Le Silence Des Arcanes

La crainte de la guerre est encore pire que la guerre elle-même. Mais parfois, elle est nécessaire.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une journée merveilleuse [PV Cel' ^__^] [Nisferla]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evangeline
Grande prêtresse de Cala - Admin
avatar

Nombre de messages : 1040
Age : 24
Race : Ombre
Date d'inscription : 12/09/2006

Feuille de personnage
Amour: Personne
Niveau:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Une journée merveilleuse [PV Cel' ^__^] [Nisferla]   Mer 21 Mar - 20:26

Le soleil perçait à travers les nuages grisâtes et brumeux. Les rayons de l'astre du jour éclairaient la cité de Nisferla et donnaient à la ville une animosité hors norme. Les belles façades aux murs blancs grisonnant jouaient de ses contrastes avec la mer bleu foncé. C'était une journée idéale, et tous les habitants étaient sortis de leurs maisonnettes pour se rejoindre sur la place publique. Un marché s'y tenait et les commerçants braillaient à tout va, tandis que les humains écoutaient leurs offres intéressantes. Les femmes bavardaient bruyamment tout en s'extasiant devant des étoffes de tissus multicolores. Les hommes, eux, s'empressaient de se rejoindre à la taverne après avoir fait leur petit commerce, tandis que leurs épouses continuaient de faire les courses. Ici et là, des gamins jouaient entre eux à des parties éprouvantes de chat et de cache-cache. Ils riaient, ne cessaient de s’amuser comme des petits fous, et cela ajoutait un peu plus de gaieté à la scène conviviale qui se dressait en cette merveilleuse journée. Oui, c'était vraiment un jour parfait. Tout le monde était heureux.
Tout le monde, sauf une certaine demoiselle... Elle se faufilait à travers la foule du marché, esquivant les quelques passant aux gestes trop brusques. Les étalages défilaient devant elle, aussi différents et original les uns que les autres et pourtant, elle ne les regardait pas. Pour elle, tout semblait invisible, tout était vague et sans importance. Ou plutôt, c’était elle qui semblait invisible, vague et sans aucune importance.
Ses pas étaient réguliers et elle marchait à bon train pour sortir cette place publique, décidément bien différente de son humeur du jour. Son petit panier en osier se balançait au rythme de ses enjambées et sa jupe en faisait de même. La jeune Ombre était particulièrement resplendissante aujourd'hui, peut-être grâce au décor qui l'entourait. Ses beaux cheveux longs écarlates retombaient gracieusement sur sa robe soyeuse couleur sang. Son visage était dépourvu d'émotion et les cernes sous ses yeux dénonçaient ses longues nuits d'insomnie. Toutefois, le soleil offrait à son teint presque transparent, une grâce, dont elle-même ignorait l’existence.
Beaucoup d'habitants se retournaient à son passage, mais la belle prêtresse ne s’en apercevait pas, ou bien faisait semblant de ne pas les voir. Avec le temps, elle devenait beaucoup plus jolie, mais ne se rendait pas compte de ces changements bénéfiques.
Son coeur était bien trop triste et toujours en phase de guérison, pour qu'elle ne se concentre sur quelque chose d'aussi secondaire que son physique.
Enfin, elle déboucha sur le port et se sépara définitivement du marché qui était toujours aussi animé et bruyant. La jeune fille inspira une bouffée de cet air marin et salé, bien nouveau pour elle. Il est vrai que, malgré toutes les années où elle habitait en terre de lumière, elle ne s’était toujours pas habituée à cet endroit qui lui était quasiment inconnu, faute de sa détermination fanée pour visiter les lieux
Ses beaux yeux émeraude scrutèrent le port où débouchaient de grands et imposants bateaux marchands. Les marins s'empressaient de décharger les copieuses cargaisons tandis que certains matelots, jeunes, insouciants et inexorablement distraits, affichaient de grands sourires charmeurs et agitaient leur main pour adresser un salut à la jeune prêtresse. Encore une fois, elle les ignorait et avançait rapidement, sans prendre compte de ce qui l'entourait, de qui s’intéressait à elle. Perdue dans ses pensées, elle n’eut pas le temps d’apercevoir la personne qui venait à sa rencontre, d’un pas assuré, elle aussi. Ce fut dans un mouvement de surprise, que la jeune fille se cogna brutalement contre quelque chose de dur.
Sans tenter de résister à cette confrontation soudaine, elle tomba joliment sur les pavés scintillants. Son panier roula sur le côté, laissant apparaître de nombreuses fioles aux couleurs différentes et aux substances pour la plupart douteuses. Certaines d'entre elles se brisèrent au contact du sol, tout en laissant échapper des filets de fumées noirâtre ou ocre.
Evangeline jura en apercevant ses précieuses emplettes se dissoudrent sous ses yeux endormis. En réalité, elle avait tenté de pester, mais était d’humeur tellement passagère et passive qu'elle ne se rendit pas vraiment compte de la situation déplaisante.
Doucement, elle tenta de se relever mais étrangement, n'y parvint pas. Elle était peut-être à bout de force, ou bien le choc avait été trop brutal et elle était encore légèrement sonnée de sa chute imprévue. Ou bien encore, était-ce un mélange des deux ?
Son regard vide et épuisé se posa sur le coupable qui venait de lui gâcher sa journée qui aurait consisté à un programme peu varié, comprenant de nombreuses heures à la création de potions, l’activité à laquelle s’employait la jeune magicienne lorsqu’elle s’ennuyait ou souhaitait oublier. Quoi que… Peut-être l'avait-il sauvé d'une nouvelle journée ennuyeuse à mourir qu'elle aurait passée toute seule, une fois de plus...
Qui sait ?

_________________


Dernière édition par le Dim 17 Juin - 18:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com/index.htm
Celéndil
Maître des Neuf
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 08/10/2006

Feuille de personnage
Amour: Orora, mais il y a des siècles que la vie l’a quitté
Niveau:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: Une journée merveilleuse [PV Cel' ^__^] [Nisferla]   Dim 17 Juin - 15:31

Comme le disent si bien les oiseaux : Soleil qui brille, journée de chasse prodige !
Enfin, pour autant que l'on puisse prendre au sérieux les babillements des troupes de mouettes. Il est bien connu que ce sont des oiseaux braillards et pas très bien élevés … Voir pas du tout, mais nous ne sommes pas ici pour discuter de l’élévation morale de certaines créatures ailées, mais d’un elfe bien particulier.
Oui, je pensais à Celéndil.
L’elfe noir avait accosté à Nisferla quelques jours, le temps de faire quelques réparations sur son bateau.

[ Celén’ ->> On dit un navire, ou un vaisseau. Pas un bateau
Moi ->> Si tu veux mon chou -__-‘ si tu veux … ]

Réparer son navire disais-je. Dragon Noir appréciait moyennement d’avoir un trou dans la coque et le mat en morceau. Aujourd’hui, c’était repos pour l’équipage. Et même s’il était le capitaine du vaisseau, Celén’ se considérait comme faisant partie de l’équipage, et il était parti explorer la ville.

L’homme marchait dans les rues d’un pas tranquille et assuré.
Dragon Noir, maintenant en état, entretenait un lien télépathique avec son capitaine, mais il ne discutait pas avec lui. Celéndil s’arrêta au milieu de la chaussée et leva son visage vers le ciel.
Nisferla lui rappelait la ville où il avait rencontré Orora. Mais cette ville avait été détruite, il y a des milliers d’années, ce n’était plus la peine d’y penser.
Se morigénant mentalement, il se remit à marché en grommelant. Il n’y avait pas cent une façons de faire une ville portuaire, mais lui il devait cesser de penser à Orora. Sa fiancée était morte, et cela faisait plus de quatre mille ans. Il ne faisait que se blesser en songeant à elle.

Et oui, malgré ses airs de coureur de jupons, le grand capitaine pirate pleurait toujours la mort de sa fiancée, il y a des milliers d’années …
Il faut avouer qu’avec sa crinière de cheveux blancs, dont la longueur variait au fil de ces envies, et sa peau noire comme une nuit d’orage, il intriguait les demoiselles des deux continents. Sa silhouette souple et sa solide carrure, conquérait le cœur des jeunes femmes.
Et enfin, ses yeux de fauve, doré comme ceux d’un loup, et son statut de Chef des Neuf effrayait et emplissait d’admiration tous les jeunes gens. Enfin, disons la plupart.

Contrairement a sa réputation, l’elfe noir profitait rarement de ce qu’il aurait pu facilement obtenir. Pour ceux qui n’auraient pas compris, une nuit agréable avec certaines jeunes personnes.


* Dragon ? *
* Oui Ô mon capitaine ? *
* Je rentre. *
* Tiens donc, pas de jolies compagnes cette fois ? *
* Très drôle Dragon, je n’ai jamais ramené personne sur ton pont. Tu es la seule vivenef à avoir rejoint les pirates. Ca, ca a tendance à marquer les jeunes femmes. *
* Si tu le dis … Je ne suis pas spécialiste en psychologie. Quoi que tu devrais être un sujet d'étude intéressant *


Celéndil soupira. Son vaisseau était bien gentil, c’était même un excellent navire de guerre, mais il avait un sens de l’humour absolument déplorable.
Reprenant sa marche, il alla d’un pas vif dans les rues qui menaient au bord.
Ce soir, ils levaient l’ancre, ca allait lui faire du bien. Prendre la mer lui faisait toujours du bien. Il n’avait plus qu’un seul amour désormais, et c’était la Mer.
Cette créature toute-puissante qui pansait toutes les plaies. Cette être avec une personnalité bien à elle. Oui, il aimait la mer.

Toujours de sa démarche féline, il s’engagea avec vivacité dans une avenue, sans remarquer que quelqu’un allait tout aussi vivement dans une autre direction.
Les mains dans les poches, l’homme sentit assez brusquement une personne entrer en contact de façon brutale avec son torse.
Celén’ baissa la tête et constata que la victime de cet accident n’était autre qu’une charmante jeune femme aux cheveux écarlates et a l’air un peu éteint. Un deuil ?

Toujours aussi galant ( si, si ! Ca lui arrive parfois, j’vous jure xD ) il se baissa et aida la demoiselle a ramasser ses emplettes. D’une voix douce, la même qu’il utilisait pour s’approcher d’un animal gravement blessé et essayer de le soigner, il lui parla d’un ton tranquille.


« Qui a bien pu faire tant de mal a une aussi jolie demoiselle pour que vous ne regardiez plus même ou vous aller ? Si je le tenais, je le forcerais à s’excuser. »

L’important n’était pas ce qu’il disait, mais le ton sur lequel il le disait, là était tout le secret. L’homme tentait d’amadouer la jeune prêtresse, pour ne pas l’effrayer.
Pas qu’il soit effrayant… Enfin si mais bon, mais il était très gentil quand il voulait, et les demoiselles avec ce genre de tête avaient une sérieuse tendance a l’attendrire.
Bon d’accord, c’est mauvais pour la santé. Mais on a tous ses petits défauts non ?

Prenant délicatement la main d’Evangeline, il l’aida à se relever galamment. Une fois qu’elle se fut redressée, il lui rendit son panier.


« Puis-je vous demander votre nom ? »

[ Désolée c’est moyen. J’avais vraiment du mal ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evangeline
Grande prêtresse de Cala - Admin
avatar

Nombre de messages : 1040
Age : 24
Race : Ombre
Date d'inscription : 12/09/2006

Feuille de personnage
Amour: Personne
Niveau:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: Une journée merveilleuse [PV Cel' ^__^] [Nisferla]   Jeu 21 Juin - 16:05

[Nan, c'est très bien Cel' ! ^____^]

Qui avait bien pu faire du mal à cette jeune fille à un point tel qu'elle ne regardait plus où elle allait ?
Evangeline aurait bien aimé répondre à l'inconnu, lui dire qui était responsable de son état désastreux. Elle aurait aimé lui raconter son histoire, ses peines et sa douleur. Sa si grande douleur... Les battements de son coeur, insupportables à écouter et le goût amer qu'elle avait constamment à l'âme. Son besoin constant de mettre fin à sa vie, alors qu’on lui demandait de vivre longtemps. Son ressentiment vis-à-vis de tout, de n'importe qui, son ressentiment vis-à-vis de sa propre personne. Elle aurait adoré se confier à quelqu'un, se libérer de cette malédiction. Elle aurait tant aimé... mais en était incapable, pitoyablement incapable.
Mais qui avait bien pu faire du mal à cette jeune fille à un point tel qu'elle ne regardait plus où elle allait ?
Evangeline avait peur de la réponse. Elle l'évitait et s'apitoyait sur son triste sort, repoussant éternellement le moment où elle devrait y répondre. Personne dans son entourage n'était responsable, elle le savait. Elle savait aussi qui était le bourreau de son cœur, qui la martyrisait ainsi. Elle était persuadée d'avoir trouvé la réponse... mais la refusait avec une haine et un dégoût profonds. Son propre diable, sa propre rivale, celle qu’elle n’acceptait plus, c'était elle-même...
Depuis quelques temps, Evageline s'était aperçut qu'elle n'était rien dans ce monde brutal. Et pourtant, elle portait un lourd et dangereux fardeau sur les épaules. Un triste passé, aussi.
La jeune fille était destinée à faire re-vivre la race des Ombres... Cette famille à laquelle elle avait été si proche... Cette famille qui l'avait quitté bien trop tôt, qui l'avait laissée seule. Ou plutôt, qu'elle avait abandonnée... et tuée. On avait beau lui avoir répéter des centaines et des centaines de fois : "Ce n'est pas toi ! Ecoute-moi, ce n'est pas toi !", elle secouait la tête, têtue et attristée. Non, beaucoup plus qu'une simple tristesse... Un chaos total qui ravageait son coeur et son âme jusqu'au plus profond de ses entrailles. Comme si la destruction totale de sa race était sa faute, à elle seule, et qu'elle devait réparer ses erreurs, quitte à souffrir toute son existence. Il fallait qu'elle fasse survivre sa lignée, qu'elle retrouve les siens –les quelques survivants. Mais elle n'était pas prête, elle était encore trop jeune... et beaucoup trop fragile...
Mais qui avait bien pu faire du mal à cette jeune fille à un point tel qu'elle ne regardait plus où elle allait ?
Elle ne répondit pas à la question de l’homme et baissa honteusement la tête vers le sol. Elle ne voulait pas qu'il voit... qu'il voit que son coeur souffrait, et qu'elle se refusait une délivrance. Evangeline était devenue sa propre inconnue, et elle ne se rendait même pas compte que, sur sa figure, toutes les émotions défilaient, contre son gré.
Inquiète... Soucieuse... Triste... Achevée par le chagrin... Morte...
Petit à petit, les sentiments se bousculaient sur son visage juvénile, comme une pluie déferlante d'émotions. Non, l'inconnu ne devait pas voir tout ça... Elle ne voulait pas être estimée avec pitié. Mais, la jeune fille était incapable de se rebeller face au regard qu'il lui lançait. Faible, elle était bien trop faible pour ça...
Ce sont dans ces moments de grosse déprime -le mot étant bien faible pour exprimer sa peine, qu'une aide est toujours la bienvenue. Une épaule pour vous soutenir, un allié qui vous accompagnera dans cette dure épreuve. Une lumière éblouissante et qui vous réchauffe l’âme. Une main pour vous relever et vous remettre sur pied.
C'est ce que fit le jeune homme, peut-être sans avoir conscience du geste si important qu’il effectuait. C’était bien plus que de la relever de terre qu’il lui proposait…
Quelques secondes, la jeune demoiselle observa cette main. Elle était rude, noire, fine et tellement... lisse. A elle toute seule, elle réussissait à rassurer n'importe qui, n’importe quoi. Comme si cette main possédait un pouvoir mystérieux, apaisant.
Devait-elle saisir cette opportunité ? Sans réfléchir, elle attrapa cette sauveuse et se remit debout.
Interloquée, par cette soudaine venue en aide, Evangeline ne bougea pas, le regard totalement vide. Ses yeux prirent peu à peu l'usage qui leur était accordé : regarder. Alors, elle réussit à détailler l'homme qui se tenait en face d'elle.
En premier temps, ce fut sa peau qu'elle remarqua. Elle était noire, noire comme la nuit... avec quelques reflets bleutés. Magnifique, sublimissime. Jamais encore elle n'avait vu ce genre de peau autre part que sur le corps de Cardiana, la femme du roi. Lisse, tellement lisse...
Une mèche blanche comme neige attira ensuite son attention, l'obligeant à détacher son regard de l'épiderme du jeune homme. Ses cheveux étaient d'un blanc si profond, tranchant avec animosité, sa peau si sombre. Et puis, il y avait ce visage... Une belle bouche, un nez fin, des trais délicats et minutieux. Et ces yeux... Foudroyants, animés et captivants. Tellement différents de ceux de la jeune fille. Ils étaient vivants, ces yeux, contrairement aux siens. Mais elle crut percevoir au fond de ces pupilles quelque chose de similaire aux siennes... De la peine, une infinie tristesse...
Alors, elle n'était pas seule ? D'autres personnes souffraient, elles aussi ? Mais pourquoi ? Pourquoi souffraient-ils tous ? La vie n'était-elle pas aussi belle qu'en laissait croire les chansons des troubadours ?
Non... l'existence était mal faîte, vraiment très laide. Horrible, même. Pour Evangeline, c'était simple. Elle n'avait ni amour, ni haine, ni rien. Un vide sidérale, un espace à combler. Mais elle ne savait comment...
Puis vint la question fatidique. Comment s'appelait-elle ?
Aussi loin qu'elle s'en souvenait, son prénom était "Evangeline". Il en avait toujours été ainsi, bien qu'on lui eu promis qu'à seize ans, elle en changerait.
"Tu t'appelleras... Oh, c'est une surprise !"
A l'époque, la gamine aux cheveux écarlates se mettait à bouder face à la réponse de sa mère. Toute les Ombres de son village avait eu leur deuxième nom, et pas elle. Une différence qu'elle acceptait mal... et qu'aujourd'hui, elle maudissait.
Alors oui, elle s'appelait Evangeline. Mais ces syllabes lui faisaient mal au coeur, lui rappelaient trop de souvenirs. Voila un moment qu'on ne l'avait prononcé, ce nom... Evangeline... Evangeline...
Non, il n'évoquait plus grands choses pour elle. Une appellation, sans doute. Ni plus, ni moins.
-Je... je...
En y repensant, c'était le nom qu'avait prononcé Sholembum, bons nombres de fois auparavant. Il la grondait souvent, le jeune matou. Mais maintenant, il n'était plus là pour la morigéner... Et ça lui manquait. Terriblement.
-m'app... m'appelle...
C'était avec peine qu'elle construisait sa phrase. Comme si elle n'avait plus parlé depuis des siècles. Comme si cette simple pensée envers son compagnon d'autrefois lui coupait la respiration. Parce qu'il avait été son soutien... Aujourd'hui, il avait disparu. Elle était seule.
-Evangeline...
A bout de souffle, elle avait posé sa main sur son coeur, sans prendre garde qu'elle serrait toujours celle de son interlocuteur dans sa paume. Sa bouche était toute tremblante, ses yeux aux bord des larmes. Un vrai fiasco. Sa vie était devenue épouvantable.
Quelques minutes s’écoulèrent... Mais elle ne se sentit pas le courage de demander comment se nommait son interlocuteur. Elle voulait bien savoir mais n'avait pas la force nécessaire pour continuer la conversation.
D'un regard suppliant, elle lui posa la question.
Ce n'était pas "Comment vous appelez-vous ?" mais "Peux-tu m'aider à sortir, de cet enfer ?".
Cet enfer auquel elle était rattachée... auquel elle ne pouvait se défaire... et dans lequel elle mourrait à petit feu. Chaque jour...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com/index.htm
Celéndil
Maître des Neuf
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 08/10/2006

Feuille de personnage
Amour: Orora, mais il y a des siècles que la vie l’a quitté
Niveau:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: Une journée merveilleuse [PV Cel' ^__^] [Nisferla]   Ven 29 Juin - 14:09

Celéndil ne quitta pas la jeune femme du regard. Elle avait l’air si … Si fragile, en miette. Et plus que tout au monde, à cet instant, l’elfe noir désira l’aider, pour que cette jolie demoiselle retrouve un jour le sourire.
Il était comme ca Celéndil, aimant mieux aider les autres que soi-même. Avec un pincement au cœur, il reconnut les expressions qui passaient sur le visage d’Evangeline. Il savait que déjà, elles avaient hanté son visage.
Son regard se fit très doux, se plantant dans les yeux verts de la prêtresse.
Sans mots dire, le drow l’écouta, avec ses yeux et ses oreilles. Ecoutant ses gestes, ses expressions, comprenant. Une survivante des Ombres, peut être la dernière.
Elle ressemblait tant à Orora…
L’homme eut l’impression de revivre une journée. C’est dans une telle journée, dans les mêmes circonstances, qu’il avait recueillie ce petit bout de femme, mi-elfe mi-ombre, à l’air aussi vulnérable que la jeune fille aujourd’hui. Et, c’était le même visage. Certes, Orora avait de longs cheveux noirs, très soyeux, et de grands yeux bleus, mais, elles avaient le même visage, cette même carnation si pâle, presque translucide.
Un pic de glace transperçait le cœur tendre du pirate, le rappelant à de très vieilles douleurs. Se secouant mentalement, il reporta son attention sur cette jeune Ombre qui semblait particulièrement éprouvée. Même s’il avait pu le vouloir au début, il aurait été incapable de ne pas l’aider.
Une plongée dans le regard émeraude d’Evangeline lui démontra clairement qu’elle n’était PAS une réincarnation d’Orora, et qu’à part le physique, elles n’avaient pas grand chose en commun.
Sans importance, sa décision était déjà prise.

Lorsque la demoiselle parvint à dire son nom, Celéndil lui lança un de ces regards clair et calme. Si doux et si tranquille qu’il ressemblait à une promesse. Le genre de regard qui donnait envie à tous de lui faire confiance, d’accepter de se laisser protéger par cet être étrange.
Il la regarda droit dans les yeux, avant de serrer un peu plus fort sa main. Ce simple geste aurait pu se traduire par un accord, mais d’un mouvement calme et vif, il attira la jeune fille. Evangeline se retrouva contre le torse de l’elfe noir, alors que celui approchait son visage de l’oreille de la demoiselle.
Preuve supplémentaire s’il en fallait, lorsqu’il parla, ce fut dans la langue des Ombres.


« Oui Ilsadei, petite sœur, je t’aiderais… »

Sur ces douces paroles, il rendit sa liberté de mouvement à la jeune prêtresse. Mais s’il lâcha son bras, il garda sa main dans la sienne.
L’homme inclina légèrement la tête sur le coté, et fixa Evangeline dans les yeux. Celéndil rouvrit la bouche, laissant apercevoir ses dents blanches, et ses canines plus développées que chez un être normal.


« Viens…. »

Un sourire, amical, apparut sur le visage du pirate. Il ne tira pas réellement Ev’, mais donna tous de même une petite impulsion pour lui montrer quel chemin ils prenaient.
Ils…
A dater de ce jour, le jeune homme allait devoir penser au pluriel. Car, il prenait la jeune fille sous sa protection, et il avait vraiment l’intention de la protéger. Il n’allait pas la lâcher d’une semelle…

A quelques mètres, le fier navire pirate dansait sur l’eau.
Ses voiles, blanches pour l’occasion, étaient gonflées par la légère brise marine venue du Nord. Sa fière figure de proue se dressait au-dessus de tous, et le dragon sculpté avait tourné la tête vers l’Ombre et l’elfe noir. Il avait bien étendu une patte pour montrer à la jeune fille qu’il était du même avis que son capitaine, mais ils étaient trop loin, et Dragon Noir pensait bien qu’elle ne l’avait pas vue.
Le vaisseau secoua la tête avec un grognement. Etant une vivenef, un navire vivant, avec une âme, il pouvait parler. Par la bouche de sa figure de proue, mais aussi par télépathie avec son équipage, et plus particulièrement avec son capitaine. Mais là, Celéndil avait fermé son esprit, et il ne parvenait pas à le contacter.
Dragon Noir sourit tout de même, il allait bien s’amuser. Le dragon de la figure de proue leva la tête vers le ciel et poussa un puissant rugissement qui fit sursauter toutes les personnes dans les rues de Nisferla.
Celéndil compris.
Il tourna la tête avec un grognement, marmonnant quelques choses qui pouvait se traduire par « foutu vivenef », et rouvrit son esprit au navire vivant. Le problème, c’est que Dragon se permit d’entrer aussi dans l’esprit d’Evangeline. Au moins, il y allait doucement, sans brutalité.


* CELENDIL ! Tu n’as pas intérêt à la faire s’en aller… *
* …. *


Avec un soupir, il se retourna vers la jeune fille, et fit une révérence extravagante destinée à la faire sourire. Tout cela sans lâcher sa main bien entendue.

« Mais j’ai oublié de me présenter. Je suis Celéndil, Seigneur Pirate des Neuf. »

Même sa présentation était une caricature des graaaaaaaaaaandes manières qu’affectaient les courtisans de la cour de Cala. Bon d’accord, il n’avait pas précisé qu’il était le Maître des Neuf, pas simplement l’un d’entre eux. Mais ce n’était pas particulièrement important.
Il se redressa et regarda de nouveau les beaux yeux de la demoiselle.


[ De nouveau un peu just', mais j'ai du mal avec Celén' en ce moment ^^' ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evangeline
Grande prêtresse de Cala - Admin
avatar

Nombre de messages : 1040
Age : 24
Race : Ombre
Date d'inscription : 12/09/2006

Feuille de personnage
Amour: Personne
Niveau:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: Une journée merveilleuse [PV Cel' ^__^] [Nisferla]   Mar 13 Nov - 19:49

[Hors-RP : Waaarf... Quel retard... Disoulée, j'recommencerais plus ! T__T Enfin bon... J'espère que mon "impro" du post ici présent te... plaira XD]

"Petite soeur"...
Depuis qu'Evangeline avait quitté le village, plus personne ne l'avait appelée ainsi. Sur les terres, sur chaque terre, il semblait qu'aucun être hormis elle-même ne savait prononcer un mot d’Ombre correctement, sans fautes, sans déformations, sans inventions stupides. Et surtout, avec un tant soit peu d’amour.
Les gens étaient bien froids avec elle, ils l'évitaient. Sans cesse. Parfois, de brefs moments, de jeunes prêtresses étudiantes en plante et sorts Doyl’yv, la suivaient dans les couloirs du palais, de leur jambes courtes et guillerettes, puis lui posaient une à deux questions en terme de magie. La famille royale, elle aussi, avait tenté une approche avec cette triste demoiselle aux cheveux écarlates. Souvent, Evangeline fut conviée à des conseils, invitée à de grands bals.
Elle avait tant fait pour le peuple, disait-on, tant fait pour ses "semblables". Combien de fois s'était-elle donnée corps et âme au combat, pour maintenir la survie du royaume ? Combien de demoiselles avait-elle instruites et entraînées pour concourir au titre de grande prêtresse ? Combien de souffrants, de malades avait-elle soigné grâce à ses herbes et son savoir ?
Combien ? Combien ? Combien ? Il ne s'agissait là que de chiffres...
Et, justement, Evangeline se demandait quel prix lui avait coûté ses bonnes actions.
La demoiselle faisait le bien autour d'elle, inconsciemment la plupart du temps. On l'appréciait, on la remerciait, parfois même on l'admirait. Mais, semblable à un spectre, la jeune fille ne ressentait aucunement ces regards timides mais sincères. Et personne n'insistait sur ce point.
"Petite soeur"...
Hormis le fait extravagant d'être enlacée par un inconnu, entendre cette appellation familiale, prononcée en sa langue natale de surcroît, était d'une curiosité presque choquante dans son petit coeur fragile.
Pourquoi lui, et non un autre la prenait sous son aile ? Où avait-il appris à parler l'Ombraste Kautivv, le langage familier de sa race ?
Comme dans l'ancien temps, une foule de questions traversa son esprit et vint se caser dans un recoins poussiéreux de l’âme meurtrie, trop longtemps mis de côté : "A élucider.".
Interloquée par cette soudaine affection, Evangeline se laissa entraîner sans retenue, ne cherchant pas à savoir où l'inconnu la conduisait, ne prenant aucunement la peine de ramasser ses emplettes.
Elle courut presque, tirée gentiment par la main de l'homme. Ses pas légers l'entraînèrent un peu plus près du port et une immensité occupa son champ de vision. Un bateau remarquable...
Béate à la vue de pareille grandeur, merveilleuse, splendide ou que savait-elle encore, Evangeline demeura bouche bée, les yeux grands ouverts. Ce ne fut que lorsqu'une voix retentit à l'intérieur d'elle-même qu'elle daigna sortir de sa "léthargie" admirative.
* CELENDIL ! Tu n’as pas intérêt à la faire s’en aller… *
Qui ? Qui parlait ? , voilà ce qu'elle se demandait sans pour autant oser le retranscrire en message télépathique.
Alors, sans doute pour expliquer la beuglante mentale, l'inconnu se tourna vers elle. Il mima les gestes de courtoisie, de nobles gens. Evangeline ne cilla pas. Les forces lui manquaient.
« Mais j’ai oublié de me présenter. Je suis Celéndil, Seigneur Pirate des Neuf. »
Non, l'homme n'expliquait rien du tout. Ou, pour être un peu plus positive, il s'expliquait lui, se présentait selon ses dires. Mais rien de tout cela, ni le nom, ni le titre - qu'était-ce un seigneur pirate, d'ailleurs ? - ne donnait réponse au QUI venait de s'incruster dans son esprit.
Un titillement obligea Evangeline à tourner la tête et ses yeux se braquèrent sur un dragon sculpté en haut du navire, créature qui semblait on ne peux plus vivante. A ceci près de sa forme douteuse et quelque peu... matérielle.
De plus en plus impressionnée par le spectacle improvisé, la jeune fille commençait à s'affoler intérieurement. Voilà longtemps qu'elle n'avait réagit de la sorte. D'habitude, c'était un air blasé qui s'affichait sur son visage blanc, presque translucide. Mais là...
-Ah… Mais... Je... Celéndil... Le bateau... Vous... IL PARLE ????
Presque hurlée, sa fin de phrase partait dans des aiguës enfantins. Et, je ne sais pas si ce fut le bateau qui l'effraya, le fait qu'elle n'était plus impassible ou bien encore son piaillement ravissant, mais la jeune prêtresse se mit à courir en direction de la vivenef.
Et...

S’écrasa lamentablement contre l'avant du navire.
*Comment monte-on sur cet engin ???* se demandait-elle sans trop savoir pourquoi. (et moi-même, narratrice, je me demande les causes de cet étonnant remue-méninges).
Affalée à terre, les fesses tombées lourdement sur le sol pavé, la demoiselle se releva aussi vite qu'elle s’était écroulée et se mit à taper de toute ses forces contre la paroi de bois.
Pam ! Pam ! Pam !
Ses petits points précaires avaient beau frapper, frapper et frapper encore, rien n'advenait.
-Toi ! Toi, le bateau ! Tu parles l'Ombraste, toi aussi ? Et Celéndil, comment connaît-il les mots ? LES MOTS ?! Où avez-vous pêché ces informations ? Sur quelle terre ? Quel monde ? POURQUOI PARLES-TU, BATEAU ? POURQUOI ?
Evangeline criait ses questions, se moquant royalement qu’elles n’eurent aucun sens débitées de la sorte. Comme pour extérioriser sa haine, sa souffrance, toutes ces interrogations, elle frappait.
Et puis, finalement… se mit à pleurer. Sans raison. A bout de nerf, fatiguée, épuisée, lassée, dans le flou... Bouleversée. Sanglots, torrent de chagrin.
L'espace d'un instant, Ev' était redevenue la petite fille qui sommeillait sous l'apparence sombre et craintive. Relevant la tête tout en séchant ses larmes, elle lança un regard suppliant au marin de peau noire et silhouette gracieuse.
-Dis, je peux monter sur le bateau ? J’aimerai tellement voir la mer depuis son pont, tellement... Celéndil, je peux ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com/index.htm
Celéndil
Maître des Neuf
avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 08/10/2006

Feuille de personnage
Amour: Orora, mais il y a des siècles que la vie l’a quitté
Niveau:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: Une journée merveilleuse [PV Cel' ^__^] [Nisferla]   Ven 7 Déc - 15:53

Celéndil fixa d'un air légérement éberlué la jeune fille qui partait en courant pour marteler son pauvre batiment. Certe, elle avait eu une étrange réaction en entendant Dragon beugler, mais de là à essayer de le frapper... Le demi-drow la fixa pendant 5 bonnes minutes, alors qu'elle s'essouflait à se briser les poing sur le bois du navire. Lorsque enfin elle se fut calmer, le Seigneur Pirate s'approcha de sa démarche féline, s'apprêtant à la relever pour la seconde fois de la journée, mais l'Ombre préféra se relever seule.
Constatant que l'Infante avait encore besoin de se faire les nerfs, l'homme resta à une distance respectueuse. Une bonne crise de nerf, ca peut faire énormément de bien... à vous. Des gens dotés de grands pouvoirs comme Celéndil, Evangeline, les Vampyrs, les Waenres... Ceux là devaient en général éviter de piquer des crises de nerfs, pour la santé de leur entourage en tout cas.
Enfin, Ev' sembla plus calme. Ses yeux d'or brillant d'une singulière facon derrière les cheveux blancs qui lui retombaient sur le visage, Celéndil la fixa calmement, d'un air très doux.


" Pour répondre à tes questions, j'ai appris l'Ombraste il y a très, très, très longtemps, bien avant que l'Île ne soit détruite. Dragon Noir, le vaisseau qui te servait de déstresseur, ne parle aucune langue. Il s'exprime par émotions et images que notre esprit traduit en mots. "

Un petit sourire amusé naquit sur ses lèvres.

" Et pour monter, il suffit d'emprunter la passerelle. Tu veux venir tout de suite ou continuer à frapper mon batiment ? "

Et il avait l'air si innocent et joueur à cet instant là que Dragon ne put s'empécher de rire. Le demi-dragon avait beau traité sa soeur de 'comédienne' et 'd'incorrigible cabotine', il était lui aussi un sacré numéro lorsqu'il s'en donnait la peine. Même son navire n'était pas certain d'avoir totalement cerné le sombre et exhubérant capitaine.
Pour la seconde fois, il proposa sa main à la jeune prêtresse aux cheveux écarlate, l'invitant encore à venir avec lui. Une ombre se fit voir dans le ciel, une ombre ailée, qui poussa un cri rauque avant de se poser à coté des deux 'jeunes' gens.


" Salut Bestiole... "

Le cormoran croassa encore une fois avant de tourner ses beaux petits yeux noirs vers Evangeline. Même pas deux ans, et déjà un vrai coureur de jupon, ah les hommes...
L'oiseau ne tenta néanmoins pas de se poser sur le bras de l'Ombre. Il était trop lourd et trop pataux sur une aussi petite distance pour tenter quoi que ce soit. Il se contenta d'attraper le jupon de la jeune fille dans son bec et de tirailler doucement dessus, afin de quémander quelques caresses.


" Hrum... "

Un simple regard à l'Eternel suffit à l'animal pour comprendre qu'il ferait aussi bien d'arrêter son petit manége.


Celéndil reporta son attention sur la prêtresse. Elle semblait beaucoup plus calme maintenant, c'était parfait.


« Suis moi ^^ »

Sans attendre de réponse, le capitaine pirate fit demi-tour, se dirigeant vers la mince passerelle de bois qui conduisait au pont supérieur du navire. Enfin, il vérifia tout de même qu'elle le suivait.
Etrangement, il avait comme l'impression que Lame allait directement sauter sur sa petite protégée lorsqu'elle mettrait un pied sur le pont... Il frémit d'horreur en songeant à tous les inepties que la blondinette était capable de débiter...

Le cormoran les fixa s'éloigner puis battit des ailes et reprit son envol. Le port était remplie des poissons attirés par les ordures jetés dans l'eau. Voilà un comportement qui avait toujours surpris l'homme chez les habitants des cités portuaires. Il semblait qu'une aussi grande étendue d'eau attire inévitablement l'envie de jeter des choses dedans. Ils n'avaient pas encore compris que ce qu'ils jetaient le matin revenait avec la marée du soir ?
Enfin, en tout cas, cela expliquait la puanteur des ports...

Dés qu'il eut finit de grimper la passerelle, prenant parfois la main d'Evangeline pour l'aider à ne pas perdre son équilibre, les prédictions du demi-dragon se réalisèrent.
Son Second lui sauta directement dessus, se retenant de pousser un cri hystérique, se contentant d'un for peu discret « Enfin ! ». L'elfe aux cheveux blonds cendrés prit la petite demoiselle aux cheveux rouges dans ses bras, avec une sorte de rire chaleureux.
Oui, il arrivait à Lame de ne plus mériter son nom, car en cet instant, la lame était émoussée.


« Lame, ce n'est pas ce que tu crois =.=... »

Celéndil se sentit trèèèèèès fatigué tout d'un coup... Qu'est ce qu'il avait fait pour mériter ca ? Enfin, il était certain que recevoir de l'affection ferait du bien à sa petite protégée... Et le Bosco du Dragon Noir semblait prendre cette tache très à coeur... Elle avait enfin lacher la jeune fille, mais pas effacer son sourire en tranche de courge.

[ Hop, un p'tit RP baclé par ci... x) Navrée la miss, mais faire un post en trois fois, sans aucune relecture, ca doit pas être terrible. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une journée merveilleuse [PV Cel' ^__^] [Nisferla]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une journée merveilleuse [PV Cel' ^__^] [Nisferla]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une journée en Afrique
» Une journée à Soissons
» La journée internationale de l'alphabétisation sera célébrée ce 8 septembre en H
» Un journée presque comme les autres.../ PV électrique/
» Journée habituelle..ou presque || TOPIC TERMINE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Silence Des Arcanes :: Partie administration :: Corbeille :: Corbeille Cala-
Sauter vers: