Le Silence Des Arcanes

La crainte de la guerre est encore pire que la guerre elle-même. Mais parfois, elle est nécessaire.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 De Retour [PV Am'] [Le Rocher]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Inay
Floodeuse en Chef
avatar

Nombre de messages : 2084
Race : Humaine... Enfin je crois.
Date d'inscription : 05/07/2006

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: De Retour [PV Am'] [Le Rocher]   Mar 30 Jan - 21:38

Ce n'est que lorsque le soleil éclaira de façons plus correctes les épaules et le dos d'Arthur, que la jeune femme se rendit compte que la chemise de l'elfe était toujours bander autour de son épaule.
Inhibée de sang et complètement trempée par l'averse mais au moins elle n'était pas déchirée.
Elle avait également remarqué que pour un homme de 33 ans, il était pas mal .... Et que si un jour elle devait s'entraîner avec lui, elle avait intérêt à faire attention a sa force surtout. Les muscles de l'elfe étant suffisant pour la faire se méfier. Et même si cela ne l'intéressait pas particulièrement, elle avait également vu combien était bien ciselée la musculature du guerrier.
N'importe quelle femme aurait dit "intéressant .... " mais Am' se contenta d'être un peu embétée de lui avoir 'emprunté' sa chemise.
Avec une délicatesse toute féminine, prenant garde à ne pas l'abîmer, la demi-elfe dénoua doucement le tissu blanc.
Défroissant l'habit, elle nota avec dépit que si l'eau partirait facilement avec un petit sort_ vive l'Arcane de l'Eau _ ce serait moins facile pour le sang de la marchombre qui était encore d'un rouge écarlate mais qui, elle en avait l'expérience, savait t’elle, s'accrocherait au tissu.

Gardant une oreille, et son attention, tournée vers Arkandias, elle murmura un mot et l'eau qui inhibait le vêtement tomba sur le sol avec un gros bruit d'éclaboussures.
Une partie du sang suivit mais les marques rouge vives déçurent la jeune fille qui murmura un second mot dans l'espoir de les voir partir.
Heureusement pour sa fierté, son sort eut un certain résultat et le nombre de tache écarlate diminua sensiblement.

Am' se retourna vers Arthur et lui rendit sa chemise avec un petit demi-sourire gêné.
Ladite chemise étant sèche, défroissée et presque pas tachée.


" Désolée pour les marques, je n'ai jamais été très douée avec les 'taches ménagères'. "

La fin de sa phrase était chargée d'une ironie mordante, non dirigée contre Arkandias, mais qui laissait entrevoir ce qu'elle pensait des 'taches ménagères'.
Autrement dit, pas vraiment du bien.

La réponse d'Arthur réveilla sa nature curieuse et ses informations étaient trop peu consistantes pour qu'elle s'en satisfasse.


" Pourquoi ? "

Pourquoi avoir aimer la guerre comme il l'avait fait ? Pourquoi avoir tant tué si cela le répugnait ? Pourquoi .... pourquoi.
Beaucoup de questions auquel la jeune femme aurait souhaité une réponse. Tout en respectant les secrets d'Arkandias. Si l'elfe lui avait dit franchement qu'il ne voulait pas parler de ça, elle aurait cessé de le questionner.
Mais il ne l'avait pas dit alors, la demi-elfe laissait libre cours a sa curiosité .. Débordante.

La seconde tirade du guerrier la laissa muette. La marchombre devinait la souffrance sous ses paroles et n'insista guère plus.
Son regard s'empli, non pas de pitié, mais de compassion. Comme si elle lui proposait de... de l'aider. Lui demandait d'accepter son amitié et, éventuellement, un certain soutien si un jour il en avait besoin.
Sachant que ce n'était pas le genre d'Am' de laisser aller ses émotions ou de proposer ainsi sa sympathie, Arthur ferait bien d'en profiter.

Fermant les yeux, la question de l'elfe lui fit un choc et elle tressaillit.
Rouvrant assez vivement les paupières, son regard flamboyait férocement. Elle était toujours aussi belle, mais elle était également terrifiante maintenant que la colère l'envahissait.
Encore une fois, ces sentiments négatifs n'étaient pas contre l'elfe mais ça ne rendait pas la guerrière moins redoutable.

La jeune femme crachat entre ces dents une bonne douzaine d'injures, insultes et autres jurons dans un certain nombre de langues.
A commencer par quelques jurons dans la langue sifflante des kershans, elle fit un petit détour par le langage rauque des démons et termina par quelques insultes bien senties en elfique.
Arthur avait du apprendre quelques nouvelles injures ! xD
Soit elle avait oublié qu'il était particulièrement inconvenant pour une femme de jurer ( surtout dans la langue de ses ennemis ), soit elle s'en fichait, toujours est t'il qu'Am' semblait super en rogne.


" Ces drajls ... "

Elle fit un effort pour contrôler son ressentiment et poursuivit.

" Le Conseil de la Guilde a été perverti. Des marchombres qui ne méritent pas ce nom ont usurpé des places qui sont censés revenir aux plus sages. Les marchombres se pré-occupent plus de leur liberté que des agissements de ces larves et ils étaient trop tard quand ils s'en sont rendus compte. "

" J'ai préféré partir que de rester sous l'autorité de ces fils de t'sliches qui ignorent tout de la Voie. "


Bien évidement, il restait encore des questions. Quel était cette 'Voie' dont la guerrière venait de parler comme s'il s'agissait de l'objectif 'suprême' des marchombres ? Et le Conseil, qu'était il précisément ?
A voir si elle accepterait d'y répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Arkandias
Vampyr Arcanique
avatar

Nombre de messages : 84
Race : Elfe [...?]
Armes : Aucune, sauf au moment voulu
Date d'inscription : 16/11/2006

Feuille de personnage
Amour: Hm... La jeune Amatìrë =U___U=
Niveau:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: De Retour [PV Am'] [Le Rocher]   Mer 31 Jan - 12:20

Les évènements qui suivirent passèrent bien vite et les sentiments de la princesse s’adaptèrent à leur rythme. Autrement dit: Aussi vite qu'une personne supra lunatique. Encore une facette de la demoiselle, que le bel Elfe n’avait fait qu’entrapercevoir et confirmerait dans les actions suivantes.
Comme depuis le début de leur rencontre, Arkandias ne cessait d’observer les moindres faits et geste de la princesse et il continuait de la regarder attentivement tout le long que dura son "petit tour de magie". Oui, on pouvait bien appeler cela comme ça, puisque ce n'était pas réalisé pour un cas de majeure importance comme une attaque ou une défense... La jeune femme avait dénoué la chemise de lin que le bel Elfe avait enroulé autour de son bras, quelques minutes auparavant, dans le but de stopper l'hémorragie qui coulait de la blessure. Entre temps, la demie-Elfe avait fait appel à ses pouvoirs de guérison et s'était auto cicatrisée. Les soins d'Arthur n’avaient pas servit à grand chose, il faut l'avouer. Toujours est-il qu'il avait reçu pour récompense le privilège d'être enlacé par la douce princesse. Ce qui n'avait pas été pour lui déplaire...
Dans un bruit particulièrement impressionnant, toute l'eau qui s'était appropriée les fibres du tissus se renversa sur le sol et déguerpie de la zone conquise. Malheureusement, le sang ne voulait s'avouer vaincu de si tôt et se tenait tant bien que mal au vêtement. Un second mot murmuré par Amatìrë et une bonne partie du liquide rouge déguerpi pour s’aplatir lâchement à terre. A présent, la chemise était quasi nettoyée, seul quelques taches étaient encore visibles sur le lin blanc. Après cette scène de « nettoyage », la jeune femme lui rendit le précieux vêtement non sans le gracier d'une phrase pour la moins ironique. En bon joueur et personne qui apprécie les remarques dans ce genre là, Arkandias eut un sourire à cette semi provocation envers les "devoirs" qui étaient à l'habitude destinés aux femmes des fermes ou bien aux servantes des nobles. Travaux qui n'étaient appréciée d'aucune d’entre elles mais dont elles s'obligeaient d’effectuer tandis que leur mari travaillait aux champs. Doucement, il prit le vêtement entre ses mains glacées, prenant soin de ne pas toucher la demoiselle et caressa furtivement le tissu pour bien s’assurer que l’opération avait été complète. Il ne la remercia pas à haute voix, cela aurait été inutile, mais il acquiesça d'un hochement de tête tout en gardant en mémoire la remarque amusante dont lui avait fait part la jeune femme.
Arriva ensuite la deuxième action qui changea l’expression légèrement taquine qui émanait de la princesse. Pour commencer sa curiosité fit à nouveau son apparition. Encore une fois, elle lui posa une question :"Pourquoi ?". Arthur la scruta d'un oeil curieux. Etait-il si intéressant que ça ? Ou bien était-ce juste pour s'assurer qu'elle ne parlait pas à un bandit, un voleur ou n'importe quel autre malfrat ... ?
Apparemment, les questions ne cesseraient pas de si tôt, car à chaque réponse une nouvelle fusait. En revanche, il apprécia ce que fit la demoiselle lorsqu'il prononça maladroitement sa remarque de trop. Elle ne dit rien à ce sujet et il apprécia ce tact à ne pas chercher à en savoir plus sur ce passé qu'il n'évoquait jamais.
Pour finir, la demoiselle le surprit à s'énerver de la sorte lorsqu'il évoqua la section « marchombre ». Les jurons au sujet de la confrérie fusèrent à une vitesse impressionnante, si bien qu’Arthur avait failli tressaillir en entendant les premières. Certaines le firent rire intérieurement, bien que la situation n’était pas particulièrement amusante selon la demoiselle. C’était d’autant plus amusant de son côté, puisque que ces injures, il ne les avait jamais entendu autre part que sur les champs de batailles. Plus précisément, lorsque ses ennemis se faisaient trucider par son épée ravageuse... Après cet emportement pour le moins surprenant, la demi-Elfe lui expliqua vaguement mais pourtant d'une précision hors pair les raisons de son départ. Il n'en comprit que le grosso modo et se demanda si, dans son état de fureur, il était préférable de lâcher l'affaire ou bien s'il avait le droit d'insister pour avoir les définitions des quelques choses qu’il ne saisissait pas. Afin de ne pas se recevoir de foudres en pleine figure, il préféra laisser planer les paroles de la demoiselle et se tut pendant quelques minutes. Une fois qu'il jugea la jeune princesse apte à entendre sa réponse, bien que même énervée elle devait être en situation à écouter n'importe qui, il répondit à sa question:
-Je n'avais pas d'autres choix.
Il mettait un terme à cette discussion sur le sujet de sa vie. La jeune femme n'en serait pas plus pour le moment, j'en suis désolée pour elle. Si il continuait, les limites qu'il s'était imposé seraient enfreintes et il ne désirait pas vraiment devoir en arriver là.
C'était d'autant plus dommage que, par cette coupure d'information, il n'en aurait sans doute pas d’avantage au sujet de l'ancienne marchombre.
Tant pis, quitte à se prendre une baffe, il lui poserait les questions dont les réponses l’intéresseraient fortement.
- Quel est donc cette voie ? En quoi consiste le conseil ?
Il s'abstint de lui demander ce que signifiait "fils de t'sliches". Il se doutait que cela devait être une autre insulte parmi toutes les autres précédemment exprimée.
Cette fois, il n'était pas certain qu'elle lui répondrait, étant donné sa propre réponse. Courte et vraiment pas explicative...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inay
Floodeuse en Chef
avatar

Nombre de messages : 2084
Race : Humaine... Enfin je crois.
Date d'inscription : 05/07/2006

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: De Retour [PV Am'] [Le Rocher]   Jeu 1 Fév - 20:52

Au regard que la jeune femme lui lança suite a sa réponse, on pouvait deviner qu'elle ne lâcherait pas l'affaire avant de tout savoir sur l'elfe.
Pas de chances pour le pauvre Arthur, elle était extrêmement curieuse. Un peu trop peut être ....
Bien qu'elle n'insista pas plus, elle avait interprété le peu de réponses que lui donnait Arkandias comme un défi et elle était bien décidée à le relever. Pauvre de lui.

La demi-elfe se mordit la lèvre pour retenir un autre 'pourquoi'.
Nan mais c'est vrai quoi ! S'il ne voulait pas parler de son passé il lui disait clairement au lieu de lui répondre de manière sibylline, nan mais ...
Bon d'accord, même s'il avait dit qu'il ne voulait pas en parler, elle aurait trouvé un moyen de savoir...

Heureusement, ou malheureusement peut être, elle ne lui donna pas de baffes face à cette réponse. Elle ne dit rien.
Au sens propre. La guerrière resta absolument muette, le défiant légèrement du regard avec l'air de dire
' Tu vois, moi aussi quand je veux, je ne dis rien '.
Oui, quand elle parle avec les yeux, elle tutoie tout le monde xD
Elle étira ses longs doigts fins et souples dans un geste apparemment sans conséquences.
Qui semblait sans conséquences jusqu'a ce que les doigts de la princesse esquissèrent les paroles de la langue secrète.
Langue qu'Arthur connaissait à n'en pas douter mais qui, enfin normalement, était inconnue des nobles. Alors qu'Am' la parlait avec une aisance remarquable.
La langue secrète servait à parler en toutes discrétions. Un initié, comme les deux jeunes gens, pouvaient à la fois entretenir une discutions oral futile pour donner le change et un dialogue bien plus important dans la langue secrète. Langue utilisée par les espions, les assassins et les gens de l'ombre en général. Ainsi que quelques imprudents comme Am' et Arthur par exemple. Mais c'était extrêmement utile.
Elle répondit dans la langue des signes avec une fluidité qui ne venait que de l'expérience :


( entre ¤ bla bla bla ¤ c'est quand elle parle dans la langue des signes ^^ )

¤ Et pourquoi le dirais-je ? ¤


Ses doigts exprimèrent une petite nuance d'ironie. Sur que personne ne s'attendait à ce qu'une jeune noble parle La Langue. Encore moins Arthur vu comme il la sous-estimais parfois.
Un homme qui s’imaginait que la sauvage panthère noire était mariée avec déjà plusieurs enfants, un tel homme ne pouvait pas croire qu’elle parlait la langue secrète.
Amatìrë avait appris ce langage tout comme elle avait suivi l’enseignement des Marchombres. Elle était une de celle qui était allé le plus loin sur la Voie et elle en comprenait instinctivement tous les secrets. Son don était immense, héritage de son instinct de prédateur noir.
Mais elle avait omis une partie de la vérité lorsqu’elle avait répondu à Arthur. Si elle avait quitté la Guilde, ce n’était pas simplement à cause du Conseil qui jouait plus un rôle de guide que de chef. Ce n’était pas à cause de son père qui, comme tous les nobles et les seigneurs, haïssait les marchombres et avait failli la renier pour avoir suivie la Voie.
Si elle haïssait certains marchombres et le nouveau ‘Conseil’, ce n’était pas pour rien. Pour devenir marchombre, il faut avoir un certain don certes. Mais il faut surtout qu’un maître accepte de nous former. Au cours de la formation, des liens souvent profonds se créent entre le maître et l’élève. Très profond.
Am’ avait été formée par Jilano Caldin. Le plus grand marchombre de son temps. Une sincère amitié les avaient liés.
Vous vous demandez pourquoi je parle au passé ?
C’est simple.
Apres sa formation, la demi-elfe et Jilano se voyait beaucoup moins. La jeune femme s’en voulait depuis ce jour funeste.
Ni elle ni son maître n’avaient vraiment prêté attention aux manœuvres de ceux qui ne méritaient même pas le nom de marchombre. Peut être auraient-ils dus.
Alors que le marchombre évoluait dans une Al-Jeit endormie, une embuscade lui avait été tendue. Ils avaient été plusieurs, c’était obligatoire. Sinon ils n’auraient jamais réussi.
Des marchombres a la solde du ‘Conseil’, et peut être même des Mercenaires du Chaos, les pires ennemies des marchombres, avaient assassiné Jilano.
Ces lâches c’étaient mis a plusieurs pour le tuer. La jeune fille en avait été écœurée. Elle avait fait le serment de retrouver et de tuer les assassins de son maître.
Ils étaient sept. Elle en avait tué quatre. Les autres étaient morts tout seuls.
Jilano Caldin était vengé mais cela n’avait pas apaisé le cœur de son élève qui haïssait toujours ce prétendu Conseil et ne retournerait jamais parmi la Guilde qui avait, en tuant Jilano, perdu ces deux meilleurs combattants.


Le temps se couvrait a nouveau. Des nuages d'un gris métallique s'accumulait près du Rocher, attirée par le pic de pierre qui se dressait vers le ciel.
L'un des nuages, approché trop près du Rocher par le vent se perça, bientôt suivie de ses congénères.
Une pluie froide et dense tomba en quelques secondes sur toutes les Terres Oubliés.
Le paysage disparut dans une bruine tenace et les deux jeunes êtres de sang elfique ne tardèrent pas à être trempés jusqu'aux os.

Les yeux gris de la jeune femme étincelait comme chaque fois qu'elle était près d'Eau et ses longs cheveux bruns c'étaient collés a sa peau, tout comme ses vêtements. Quelques gouttes d'eau perlait sur son visage et ses bras nus. Un mince ruisselet d'eau coulait sur sa gorge et plongeait dans son décolleté. L'atmosphère sombre lui donnait l'air d'une jeune nymphe sortis de nul part. D'une petite fée à la beauté étrange et surnaturelle.

Se relevant avec une grâce typique des elfes, la demi-elfe regarda calmement Arthur. Il n'y avait plus de traces de sa courte mais violente colère dans ses yeux, au contraire. Elle semblait l'attendre.
Oui, l'attendre. Comme si elle savait qu'Arkandias avait l'intention de la raccompagner jusqu'a Deleïr.
Ou tout simplement par ce que, lui devant la vie tout de même, elle ne pouvait pas le laisser planter là.
Toujours est t'il qu'elle n'allait pas le lâcher comme ça .... Pauvre Arthur.


( Pas très longs désolée ^^' )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Arkandias
Vampyr Arcanique
avatar

Nombre de messages : 84
Race : Elfe [...?]
Armes : Aucune, sauf au moment voulu
Date d'inscription : 16/11/2006

Feuille de personnage
Amour: Hm... La jeune Amatìrë =U___U=
Niveau:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: De Retour [PV Am'] [Le Rocher]   Ven 2 Fév - 22:15

(Non, c'est parfait ^^)
Les nuages se rapprochaient bel et bien de leur lieu de rencontre. Leur trajet lent mais perspicace annonçait une nouvelle averse. C'était à se demander si les Terres Oubliées n'avaient pas de climat bien à elles. Non mais c'est vrai, quoi ! En a peine deux heures, les nuages noirs avaient occupés le ciel pour enfin laisser place à un soleil resplendissant qui avait éclairé l'endroit si sombre. Et voila que les enquiquineurs de services, pour rester poli, venaient rendre une nouvelle visite aux jeunes gens, qui s'en serait bien passé. L'eau ne les dérangeait pas tant que ça, ni le temps incertain d'ailleurs. Toutefois, Arthur avait eu droit, grâce aux rayons solaires, de contempler en pleine lumière la jeune femme qui était en face de lui... Enfin, la pluie ne faisait pas encore des siennes et le bel Elfe en profita pour savourer ces dernières minutes où le ciel offrait un aperçu du temps d'une de ses journées typiquement qualifiées comme "idéale". « Idéale » signifiant ici toutes les choses existantes, mêmes inimaginables, qui seraient bénéfique à un pauvre Elfe au cœur rude et à la chaire aussi glacée que la mort en personne. Par exemple, parmi les caractéristiques d’une journée idéale, on pourrait comptés les sensations agréables du soleil contre son torse dénudé ainsi que cette version lumineuse de la jeune femme…
Bref, passons quelques explications et revenons au moment précis où notre histoire se déroule. Comme je l'ai expliqué précédemment, Arthur s'attendait à recevoir une gifle, une fois de plus. Et à nouveau, on lui fit grâce de ne pas sentir cette main douce et chaude lui frôler le visage... violemment. Oui, n'oublions pas le petit "hic" qui faisait basculer ce geste au départ « de bonnes intentions »" dirons-nous pour finir par devenir quelque chose de pas spécialement agréable pour la joue...
Au lieu de cela, la princesse s'exécuta à autre chose. Tout d'abord, elle prit un certain plaisir à laisser les minutes s'écouler, tout en regardant Arthur de ses yeux félins, non sans y déceler une légère provocation. Elle se vengeait de la réponse qu'il lui avait infligée. Franchement, si Arthur ne se serait pas retenu à temps, il lui aurait affiché un large sourire hypocrite avant de lui sauter dessus et de l'embrasser fougueusement. Vous êtes d'accord avec moi, il valait mieux éviter ce genre d'action parfaitement stupide et impardonnable envers la belle princesse qui lui aurait alors bien fait sentir qu'elle ne voulait pas de ses sales pattes sur son corps divins. Excusez-moi, je m'égare terriblement...
Après le temps où elle laissa Arthur dans une certaine "impatience", qui soit dit en passant, n'était que pure invention, puisque, ironie du sort, il était doté d'une patience d'Elfe; la demoiselle décida enfin de lui répondre. Plus ou moins... A l'aide de ses mains, elle signa aussi rapidement que l'aurait fait un expert surdoué dans ces principes, la langue secrète. Peu de monde la connaissait, ou disons que la majeure partie de ces personnes là étaient des bandits, guerriers, espions, des gens exerçant des métiers dans ce genre... Imaginez un peu la surprise d'Arthur en voyant la belle princesse lui répondre de cette manière assez « sauvage » et pas très accordée avec son statut de « noble ». Les rares personnes avec qui il avait communiqué de cette manière avaient été pour la plupart, des guerriers des Terres Oubliées, et ils n’avaient eut recours à ce genre de discours que lors d'attaques secrètes d'une patrie égarée. Il n'en gardait pas un très bon souvenir, pourtant les gestes effectués par la demoiselle le firent rire intérieurement. C'est vrai, pourquoi lui répondrait-elle ? Il avait coupé le pont sur le sujet "Mémoire d'Arkandias" et avait tout de même continuer à la questionner. C'était plus que légitime de l'envoyer balader sur ce coup là...
Tant pis, il n'insisterais pas plus et se contenterait de cette réponse ironique....pour l'instant. Ne vous inquiétez pas, il faisait parti de ses personnes qui n’abandonnent jamais une partie en cours de route.
Le bel Elfe continuait d'observer la demoiselle, sans répondre à sa remarque, n’insistant pas plus et lui laissant le plaisir d’avoir le dernier mot. Petit à petit, les nuages se rapprochèrent et, à présent, ils formaient une masse impacte et monstrueuse au dessus de leur tête. Le vent reporta aux oreilles d'Arthur leur rire sadique et volontairement néfaste. Ils aboutirent enfin à leur manège diabolique, leur corps frôlant le grand rocher grisâtre. Aussitôt qu'ils effleurèrent le sommet de pierre, les nuages déversèrent sur la terre les larmes de Dame Pluie. Comme ce le fut deux petites heures plus tôt, la pluie retomba de nouveau sur les deux jeunes gens, les trempant jusqu'aux os. Encore une fois, Arthur ne put quitter son regard de la demie-elfe. Décidément, l'eau lui allait à merveille et lui donnait peut-être encore plus de beauté que le soleil ne lui en avait déjà offert. Les cheveux et les vêtements d’Arkandias ne firent pas exception à la règle et se collèrent, pour l’un contre le torse encore nu du bel Elfe et pour l’autre, le long de ses jambes musclées. Doucement, la demoiselle se releva et ne bougea plus, comme si elle attendait l’homme encore assis. C'était une chance pour elle qu'elle donnait l'impression d'être "d'accord" pour faire son chemin avec lui. De toute façon, il l'aurait raccompagnée jusqu’au bout, même si elle ne le désirait pas. Quitte à se faire passer pour un lourdaud, il aurait eut le plaisir de rester un peu plus en sa compagnie et se serrait assuré qu’elle ne se reçoive pas un éclair sur la tête. Tranquillement, Arthur se releva et enfila la chemise qu’Amatìrë, lui avait rendu quelques minutes plutôt. Dans ses mouvements, on pouvait déceler un certain sens de « qu’importe si ce vêtement devienne trempé derechef ».
C'est alors qu'une chose parfaitement inattendue se produisit... un élément du passé s'incrusta véritablement dans le présent... Ou du moins, il fit sa réapparition...
Vous vous souvenez sans doute de la fameuse cape noire qu'Arthur avait si gentiment proposé à notre belle princesse nationale, deux heures plutôt ? (Rire du narrateur) Et bien cette même cape, qui depuis tout ce temps s'était tenu tranquillement dans son coin, sans rien dire et sans bouger, attira discrètement l'attention de l'Elfe. Bien entendu, cette remarque est parfaitement imagée et ne s'est pas tout à fait déroulé comme cela... Un peu de bon sens, voyons ! Une cape ne pense pas et ne chuchote pas de petit « Hey ho ! Vous m’oubliez, Messire ! ». Pourtant, ce n'est qu'à ce moment là qu'Arkandias se rendit compte qu'il avait oublié le précieux vêtement. Délicatement, il la reprit du sol où elle était restée en un tas informe, et s'avança ensuite vers la ravissante jeune femme. Comme il l'avait précédemment déjà effectué, il rapprocha ses mains juste au niveau des épaules de la demoiselle et attendit son accord pour y déposer la cape noire.
-Vous permettez ? Je n’ai pas encore abandonné l’idée que vous attrapiez un rhume… Ce genre de chose, ce n’est pas bon. Même pour les demoiselles téméraires.
Aucune note de sarcasme n’était perceptible dans cette phrase, bien qu’elle le laisse hautement penser… Non, sa voix était toute douce et ses gestes n'en étaient pas moins, intentionnés et sans fautes.
Doucement, il murmura à l'oreille de la demoiselle, ce qu'il s'était "promis" depuis le début, et qu'il confirmait à voix haute, même si ce n'était pas particulièrement nécessaire, parce qu'il avait le pressentiment que la jeune femme avait comprit ses intentions.
-Je vous raccompagne jusqu'à votre beau palais, Princesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inay
Floodeuse en Chef
avatar

Nombre de messages : 2084
Race : Humaine... Enfin je crois.
Date d'inscription : 05/07/2006

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: De Retour [PV Am'] [Le Rocher]   Sam 3 Fév - 16:53

La jeune princesse releva son petit menton avec toute la fierté qui lui restait. Fierté sérieusement mise à mal par Arthur avec son obsession de la protéger.
Comme si de l'eau pouvait un jour lui faire quoi que ce soit de mal ! Soyons réaliste. Elle ne pouvait pas souffrir par l'eau. Pas plus attraper froid que de se noyer.

Certains avaient déjà testé. Du moins, essayer.
Alors qu'elle n'avait même pas 14 ans, des Kershans les avaient attaqués, elle et sa mère.
C'est ce jour la qu'elle avait compris qu'elle était la vraie puissance de la magicienne qui était sa mère.
Elle avait également compris qu'elle était la digne héritière de ses deux parents.
Des Valar Aratar, elle avait acquis ce tempérament courageux et téméraire, ce mauvais caractère ... et sa fichue tête de mule !
Par sa mère, de la ligné de Morgana, La Morrigan, La Grande Reine, la jeune femme avait hérité une intelligence et un esprit d'observation surprenant ainsi que quelques dons magiques particulièrement puissants .... et une beauté surnaturelle.
A se demander si quelqu’une de ces ancêtres n'était pas des Naïades ou autres Dryades.
Je m'égare, malgré toute la puissance de la Magicienne d'Argent, alias Andùnë, les kershans étaient trop nombreux. La gamine qu'était Amatìrë n'était pas encore capable de se défendre efficacement et les reptiles avaient pu "l'enlevé".
Bon d'accord, elle leur avait échappé trois minutes après mais bon.
La petite fille avait couru et c'était retrouvé acculé à une rivière profonde et au courant rapide.
Devant l'élément liquide et impitoyable. Derrière des guerriers sombres qui avaient l'intention entre autre de la torturer, la violer et la transformer en kershans.
Devinant le programme qui l'attendait derrière, Am' avait sauté à l'eau. Aussitôt, le courant avait happé le corps fragile de la fillette et l'avait entraînée sous la surface. D'abord terrifiée, elle avait vite remarqué qu'elle ne se noyait pas. Elle pouvait respirer sous l'eau ! Elle était liée à l'Arcane de l'Eau.
Sitôt que cette révélation parvint à son esprit affolé, le courant se calma autour d'elle. La rivière la porta jusqu'a la berge, auprès de sa mère.
Depuis, la gamine n'avait eu de cesse de comprendre jusqu'ou était-elle liée à cet élément. Et elle n'avait toujours pas trouvé la limite....

Fermons-là la parenthèse, et revenons à notre jeune marchombre ... qui semblait particulièrement froissée. Le geste d'Arthur la blessait dans son amour-propre qui n'était pas particulièrement développé mais il ne fallait pas exagérer non plus. En gros, elle prenait le comportement protecteur d'Arkandias comme une injure personnelle et l'expression de son visage était celle d'une personne victime d'une insulte mortelle.

Se drapant dans sa dignité, sans remarquer que l'elfe avait une vue privilégiée sur son décolleté vu le peu de centimètres qui les séparaient, releva donc fièrement son joli visage avec l'air de dire 'puisqu'il le faut'.


" Ai-je l'air si faible ? "

Bien qu'absolument invisible, la question de la demi-elfe était emplie d'une certaine dose de sarcasme.
C'était tout de même une question piège ... Si j'étais Arthur je ferais attention... Sauf que je ne suis pas Arthur et que ce pauvre elfe était complètement ensorcelé par la jeune femme.

La phrase murmurée dans son oreille la fit frémir. Comme je l'ai dit, Amatìrë était semblable aux autres elfes et elles avaient les nerfs a fleur de peaux ... ainsi que les oreilles hyper sensibles.
Elle retourna la tête vers le visage du guerrier, qui avait baissé la tête pour murmurer à son oreille. Les lèvres de la princesse frôlèrent celle d'Arkandias mais elle refusa de se montrer troublée et resta d'une impassibilité royale ( Ca se vois que je suis en train de relire La Belgariade non ? xD ).
Plantant son regard dans le sien, Am' lui rétorqua calmement.


" Vous ne croyez tout de même pas que je vais vous lâcher de suite ? Notre défi n'est pas encore terminé à ma connaissance ... "

'Notre défi'... C'était effectivement un défi qu'ils c'étaient lancés inconsciemment. En apprendre le plus possible sur l'autre.
En gros, la partie n'était pas finie et la jeune femme avait bien l'intention de la jouer jusqu'au bout. Voir à la gagner si c'était possible.

Les beaux yeux gris de la guerrière le menaçait presque, quoi que n'était ce pas une étincelle d'amusement qui pétillait dans ses iris ?
Le menacer de quoi ? Tout simplement de le suivre et de l'accompagner ou qu'il avait l'intention d'aller si ce n'était pas lui qui venait avec elle.
On se demande quel destin tragique Arkandias préféra par ce qu'Am', ce n'était pas un cadeau ! lol!

Sans tellement lui laisser le choix, la jeune fille recula d'un pas et avança de quelques enjambées vers le sentier qui courrait vers L'Ecume et après, en traversant la mer, aux Terres Lumières.
A mi-chemin, Amatìrë se retourna et attendit son, désormais, compagnon de route.


[ Fin du Topic, le prochain a Deleïr dans " Arrivée sous la pluie ... Avec Arthur " ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De Retour [PV Am'] [Le Rocher]   

Revenir en haut Aller en bas
 
De Retour [PV Am'] [Le Rocher]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Silence Des Arcanes :: Partie administration :: Corbeille :: Corbeille Zha'Linth-
Sauter vers: