Le Silence Des Arcanes

La crainte de la guerre est encore pire que la guerre elle-même. Mais parfois, elle est nécessaire.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nuit blanche ( PV Aïlina )

Aller en bas 
AuteurMessage
Hogow'en
Général Zha'Linthien
avatar

Nombre de messages : 206
Race : Vampyr ^^
Date d'inscription : 19/05/2007

Feuille de personnage
Amour: Vivaldynia...
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Nuit blanche ( PV Aïlina )   Ven 14 Nov - 21:08

La nuit était tombé depusi longtemps, mais ce détaille importait peu au jeune homme qui se balladait dans les rue sombre et étroites avec nonchalance. Une longue cape noire flottait derrière lui, lacet au dessus d'une chemise blanche. Ses mouvements laissait entrevoire, par intermitance, la longue lames blanche attachée a sa taille, battant sa jambes au rythme de son pas.
Ses longs cheveux étaient épart autour de son visage fin. Et oui, plus fin qu'il y a quelques jours. Vampyre de fraîche date, il s'etait affiné, et ses yeux étaient encore plus clairs qu'avant. La soif ne s'était pas encore fait sentir jusqu'a maintenant, ne l'empêchant pas d'avoir a son compte, un homme et deux femmes.

Il arrivait en vue d'un bar, d'aspect modeste. Au dessus de la porte, une pancarte ballottant dans les aire affichait " Au pain dur " Le nom, pas très attrayant, arracha un sourire au jeune homme. Il poussa la porte, tandis que les cris d'hommes déjà quelques peu atteinds par les nombreuses bierres de la soirée lui parvenaient, mélés au cri des jeunes serveuses qui, lorsqu'elles slalomaient entre les table, se faisait soulevé lurs jupes par les hommes gaie.

L'odeur était attrayante. Tant de femmes et d'hommes dans la même pièce... Mais le jeune homme n'avait pas une soif particulière ce soir.

Il s'avança vers le bar, et demanda une bierre, un repas et uen chambre. On le servit, lui donna la clé de sa chambre, et un regard timide de la jeune serveuse. Peut être que, finalement, le jeune homme allait boire se soir...
La nourriture avait un gout fat, elle n'avait en faite aucun gout. Lorsqu'on avait bouter au sang humain, il était sur d'ingurgiter autre chose.. Mais le jeune homme se força, ne voulant pas se faire remarqué.

ce qui n'etait pas le cas de tout le monde.. Un homme, souâl, se leva de sa chaise qui grinça sous son poid, et s'avança vers une table, dans un coin, que le jeune homme n'avait pas encore appercut. Il se mit a tourner autour d'une jeune femme attablé seule. Il braillait, riait, apparament seul, devant cette inconnue. puis, il se pencha vers elle, quémandant surement un baiser. S'en fut trop pour le jeune homme, qui vint se poster derrière lui, sans jeter le moindre coup d'oeil a la jeune femme.

- Pousse toi, gamin, articula difficilement l'homme, tu vois bien que je suis occupé...

- Je vous surtout que vous semblez gêner.

-Qu'est ce que tu sous entend ? Tu veut.. Qu'on règle ca dehors, lança le vieux en essayant pitoyablement de bomber le torse.

- Bonne idée, argumenta Hogow'en, dont la gorge avide s'etait reveillé, peu désireuse de finir la soupe au menu ce soir. Allons regler ça dehors..

Ils sortirent, Le jeune général derrière l'inconnu qui semblait fier de lui. Les clients de l'auberge ne bougèrent pas, surement habitué a ce genre de réglement de compte...
Dehors, le vieil alcooloqie essaya gauchement de se battre. Ou plutot de se défendre. Le jeune homme frappait, poussait, et évitait, désireux de fatigué son adversaire. Ce dernier s'ennervait, redoublant de coups, qui ne touchait jamais. Enfin, le jeune général mit fint a son humilition.

Immobilisant son adversaire, il plongeant suffisament ses canines dans le cou du vieux pour le tuer sur le coup. Aspirant avec avidité, il sentit e liquide chaud s'ecouler dans sa gorge froide. Quel délice...

Revenant vers la porte qu'il poussa du pied, le jeune général entra dans la pièce, tout en portant sa main a sa bouche, essuyant de sa manche le filet de sang qui avait coulé.
Lorsqu'il l'appercut. Il se stoppa net, tandis que son coeur immobile semblait pesez soudain très lourd...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aïlina

avatar

Nombre de messages : 24
Race : mi-elfe mi-humaine
Armes : une dague
Date d'inscription : 06/09/2008

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Nuit blanche ( PV Aïlina )   Ven 14 Nov - 23:07


La nuit était tombée sur le village. Depuis deux jours Aïlina s'était arrêtée dans une taverne quelque peu rustre, où dans ce bar traînaient des vagabonds, des voleurs, des ivrognes et encore d'autres espèces dans ce genre, mal famés pire que sur un navire de pirates, mais la jeune femme n'en avait rien à faire, elle buvait, buvait comme homme, ne s'arrêtant même pas pour reprendre sa respiration avant d'avoir fini son verre.

Elle était assise à une table, le regard dans le vide, la tête remplie de vieux souvenirs et d'autre de pas très longtemps.. Elle se saoulait pour oublier, tout oublier, son existence minable, ses amants perdus, ses souvenirs, absolument tout !

La chaleur que procurait l'alcool qu'elle ingurgitait était insupportable. Chaleur plus odeurs de mâle en transpiration donnaient une impression de l'enfer. Les verres éclaboussaient autour d'elle, les bagarres et gros mots volés dans la salle et les prétendants, voulant passer une minute dans une chambre avec elle, défilaient.
Aïlina venait à peine de finir cul-sec son verre qu'elle en commanda un suivant. Un homme, vulgaire dans l'apparence, mais aussi dans son langage de gueux, vînt vers elle.

Elle ne prêtait aucune attention à ce misérable, qui rigolait et criait des choses incompréhensibles devant sa figure. Elle était trop épuisée et sa vue était devenue flou, pour corriger ce bouseux. La jeune femme resta alors, immobile à par son bras qui faisait des va et vient vers sa bouche pour prendre des gorgées.

Puis le vieux se rapprocha un peu trop d'elle, mais s'en avoir le temps de le repousser, un autre homme s'était chargé de l'occuper. Elle ne les regardait point, se devait être encore un ivrogne qui voulait se battre.

Quand ils sortirent tout deux dehors pour régler leurs "comptes", Aïlina n'avait entendue que la porte se claquer derrière d'autres bruits insignifiants. Elle reprit un verre et se disait qu'après celui-là il faudra qu'elle rentre dans sa chambre, ses idées étaient brouillées comme sa vue, elle ne prenait plus aussi conscience de ses gestes que quand elle était sobre.

Elle finit d'un trait son verre puis, ré-entendant le bruit de la vieille porte grinçante elle essaya par curiosité, d'apercevoir le "vainqueur " de la bagarre. Elle plissait son front croyant que ça l'aiderait à mieux voir, puis elle regardait cette silhouette fine d'homme, d'homme qui n'avait rien à faire ici dans ce lieu sordide, tout comme Aïlina d'ailleurs.. Puis les traits fin du jeune homme devenait de plus en plus visible, la jeune femme avait coupée sa respiration en espérant que se n'était pas lui, que ce n'était qu'une alusination causée par la quantité d'alcool qu'elle avait dans le sang.

Il l'a regardait à présent et la vue d'Aïlina devînt plus clair, elle le regarda pendant quelques secondes avant de prendre conscience que sa présence était bien réele.
Elle se leva d'un coup maladroitement, trébuchant légèrement en avant, sans le quitter des yeux, puis elle finit par balbutier,

- Hogo... Génréral !

Elle re-trébucha de nouveau, sa tête tournée, ses jambes étaient lourdes, son coeur se resserrait plus elle restait dans cette même salle avec lui. Elle passa alors tant bien que mal esquivant toutes les personnes de la taverne en courant, elle sortie par la porte arrière sans se retourner. Devant elle, le cadavre encore chaud de l'homme qui lui avait parlé, était mort, au sol, par les deux marques profondes visible sur son cou. Elle le contourna avec difficulté, pour cause de ses pieds qu'elle maîtrisait avec beaucoup de mal.

Elle courait, courait sans savoir où, elle zigzaguait dans les rues pratiquement désertes, elle passa dans une petite ruelle sombre, puis ne pouvant continuer par le point de côté qui lui prenait le ventre et aussi parce que.. c'était un cul-de-sac.

Elle fermait alors les yeux, ce qui lui enlevait encore plus d'équilibre et espérait qu'il ne l'avait pas suivi.
Elle resta là, debout dans la nuit, en tremblotant, attendant qu'un bruit s'approche..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hogow'en
Général Zha'Linthien
avatar

Nombre de messages : 206
Race : Vampyr ^^
Date d'inscription : 19/05/2007

Feuille de personnage
Amour: Vivaldynia...
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Nuit blanche ( PV Aïlina )   Sam 15 Nov - 19:57

Le jeune homme était immobile. Aussi immobile que sa poitrine. Car même si réaprovisionner ses poumons en air n'était pas un problème, il avait garder la vieille habitude d'inspirer et d'expirer, a une vitesse humaine. Cela permettait de sentir plus de chose. Mais là, sa poitrine, froide et immobile, refusait de se relever. S'il avait encore eut un coeur, le jeune homme aurait louper de nombreux battements.
Il comtemplait la jeune femme, qui semblait être au même niveau d'alcool que la pluparts des ivrogne ici. Cette simple vue fit mal a Hogow'en, qui se demanda comment la femme aussi belle qu'il avait rencontré peu avant avait put ce transformer en une fleur fanée en si peut de temps.

Son visage était pâle, ses cernes creusée, et on voyait a son temps de réaction qu'elle n'en etait pas a sa première chope. Il la regarda se relever brusquement et titubé vers la porte. Il aurait put l'arrêter, lui sombre, mais il était trop troublée par cette rencontre pour bougé. Il la regarda sortir, et la vit, a travers les carreaux crasseux, esquivé avec une moue d'horreur le cadavre a demi-vidé de son sang qu'Hogow'en n'avait pas pris la peine de dissimulé. Il lui fallut plusieurs secondes avant de réagire, et le même nombre pour pour la rattraper.

Elle titubait, devant lui, s'appuyant sur les battiment, ne regardant pas devant elle, comme si elle avait le diable au trousse... Ce qui n'etait surement pas totalement faux. Une être vivant, ou plutot mort, qui se nourrit du sang des autres n'est-il pas un monstre après tout?
Il la rattrapa alors qu'elle s'enfonçait dans un cul-de-sac. Lui saisissant le poignet, et la retourna vers lui, comme une poupée. Ses muscles s'étaient développées, lui donnant l'impression qu'il pouvait tout faire...
Prenant son autre poignet dans sa main, et plaqua la jeune femme, haletante, contre le mur. Le contact de sa peau devait être désagréable, froid. Mais celui de la jeuen femme était tellement envoutant. Cette chaleur humaine.. Cette odeur humain...

Le général appuyant légèrement son corp contre celui d'Aïlïna, la maintenant immobile. Lentement, sans qu'il réussise pourtant a se maitriser, ses lèvres plongèrent vers le cou de la jeune femme. Soufflant dans son cou, inalant son coeur, il sentait une curieusement sensation monté dans sa gorge.. Une soif différente.
Il frola se cou frêle de l'arrete de son nez, en ayant de plus en plus de mal a se retenir.

Pourtant, d'un coup, il se rendit compte qu'il n'avait pas le droit. Il n'avait pas le droit, ni de boire son sang, ni de l'embrasser.. Il n'avait aucun droit sur cette femme. Se redressant avec raideur, il détourna le tête, puis revint vers l'auberge, tenant toujours la jeune femme par le poignet.

- Je.. Ne vous laisserais pas dans cet état. J'ai.. J'ai pris une chambre.

Ils arrivèrent en vu de la vieille auberge, où Hogow'en fut acceuilli par de grand éclats de rire, et des " Bravos ". Sans un regard de plus, il monta des marches, entrainant la jeune femme derrière lui, vers la modeste chambre dont il poussa le battant du pied.
La pièce était modeste, un lit grinçant, une table de chevet poussièreuse, et quelques tapis d'origines douteuses. Le jeune homme poussa Aïlïna vers le lit, tandis qu'il refermait la porte a clef. Il se tourna lentmeent vers elle, tout en argumentant:

- Je n'aurais pas besoin de cette chambre..

En effet, l'etat Vampyr avait quelques avantages...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aïlina

avatar

Nombre de messages : 24
Race : mi-elfe mi-humaine
Armes : une dague
Date d'inscription : 06/09/2008

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Nuit blanche ( PV Aïlina )   Dim 16 Nov - 18:35

Aïlina était toujours dans la rue, éclairée seulement par la lune.
Les doigts glacées du jeune homme, vînt l'agripper au poignet et la retourna vivement, attrapa son autre main et l'a plaqua contre le mur avec un peu trop de force.
Elle essayait de se débattre, mais arrêta quelques secondes plus tard voyant que sa ne servait à rien. La force du général était incroyable, trop incroyable pour que ce soit humain...

La jeune femme le regarda alors avec une envie de pleurer, tout en se retenant, elle avait un peu peur de ce qu'il allait faire, il était collé contre elle et elle avait envie de mourir à cet instant, qu'avait-elle fait pour mériter ça ? Sa poitrine lui serrait le coeur, son coeur se déchirait en petits morceaux lentement, ses jambes tremblaient, malgré la peau froide du jeune homme sur elle, elle avait chaud.

Quand Hogow'en se pencha sur son cou, Aïlina n'en pouvait plus, elle ne respirait plus. Elle ferma les yeux et une larme coula doucement sur sa joue. Le sentir d'aussi près était insupportable pour elle, mais au fond, son coeur se réanima un peu, à cet instant elle voulait... le prendre dans ses bras... et restait une éternité comme ça. Mais c'était impossible et elle le savait, pour cause de cette femme qui était arrivée avant elle dans la vie du général. Elle n'avait alors pas d'autre choix que d'essayer de l'éviter.

A cet instant Hogow'en se décolla d'elle et celle-ci eu un soupir de soulagement, croyant qu'il allait s'en aller, mais il l'a tenait toujours fermement par le poignet en la ramenant vers la taverne. La jeune femme essayait de se libérer de son emprise et en ce débattant et en lui criant,

- Lâ..lâches moi tout de suite ! Sinon sa va aller mal..

Mais ce genre de mots étaient inutile car pour l'instant il l'a dirigeait avec facilité, l'a traînant même ! Quand elle avait prononcé à voix haute son prénom elle eue un petit pincement douloureux au coeur, elle qui c'était obliger à ne plus le dire.

Les mots du jeune homme parvinrent aux oreilles d'Aïlina malgré tout le bruit qu'elle faisait et son temps de réaction à comprendre à cause de l'alcool.

- Je ne veux pas de ta chambre, ni de ton aide! Général, lâchez moi !!

Ils franchirent tout deux la porte d'entrer en se faisant acclamer, cela faisait mal à la tête de la jeune femme, qui, commençait à se sentir mal.
Hogow'en la traîna dans les escaliers et à plusieurs reprise la jeune femme trébuchait, ratant quelques marches.
Ouvrant la porte, il l'a poussa dans la petite pièce noire. Les lumières étaient éteintes, on ne pouvait qu'apercevoir les ombres des deux jeunes gens. Aïlina se posa par terre contre le mur tout au fond de la chambre et commença à pleurer sans bruit, avec les mains sur le visage, pensant qu'il ne pouvait pas la voir.

Elle se remémorait ce qui s'était passé dans cette soirée, la force que le général avait, la froideur de son corps, les deux hommes sortit dehors et le cadavre du perdant vidé de son sang.. Il n'était plus.. humain.. mais un vampyr ?? C'était certain toutes ces petites choses qu'elle avait remarqué coÏncidaient...

Ses monstres dont certains qu'elle avait tué.. Elle était folle de rage. Ce si charmant jeune homme qu'elle avait rencontré n'était plus.. qu'un mort..
Le jeune homme ferma la porte à clef, se retourna vers Aïlina et lui dit ses quelques mots, qui fit décrocher une grimace à la jeune femme, comprenant pourquoi il avait dit ça.
Elle se releva d'un coup, ce qui fit légèrement tourner sa tête, mais elle s'en fichait. Elle s'approcha à quelques centimètres de lui tout en le regardant avec haine, bien qu'ils fussent dans le noir et elle lui dit,

- Alors voilà.. voilà ce que tu voulais devenir.. une bête assoiffée de sang. C'est elle qui t'a fais ça ?? Est-elle égoïste à ce point?!.., on pouvait comprendre dans sa voix qu'elle faisait des efforts pour qu'on entendent pas sa tristesse, Ouvre cette porte Hogow'en..

Elle restait immobile, sentant que sa haine et son.. amour pour le jeune homme lui brulait le coeur et elle attendait qu'il exécute ce qu'elle lui avait demandé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hogow'en
Général Zha'Linthien
avatar

Nombre de messages : 206
Race : Vampyr ^^
Date d'inscription : 19/05/2007

Feuille de personnage
Amour: Vivaldynia...
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Nuit blanche ( PV Aïlina )   Dim 16 Nov - 21:01

La poussière de la pièce volait en filaments a chaque pas. La seule fênètre de la chambre était salie par les trace de doigts, et les draps, bien que lavés, étaient incrustés de taches. Pendant quelques instants, le jeune homme s'en voulu d'avoir emmerner Aïlïna ici. Ce n'etait pas un endroit pour une dame. Mais après tout, elle était déjà dans l'etablissement avant son entrée.

Lentement, il se tourna vers la jeune femme, qui venait de se relevéen titubant légèrement. Il sentait la haine qui émanait d'elle. Il se demanda quelques instants pourquoi, puis devina.
Pour elle, il n'etait plus rien. Plus rien de celui qu'elle avait connu. C'était comme une carapace abandonné, un cadavre ambulant, dépouillé de tout sentiment humain.
Cette idée peina d'abbord le jeune général qui fronça sensiblement les sourcils. Avait-elle une si mauvaise opinion de lui? Pensait-elle vraiment qu'il était "mort" ?

Puis les mots fusèrent. Les pensait-elle vraiment ou était-ce l'emprise de l'alcool ? Quelques chose dans ses yeux le convainquait qu'elle était, en cet instant totalement lucide. Aussi, ses paroles firent mouche. Il crispa les mains, releva la tête, et la fixa longuement.
Oubliant sa derrière phrase qui aurait pus sonner comme un ordre, il s'avança lentement vers elle, tandis que la colère envahissait son coeur, ou plutot ce qu'il en restait.

A la simple idée qu'Aïlina puisse croire que la jeune vampyre l'avait mordue contre son grès, un grognement sourd monta de sa gorge.

- J'assume l'entière responsabilité de chacun de mes geste, grogna-t-il alors qu'il arrivait devant elle, saisissant ses bras entre les étaus de ses mains.

Pour le jeune homme, la seule chose qui raisonna dans sa tête était les propos, et non les sentiments et les intonnations. Il sentait juste la haine que dégageait Aïlina, et non la tristesse. Pour lui, en cet instant, c'était juste une femme qui le haissait et qui voulait sa perte. Mais, malgré tout, il ne pouvait empecher son coeur... Il ne pouvait empecher son ame.

Resserant sa prise sur ses bras, il la fit basculer sur le lit et s'installa au dessus d'elle, l'immobilisant toujours. Puis, surement en voulant prouvé quelques chose, il posa ses lèvres au creux de sa poitrine, et remonta lentement, longeant son cou, soufflant dans son orreilles, faisant glisser ses canines sur la chaire si pur de la jeune femme. Puis, remontant un peu plus, il murmura contre son oreilles, joues contre joues:

- Je ne suis pas assoifé.. J'ai l'entière possessions de mes moyens..

Pourtant, comme pour contredire ses paroles, l'attraction devint plus forte. Cette peau claire semblait l'apeller...
Mais il se repetait mentalement qu'il n'avait pas le droit.. Tout les humains qui peuplaient cette terre mais pas elle.
Il continua donc sa mascarade, faisant courire ses lèvres sur cette peau perle, avec la certitude que tout ce que la jeune femme voulait en cette instant, c'était de le voire brûler...
Car l'avait-elle vraiment jamais aimé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aïlina

avatar

Nombre de messages : 24
Race : mi-elfe mi-humaine
Armes : une dague
Date d'inscription : 06/09/2008

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Nuit blanche ( PV Aïlina )   Lun 17 Nov - 18:00


Aïlina se tenait toujours en face d'Hogow'en, elle se sentait tellement mal, ses larmes ne cessaient de couler sur son visage.
Lui n'avait pas l'air d'obéir, il restait là, planté devant elle la regardant toujours dans les yeux, puis un grognement se fit entendre de la bouche du jeune homme. Il avança vers elle avec un regard de méprit, il lui dit quelques mots, qui atteigna la jeune femme comme une gifle. Il l'aimait vraiment alors... Cette jeune vampyre...

Il la prit par les bras et elle ne se défendit pas cette fois-ci, elle n'osait plus bouger, son coeur la paralysait complètement, elle voulait s'effondrer par terre, mais n'en avait pas la force, repensant seulement aux mots du général et à la douleur qu'elle sentait au plus profond d'elle.
Il l'a fit basculer sur le lit, se mettant au-dessus d'elle, l'a tenant toujours.
Elle restait là, tel un pantin qu'on manipule, un corps inerte que l'on déplace sans grande peine...

Hogow'en posa ses lèvres au creux de sa poitrine et remontait doucement. Cela faisait comme une lame enfoncée dans la chaire. Néanmoin son coeur battait tellement fort que même le jeune homme à cet instant pouvait comprendre qu'elle souffrait d'amour pour lui, car même s'il croyait qu'elle l'haissait, ses larmes ne coulaient pas pour rien, elle ne se serait pas laissée faire comme ça, par un autre homme.

La peau d'Aïlina était blanche, froide, presque autant que le jeune homme. A chaque passage des lèvres du général, elle frémissait doucement sans pour autant regarder ailleurs qu'au plafond, c'était... délicieux et insupportable à la fois, elle aurait tellement voulu le prendre dans ses bras, l'enlacer jusqu'à étouffer, mais elle ne pouvait pas, elle ne devait pas.

Il glissait lentement vers son cou, elle ne bougeait toujours pas, elle sentait à présent ses canines pointues. Voulait-il lui prouver quelque chose, où était-se simplement pour la faire souffrire ?
Hogow'en était joue contre joue avec elle et lui murmura à l'oreille comme s'il voulait l'a persuadé qu'elle avait tort et après tout elle avait peut être tort, elle lui dit d'une voix triste,

-Excuses moi... je n'est jamais voulue te faire du tort et je n'est jamais voulue...
Elle s'arrêta pour laisser ses larmes coulaient, elle ne pouvait pas continuer, lui avouer, impossible! Il ne fallait pas! Il fallait qu'elle garde le silence sur ça, sur ce qu'elle ressentait, sur tout..
Elle se dégagea lentement de sous son emprise et alla se poser devant la fenêtre, elle l'ouvrit toujours en ayant un regard inerte monta sur le rebord et s'assit pour contempler la vue magnifique malgré l'endroit sinistre où elle était. Ses larmes cessèrent, n'empêchant tout de même pas le mal qu'elle ressentait et d'avoir commencer cette phrase maudite.

- Je m'en irait demain matin... j'espère que.., elle eût un sanglot, tu seras heureux...

Elle restait toujours assise sans bouger, tel une gamine qui découvre son avenir, elle ne se retournait pas, ne voulait pas succomber à son charme, car même étant vampyr cela ne changeait strictement rien à ce qu'elle éprouvait pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hogow'en
Général Zha'Linthien
avatar

Nombre de messages : 206
Race : Vampyr ^^
Date d'inscription : 19/05/2007

Feuille de personnage
Amour: Vivaldynia...
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Nuit blanche ( PV Aïlina )   Lun 17 Nov - 18:36

Le jeune homme continuait sa mascarade, revetant le masque triste et morne du vampyr. Il parcourait des lèvres cette peau pâle qui déclanchait une étrange chaleur dans sa gorge, et a l'endroit ou aurait du se trouver son coeur vivant. Il se demanda longuement si c'etait un autre genre de soif. peut être que chaque femme qu'il connaissait déjà avait la même odeur.. Le même gout, sous ses lèvres pâles. Mais pourtant il n'y croyait pas. Etait-il possible qu'il retrouve un jour une telle senteur? Une senteur qui pouvait déclencher ce feu interieur aussi vite ? Non

Alors qu'etait-ce ?

Il avait lentement desserer sa prise sur ses poignet, comme pour se convaincre, au fond de lui, qu'elle n'etait pas ici contre son grès, et que malgré tout ce qu'il lui avait fait subir, elle gardait au fond d'elle même, un semblant d'empatie pour le jeune. Un once d'amitié. Mais, était-ce de l'amitié ?
Lui même, qu'éprouvait-il? Comment savoir?
Puis, il entendit enfin, a travers le brouillard dans lequel il s'était réfugié pour se cacher de la vérité, des sanglots. Se redressant, il contempla se visage torturé, tiraillé par les sanglots, déchiré pas un je-ne-sais-quoi qui semblait faire plus mal que la transformation pourtant ho combien douloureuse qu'avait subi le jeune homme.

La stupeur le figea, permetant a sa "victime" de s'echapper de son emprise d'acier. Elle s'ecarta, tandis que lui se retrouvait a quatre pattes, au dessus des draps froissés, où il serrait, il y a encore quelques secondes, les oreilles pour ne pas commettre l'irréparable...

Il resta ainsi de longs instants ainsi, immobile, les yeux ronds, la tête baissée, tandis que se rejouait dans sa tête les quelques instants où il avait vu le visage d'Aïlïna.
Pourquoi ?...
Pourquoi autant de tristesse, de douler, concentré dans ce visage si fragile et enfantin ? ...

Il se redressa lentement tandis que raisonnait dans le silence lourd de la pièce, les quelques mots de la jeune femme. Il se dirigea lentement vers elle, d'une démarche peu sure. Arriver derrière elle, il se stoppa dans son dos en silence. Elle était là, belle et refusant sa tristesse, face a la lune pleine du soir, froide et impassible.
Ce fut avec lenteur que le jeune homme posa ses mains autour de sa taille, et la souleva lestement de la balutrade rouillée.
Mais ses gestes suivants furent rapides, trops rapides pour qu'un humain puisse les suivre. Il tourna légèrement, serrant encore la jeune femme contre son coeur mort, et la colla contre le mur, tandis qu'une de ses main, mise en poing, vint frapée le mur juste a coté de sa tête, détrusant litéralement la palque en bois pourrie qui faisait office de parroie.

ce n'etait pas contre elle qu'etait dirigé sa rage. Elle n'avait rien fait qui merite ceci. Mais contre lui; Il s'en voulait. Se haïssait. Etait-il vraiment la cause de sa douleur.

- Comment.. ? Pourquoi ... ? Murmura-t-il a voix basse, presque plus pour lui.

Il ne comprenait pas. Lui qui avait était si vide et seul. Si insignifiant, comment pouvait-il avoir uen telle importance pour elle ?

- Que .. Pense-tu de moi ?

Puis, comprenant que sa phrase n'etait pas la bonne, il la reformula, hésiatnt a entendre la réponce qui leur ferait mal tout les deux.
Mais il voulait l'entendre..

- Que ressens-tu pour moi ?

sa voix était brisé, et nul doute que si il avait été encore humain..; Que si il avait été en mesur de pleurer, une larme aurait deja coulée ...Mais il ne fit pas tout de suite attention a sa réponse. Il l'attira contre lui, posant son front contre son épaule chaude et murmura lentement, d'une voix déchirée..

- Qu'ai-je donc fait ...

Il était peut être finalement tout ce qu'elle avait dit. Il n'était finalement rien de plus qu'un monstre qui se repaissait du sang des autres.. Mais aussi de leurs peines...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aïlina

avatar

Nombre de messages : 24
Race : mi-elfe mi-humaine
Armes : une dague
Date d'inscription : 06/09/2008

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Nuit blanche ( PV Aïlina )   Lun 17 Nov - 21:09

Aïlina était toujours assise sur le rebord de cette fenêtre froide, elle tentait de garder le peu de dignité qui lui restait, alors elle ne se releva pas elle n'attendait pas de pitié du jeune homme, elle n'attendait rien de lui, car elle savait très bien qu'il était trop tard pour espérer quelque chose.

Elle restait alors assise là sans bouger, attendant que la nuit passe. Elle n'entendait aucun bruit derrière elle, elle se demandait à quoi pensait le jeune homme. Pensait-il surement à sa Vampyre.

Puis le léger grincement du lit lui fit comprendre qu'il venait de s'y enlever. Elle sentait alors derrière sa nuque le souffle froid du jeune homme, elle ne bougea pas pour autant, espérant qu'il n'allait pas lui demander la fin de sa phrase inachevée.

Puis elle sentie les mains glacées d'Hogow'en se poser sur sa taille, elle se redressa légèrement, ayant été surprise par ce geste. Il la porta doucement pour la remettre sur ses pieds et d'un coup sans comprendre comment, elle se retrouva la tête contre son torse, collée sur le mur elle était immobile, respirant anormalement. Il frappa avec force de son poing le mur à côté d'elle, qui se brisa sans grand mal.

Elle le regardait toujours et se disait que peut être il l'a haissait. Elle restait toujours sans bouger devant lui, qui, l'emprisonnait par ses bras contre le mur, il la fixait toujours et en le contemplant elle pût apercevoir de la tristesse chez le général, il venait de baisser les yeux, puis ses mots vinrent atteindre Aïlina, elle ne savait pas vraiment quoi lui répondre.

Puis quand il lui demanda ce qu'elle pensait de lui, elle ne respira plus. Alors voilà ce qui le tracassait... Puis sans qu'elle eût le temps de lui dire quoi que ce sois, il reprit et reformula mieux sa question. Aïlina ne pouvait plus respirer ses larmes reprirent et elle lui dit d'une voix honteuse sans attendre quelques secondes.

- Je t'aime...

Il l'a serra contre lui, sa tête était posée sur son épaule et elle pleurait en silence. Il lui murmura en même temps d'une voix déchirée qui fit mal à la jeune femme.
Elle arrêta de pleurer se retira très légèrement de son épaule et alla déposer un baiser dans le creux de sa gorge, un baiser intime, petit, mais qui dévoilait par sa puissance la grandeur de son amour, un baiser si profond...

Elle le serra à son tour, comme pour lui montrer qu'il ne l'a dégouté pas, elle fermait à ce moment ses yeux fortement, sachant que ce serait la dernière fois qu'elle pourrait le prendre dans ses bras.

Puis elle se décolla à lui, un peu trop vite à son goût, puis elle lui tendit la main honteusement pour avoir la clef. Il fallait surement qu'elle se retire... Elle avait causé assez de dégâts comme ça. Elle le regarda avec tristesse et sans le vouloir on pouvait apercevoir qu'elle n'avait nullement envie de s'en aller, mais il le fallait.

- Je dois partir.. il serait mieux pour toi que je fasse ainsi..

Une larme coula lentement sur ça joue et elle n'osait pas le regarder elle restait plantait devant lui, la main tendue vers lui, pour avoir cette saletée de clef qui allait les séparer à jamais.
Rien que de s'imaginer loin de lui elle fit une petite grimace de douleur.

Puis elle remonta ses yeux pour voir l'expression de son visage et son regard si envoûtant posé sur elle.
Aïlina espérait alors qu'a ce moment là il ne se rapproche pas d'elle, car elle n'allait plus tenir longtemps avant de lui succomber.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hogow'en
Général Zha'Linthien
avatar

Nombre de messages : 206
Race : Vampyr ^^
Date d'inscription : 19/05/2007

Feuille de personnage
Amour: Vivaldynia...
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Nuit blanche ( PV Aïlina )   Mar 18 Nov - 14:05

Ces quelques mots resonnèrent dans mon âme comme le tintement sourd d'une cloche, et je ne pouvais résoudre mon cerveau a l'assourdire. Elle était là, belle et chaude, déchirée, dans toute sa faiblesse humaine. Alors qu'elle devait me haïre, moi, la mort incarnée, le néant, avec ce visage impassible. Mais il était impassible uniquement parce que j'étais interdit. J'etais perdu, les yeux plongés dans les siens, y cherchant quelque chose. J'ignorais moi même quoi...

Ma main etait encore jigée dans le mur, crispée. J'essayais bêtement la force pour m'epêché de faire une chose irréparable. Mes yeux etaient clos, ne préferant pas pas voire son visage. Mais lentement, je les rouvris, contemplant ses yeux noyés de larmes. Mon coeur me semblait si lourd que j'avais du mal a me tenir droit. Mais ce fut elle qui réagit la première, se hissant sur la pointe des pieds. Je crispai douloureusement les machoires, m'attendant a quelque chose que je ne pourait retenir. En effet, ses lèvres vinrent frôlé ma peau froide. Le contact était horrible. Sa senteur etait plus oppressante en cet instant..

Pourtant, la soif ne m'agitait pas. C'etait autre chose qui le tiraillait. une douleur sourde. une tentation insoutenable. Ma respiration s'etait accélérée, et mes mains étaient crispées en poings. Je ne réussit pas a empêcher l'une d'elle de se posé sur le dos de la jeune femme. Elle parcoura sa colone vertébrale, frôlant sa peau, tandis que son baiser se prolongeait. Je ne pouvais rien faire...

Elle quitta mes bras, me repoussant. Je la laissa faire. Ce geste me fit reprendre un peu contenance. Je retira ma main de sa tailles. je l'observait quelques instants, et resta immobile, tant la douleur que j'y lisait me serrait le coeur. Je me redressa quelques peu, puis m'avança vers la porte, où la clef reposait, dans sa cerure. Je la saisit, et la mit dans ma poche. puis, retournant vers la jeuen femme immobile, il posa une main sur son épaule... Et se baissa brusquement, passant l'autre sous ses genous, et la soulevant du sol. je la porta, la serrant contre moi - peu être un peu plus fort que necessaire- tout en evitant de croisé son regard. Je me savait capable du pire...
( j'en ai marre d'ecrire a la première personne lool)

Il la porta jusqu'au lit poussièreux, ou il la déposa. Il la regarda enfin droit dans les yeux, affrontant son regard. Elle était si belle...
Puis, il se racla légèrement la gorge, et murmura tout contre elle :

- Si quelqu'un dois partir ce soir, ce sera moi.. Je n'ai pas besoin de cette chambre...

Il était près d'elle, peu être un peu trops pour pouvoir dire qu'il controlait tout ces gestes... Il se pencha légèrement, et posa ses lèvres sur son front, en un baiser protecteur. Puis, baisant légèrement la tête, il posa ses lèvres contre sa machoire, près de son oreille. Son baiser terminé, il murmura a nouveau :

- Je reviendrait... Avant l'aube.

Puis, la clef toujours en poche, il se dirigea vers la fenêtre, et sans un regard en arrière, il sauta la balustrade. On était au deuxième étages. Cette distance aurait tué un humain.. Mais le jeune homme atterit lestement sur ses jambes, puis s'enfonça dans la nuit, a la recherche d'une proie.. De quelqu'un sur qui il pourait enfin rejeté son dévolu.. Quelqu'un qui ne durera pas... Une personne qui ne comptait pas pour lui...

Il fit plus de meurtre cette nuit que depuis sa " naissance " vampyr. Lorsqu'il revint, le soleil n'était qu'a quelques minutes de poindre. Il monta le batiment en s'agrippant la ou il trouvait des prise. Lorsqu'il atteignit la fenètre de la chambre, il hésita avant d'entré. Ne valait-il pas mieux qu'il dsparaisse de sa vie?
Tant pis.
Il passa la fenètre.
La jeune femme dormait encore profondément, surement que sa fatigue et l'alcool, avait engendré son sommeil plutot forcé. Elle paraissait si fragile, si vulnérable, que le jeune homme s'approcha, et s'assit sur le lit, a ses côté. Il posa une main contre sa joie, et la fit glissé delicatement contre sa peau brulante. Il s'approcha encore un peu, allant jusqu'a s'allongé près d'elle, tout en verifiant qu'elle dormait. Poul et respiration reguliaire... Il posa quelques instants, ses doigts sur ses lèvres, puis posa sa main a coté de sa tête. Il se pencha vers elle, raprochant ses lèvres...

Au moment où elles auraient dut se frôlées, il se stopa net.. Il resta au dessus d'elle, quelques instants... Les yeux fermés, se haïssant....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aïlina

avatar

Nombre de messages : 24
Race : mi-elfe mi-humaine
Armes : une dague
Date d'inscription : 06/09/2008

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Nuit blanche ( PV Aïlina )   Mer 19 Nov - 17:42

Aïlina était toujours devant lui, la main tendue, réclamant la clef, puis Hogow'en passa son bras sous ses jambes et l'a porta, l'a serrant contre lui avec force.
Elle le regardait avec tendresse, sans comprendre son geste ni comprendre pourquoi il fuyait son regard, il l'a reposa une nouvelle fois, doucement, sur le vieux lit grinçant et l'a regarda, droit dans les yeux, ce qui intimida légèrement Aïlina, il finit par enfin prononcer quelque chose.

Il était là, pas loin de son visage, encore trop loin pour elle... Il s'approcha lentement et lui déposa un baiser tendre sur son front et il baissa la tête, ses yeux étaient magnifiques, perçants, clairs et très envoûtant. Aïlina eût un frisson en le contemplant d'aussi près, il était tellement.. beau, irrésistible, éblouissant, avec un charme fou qu'il dégageait, il parressait tellement.. parfait.

Hogow'en colla légèrement ses lèvres contre sa mâchoire et continua de nouveau pour lui murmurer de sa voix craquante. La jeune femme le regarda quand il se retira d'au-dessus d'elle, *il reviendra avant l'aube...*

Le général s'avança alors vers la fenêtre et sauta. En voyant cela, Aïlina courût de suite vers le rebord et le vît disparaîte dans les ténèbres de la nuit. Elle avait la main lancée dans le vide, ne pouvant dire le moindre mots pour qu'il réapparaisse... Elle était pétrifiée sans comprendre pourquoi il voulait revenir...
*il reviendra avant l'aube... *

Elle s'écarta du rebord laissant soigneusement la fenêtre ouverte pour quand il réapparaitra et se dirigea vers le lit. La jeune femme se mit assise sur le lit, passant ses bras en dessous de ses genoux puis fixa la fenêtre en attendant son retour, puis elle murmura pour elle même,

- Il reviendra.. avant l'aube...

Elle s'allongea lentement sans quitter des yeux le ciel noir.
Le vent rentrait dans la chambre et allait caresser son visage, une douce caresse de se souffle frais l'apaisait, elle ne pensait qu'à lui, sa tête et son coeur était gravé de son visage angélique.. de ses yeux clairs posés sur elle.
Puis doucement elle ferma les yeux et quitta la réalité pour se plonger dans un néant infini..
* Il reviendra...*

La nuit défila lentement, trop lentement, même endormie, le temps était long sans le voir, sans sentir sa peau glacée..
Puis comme l'avait dit le jeune Hogow'en, il revînt avant l'aube et s'approcha de la jeune femme endormie, il se posa à ses côtés et la caressa tendrement. Le général passa ses doigts sur sa bouche puis s'approcha encore un peu plus.. Il était tout près, un centimètre séparait leurs bouches et il ne bougea pas, restant là, tout près fermant les yeux avec force en s'haissant.

Alors, la jeune femme ouvrit les yeux, surprise de le trouver comme il l'avait dit, mais elle ne s'attendait pas à le trouver comme ça.
Elle restait là le contemplant, la bouche légèrement entre-ouverte. Attendant qu'il ouvre les yeux et attendit longuement tout en restant immobile. Elle se rapprocha doucement et... déposa un baiser au coin des lèvres du jeune homme.

Après ça, Aïlina le fît basculer sur le dos et se mit au-dessus de lui. Elle avait un regard d'enfant perdue, elle ne souriait pas, ayant peur de la réaction du jeune Hogow'en après ce qu'elle avait fait.
Elle resta ainsi, dans cette position, attendant qu'il réagisse et passa délicatement un doigt sur la bouche du général, comme il avait fait tantôt. Elle continuait à l'admirait, plus précisément à se plonger dans ses yeux, qu'elle ne pouvait quitter du regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hogow'en
Général Zha'Linthien
avatar

Nombre de messages : 206
Race : Vampyr ^^
Date d'inscription : 19/05/2007

Feuille de personnage
Amour: Vivaldynia...
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Nuit blanche ( PV Aïlina )   Mer 19 Nov - 20:38

Le jeune homme était au dessus d'Aïlina tout en se maudissant d'etre revenu. Que venait-il chercher, dans cette chambre froide ? Il etait déjà avec une femme. Une femme qu'il aimait..
L'image de la jeune vampyre revint dans son esprit bruleux, déclenchant un demi-sourire sur ses lèvres pâle. Mais ce dernier s'effaça immédiatement lorsqu'il vit la jeune femme a ses côté.
Il ne devrait pas être ici... Il n'avait plus rien a faire ici...
Il fallait qu'il s'en aille, avant qu'elle ne se reveille. Car tout coeur humain peu cicatrisé.. Car même lorsqu'on ne veut pas oublier, et qu'on s'accroche a un amour perdu, les souvenirs se fânes, et les sentiments s'estompe...
Il fallait qu'il sorte a tout pris de cette chambre avant de trop s'attacher a cette femme...

Mais au moment où il se décida enfin a bouger, Aïlina se reveilla. Le général jura interrieurement, avant de se stoppé devant la distance - ou plutot la non distance- qui séparait leur lèvres. C'était trop près.. Bien trop près a son gout. Mais honnêtement, en cet instant, avait-il réelement une opinion la dessus ?
Ce fut elle qui l'embrassa. Il ne l'arreta pourtant pas. C'etait une sensation trop grande pour lui.. Il était emporté, ses menbres, même s'il avait voulus bougé, n'aurait pas accepté. Il ne bougea pas, raide...

Avant qu'il n'ait pus se retiré, ou même ouvrire la bouche, le jeune générale se retrouva sous la jeune femme, tandis qu'elle s'installait sur son ventre. Il la sentait hésitante, comme si elle craignait sa réaction...
Et elle avait raison de s'inquiéter...
Se redressant légèrement, se retrouvant près d'elle, toujours installé sur ses hanches, il la regarda quelques instants, tandis qu'une étrange lueur brillait dans ses yeux. Il se tenait droit grace a ses main posé sur le lit. Il en retira pourtant une qu'il leva vivement vers la jeune femme. Elle vint se posa contre se joue, puis glissa lentement dans son cou, l'attirant a lui. Il posa avidement ses lèvres sur celle de la jeune femme, cherchant a étanchée une soif bien différente que celle qu'il sentait lorsqu'il chassait...

Le baiser continuait, et continuait encore, aussi passionné que desespéré. Le jeune homme qui tenait a present Aïlina contre lui d'une main posé sur sa taille, s'etait lentement recouché.
Lorsque le baiser prit fint - non a cause de la respiration du jeune homme, mais de celle d'Aïlina, il aurait put l'embrasser jusqu'a ce qu'elle manque cruellement d'air... - il respirait pourtant bruyamment lui aussi. On ne change pas les vieilles habitudes.
Puis, il se rendit compte de ce qui venait de se passer, et de l'impact que cela pouvait avoir...
Pourtant, une douce chaleur au creu de ses bras l'empecher de regretter ce geste. Il roula lentement, arrivant au bord du lit, alors qu'il était a présent au dessus d'elle. Là, il la regarda longuement, avant de murmurer quelques paroles a peine audible:

- Qu'ai-je fait ?

Puis, se redressant, il quitta les bras de la jeune femme pour marcher jusqu'a la fenêtre. Il s'y arreta et contempla la lune. Cette lune qui lui faisait tout le temps pensée a elle.. Ses idées s'embrouillèrent dans sa tête. Il ne savait plus que faire. Lentement, il referma la fenêtre, et se tourna vers la jeune femme.

- Adieu, murmura-t-il d'une voix faible tandis que ses pas le guidaient vers la porte, alors que son âme voulait rester dans cette pièce si sombre.
Mais il ne pouvait plus continuer ainsi. Il ne pouvait plus la voire souffrir ainsi. Il fallait qu'elle l'oublie. Il se retint d'ajouter quelques mots, ne voulant aggraver les choses. Il se contenta d'ouvrire la porte et de sortir de cette chambre sans un regard, ne voulant montré l'expression de son visage a la jeune femme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aïlina

avatar

Nombre de messages : 24
Race : mi-elfe mi-humaine
Armes : une dague
Date d'inscription : 06/09/2008

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Nuit blanche ( PV Aïlina )   Jeu 20 Nov - 21:32

Elle se tenait sur lui, il la regardait puis passa sa main sur la joue de la jeune femme et l'attira vers sa bouche. Il l'embrassa avidement et elle en faisait de même. Elle rêvait de ce môment depuis déjà longtemps, croyant que ce n'était qu'un rêve qui ne se réalisera jamais, mais pourtant, elle était là tout contre lui, leurs lèvres se touchaient comme deux émants. Aïlina frissonait comme jamais et chaque fois qu'il posait ses lèvres sur les siennes elle échappait un sanglot, se disant qu'il devait en cet instant penser à sa bien-aimé... à moin que... qu'il éprouvait des sentimentes pour elle.. La jeune femme n'en savait rien et elle ne le serait surement jamais, car à ce môment là il se détourna et lui murmura doucement des mots qui, comme un poignard, s'enfonça brutalement en elle. Il se releva, lui dit un adieu peu bouleversant pour lui et se dirigeait vers la porte. La jeune femme était là, sur ce lit où il venait déchanger leur premier baiser.. Venait-il de la tester pour voir si il n'y avait pas mieux que sa jeune vampyre ? La preuve que non, elle devait vrement être exeptionnelle pour qu'il soit aussi amoureux d'elle... Et elle valait surement plus... De se rabaisser ainsi lui fit mal, elle contemplait une dernière fois le dos du jeune homme avant qu'il ne tourne et désparaisse de sa vue.. et de sa vie.. Cette misérable vie qui les séparaient tout deux.. Cette vie que, si elle devait choisir entre elle et Hogow'en n'aurait même pas eût besoin de réfléchir.. Ses larmes coulaient elle murmura lentement un "non.." redressant la main vers la silhouette du jeune homme. Ce mot lui arraché plus le coeur que sa voix.. Il partait alors, ne se retournant pas. Avait-il joué avec elle ? Avait-elle servit comme objet de plaisir, qui, font se lasser vite. Elle se sentait idiote, au fond trahit seule sur se lit, abandonnée, elle ne savait plus quoi penser, il n'était plus là, lui qui venait de l'embrasser passionnemant. Son coeur se remplit d'une tristesse et d'une haine contre elle même, elle se haissait désormé, elle se haissait de l'avoir perdue à tout jamais.

Elle se sentait devenir folle, la rage remplissait toute son âme, tout se mélangeait en elle, ses parentes qui ne l'avaient jamais voulus, sa soeur qui l'avait trompé, son ancien amour qui l'avait abandonné toute seule dans ce monde remplit de mensonges, de cruoté, d'obligation, de larmes, de haine, de tromperies.. L'amour dans tout ça n'était que le dernier coup, ce coup fatal qui détruit sans s'arrêter.
Sa démence l'emportait elle ne pleurait plus, à présent elle riait, riait d'elle, de sa médiocrité, se n'était pas un rire nerveux ni quoi que se sois, non c'était juste un rire, un rire d'une morte.. Elle ne pouvait plus penser à rien, elle ne savait plus penser à rien, la jeune femme sentait juste en elle la flamme qui la brulait, puis elle se leva doucement en marquant sur son visage un sourire de déraison, un sourire sombre tel ses yeux qui bizarement ne se foncèrent pas par un tel énèrvement, mais au contraire devenait d'un bleu puissant, même prèsque gris.

Elle sortie son couteau, ce vieu couteau qui avait causait son premier contacte avec le jeune homme... Elle descendît lentement les escaliers, elle avait l'allure d'un fantôme, elle passait la lame sur les parois du mur tout en continuant de descendre. Son regard était toujours vide et ne regardait plus rien, il était plongé dans le noir, comme si des images défilées devant ses yeux elle restait ce cadavre embulant.. Arrivait en bas elle vit tout les ivrognes, vagabonds, truants.. etc de la nuit dernière, trop occupés à boire, ils n'avaient sans doute pas vu le jour se lever. Deux hommes s'avancèrent vers elle, comme elle l'avait précentie et sans attendre la fin de leurs mots, planta son couteau plusieurs fois dans la chaire grasse des deux individus. Puis voyant ce spectacle choquant toutes les personnes présentes s'approchèrent d'elle, ayant en tête de la stopper, elle les tua.. tous... sans exception.. sans remords, ni trop de soulagement. Elle les tuaient en les faisant souffir. Elle se disait que pour une fois elle avait le droit d'être égoïste, de faire partager sa douleur, elle ne voulait que tuer.. La jeune femme était recouverte du sang de ses victimes, puis après quelques minutes de carnage et d'alienation, ayant compris qu'il n'y avait plus aucun survivants elle se pencha doucement et regarda son couteau dégoulinant, elle le lécha et se dit dans ça tête, * Voilà le goûts de la tristesse et de la haine, il n'est pas bon d'en faire mélange..*

Etant en position faible, un homme toujours à terre, qui n'était pas mort sortit sa dague sans attirer l'attention de la jeune femme et d'un coup sec et puissant alla le planter dans son ventre. Surprise elle regarda la dague enfonçée et son tueur, elle sourît légèrement, comme si cela venait de la soulager, où espérait-elle mourir avant que cette journée ne s'achève, elle le regardait toujours avec un air de délivrence, puis retira la lame enfoncée profondement, en un mouvement rapide, ce qui lui fît faire disparaître son sourire. Aïlina perdait beaucoup de sang, elle se relava avec difficulté et sortit de l'auberge avec beaucoup de mal, laissant l'homme vivant, peut être pour le remercier de son geste.. Elle titubait légèrement son souffle devenait de plus en plus dificile à tenir régulierement. Elle vît un cheval noir avec quelques traces oranges sur lui, un bel animal, bien entretenu. La jeune femme, passa son couteau sous sa robe et déchira le tissu tout le long de sa jambe, faisant appraraître ses cuisses, en faisant cela elle pouvait désormait monter à cheval, elle grimpa avec dificulté puis partie au galop renversant tout le monde sur son passage. Elle le fît galopper pendant quelque minutes, sortant de la ville, elle continuait sur un chemin naturelle, la jeune femme se tenait de plus en plus mal et commençaient à perdre légèrement conscience. Son sang ne cessait de couler et elle s'allongait sur l'encolure du cheval. Puis elle tomba à terre, laissant l'animal continuer sans elle, elle souriait légèrement, la joue contre le sol, se disant qu'au moin elle avait liberé quelqu'un...

Elle ne respirait presque plus et ses dernières pensées fût pour le jeune homme avant de fermer les yeux... Elle était sur le point de mourir et surement rien n'aurait changé cela..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hogow'en
Général Zha'Linthien
avatar

Nombre de messages : 206
Race : Vampyr ^^
Date d'inscription : 19/05/2007

Feuille de personnage
Amour: Vivaldynia...
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Nuit blanche ( PV Aïlina )   Sam 22 Nov - 19:13

Le jeune homme quitta la pièce sans un regard en arrirère. Il n'en aurait pas eut le courage. Il passa le seuil de la porte, les lattes de planchets craquant sous son bois. Il entendit un gémissement dans son dos. Un "non" déchiré et a peine murmurer. Comme il aurait preferer etre encore humain a cette heure, pour ne pas avoir entendu cette plainte, cette appel a l'aide. Mais il ne pouvait pas.. Il ne devait pas ...

il descendit les escalier, essayant de grader la tête haute, tandis qu'a l'interieur de l'auberge, les derniers hommes sobres avaient quitté les lieux. Ne restèrent que les alcolique, les hommes seuls, que personnes n'attend. Il
avança, slalomant entre les ivrognes qui lui tendaient un verre. Il sortit. L'air froid, pour la première fois depuis qu'il était vampyr, lui parut réellement froid. L'air glacée semblait pénétrer ses os, glacer son sang. Pour un fois, il eut vraiment l'impression d'etre mort. Peut être parce qu'il preferait surement l'etre, en cet instant. Son corp lui semblait lourd. Un veritable caracsse qu'il devait entre les rues sombres de Nùmendor.

Derrière lui, il lui sembla entendre des hurlements. Il ne chercha même pas a savoir d'où il provenait, bien qu'il les entendent derrière lui, a quelques dizaines de mètres. Il ne chercha pas a savoir pourquoi ces hommes criaient. Il entendait une douleur qui persait dans ces hurlement, mais il était trop occuper par sa propre douleur pour y preter réellement attention. Il hésita quelques instants a partager sa douleur avec ces hommes inconnues, mais se rembrunit. Il n'avait pas a montrer au monde les émotions qui le submergaient. Il devait garder ca pour lui, comme il l'avait toujours fait.

Une douce chaleur le percuta, mais contre sa force la jolie brune devait etre plus secoué que lui. Il s'arreta alors que cette pensée traversait l'esprit. Jolie brune ?
Son corps se stoppa net tandis que son esprit regardait Aïlina courire, ou plutot fuir. Ses yeux, malgré l'obscurité, se figerent ses son corps qui fuyait. Elle était.. Couverte de sang? L'odeur n'etait a n'en plus douter.
Si l'esprit du jeune homme n'avait pas réagit devant cette aparation, c'ests a gorge brulante qui aurait agit. Mais combien d'hommes avait-elle tuer pour promener avec elle, une telle odeur ? Une odeur si alléchante ? ...
Il la vit, monter en selle, alors que lui même, essayait de calmer ses instints qui resurgissaient. La soif n'evait donc pas de fin ? Ne pouvait-on jamais etre rassasier de sang humain?
Apparament non, car son esprit echappa totalement au controle du jeuen homme tandis que sa nouvelle proie fuyait déja.

Il se mit a courir. La vitesse etait decidement quelque chose d'enivrant. Pas autant que le sang, mais qui distayait tout de même. A une telle vitesse, il rattrapa facilement la jeune femme, mais, ne voulant pas de la faire fade de son cheval, attanda que celui ci s'arrete. Lorsque la jeune femme mit enfin pied a terre, ce dernier s'approcha lentement, s'agenouillant devant le corps immobile de la jeune femme qui était tombé au sol.
Il la regarda longuement.
Trop de sang. Du sang partout...
Le jeune s'obligea a fermer les yeux, et arreta sa respiration qui devenait bruyante. Il ne voulait pas.. Non...

Son visage se raprochait de celui de la jeune femme, ses lèvres touchant presque sa peau qui avait une teinte rouge, sous le sang des nombreux hommes qu'elle semblait avoir tuer avec brutalité... Elle rentrèrent enfin en contacte avec celle-ci, alors que sa gorge brulante de démangeait... Comment resister?
Ses canines se dévoilèrent sous ses lèvres retroussées, brillantes a la lueur de la lune. Son corps se bloqua, alors que ses cros etaient en contact avec cette peau qu'il voulait tellement transperser.
Il ne pouvait pas. Son esprit refusait une fin si radical.
Il referma la bouche par un effort de volonté, et remarquant a quel point elle saignait, se releva légèrement et la porta, conscien que sans soin, elle mourrait.

Il la soigna pendant une semaine.
Ne quittant son poste de veilleur qu'en cas d'urgence, même son travail passa après les soins qu'il lui prodiguait. mais son sommeil continuait. La plaie commençait a cicatrisée, mais la fièvre qui avait prit la jeune femme n'avait pas baissée. Il s'inquiètait, plus que de necessaire.
C'est donc en cette matinée plutot chaudes pour un jour d'automne, que le jeuen homme prit alors une decision qu'il jugeait obligatoire. Retirant sa chemise blanche, il se glissa dans le lit de la chambre qu'il avait loué pour y entreposé le corps innerte de la jeune femme. Il se glissa donc dans les draps, tout en restant loin de la jeuen femme. Il se refusait a un contact qui ne soit pas necessaire... cela ne ferit qui leur faire du mal. Mais, devant son visage imobile, il craqua. Il posa donc une main sur sa tête, tandis qu'il se rapprochait lentement.

Il ne se faisait plus d'illusion. Ce n'etait qu'une mesure necessaire. Il n'y aurait pas de suite a leurs attirance réciproque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nuit blanche ( PV Aïlina )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nuit blanche ( PV Aïlina )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» [Bande] Gobelins de la nuit
» La nuit, même si on est nyctalope, peut être dangereuse... [PV Gïlh'Or]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Silence Des Arcanes :: Partie administration :: Corbeille :: Corbeille Oialë-
Sauter vers: