Le Silence Des Arcanes

La crainte de la guerre est encore pire que la guerre elle-même. Mais parfois, elle est nécessaire.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Du passé au futur

Aller en bas 
AuteurMessage
Elaryan
Princesse de Cala - Admin
avatar

Nombre de messages : 1082
Age : 26
Race : Humaine (... ou pas ?)
Armes : Approchez et vous le saurez bien assez tôt
Compagnon ( Compagne ) : Ouvrez les yeux et vous comprendrez par vous même que nul n'est digne de mériter son coeur
Date d'inscription : 08/07/2006

Feuille de personnage
Amour: Vous êtes sûrs de savoir de qui il est question ? On parle d'Elaryan, là xD
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Du passé au futur   Lun 9 Juil - 12:29

Il y a quelques années, déjà, La même princesse de Cala était assise au même endroit, la peur au ventre à la recherche de quelque chose qu’elle n’avait pas encore trouvé, quelque chose appelé vengeance. Oh, elle en avait trouvé, elle en avait tué, des kershans, mais jamais assez à son goût. Ils les avaient tué ses parents, ils avaient fait de sa vie un véritable cauchemar et la fin de son cauchemar commença justement à cet endroit. Enbal ... Il l’aurait tuée, sans la moindre pité ... Mais Envir avait été là, au bon moment, au bon endroit. Et puis, il y eut ensuite son entrainement et son attachement pour son maître, celui qui avait remplacé l’absence de son père, drôle de manière d’éduquer sa fille, effectivement. Mais El’ s’en était sortie, elle avait survécut à la douleur, elle avait survécut à l’absence et à la souffrance, bien qu’elle ne soit jamais comparable à certaines douleurs qu’elle dut subir par la suite. Cela allait de soi, elle ne connaissait pas son futur et puis, il n’eut pas que douleur et ombre, il eut aussi bonheur et lumière, beaucoup de lumière et énormément de bonheur. Alors, était-ce bon de se morfondre ainsi tandis que d’autres souffraient plus encore ? Non, pas vraiment, El’ allait s’en convaincre, elle était entrain de se dire ça, justement. Elle tentait désespérément de se persuadé que son cas n’était pas si atroce. Après tout, il y avait des gens qui souffraient plus encore et qui ne disaient rien, eux. Alors qu’elle se plaignait comme une enfant d’une dizaine d’année à qui on aurait refusé un caprice.
Se rendant compte du ridicule de sa situation, El’ se leva, debout au milieu d’une plaine silencieuse. Elle ferma les yeux, laissant le vent la caresser, Dana serait avec elle, toujours, elle la protégerait. Et puis, Elaryan avait Maiev’, elle aussi veillerait sur la jeune femme. Le vent ... Cette arcane si noble, si pure, toujours en mouvement, s’amusant à droite à gauche, sans jamais être fidèle.

Caché dans des buissons un jeune kershan observait la belle princesse. Il attendait le bon moment pour prouver aux siens qu’il était digne d’eux. Un test, et c’était sur Elaryan qu’il était tombé, le pauvre, il ne ferrait jamais partie des kershans à part entière, puisqu’il ne sera plus là pour leur prouver à quel point il leur fut fidèle. Mais, n’avançons pas les choses trop rapidement. Le jeune kershan était bien planqué dans ces petits buissons. Invisible et inaudible, selon lui, du moins. Maiev’ s’était réveillée, discrète et réellement invisible, elle expliqua vite fait la situation à Elaryan qui ne bougea pas d’un pouce, ne voulant pas trahir ses actions futures.
Le kershan, persuadé que le moment d’attaquer était venu, s’élança de tout son poids, brandissant sa hache, désirant très certainement toucher la jeune femme au dos. Cette dernière, avertie au dernier moment par Maiev’ dégaina son épée et, d’un geste rapide, sûr et précis, elle se retourna et trancha au passage la première partie du corps du lézard qui se trouvait à sa portée. Ainsi courbé, mauvaise technique d’attaque, le kershan se retrouvait avec la gorge ouverte, un jet de liquide éjectant puissamment se cet organe vital. Le regard de la princesse se teintait de noir alors que son ennemi commençait à agoniser devant ses yeux, agenouillé à ses pieds, la hache tombée au sol. Il n'étit qu'au début de sa mort et pourtant, il tremblait de peur.
Elaryan se baissa à sa hauteur, alors que le pauvre kershan tentait de boucher la fente qui ornait sa gorge en plaçant désespérément ses mains dessus, et murmura sombrement :


« Pauvre fou, sais-tu seulement qui je suis ? »

Elle n’attendait pas de réponse, sachant que prononcer un son était impossible au monstre, pour le moment et pour toujours. Elle lui faisait l’honneur d’être la dernière personne qu’il verrait. La pitié ? Non, certainement pas. Et encore moins pour ces monstres, ces chiens. Elle les crèverait tous autant qu’il étaient ! Sifflant les derniers mots que le kershan allait entendre, Elaryan lui expliqua avec une lenteur calculée, son visage aussi proche de la bête que possible :

« Je suis Elaryan Valar Aratar, guerrière et princesse de Cala et je suis de retour ! »

Comme dégoûtée, elle s’éloigna rapidement du kershan et le regarda mourir en suppliant du regard de ne pas l’abandonner dans cet état. Oh, elle le savait, il aurait donné n’importe quoi pour la vie, mais elle ne lui ferrait jamais un tel cadeau, il pouvait encore rêver. Elaryan ne souriait pas, ses yeux étaient glacés, elle le regardait se convulser sur le sol, secoué par de violents tremblements, son corps ne lui appartenait plus désormais. Et il souffrait, les mains sur sa gorge, tentant encore et toujours d’empêcher le sang de couler, mais c’était trop tard, il ne lui restait plus qu’une minute ou deux à vivre. Il réussit à gémir, bel effort qu'il n'aurait pourtant pas du faire : Le liquide sanguin se fraya un passage dans la tranchée fendue jusqu'aux poumons ce qui provoqua une forte toux chez le kershan. Et au même moment, il recracha du sang, ce dernier affluant dans sa bouche ... Le voilà qui étouffait sous la pression du liquide rougeâtre. Après deux secousses, son corps se paralysa, les yeux et la bouche ouverts, il était mort, gisant sur le sol, dans le sang qui lui avait permis de vivre un demi-heure plus tôt, sous le regard imperturbable de la princesse.

_________________
    ♦ Parce que la vie n'est peut-être pas si abominable...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inay
Floodeuse en Chef
avatar

Nombre de messages : 2084
Race : Humaine... Enfin je crois.
Date d'inscription : 05/07/2006

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Du passé au futur   Ven 13 Juil - 17:23

" Je ne sais pas si c'est une bonne ou une mauvaise chose... "

La voix qui venait de s'élever dans le silence était extraordinairement douce. Une voix de velours, calme, et qui ne masquait aucun piège. Elle était juste ainsi, telle qu'elle devrait être. Presque ... Affectueuse. Même si l'on sentait la trace de la question sous-jacente, il y avait également du respect dans cette voix.

" .... Tu as beaucoup changée... "

La voix venait d'une jeune femme qui tournait le dos à Elaryan. Elle était assise sur un rocher. Son regard se portait sur l'horizon avec une sorte de nostalgie. Très loin, à des lieux de là, se trouvait l'Océan Janatis, et plus loin encore, se trouvait son pays... Féorya.
Ses longs cheveux châtains aux reflets dorés flottaient doucement derrière elle, portés par la brise paresseuse. [ Je n'ai pas parlé de la mèche blanche vu qu'elle apparaît dans le topic avec Arthur. Topic qui n'est pas encore terminé ( Pô juste... J'veux la suiiiteeeeuuuu xD ) ] La légère chemise blanche qui la couvrait semblait vouloir danser dans le vent, et dévoilait parfois quelques pouces de peau nue. Un sabre était accroché dans son dos et émettait une étrange lumière à travers son fourreau. Une dague finement gravée était accrochée à la cuisse de la femme. La lame de l'arme était à nu.


".... Mais je suis vraiment heureuse de te revoir. "

La femme se releva, tournant toujours le dos à Elaryan. D'un geste presque négligent, elle ôta les quelques brins d'herbe qui s'était posé sur son pantalon de cuir. Ses oreilles pointues émergeaient de sa longue chevelure brune alors qu'elle se retournait lentement vers la princesse Calienne.
Son mouvement dévoila un joli visage, aux traits fins, et un regard couleur d'émeraude qui fixait la jeune humaine en pétillant. Un petit sourire apparut sur les lèvres de la femme.

Amatìrë d’Inlinnor.

Descendante de Dana, fille d’Andùnë d’Inlinnor, et peut être d’Envir Valar Aratar, future mère et surtout, sœur et meilleure amie d’Elaryan Valar Aratar.
Quand je dis qu’elle était peut être la fille d’Envir, je fais référence à une loi de Féorya, le pays où elle est née. Il n’y a pas de problème pour savoir qui est la mère d’un enfant, mais pour le père c’est plus compliqué, aussi y a t’on installé un système simple. L’homme à dix ans, à partir de la naissance de l’enfant, pour aller se déclarer comme le père de l’enfant, avec confirmation de la mère. C’est pour cela qu’il arrive que le père, élevant l’enfant, et le père biologique ne soit pas les mêmes personnes. La loi à Féorya a conclut que le père d’un enfant est celui qui l’élève, celui que le petit appelle Papa, pas le père biologique.
Malheureusement, Envir n’est jamais venu à Féorya, il n’a jamais essayé de connaître la petite Amatìrë. Bon d’accord, il n’était même pas au courant qu’Andùnë était enceinte, mais ca, une petite fille ne peux pas le comprendre. Il faut avouer, que durant son enfance, la jeune demi-elfe conçut une vive rancœur pour ce père qui ne devait pas l’aimer, puisqu’il ne voulait même pas la connaître. Lorsqu’elle appris à le connaître, elle comprit que ce n’était pas entièrement sa faute, mais il est vrai qu’elle lui pardonne moins facilement ses « écarts de conduite ».

Mais revenons à ce qui se passe en ce moment.
La demi-elfe sourit joyeusement, ne faisant pas attention au cadavre à quelques mètres de l’humaine, et bondit au cou de sa sœur avec un petit rire. Elle mourrait d’envie de lui demander où elle était passée, mais c’était une question indiscrète, et El’ avait le droit de garder ses secrets. Amatìrë lui cachait beaucoup de choses. Peu être trop, mais certains secrets n’étaient pas les siens, et elle n’avait aucun droit dessus.

Chose étrange, il n’y avait aucune trace de la grande unisus noire. Slika, la belle féal qui suivait Amatìrë comme son ombre n’étais pas là. Le lien entre les deux compagnes s’était rompue. La licorne ailée restait à Cala, pour l’éternité, alors que la Dalharen repartait pour la patrie de ses ancêtres, pour son pays, pour Féorya.


[ C'est court, mais je n'avais pas d'idées pour arriver, désolée ^^' ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elaryan
Princesse de Cala - Admin
avatar

Nombre de messages : 1082
Age : 26
Race : Humaine (... ou pas ?)
Armes : Approchez et vous le saurez bien assez tôt
Compagnon ( Compagne ) : Ouvrez les yeux et vous comprendrez par vous même que nul n'est digne de mériter son coeur
Date d'inscription : 08/07/2006

Feuille de personnage
Amour: Vous êtes sûrs de savoir de qui il est question ? On parle d'Elaryan, là xD
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Du passé au futur   Ven 27 Juil - 12:46

[T'inquiète pas, moi j'ai mis quatr ans avant de répondre ^^' ]

" Je ne sais pas si c'est une bonne ou une mauvaise chose... "

Inutile de préciser qu’Elaryan n’avait pas la moindre idée de qui venait de lui parler. En fait, elle n’avait pas reconnut cette voix qui avait énormément changé. Elle s’était raidit, sans un mot, sans un bruit, mais son esprit fulminait. Comment osait-on sous-entendre une chose pareille ?! Comment osait-on ... Mais Amatìrë avait osé énormément de choses, depuis que les deux jeunes femmes se connaissaient – ce qui veut dire, depuis toujours. Elle se serait presque retournée pour faire face à cette femme – car c’était inexorablement une voix féminine – qui osait la défier ainsi. On ne défiait pas Elaryan sans savoir qui elle était car cela pourrait coûter très cher. Et la femme qu’était devenue notre princesse était désormais sans pitié.
Cela dit, elle ne répliqua rien. Il ne fallait jamais montrer que l’on était vexé, blessé ou choqué. C’était un avantage phénoménal, pour l’ennemi et c’était une erreur de débutants. Elle se tut donc, préférant réellement se contenter d’une bouffée d’air qu’elle prit lentement. Elaryan s’était relevée, elle avait peur, malgré tout, même si elle ne le montrait pas, elle avait peur. Peur de savoir qui se trouvait derrière elle. Elle voulait le savoir et pourtant ...


" .... Tu as beaucoup changée... "

Alors, c’était quelqu’un qui la connaissait. Qui la connaissait peut-être bien mieux qu’elle-même ne se connaissait ... Ou peut-être n’était-ce que quelqu’un qui pensait la connaître. Après tout, elle-même ne se connaissait pas, comment alors pouvait-on dire qu’elle avait changé ? Oh, évidemment, elle avait changé, elle ne le niait pas, c’était un peu contradictoire, c’est vrai, mais, ceci, elle le savait. On ne lui cachait rien, on ne lui apprenait rien non plus. Elle ferma les yeux un instant, comme transportée ailleurs. Ce n’était pas la première fois qu’on lui disait qu’elle avait changé, serait-ce la dernière ? Elle l’ignorait encore ... Au fond, elle ne voulait pas le savoir, elle préférait ne rien savoir.

El’ se décida. Elle du prendre son courage à deux mains car – même si certains dirons le contraire – ce n’était pas facile de regarder les gens en face et encore moins qu’on on ne savait pas en face de qui on allait se retrouver. Elle respira un grand coup, histoire de ne pas se décourager et s’enfuir au dernier moment.
Elle avait peur.

Le choc lui coupa le souffle. Non, elle ne devait pas se montrer faible, elle ne devait pas, elle n’avait pas le droit. Et pourtant. C’était sa sœur qu’elle retrouvait là, juste devant elle. Sa sœur qui avait elle aussi tellement changé, physiquement, tout du moins. Elle était devenue plus belle, plus épanouie ... Magnifique. Sa sœur. El’ porta une main à son cœur, geste qui était automatique mais elle n’osa bouger. Sa sœur. Non, elle n’en revenait pas. Personne ne lui avait parlé d’elle depuis qu’Elaryan était de retour à Cala. Bon, d’accord, ça ne faisait pas si longtemps que ça, mais tout de même, elle aurait du entendre parler d’Ama’, non ? Après tout, toutes deux étaient les princesses les plus turbulentes et têtues de tout les temps ! Elles n’en faisaient qu’à leur tête, elles ne respectaient aucune règle, elles partaient au beau milieu de la nuit pour aller combattre les kershans. Sa sœur.


« Ama’ ? »

On aurait pu lui mettre Enbal sous les yeux qu’Elaryan n’aurait pas réagis différemment. Enfin, elle aurait bien essayé de le tuer, mais cela aurait certainement été peine perdue. Il faut dire qu’elle n’avait pas grande chance face au Kershan le plus puissant de tous. Enfin, on pouvait toujours rêver, hein, ce n’était pas interdit ! Enfin, si un jour elle l’attrapait, ça allait saigner ! [La miss qui ne se fait aucun film xD]
Disons que, en ce moment, El’ venait de poser une question indirectement. Et oui, elle venait de demander à la personne en face d’elle – qui, étrangement, ressemblait beaucoup à sa sœur [xD] – si c’était bien sa sœur, justement. Vous me suivez ?
La bouche entrouverte, les yeux écarquillés, elle n’y croyait pas. Il fallait dire, cela faisait tellement longtemps qu’elle ne l’avait pas vue. Et puis, elle lui avait tellement manqué. Comme toute sa famille, d’ailleurs ... Mais, nous y reviendrons plus tard. Passons.

Elaryan s’approcha lentement, comme si elle craignait qu’un kershan ne se soit déguisé en sa sœur bien aimée pour lui tendre un piège. Ou alors simplement parce qu’elle était émue et qu’elle avait de la peine à se convaincre de ce qu’elle voyait, je ne saurais le dire. La jeune femme, quoiqu’il en fût, avança à pas lent, un peu hachés, peut-être par l’angoisse. Elle avait peur, au fond et l’idée qu’Ama’ ne disparaisse juste après cette visite surprise la laissait anxieuse, justement.
Arrivée à proximité, El’ tendit la main pour la poser sur le visage aux traits fins de sa sœur, sa meilleure amie, celle qu’elle avait perdue et, à présent, retrouvée. Sans pouvoir se retenir, elle prit Ama’ dans ses bras et murmura, tellement doucement qu’elle se demanda, un instant, si la demi-elfe avait comprit le sens de ses mots.


« Je suis heureuse de te revoir, moi aussi. Tu m’as tellement manqué. »

Boum. Son armure venait de voler en éclat au moment où elle avait prononcé ces mots. Comment allait-elle faire pour se protéger, maintenant ? Oh bien sûr, elle physiquement, elle ne craignait rien du tout, mais, mentalement, elle pourrait être détruite plus d’une fois et les blessures ne se guériraient pas aussi vite que ce que l’on pourrait croire.
Une larme, une seule, roula sur la joue de la guerrière aux yeux émeraude. Un signe, peut-être ?

_________________
    ♦ Parce que la vie n'est peut-être pas si abominable...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Du passé au futur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Du passé au futur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présent, Passé et Futur [Kinjutsu]
» Echange "Futur et Passé"
» On ne peut oublier le passé, mais le futur peut l'enfouir || Vent du Sahara
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Silence Des Arcanes :: Partie administration :: Corbeille :: Corbeille Cala-
Sauter vers: