sauvage perdu dans la forêt, avait rencontré. Son premier pas vers les Hommes ..

    Depuis, tout avait changé. Il parlait, se vêtait, maniait l'épée avec dextérité. Il avait servi un an durant dans l'armée du Roi, alors que la guerre était à son summum de barbarie. Il était le premier sur la ligne de front, le jour où les Kershans avaient failli envahir Deleïr. Ils avaient tenu bon. Tous. Sauf Beldarion.

    C'est lorsque l'on clama victoire Calienne que Nathaniel se rendit compte de sa disparition. Il chercha toute la nuit durant le visage de son ami parmi les cadavres, en vain. Beldarion avait disparu, sans laisser de traces. Nath savait qu'il était quelque part, en vie, quelque chose au fond de lui l'empêchait de croire le contraire.

    Alors que ces sombres pensées traversaient son esprit, il se dit qu'il devrait bientôt rebrousser chemin. Envir avait demandé à le voir dans la semaine, pour préparer les bagages. Ils allaient rencontrer les représentants d'autres Clans, tribus, races. Rien de bien réjouissant. Surtout qu'une ombre était appliquée au tableau de Nathaniel, depuis environ quatre mois.

    Elle. Elle avait disparu depuis des lunes déjà, mais son visage doux et aquilin hantait l'esprit du pauvre Humain. Sans plus aucune raison d'être, il déposa les armes, et revint à sa vie préférée, la vie de sauvageon, à errer dans une forêt qu'il aimait et connaissait comme sa poche. En communion parfaite avec sa Maîtresse et Déesse Alvalia.

    Envir l'avait rappellé à l'ordre, il y a trois jours. Lui demandant de quitter Feorya pour venir le retrouver à Cala. Un mince espoir d'y trouver sa moitié, Nathaniel avait fait escale à Oïalë. En vain. Il avait crû la voir, partout, tous les elfes ayants des traits plutôt anguleux et le teint pâle, une similitude frappante qui avait failli laisser l'homme pantois.

    Ereinté par son long voyage, il avait décidé de quitter son armure, la laissant au palais Royal, ainsi que sa monture. Se retournant dans ses draps de soie tendre et douce, il ne put trouver le sommeil. Trop d'horreurs hantaient son regard. Il se redressa sur son séant, inspira profondément. S'esquiva.

    Vêtu d'un pantalon moulant en cuir brun, et d'une chemise d'un blanc neigeux et ample, quelques lacets en guise de bracelets à son poignet gauche, il disparut dans la nuit noire. Tout de suite, il se sentit mieux. Apres une longue marche, il se laissa tomber dans l'herbe verdoyante, soupirant de bien être. Fermant les yeux, son ouie en fut décuplée. Il entendit, à quelques dizaines de mètres, un coeur qui battait. Faiblement, trop faiblement. Comme s'il tentait d'arrêter sa course éreintante. Nathaniel soupira. Pourvu que ce ne soit pas encore une éperdue victime d'un amant trop barbare et sans coeur ..

    L'aspect rustre des Humains détruisait à petit feu les femmes elfes qui en tombaient amoureuses. Nathaniel l'avait remarqué, mais ne comprenait pas pourquoi les Hommes ne changeaient ils pas pour leur moitié. Parti dans sa réflexion intense, il faillit ne pas entendre la femme se débattre dans les eaux saumâtres. Sans même réfléchir, il se redressa, le coeur battant, et fila droit vers le fleuve.

    Le courant était puissant, violent, déchirant. La femme ne semblait même plus vouloir se battre. Il ôta sa chemise d'un mouvement vif des bras, et la balança sur le bord de l'eau. Le plongeon dans l'eau fut parfait, aucune goutte d'eau ne ressurgit de son saut, comme s'il s'était fondu dans l'eau.

    Quelques mouvements de hanches et de jambes, et il arriva auprès du corps inerte. Il referma son bras puissant autour des reins glacés de la femme, et la ramena sur la rive sans trop de problèmes.

    La course contre le courant l'avait épuisé. Il s'affala à terre, la femme entre ses bras. Relâchant sa prise, il la déposa dos contre terre, et passa sa main au dessus de la bouche de l'inconnue. Elle ne respirait plus. Une seconde plus tard, Nathaniel se rendit compte qu'elle était nue comme un ver. Il tendit le bras, et alla chercher sa chemise, la déposant sur l'ensemble du milieu du corps de la femme, du bas ventre aux genoux. Là, il posa ses paumes à plat sur le plexus de l'elfe, au centre de sa poitrine, et tenta de la réanimer. Il inspira profondément, et insuffla l'air nécessaire à la survie de la femme dans les petits poumons à moitié emplis d'eau.

    La frénésie et la peur faisaient trembler ses bras. Il geignait, de peur de la voir crever devant lui.


    "Idiote, idiote ! Reviens ! Reviens vers moi !"

_________________
Nath'
Seul lion dont le coeur n'est d'or.
Sa vie est une torture.
Renaissance Ultime.
Dévotion Suprême.
Archangel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vivaldynia

avatar

Nombre de messages : 99
Age : 23
Race : ~Vampyr~
Armes : Bats-toi avec moi, tu le saura bien assez vite...
Compagnon ( Compagne ) : Tahar
Date d'inscription : 31/05/2008

Feuille de personnage
Amour: Hogow'en...
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Apprend à aimer avant de mourir -LIBRE-   Mer 12 Nov - 16:13

[ Je me sens ridicule face à tes 30 lignes xD Je vais faire de mon mieux !]

Etait-ce déjà la mort qui pris le corps inerte de Nirvana dans ses bras ? Elle l'aurait presque aimé. Son corps aussi frêle et pâle qu'un enfant mort né, l'elfe ne sentit ni la peau d'un homme contre elle, ni l'air qui l'envelopa. Rien, ses oreilles étaient bouchées, ses yeux fermés. Elle s'enfonçait dans des hauts noirs et profondes, la pression lui fit mal. Soudain, elle ouvrit les yeux, mais pas dans le monde des vivants. A ce moment, Nirvana crut qu'elle était morte. Autour d'elle, des grandes plaines verdoyantes, mais elle ne comprenait pas pourquoi elle s'enfonçait dans de l'eau noire. Soudain, une douleur irradia son corps et elle hoqueta. Ses mains se portèrent à son sternum. Nouvelle douleur, elle projeta Nirvana plus profond dans les eaux. C'était impossible que ce soit le paradis, c'était trop douloureux. Sans comprendre, une bouffée d'air se prit dans ses poumons. Une voix retentit, l'elfe hurla de douleur, la pression fut tellement forte qu'elle crut exploser. Il y eu un henissement lointain, et ce fut un trou de plusieurs secondes...

Nirvana revint à elle brutalement. Elle ne voyait rien devant elle, la vision floue. Elle voulut respirer, mais rien ne rentra, rien ne sortit. Elle se retourna et cracha de l'eau. Elle s'étouffa elle même, mais l'air commençait à rentrer. L'eau continuait à sortit, c'est fou ce qu'il peut y en avoir dans une elfe si mince. Ses bouffées d'air étaient bruyantes et brulaient tout le corps de la jeune elfe. Les mains posaient sur sa gorge, elle essaya de prendre une longue inspiration, tentavie vite échouée, elle était incapable de respirer normalement. Une fraîcheur l'envahit, mais elle était trop préocupée à respirer pour se rhabiller. Finalement, les dernières gouttes tombèrent sur l'eau, et elle se tut. Son corps se soulevait au rythme d'une respiration un peu plus régulière. Elle posa une main sur l'herbe et s'aggripa aux brins. Elle était... Vivante ? Mais comment ? Elle se souvenait de la baignade, du courant, de la pression, de la douleur... Et d'une voix.

Elle prit compte qu'elle n'était pas seule, depuis le début. Elle se retourna vivement, la terreur se lut sur son visage. Elle se retrouva face à un jeune homme trempé de la tête au pieds. Elle le fixait sans cligner des yeux, se demandant s'il était un ange. Finalement, elle ouvrit la bouche.

- Etes-vous un ange ?

Peut être était-elle au paradis, car l'atmosphère n'était pas aussi horrible qu'avant sa presque mort. La présence masculine l'apaisait bizarement. Baissant les yeux sur elle-même, elle se rendit compte pour une bonne fois de sa nudité. Se raidissant, elle attrapa la chemise sans se la plaqua contre le torse. Ce n'était pas une digne tenue devant un ange. Elle déglutit bruyament, ses poumons la brulant intérieurement. Les yeux grands ouverts, elle ne croyait pas qu'elle était devant un ange, mais c'était si ressemblant. Mais au bout du compte, sa question de révela stupide. Bien sûr qu'il en était un, elle était morte ! Sa vision se rappelait parfaitement de l'eau noire autour d'elle, et aucun sauvetage ne c'était introduis dans sa mémoire.

Ainsi, elle était morte. C'était pas trop tôt. Son coeur était calme, la respiration beaucoup plus lente. Les cheveux collaient contre son cou et son visage, l'elfe était vraiment pitoyable. A se demander ce qu'il li était arrivée. Et bien, c'était simple, elle c'était renfermée sur elle-même. Les derniers évènements l'avaient tellement choqués qu'elle n'osait pas pensée à la vie. Car une nuit, en plein rêve, elle s'était vut torturer par des humains, avec d'autres elfes. C'était un destin que d'être martyrisée par les hommes ? Ceux-ci se pretaient au jeu avec joie ! Les Elfes étaient des femmes belles, mais fragiles. Ils jouaient avec leurs coeurs, mais finissaient toujours pas se lasser. Nirvana craignait plus que tout de devenir amoureuse d'un homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://silfia.superforum.fr
Nathaniel d'Arathanen
Dalharen Errant - Admin
avatar

Nombre de messages : 918
Race : Humain, a du sang elfique, Dalharen.
Compagnon ( Compagne ) : Amberle a jamais fiché dans ma mémoire. Mais peut être pas dans mon coeur[Sadique powa]
Date d'inscription : 11/07/2006

Feuille de personnage
Amour: Un monstre a-t-il le droit d'éprouver ce sentiment ?
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Apprend à aimer avant de mourir -LIBRE-   Mer 12 Nov - 16:37

  • Elle sembla expier sur l'herbe fraîche, entre les bras de celui qui avait failli la sauver. Il lui insuffla ce qu'il put d'énergie avant de se rendre compte qu'elle toussotait faiblement. Etreignant les épaules entre ses mains fermes, il la redressa sur son séant et l'aida à recouvrer ses esprits. Lui aussi haletait, épuisé, trempé jusqu'au cou, torse nu. Il la relâcha de suite, lorsqu'elle lui lança un regard terrorisé. Ses mains à lui, puissantes, il les ramena contre son torse musclé, d'où les gouttes coulaient lentement. Il sembla vouloir les cacher quelque part, sans trouver d'endroit assez bien pour qu'elle ne les revoit jamais. Elle parla, faiblement. Demanda si c'était un ange. Il eut un demi sourire désolé, et secoua la tête. Elle semblait convaincue du contraire. Il soupira, soulagé, et murmura alors de sa voix grave et profonde, bien qu'un peu tremblotante

    "Non. Si tu étais morte, tu ne sentirais plus rien. Ni la douleur, ni le reste. Or .."

    Il se releva, attrappa la chemise qui était entre les mains de la jeune elfe. Pas un instant ses yeux ne se posèrent sur les courbes gracieuses de la femme, mises à nu, qui auraient dû être revêtues pour un peu plus de courtoisie. Lentement, il se redressa, et la dépassa sans un mot. Le silence était pesant. L'air plutôt frais, pour les deux inconnus trempés jusqu'aux os. Il aurait pù avoir disparu, mais non. La chemise blanche fut déposée sur les épaules de la femme.

    "Vous avez senti ce que je viens de faire."

    Concentré, les sourcils à demi froncés, il prit le bras frêle de l'inconnue dans sa poigne de fer, et l'inséra dans la manche, sans un regard pour elle. Il fit de même avec l'autre, comme il l'avait fait si souvent pour celui dont il était le parrain officiel. Undumë. Depuis combien de temps n'avait il pas revu l'enfant ? Dix ans ? Au moins. Il savait pourtant que ce dernier se portait bien, aux dernieres nouvelles. Rien que de se revoir à l'habiller, le changer, le bercer, alors qu'il n'était qu'un nourrisson, c'était si émouvant ..

    Un éclair de tristesse traversa le visage impassible et ravagé de fatigue de l'homme. Il se remit devant elle, et la regarda dans les yeux, profondément, déçu d'elle, qu'elle ait osé même penser se laisser mourir si facilement. Un murmure s'échappa des lèvres blêmes et tremblantes du jeune homme au regard de feu. Les ténèbres envahirent son coeur, qui parla tout seul.


    "Il y a plusieurs manières de se tuer : l’une est d’accepter absurdement de vivre."

    Il ferma les yeux, sentant la haine l'envahir. Comment pouvait on laisser la mort prendre le dessus sur soi ? Comment pouvait on abandonner tout ça ? Peut être la vie était elle une garce, mais si les gens n'eurent eu que des épisodes malheureux dans leur vie, peut être que les meilleurs allaient surgir d'un instant à l'autre. Secouant lentement la tête, et massant ses tempes, il se redressa. Il ne comprenait pas. Il avait vécu tellement de choses, des atrocités que le monde des Humains ne pouvait même pas imaginer .. Et pourtant, il était bel et bien là, en vie, las de tout, fatigué, mais bien vivant. Un soupir s'échappa de ses lèvres, il se redressa. Sans plus un regard pour l'elfe, il s'éloigna à grands pas.

    Nathaniel était un Mirage, un ange peut être, mais un Mirage avant tout. Il avait fait, comme chez beaucoup de gens, une apparition brève et agréable.



    Il aurait pû s'en contenter. S'il n'avait pas compris. Que la femme avait fait ça parce que les hommes l'abandonnaient. Elle était trop faible émotionnellement pour entendre des reproches. Il lui en ferait plus tard. Fallait la remettre dans le droit chemin avant de s'en aller.

    Il revint sur ses pas, furtif comme un loup. Ses jambes s'arrêtèrent non loin d'Elle. Le silence était pesant. Harassant. Le bel homme, ses cheveux trempés collant à ses joues et à sa nuque, tendit alors une main franche vers la femme, toujours assise dans l'herbe. Son regard était perçant, intense. Un murmure rauque et profond s'échappa de sa gorge, suave.


    "Ne renonce plus. Suis moi."

_________________
Nath'
Seul lion dont le coeur n'est d'or.
Sa vie est une torture.
Renaissance Ultime.
Dévotion Suprême.
Archangel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vivaldynia

avatar

Nombre de messages : 99
Age : 23
Race : ~Vampyr~
Armes : Bats-toi avec moi, tu le saura bien assez vite...
Compagnon ( Compagne ) : Tahar
Date d'inscription : 31/05/2008

Feuille de personnage
Amour: Hogow'en...
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Apprend à aimer avant de mourir -LIBRE-   Mer 12 Nov - 17:12

Nirvana observa ce qui n'était pas un ange. Elle suivit du regard chacun des mouvements de l'elfe. Ses yeux gris argentés resseplendissaient doucement dans la noirceur de la nuit. Devait-elle être déçue ? Devait-elle lui crier qu'il mentait, ou bien qu'elle était désolé ? Les paroles prirent un sens dans sa tête, oui, elle sentait tout, la fraîcheur, la douleur. Mais, lorsqu'il lui enleva la chemise, elle se radit si vite que son dos en craqua. Elle resta interdite, alors que l'homme s'était volatilisé sous ses yeux. Et c'était pas un ange ? Mais comment faisait-il alors pour qu'elle ne l'ai pas vut partir. Une chose était bizarre, il avait laissé la phrase en suspention. Mais elle avait l'habitude d'être abandonnée vite fait bien fait. Elle se détentit, interdite, se replongeant dans ses pensées mauvaises. Un léger tissue mouillé se posa sur ses épaules, elle comprit où était Nathaniel. Il était derrière elle. Ses épaules se raidirent, c'était difficile de ne pas hurler de ne pas la toucher. Il passa avec adresse ses bras dans les manches, une adresse presque digne d'un père. Elle se laissa parfaitement faire, aussi molle qu'une poupée. L'home revint devant elle, elle le fixa de ses yeux empreints de tristesses. Lui, il avait plutôt l'air d'être dégouté de ce qu'elle avait fait. Elle eu envie de lui crier que vivre était devenue un Enfer, que les rêves lui brisaient le coeur. Elle voulut lui hurler qu'elle était bonne à mourir car elle n'avait aucun bute dans la vie, et chaque soir, elle avait peur de sombrer dans le sommeil. Elle ne s'approchait plus des maisons, elle était morte de trouille. Elle bessa les yeux, l'air de dire qu'elle était désolé, mais qu'elle ne se sentait plus la force de remonter cette pente. Il disparut, cette fois elle y crut dur comme fer.

Le silence l'enveloppa, son coeur battait lentement. La pente ? Combien de fois avait rampé pour remonter, pour revoir un jour le soleil de son éclat beau. Elle avait essayé d'oublier ses rêves, de redevenir elle-même. Elle avait bien crut une fois, mais ce ne fut que pour retomber plus bas, en chute libre, jusqu'à toucher le fond. C'est cette nuit qu'elle avait touché le fond, qu'elle avait frôlée la mort. Ses paupières se refermèrent sur ses yeux, mais elle s'obligeait à ne pas dormir. C'était si silencieux autour d'elle, si... Magique ? Non, c'était une atmosphère remplie de tristesse. Mais elle commençait à avoir l'habitude, et elle ne se soucier plus de ce petit détail insignifiant. La chemise ne servait pas à grand chose, mais tant pis, au moins elle avait la certitude de ne pas être morte. Et tant qu'elle porterais cette chemise, elle aurait la certitude d'être vivante.

"Ne renonce plus. Suis moi."

La voix de l'homme retentit, et Nirvana ouvrit brutalement les yeux. Elle se retourna et le regarda, l'air de ne rien comprendre. Le regard sur elle était pesant, elle ses joues rougirent légèrement. Il était toujours pas partit celui-là ? Il comptait la faire quand ? De toute manière, dès qu'elle s'endormirait, les rêves reviendraient, même s'Il essayait de la faire revenir à la surface. Le combat était rude, et déjà le drapeau blanc était près à flotter au vent. Mais l'insistance du jeune homme donna une once de courage à l'elfe. D'un mouvement très rapide, elle attrapa la main qu'on lui offrait et se leva. Elle gardait les yeux bessaient, mais un bruit retentit et soudain, ses habits tombèrent devant elle. Aussitôt, un bruit d'ailes se fit entendre. Nirvana leva la tête, voyant sa jument s'éloigner pour la laisser tranquille. C'était la seule qui ne l'ai pas encore abandonnée. Elle soupira et regarda Nath'.

- Deux secondes, je m'habille...

Rapide et gracieuse, comme toute elfe, elle ramassa ses habits et partit un peu plus loin, entre les arbres. Là, l'ombre de la forêt la fit frissoner et ses mains se mirent à trembler. Prenant une profonde inspiration, elle enfila ses habits. Mais, en enlevant la chemise, son coeur se serra. Vivante ? Il fallait qu'elle s'en convint elle même. Elle pria silencieusement et lança la chemise qui sécrasa au pieds de l'homme. Tire rapide et juste, Nirvana était une archère, la précision était un don. Une dizaine de secondes pus tard, elle ressortit, le visage fermé sur lui même. Il lui était difficile de sourire, et elle ne leva même pas les yeux vers l'homme. Elle se planta devant lui, et elle se rendit compte qu'elle n'avait rien compris au paroles. Ne plus renoncer ? Mais à quoi ? A la vie ? Elle l'avait perdue, celle-ci galopait dans ses cauchemards, cherchant une issue qui n'existait plus.

- Je te suis, tant que je suis sûr que je ne m'endormirais pas.

C'était stupide comme phrase, mais il fallait qu'elle le dise. Rien que cette perspective l'effrayait, et elle dut se concentrer pour ne pas exploser en sanglots. Une simple grimace de peur passa sur son visage, mais elle leva les yeux vers Nath'. Une flamme de tristesse luisait dans ses yeux, que même l'eau du fleuve n'avait put éteindre. S'il voulait la sauver une nouvelle fois, il faudra être courageux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://silfia.superforum.fr
Nathaniel d'Arathanen
Dalharen Errant - Admin
avatar

Nombre de messages : 918
Race : Humain, a du sang elfique, Dalharen.
Compagnon ( Compagne ) : Amberle a jamais fiché dans ma mémoire. Mais peut être pas dans mon coeur[Sadique powa]
Date d'inscription : 11/07/2006

Feuille de personnage
Amour: Un monstre a-t-il le droit d'éprouver ce sentiment ?
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Apprend à aimer avant de mourir -LIBRE-   Jeu 13 Nov - 12:14

  • Le but de Nathaniel n'était pas de la sauver de quelconque danger, non. Il voulait juste voir qu'elle était enfin heureuse et légère. Tant qu'il ne la verrait pas sourire, il ne partirait pas. Bien qu'une expédition était prévue pour la semaine qui arrivait. Il serait en chef de file, et se demandait déjà qui seraient ses coéquipiers. Des parfaits inconnus ? Des têtes qu'il connaissait ? Comment savoir ? Tout ce qu'il savait, c'était que la quête risquait d'être périlleuse, dans tous les sens du terme.

    Il ne lança qu'un regard furtif au destrier qui amena les vêtements de la femme près d'eux. Lâchant le bras frêle de la femme, il fixa l'amas de tissu, un sourcil à demi froncé. Elle sembla grogner un peu, avant de s'en aller se changer derrière un buisson. Une main vive alla caresser ses cheveux, il fixa le sol d'un air fatigué. Il avait épuisé pas mal de son énergie pour une femme impolie, qui ne le remerciait même pas. Et qui faisait des choses qui n'avaient aucun sens !

    En effet, elle venait de disparaître derrière un arbre, pour se changer. Voila déjà une dizaine de minutes qu'il l'avait vue nue, et elle croyait qu'en allant se changer à l'abri des regards, elle recouvrerait une once d'intimité ? Fallait pas compter là dessus, en tout cas. Etre prude et pudique devant lui n'était pas une vertu, surtout si Nath vous avait déjà vu dans le plus simple appareil. Un soupir s'échappa de sa gorge, il massa ses tempes endolories en grimaçant. La chemise s'écrasa à ses pieds dans un bruit mat et étouffé. Il s'en saisit, et la remit sur ses épaules, calmement, reboutonnant avec patience les boutons d'argent qui cachèrent son torse. Retroussant ses manches humides, il releva les yeux, fixant la femme qui revenait. Elle parla, et il fronça un sourcil à demi

    Mais de quoi parlait elle ? Ne pas s'endormir ? Ou était le rapport ? Parlait elle de cauchemars, de rêves, ou de sommeil éternel ? Il n'en savait rien, et, l'interrogeant une seconde du regard, il se remit à marcher. Les yeux fixés loin devant, sur un paysage obscur qu'il voyait sans problèmes, il ne pipa mot pendant un bon bout de temps. Enfin, la question qui le taraudait s'extirpa de ses lèvres.


    "Qu'entendiez vous par là, en parlant de vous endormir ? Ou est le mal ?"

    Il ne savait pas trop où il allait, où il l'emmenait. Ou que ce soit, ce serait déjà bien mieux que là où il l'avait trouvée.

_________________
Nath'
Seul lion dont le coeur n'est d'or.
Sa vie est une torture.
Renaissance Ultime.
Dévotion Suprême.
Archangel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vivaldynia

avatar

Nombre de messages : 99
Age : 23
Race : ~Vampyr~
Armes : Bats-toi avec moi, tu le saura bien assez vite...
Compagnon ( Compagne ) : Tahar
Date d'inscription : 31/05/2008

Feuille de personnage
Amour: Hogow'en...
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Apprend à aimer avant de mourir -LIBRE-   Jeu 13 Nov - 13:40

Elle suivit Nath' avec legerté, ses pieds effleurant le sol doucement. Ses paroles n'avaient aucun sens pour lui, elle le savait, mais qui l'avait compris ? Même pas son père, et ce souvenir lui arracha une grimace de dégout. Elle n'avait jamais été gâtée par la vie, elle le savait, mais ces derniers jours étaient tels que Nirvana regrettait presque le monastère de Jade. Son coeur fit un bond dans sa poitrine. Elle lança un regard un peu triste à l'homme. Puis, très rapide, elle se plaça devant lui et attrapa un des mains de Nath'. Elle la serra fort, sachant que ce n'était pas le mieux qu'elle puisse faire.

- Merci... De m'avoir sauvée, mais dormir serait me condamner une nouvelle fois.

Elle déglutit, une vision d'horreur passa sur son visage, le feu dansant, les hommes se transformant en démon. Ses mains devinrent moites, et elle sentit la sueur lui glacer le cou. Son coeur battait si vite qu'elle crut qu'il allait surgir d'elle-même et se barrer un frétillant. Il fallait qu'elle s'explique, marcher serait plus facile. Lachant la main, elle repartit en marchant, l'air de rien. Mais ses jambes tremblantes et ses mains moites trahissaient sa terreur. Il fallait qu'elle le dise, le jeune homme allait perdre patience et de nouveau disparaître. La jeune elfe posa une main sur sa poitrine, vérifiant qu'elle n'était pas déjà morte. Non, pas encore. Puis, d'une voix timide, elle expliqua.

- Je rêve...
Je les voit, ils sont tous là, ils nous regardent, moi et mes soeurs. Je ne sais pas comment mais je suis attachée, je ne peux pas bouger. J'essaye de crier, mais je ne peux même plus parler. Ma bouche et comme incapable de produire des sons. Ma vision est floue, mais quand je tourna la tête, je vois mes soeurs de races qui meurent elles aussi...


Nirvana s'était arrétée, ses mains tremblaient tellement qu'elle se tordaient les doigts pour ne pas que ses bras si mettent aussi. Sa respiration était pire que lorsqu'elle avait de l'eau dans les poumons. Sur son visage, dans ses yeux, le cauchemard se lisait comme un livre ouvert.

- Ma vision est mieux, je remarque avec horreur qu'un arbre encore vivant brûle. Il me hurle de le sauver, mais je ne peux pas, je ne peux pas !
Et les formes humaines se changent, les mains qui me touchaient deviennent des griffes, elle m'arrachant la peau, j'entends tout autour de moi, mais je ne peux plus rien faire...


Les poings serrées, les jointures des phalanges blanches, le pire était à venir. Le raconter était presque aussi douloureux que de le vivre. Des larmes de hontes lui brulaient les yeux, elle se sentait plus que jamais en colère.

- Et je le voie... Il est plus beaux que les autres, il est encore humain... Il était mon meilleur ami dans ma jeunesse, voilà qu'il est là... Je lui hurle de me libérer et qu'il me sauve !
Mais une douleur s'empare de mon coeur, je besse les yeux. Ses griffes plantées dans ma poitrine arrachent mon coeur, il est mort de rire et moi je suis morte...


Le rêve se répétait toutes les nuits, maintenant elle ne dormait plus. Elle se laissa choir sur le sol, attrapant la mousse avec colère. Les cheveux tombant tel un rideau autour d'elle, cachant son visage détruit. Pourquoi était elle obligée de se sentir coupable ? Déjà, celui à qui elle raconte tout la sauve, elle ne dit pas merci. Elle joue les timides, elle se fit désirer, mais tout ça n'est qu'un masque pour cacher sa terreur. Les cernes violettes sous ses yeux étaient tellement voyantes, elle avait l'air d'un Vampyr. Son teint déjà pas très rose était d'une blancheur spectrale, ses lèvres aussi violettes que ses cernes. En gros, elle ressemblait à une morte... En la voyant, on avait même plus envie de lui en vouloir. Elle semblait si perdue, si fragile... Ce n'était maintenant plus un rêve, elle était bel et bien désireuse de mourir, pourne plus jamais revoir le sourire pervers et sadique d'un ami humain lui arrachant le coeur. Un coeur vivant, battant. Mais le pire était qu'elle n'en voulait pas au garçon, car il était son meilleur ami, elle l'aimait comme un frêre. Elle l'aimait, et lui, il l'a tuait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://silfia.superforum.fr
Nathaniel d'Arathanen
Dalharen Errant - Admin
avatar

Nombre de messages : 918
Race : Humain, a du sang elfique, Dalharen.
Compagnon ( Compagne ) : Amberle a jamais fiché dans ma mémoire. Mais peut être pas dans mon coeur[Sadique powa]
Date d'inscription : 11/07/2006

Feuille de personnage
Amour: Un monstre a-t-il le droit d'éprouver ce sentiment ?
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Apprend à aimer avant de mourir -LIBRE-   Sam 15 Nov - 9:45

  • Ils marchaient déjà depuis une dizaine de minutes sans piper mot. L'homme se demandait bien ce qu'il allait faire d'elle, maintenant. Il avait une quête d'ici seulements quelques jours. Pourrait il lui trouver refuge et calme d'ici là ? Il en doutait fortement. Pourtant, il ne pourrait pas rester éternellement avec cette nymphe sur les bras, si jolie qu'elle soit. Il tentait dans sa tête de trouver un moyen de la sauver à long terme, pas seulement l'arracher à la mort avec violence, mais aussi le reste. Il soupira longuement, mais presque sans faire de bruit. Complètement perdu dans ses pensées, il ne vit pas la femme se poster devant lui. Il s'arrêta brusquement, au dernier moment, alors qu'il allait lui rentrer dedans.

    Il écarquilla un regard bizarre, comme si on venait de le tirer d'un mauvais songe. Ses sourcils se froncèrent, il se redressa, entrouvrit la bouche, ses lèvres frémissant mais ne laissant sortir aucun mot. Elle attrappa une de ses mains, furtivement, et la serra avec ce que Nath' qualifia de "force du désespoir". Et c'était ça, en effet. Il plongea dans son regard, surpris, et l'écouta attentivement.


    "Vous condamner ?"

    Elle lâcha les doigts de Nath', et tourna les talons, reprenant sa marche, déambulant, titubant un peu, devant l'homme, contant dans le même temps le fruit de ses songes. Il ne pipa mot. Il savait qu'il en était capable. Capable de rentrer dans sa tête, comme il l'avait fait avec Amberle. Mais était ce une bonne idée que de s'immiscer dans ce rêve ? Envir lui avait bien dit, pourtant. Certains songes sont faits pour êtres réparés par leur possesseur.

    Etait ce là un cas assez désespéré pour qu'il épuise ses dernières forces là dedans ? Le souvenir du corps nu et sans vie de la femme dans l'herbe, presque noyée, lui tira un frisson entre les omoplates. Ok. Ca en valait la peine.

    Il la rattrappa sans peine, ses pieds foulant le sol avec agilité et discrétion, et bientôt, il lui attrapa le bras pour l'empêcher de continuer sa route. Là, il la tira vers lui, pour qu'elle lui fasse face. Il la lâcha, et plongeant dans son regard, put y lire les horreurs qu'elle contait jusqu'à lors. Il fronça des sourcils, anéanti par la précision des détails de ce rêve morbide. Il murmura alors, d'une voix grave et profonde


    "Ecoute, je peux peut être faire quelque chose. Si tu me laisses entrer dans ton esprit, je pourrai peut être .. T'aider."

    Il la sentait souffrir, la voyait suffoquer sous ses yeux, et voir là une femme éplorée, c'en était trop pour ce sauvageon au grand coeur.

_________________
Nath'
Seul lion dont le coeur n'est d'or.
Sa vie est une torture.
Renaissance Ultime.
Dévotion Suprême.
Archangel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vivaldynia

avatar

Nombre de messages : 99
Age : 23
Race : ~Vampyr~
Armes : Bats-toi avec moi, tu le saura bien assez vite...
Compagnon ( Compagne ) : Tahar
Date d'inscription : 31/05/2008

Feuille de personnage
Amour: Hogow'en...
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Apprend à aimer avant de mourir -LIBRE-   Lun 17 Nov - 18:10

Ecoute, je peux peut être faire quelque chose. Si tu me laisses entrer dans ton esprit, je pourrai peut être .. T'aider."

La phrase resta en suspence alors que Nirvana dévisagea son interlocuteur. Puis, elle prit conscience qu'il ne riait pas, oh non, pas du tout. Son visage blémit d'un coup, et elle ouvrit grand les yeux. Quoi ? Pénétrer dans son esprit ? Elle eut envie de lui hurler que c'était interdit, que c'était violer l'intimité de quelqu'un. Mais elle ne se concentrere que sur ce mot... Aider, une chose qu'elle avait oublier, tiens l'aide ! Elle bessa les yeux, une bile lui monta à la gorge. D'un geste de la main, elle essuya ses larmes. On ne pouvait plus l'aider, il n'y avait rien à faire. Même s'il pénétrait en elle, il ne verrait rien. Elle se compaait à une coquille d'oeuf vide. Les bruits de sabots la sortirent de sa torpeur habituelle. Une grande jument pégase s'approchait timidement de l'elfe. Encore dans l'ombre, elle aurait put passer pour une créature de l'Ombre, alors qu'elle n'était que la monture de Nirvana.

La jument gratta le sol nerveusement du pied mais finit par sortir de l'ombre. En voyant la proximité de l'autre homme, elle hennit et se cabra. Ses ailes fouettèrent l'air violement et ses yeux lancèrent des éclairs. Sa maîtresse se rua vers elle en fesant des grands mouvements pour ne pas qu'elle s'approche.

- Free ! Calmes toi ! Ce n'est rien, il n'est pas méchant !

La monture renacla mais arrèta de se cabrer. L'elfe put l'approcher et comprie la réaction de sa pégase. Elle avait peur pour elle, ces yeux lui dirent clairement. Alors Nirvana plongea son visage dans la crinière de Free Death et respira un bon coup. Il le fallait, il fallait qu'elle sorte de cette dépression nerveuse.

- J'espère juste que ça ne fait pas mal...

Autant pour elle que pour Nath', elle avait parlé de la crinière argent de sa monture. Son corps était raide, elle n'était pas complètement daccord, mais il fallait qu'elle essaye. Ses yeux se posèrent sur ce qu'elle avait prie pour un ange. Une détermination flanchante se lisait comme dans un livre, elle ne prenait même plus la peine de cacher ses sentiments. Ce qui l'effrayait, c'est qu'il ne trouve rien là où il aurait dut y avoir quelque chose. Sa jument souffla doucement dans ses cheveux et poussa un ronflement tendre. Elle en pigeai rien, mais comprenait au moins qu'une grave chose était l'objet de la discussion. L'important était que Nirvana était vivante. L'elfe quitta la chaleur du corps animal et s'avança avec méfiance vers l'iconnu. Sa grâce n'en dépatit pas, et elle ne produisait aucun bruit. Puis, à un mètre de Nath', elle soupira. Ses yeux bleu argenté se posèrent partout et nulle part.

- Quand tu veux...

[ Désolé ^^" ! Panne d'inspiration, c'est court Razz ]

Elle prit une profonde inspiration et serra les mâchoires. Quelque chose lui soufflait que ce ne serrait pas une partie de plasir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://silfia.superforum.fr
Nathaniel d'Arathanen
Dalharen Errant - Admin
avatar

Nombre de messages : 918
Race : Humain, a du sang elfique, Dalharen.
Compagnon ( Compagne ) : Amberle a jamais fiché dans ma mémoire. Mais peut être pas dans mon coeur[Sadique powa]
Date d'inscription : 11/07/2006

Feuille de personnage
Amour: Un monstre a-t-il le droit d'éprouver ce sentiment ?
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Apprend à aimer avant de mourir -LIBRE-   Mar 18 Nov - 16:35

  • Il soupira lorsqu'il la sentit délibérer en silence. Une lueur dans son regard, était farouche, comme si elle jugeait impensable qu'il pénètre ainsi l'intimité de sa personne sans aucune retenue, prêt à farfouiller dans ses pires souvenirs pour trouver la cause de la blessure de son âme. Il se sentait prêt à cela, et savait que si même chose était arrivée à Amberle, il aurait été impuissant et incapable d'entrer ainsi dans son esprit, trop apeuré d'y découvrir des choses sur lui qu'il ignorerait peut être.

    Il pensait à cela alors que le pégase s'approchait de lui et se cabrait à quelques mètres de lui en hennissant furieusement. Il psalmodia des paroles elfiques apaisantes, et lui lança un regard empathique propre à celui des druides. Il lui sussura par télépathie qu'il était disciple d'Alvalia, sa maîtresse, et qu'entre eux, il devait y avoir un respect total l'un envers l'autre. Après cela, Nirvana tenta de calmer sa bête, puis revint vers lui, en soupirant. Presque à contrecoeur. D'une voix faible et tremblotante, elle demanda si cela serait douloureux. Sans doute, oui. Il valait même mieux ne pas lui dire qu'elle risquait d'en mourir. Et mieux valait pas qu'elle sache tout ce qu'il pourrait voir en plus de ce rêve atroce. Des crises de paranoïa, un imaginaire bien trop débordant, des fantasmes, des rêves insensés, des idéaux impensables. Il s'approcha d'elle, déterminé, et un timide sourire rassurant se ficha sur ses traits.


    "Fais moi confiance .."


    Et lentement, il amena ses doigts contre les tempes de la jeune femme, non loin de ses yeux. Là, il massa lentement, puis s'arrêta, sentant la magie crépiter entre eux, et la barrière de Nirvana s'afaisser. Il vit la barricade de la femme dans sa tête, alors qu'il fermait les yeux pour mieux visualiser, et alors qu'il se concentrait, il ordonnait en douceur à la femme de le laisser entrer.

    Il n'était là que pour l'aider. Elle prenait ça comme elle voulait. Si elle refuserait, il aquiescerait. Elle serait dans son libre droit. Il n'avait qu'à attendre de voir si elle était toujours d'accord.

_________________
Nath'
Seul lion dont le coeur n'est d'or.
Sa vie est une torture.
Renaissance Ultime.
Dévotion Suprême.
Archangel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Apprend à aimer avant de mourir -LIBRE-   

Revenir en haut Aller en bas
 
Apprend à aimer avant de mourir -LIBRE-
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Les cygnes chantent avant de mourir. Certaines personnes feraient bien de mourir avant de chanter. » - Odette (Terminée)
» Astéria ? j'ai marqué vivre sur la liste des choses à faire avant de mourir.
» Les cries aveugles et les larmes sourdes d'une enfant [Cassie]
» Au chant du coq, le brouillard se dissipe | Kassandra
» La rose est fragile. Elle s'épanouit un temps, avant de mourir.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Silence Des Arcanes :: Partie administration :: Corbeille :: Corbeille Oialë-
Sauter vers: