Le Silence Des Arcanes

La crainte de la guerre est encore pire que la guerre elle-même. Mais parfois, elle est nécessaire.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Confondre et être confondu (pv Joraes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
lucrèce

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 25
Race : humaine
Armes : mes mains, mon coeur
Compagnon ( Compagne ) : Ekuss, mon très fidele chat
Date d'inscription : 27/11/2008

Feuille de personnage
Amour: Aimerai le monde entier si il le fallait
Niveau:
1/10  (1/10)

MessageSujet: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Mer 14 Jan - 20:00

(Mais si t’as le droit de faire "Rolling Eyes" mais avec modération !XD )

Lulu n’avait rien, mais alors vraiment rien comprit à ce qui lui était arrivé. On l’avait jeté dans une espèce d’immense prison où une odeur infecte de maladie et de crasse prenait à la gorge. Il faisait nuit, une nuit horriblement noire, car sans lune, et glaciale de surcroît.

Elle avait froid, très froid, et puis elle essayait de chuchoter a quiconque l’entendrait qu’il s’agissait d‘un malentendu. Puis elle s’aperçu que son chat n’était pas là… !

La pauvrette fut prise d’un instant de panique. Les sadiques courants d‘air froid la glaçait, s’insinuant par tous les trous qu’ils pouvaient trouver à sa robe, et elle n’en manquaient pas. Elle avait perdu le seul qui maintenait ses espoirs, celui qui la persuadait, chaque fois qu’elle regardait ses yeux, que ses recherches n’étaient pas que de vaines entreprises.

Elle se mit a quatre pattes et commença à appeler sa bête, dans un murmure de peur de réveiller les autres occupants. Comme elle tâtonnait le sol, elle frôla deux mollets, cinq mains, et une longue tignasse de cheveux très bouclés, mais rien qui ressemblait à la fourrure de son compagnon.

Lulu commençait sérieusement à désespérer, et sentait les larmes lui monter aux yeux, quand soudain une lueur d’espoir l’éclaira, elle venait de heurter du poil ! Un grand sourire se peignit sur son visage.

Mais en passant sa main sur ledit pelage, elle se rendit compte que ce n’était pas, mais alors pas du tout, la fourrure rêche et inégalement reparti de son animal. Là, sa main restait crispée de peur sur un pelage doux et fourni, elle avait commis une erreur, non pas que ce fut la première fois , au contraire, mais une erreur grave, qui, si, comme elle le croyait, sa rencontre était un félin, lui coûterait peut être la vie.

D’ailleurs l’individu en question commençait a remuer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 27
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Jeu 15 Jan - 17:22

(Je fait Rolling Eyes si je veux)

La cage. Joraes commençait a bien connaitre l'endroit, il y passait bien une ou deux journées de temps à autres, quand on décidait de le revendre, pour une raison ou pour une autre, et en attendant d'être racheté par quelqu'un d'autre. Les marchandises ne restaient pas bien longtemps, mais ce laps de temps permettaient de se changer un peu les idées. Les esclaves pouvaient parler entre eux, faisant parfois naitre certaines rumeurs gardées sous silence, il arrivait même que certains prisonniers donnaient des nouvelles de l'extérieur, faisant naitre ainsi encore d'autres rumeurs... Oui, cette cage pouvait rassembler de toutes races et de toutes origines, entassés là dedans, certains attachés, d'autre non, celons les envies des geôliers, qui restaient le plus souvent à l'extérieur, ne rentrant que pour jeter ou venir chercher quelqu'un.

Joraes se tenait vers le fond de la cage. Au vu des griffes, crocs, queue, poils et coussinets, il devait être attaché. Mais comme il s'était montré docile, on ne fit qu'attacher son collier à un anneau avant de le laisser là. C'était le mieux qu'il puisse espérer avoir ici, il faisait donc en sorte d'avoir ce minimum de confort quand il se retrouvait là, pas facile de se reposer avec une muselière ou les poings liés. Oui, car Joraes profitait de ce moment de battement pour prendre un peu de repos, écoutant de temps a autre d'une oreille distraite ce qui pouvait bien se raconter.

Il avait finit par s'assoupir, complètement exténué, roulé en boule pour essayé de se tenir chaud. Un sommeil calme, cela faisait longtemps qu'il n'avait pas fait de rêve, ce qui était mieux dans un sens. Un sommeil calme mais léger. Et ce contact sur son flanc suffit à le réveiller. Mais il ne bougeait pas, il n'ouvrit même pas les yeux, poussant juste un faible soupir. Même si il n'aimait pas spécialement ça, ce n'était pas la première fois que quelqu'un voulait la caresser, que ce soit par pari, curiosité ou pour autre chose. Mais il n'aimait pas du tout qu'on lui tire les poils comme ça, ce qui pouvait se voire à la grimace qu'il afichait...


"Vous avez finis? Alors arrêtez de tirer comme ça...Merci."

Est-ce qu'il allait leur tirer les cheveux lui?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
lucrèce

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 25
Race : humaine
Armes : mes mains, mon coeur
Compagnon ( Compagne ) : Ekuss, mon très fidele chat
Date d'inscription : 27/11/2008

Feuille de personnage
Amour: Aimerai le monde entier si il le fallait
Niveau:
1/10  (1/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Sam 17 Jan - 0:24

La masse sombre qu'elle avait distingué au debut, c'était mise a lui grogné d'une voix ensomeillé a propos de sa main qui de plus en plus crispée par l'effroi s'était agrippée aux poil du dormeur.

Un air encore plus éffayé se peignit sur son visage.


-Ah!...Euh...je suis vraiment désolée... je cherchait... je ne voulait pas vous...enfin je suis vraiment navrée... .

Elle lâcha la fourrure et s'assis en tailleur, mieux valait attendre qu'il fasse jour pour tenter de s'expliquer, de trouver son chat ou quoi que ce soit d'autre. Aussi attendit t'elle patiemment qu'il reponde, en vain, le grogneur était parti replonger dans les bras de morphée.

La jeune fille lutta contre le sommeil, car elle avait peur, horriblement peur de ce qui pouvait se trouver dans l'obcurité. Mais sa resistance ne dura guère longtemps, elle s'écroula de fatigue sur le coté, aux pieds, ou plutot aux pattes de la victime de sa pauvre main égaré.

Une infime parcelle de sa peau touchait le pelage de l'endormi, elle sentait sa douceur, sa chaleur et même alors qu'elle s'était fait grogner, elle s'endormit presque dans le calme.


(desolé c'est un peu court...)(je dois probablement m'attendre a un Rolling Eyes!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 27
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Sam 17 Jan - 19:16

Joraes cherchait juste à récupérer un peu de sommeil en retard, ça n'avait rien de personnel, mais se faire tirer les poils n'aidait en rien cette entreprise.
Il demanda donc poliment et sans agressivité à la responsable d'arrêter. Oui, à la voix aiguë, c'était bien une responsable, et au excuses baragouinées, cela devait être une humaine.

Le dallalie leva les yeux au ciel (comme ça Rolling Eyes ). Ah, ces humains... Pauvres créatures, ils n'avaient vraiment rien pour eux, et ils étaient totalement perdus des que la lumière disparaissait. Ce qui les rendaient encore plus vulnérables dans un endroit comme Cilya, ou les torches ne suffisaient pas toujours à rendre le sol visible.

Il murmura un petit
"C'est pas grave" lorsqu'elle se décida enfin à lâcher prise. Joraes n'était pas du genre rancunier, et il retrouva assez vite le sommeil, il faut dire qu'il était vraiment fatigué. Il avait sentis que la jeune femme était contre lui, mais ça ne le dérangeait pas plus que ça, en tout cas beaucoup moins que lorsqu'elle lui tirait les poils. Si elle arrivait à dormir comme ça, elle devait en profiter.

Combien de temps avait il dormis? Aucunes idée. Il faut dire que la notion du temps était quasi inexistante dans cette ville. Le Dallalie s'étira, poussant un faible bâillement. Il tourna la tète pour remarquer la jeune femme qui se trouvait là. Il l'avait oublié celle là, enfin...
Il la regarda un moment, ses yeux ayant la particularité de se contenter d'une faible source de lumière pour voir parfaitement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
lucrèce

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 25
Race : humaine
Armes : mes mains, mon coeur
Compagnon ( Compagne ) : Ekuss, mon très fidele chat
Date d'inscription : 27/11/2008

Feuille de personnage
Amour: Aimerai le monde entier si il le fallait
Niveau:
1/10  (1/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Jeu 22 Jan - 19:27

( Rolling Eyes XD)

Lulu s’était plongé dans un de ces sommeils dont seul un coussin mouvant pouvait la tirer, et justement la seul parcelle douce qui lui apportait un brin de chaleur s’était mis à bougé. Sur le coup elle n’avait pas osée bouger, mais au bout d’un moment commençant à sentir son cou lui faire mal, elle se redressa et se tourna vers celui qu’elle avait importuné au beau milieu de la nuit.

Il faisait sombre mais en plissant les yeux elle parvint tout de même a distingué un grand félin, une peur panique s’empara soudain d’elle. Elle resta longuement immobile, ses yeux, banalement marron, planté dans ceux, vert jaune, de son interlocuteur.

Puis une pensée très logique lui traversa l’esprit, s'il était un animal alors il ne parlait pas or elle se souvenait très clairement l’avoir entendu lui adresser la parole.

Cette pensée fit son bonhomme de chemin dans son crâne jusqu'à ce qu’une flamboyante idée la prenne, c’était un Dallalie ! A cette évidence elle failli se taper sur le front de n’y avoir pas songer plutôt.

Mais sa satisfaction passé elle se rendis compte qu’elle avait probablement l’air d’une idiote, car, sans compté ses cheveux très emmêlés, elle était aussi maculée de boue et sa robe plus déchiquetée que jamais laissait voir le frêle corps qu’était devenu le sien dû au nombreux jour passé à la diète !

Elle décida que la meilleur a faire était de parler, sauf qu’elle ne pris pas vraiment la peine de réfléchir a ce qu’elle allait dire.


-Euh…bonjour… je suis navrée pour cette nuit, je vous l’avais déjà dit, mais j’ignore si vous avez entendu…enfin je veux dire… c’est peut être moi qui ne vous aie pas entendu, je veux dire... je ne vous incrimine pas de ne pas m’avoir entendu… enfin si c’est vraiment le cas…

Elle stoppa sa tirade en s’apercevant qu’elle s’embrouillait plus qu’autre chose et que ses propos se rapprochait dangereusement du n’importe quoi. Revenant à des choses plus concrètes avant que le dallalie ne réponde, elle annonça :

-Désolée, je m’appelle Lucrèce.

Elle se sentait gênée d’avoir été si longtemps fixé sur lui puis d’avoir caffouillé. Elle baissa les yeux, elle mourait de froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 27
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Sam 24 Jan - 16:51

Joraes avait complètement oublié la jeune humaine qui s'était endormis contre lui en se réveillant. Il ne s'en préoccupa donc pas vraiment lorsqu'il s'étira, chose qu'il faisait en général en se réveillant. Et cet oublie s'expliquait par le fait que ce genre de situation était plus l'inhabituel, il n'avait pas vraiment l'habitude de jouer les peluches.

Privé de ce contact, doux et chaud, l'humaine finit par se réveiller. Et elle aussi semblait avoir oublié qu'elle s'était endormis contre le Dallalie, au vu de son sursaut lorsque son regard croisa les yeux du félin, comme si elle le prenait pour une bête sauvage et féroce... Par contre, il avait un peu plus l'habitude à ce genre de réaction. Il ne connaissait pas vraiment ses cousins, mais on le prenait souvent pour l'un d'eux, et on le traitait aussi souvent comme tel.

Mais elle la mémoire semblait lui être revenue. Oui, il lui avait parlé la veille, ce qui faisait donc de lui un Dallalie. Elle se mis donc à bafouiller des excuse, alors que Joraes ne pensait même plus à ce qu'il s'était passé...


"Je vous ai dit que ce n'était pas grave..."

Elle compris qu'il fallait arrêter les frais ici, elle cessa de bafouiller, reprenant son calme, avant de se présenter. Bon, on s'approchait d'une conversation normale.

"Enchanté, moi c'est Joraes."

Ce n'était pas vraiment un grand bavard, et n'était pas vraiment doué pour lancer trouver des sujets de conversations...


(T'as vu, j'ai pas fait Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
lucrèce

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 25
Race : humaine
Armes : mes mains, mon coeur
Compagnon ( Compagne ) : Ekuss, mon très fidele chat
Date d'inscription : 27/11/2008

Feuille de personnage
Amour: Aimerai le monde entier si il le fallait
Niveau:
1/10  (1/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Sam 24 Jan - 22:56

(Y’a du progrès Rolling Eyes ! Je suis toujours aussi passionné par ta chronique !)

Le Dallalie s’appelait Joraes et n’était nullement fâché de son interruption nocturne, Lulu en était fortement rassurer pourtant elle restait perdu :

-Je suis heureuse de vous connaître, et plus encore dans pareil moment, je ne sais ni ou je suis, ni pourquoi, j’ai perdu mon seul allier dans la quête désespérée qu’est la mienne, c'est-à-dire mon chat, il ne me quitte jamais sauf lorsque ce sont le circonstance qui nous sépare et là en l’occurrence …

Elle ne termina pas sa phrase, elle se sentait nue sans son compagnon. Elle était glacée de la tête aux pieds, oh ! Comme elle l’aurait serré contre elle.

Une peur que les homme qui l’avait jeté ici, dans ce bouge infâme qui puait, qui était empli de toutes sortes de créatures squelettiques, maladives parfois même agonisante, aient tué son chat.Cette pensée lui tordait littéralement l’estomac, elle ne voulait pas y penser, elle voulait le retrouver mais ici, c’était quasiment impossible.

Et puis certaine personne n’en avait strictement rien a faire de tué un animal quelconque surtout le sien, il était vieux et dégarni, marronâtre, mais pour la pauvre fille l’aspect physique des chose était tellement sans importance, il la protégeait, la rassurait, était son lien avec la réalité.

C’est avec une boule énorme dans la gorge qu’elle demanda :


-Et vous ?

Cette question si simple avait eut beaucoup de mal à franchir ses lèvres, elle était fortement perturbée par l’individu en face d’elle, il était impressionnant…et elle impressionnable.

Il était enchaîné par le cou, et lui aussi se trouvait dans ce terrible endroit. Ils étaient comme plongés tout les deux dans la même infortune.Elle s’efforçait de continuer à fixer ses yeux mais parfois, malgré elle, son regard glissait le long de son corps, s’arrêtant sur tous les signes de coups et malnutrition…il n’en manquait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 27
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Dim 25 Jan - 16:44

(Merci ^^ Mais elle avance pas trop... Faut que je m'y remette quand j'aurais du temps Rolling Eyes )

Lucrèce...C'était un drôle de nom. Enfin, du point de vue d'un Dallalie. Parce que Joraes devait être un nom aussi bizarre pour un humain.
Enfin, les présentations était maintenant faites, et apparemment, sa nouvelle amie ne semblait pas très au courant de ce qu'il se passait ici. Et ne savait ni où elle était, ni pourquoi elle y était... Pauvre fille... Et en plus, elle avait perdu son chat, ce qui expliquait ce qui s'était passé pendant la nuit. Elle cherchait du poil, et elle en a trouvé...Même si c'était pas le bon. Et c'est pour ça qu'elle s'était endormis contre lui, elle cherchait un peu de chaleur et de réconfort...


"Écoutez, ce sont des monstres, mais ils ne se préoccuperons pas d'un petit chat..."

Que feraient-ils d'un petit chat? Pas grand chose, c'est pourquoi ils le laisserons surement tranquille. Mais après, encore fallait-il qu'il survive dans ce pays hostile...

"Vous êtes bien plus en danger que lui..."

Il avait hésiter à lui sortir un "bienvenu en enfer", mais elle n'avait pas besoin de ça.

"Moi?"

Et lui? Lui... Qu'est-ce qu'elle voulait dire par là? Il s'était assis sur le sol, a coté de l'anneau, laissant du mou à la chaine.

"Et bien moi...Disons que je suis ici depuis un certain nombre d'année."

Un certain nombre d'année... Lui même n'était pas certain du chiffre exact... Une bonne dizaine, ce qui expliquait le grand nombre de blessure qu'il arborait sur la totalité de son corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
lucrèce

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 25
Race : humaine
Armes : mes mains, mon coeur
Compagnon ( Compagne ) : Ekuss, mon très fidele chat
Date d'inscription : 27/11/2008

Feuille de personnage
Amour: Aimerai le monde entier si il le fallait
Niveau:
1/10  (1/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Dim 25 Jan - 18:35

(Ouais moi c’est pareil je patine)

Le Dallalie s’était assis, s’éloignant de ce fait d’elle et en plus pour lui annoncer que ceux qui l’avait jeté ici étaient des monstres, qu’elle était en danger et que lui était la depuis nombre d’années, elle s’était mise a trembler de tous ses membre autant de froid que de peur.

Elle voulait son chat, à tout prix, il devait sûrement être en train de la chercher. Puis elle songea a la question qu’elle aurait dû poser tout premièrement.


- Où somme nous ?

Et c’était loin d’être la seule question qu’elle voulait posé, il y en avait plein d’autre, une véritable mosaïque de questions se construisait dans sa tête, elle décida…de les posées !

- Qui sont ceux dont vous parlez, ceux que vous appelez monstres ? Pourquoi êtes vous ici ? Pour quelles raisons peut on se retrouver là ? Pourquoi serais-je plus en danger que mon pauvre chat ? Pourquoi vous attache t-on ? Avez-vous tué quelqu’un ? Et tout ceux qui nous entour sont ils des criminels aussi ? Dans ce cas que fait-je ici ? Sui-je moi aussi une criminel ?

Elle s’arrêta en se rendant compte que les dernières questions elle les posait plus pour elle-même que pour le dénommer Joraes en face d’elle. Il la regardait comme si il avait eut pitié d’elle, sauf qu’en ce moment elle avait besoin de beaucoup de choses mais pas de pitié.

Elle était toujours assise par terre, elle replia ses genoux contre elle, et exprima sa pensée du moment :


- J’ai froid.

Elle jeta un regard alentour, beaucoup de corps allongé, en charpie, mais pas de chat. Un autre besoin survint, son ventre grognait, elle était tellement préoccupée de tout un tas d’autres choses qu’elle en avait totalement oubliée son estomac, mais effectivement elle avait bien faim.

Elle replongea ses yeux dans ceux du Dallalie comme si le simple fait qu’ils soient de la couleur du soleil allait pouvoir la réchauffer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 27
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Dim 25 Jan - 20:03

Les mots qu'il avait employé n'était peut être pas idéaux pour réconforter une jeune femme, mais c'était la vérité. Autant lui dire ce qui l'attendait plutôt que la laisser rêver.

"Nous sommes à Cilya..."

Il hésitait à en rajouter, mais la jeune femme ne semblait pas vraiment en état d'en supporter beaucoup plus...

Arriva ensuite une autre série de questions. Pourquoi était-il ici? Cette question, il se la posait tout les jours... Pour se rendre compte qu'il n'y avait pas vraiment de réponse...


"Non, je ne suis pas un criminel...Et vous non plus..."

Il n'avait pas répondu directement à la question "avez vous tué quelqu'un?". Pouvait-on tuer un mort?
Oui, il avait déjà tué, plusieurs fois et pour diverses raisons, mais ce n'était pas la raison pour laquelle il était ici.


"Et je suis attaché pour la même raison qui fait que vous avez eut peur en me voyant."

Oui, il avait des poils, une queue et des griffes...La parole, les pouces opposables et le fait de pouvoir se tenir debout arrivaient en seconds plans, voire ne comptaient pas.

"Toutes les personnes ici sont prisonnières sans réelles raisons...Certaines serons achetés..."

Et les autres...Ca non plus elle ne semblait pas prête à l'entendre. Elle ne semblait vraiment pas aller bien, elle tremblait. Elle avait peur, froid, faim...
Joraes ne pouvait rien lui offrir d'autre que sa présence, une présence amicale, réconfortante... Il ne pouvait faire que ça pour elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
lucrèce

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 25
Race : humaine
Armes : mes mains, mon coeur
Compagnon ( Compagne ) : Ekuss, mon très fidele chat
Date d'inscription : 27/11/2008

Feuille de personnage
Amour: Aimerai le monde entier si il le fallait
Niveau:
1/10  (1/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Jeu 29 Jan - 20:35

(J’ai eu mon nouveau clavier, je suis trop heureuse l’autre était à moitié merdique donc maintenant sa va aller beaucoup mieux au niveau des post ! =P)


Lucrèce avait reçu toute les informations, nous étions à Cilya, il n’était pas un criminel, et accessoirement elle non plus, et la mystérieuse réponse était qu’il était attaché pour la même raison qui faisait qu’elle avait eu peur de lui…

-Oh mais je n’ai pas eu peur de vous, je… j’ai…

Elle rougit, elle était maladroite dans ses gestes, dans ses propos, dans tout, elle s’efforça donc de « tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler ». Elle finie par décider de dire tout simplement la vérité.

-J’ai peur d’un peu tout et n’importe qui…je ne suis pas vraiment très courageuse…c’est pour ça que mon chat me manque…il…il est…enfin vous verrez quand on le retrouvera.

Elle eut un sourire, et elle senti comme un soleil en plein midi en elle, ce qu’elle aimait sourire. Ce sourire s’agrandit, elle continuait de regarder le Dallalie. Elle pensait à son cher Ekuss comme il aimait la voir sourire comme le regard de ce brave animal se chargeait de bonheur. Elle aurait tellement aimé retourné vivre dans son chère village perdu au fin fond de la cambrousse Zah’Linthienne. Retourner travailler dans sa chère mine de charbon. Même les rabrouements du tavernier lui manquaient.

Quand son sourire coula sur son visage, elle venait de penser à la dernière réponse, au tout juste dernier mot…acheté. Acheté. Ce mot tomba dans son esprit comme un cachet d’aspirine dans un verre d’eau, l’ébullition commença, acheté … acheté quoi ? Il commençait à fondre… ou acheter qui ? Il était complètement dissolu on était pas dans une prison pour criminels ordinaires, on était dans une cage pour… . Non elle ne voulait pas y pensé, elle ne voulait pas qu’on la vende, non. Non !

Elle sentait les larmes lui montées aux yeux. Non, tout mais pas ça !


-Alors... Ils sont …vous êtes…, elle baissa la tête, nous somme des esclaves.

Elle ne voulait pas le regarder, il allait répondre oui c’était certain, mais que faisait elle ici, si, elle savait, ce qu’elle faisait ici, ce qu’elle avait du mal a comprendre c’est que son nouvelle ami ne lui avait pas demandé. Elle une petite laideronne provincial, se retrouvant dans un endroit affreux ou elle allait vendue ou violée ou tuée ou encore dégustée comme hors d’œuvre. Elle voulait lui raconter car malgré tout, parler est un bon moyen de se réconforter, dans le froid.

Lulu aimait à prendre les choses d’un coté que beaucoup considère comme contraire à leur logique, c'est-à-dire mieux vaut être mal accompagnée que seule. Une maxime paradoxale mais pourtant appliquée avec soin par la pauvrette. Elle se remit en tête son histoire puis s’attela à la raconter.


-Je ne vous ai même pas raconté comment j’ai atterri ici, elle eu un sourire d’excuse, je viens de Zah’linth, j’ignore si vous connaissez…

Puis elle se mit a parler, a tout raconter avec une frénésie incroyable, de sa vie avec son grand père et son chat, ses travaux quotidien, puis la mort de son grand père, la lettre, et son départ, toute ces contrées qu’elle avait traversée nombre de ses aventure. Elle parlait, parlait ne pouvait pas s’arrêter, parfois une larme lui venait a l’œil quand elle évoquait un souvenir triste, ou un grand éclat de rire à l’évocation d’une amusante anecdote.

Elle parlait comme elle n’avait jamais parlée, elle parlait comme si elle connaissait déjà Joraes, mais dans une vie antérieure elle se sentait donc l’envie irrépressible de lui raconter sa nouvelle vie, elle parlait a tel point qu’elle en oubliait presque ou ils étaient, elle parlait tel qu’elle en oubliait presque l’absence de son chat. Tout y passa, ses rencontres, bonne ou mauvaise et elle riait, et elle pleurait, elle se sentait pousser des ailes comme si elle pouvait à tout moment s’envoler d’ici et emmener son chat et son nouvel ami avec elle. Elle parlait tellement qu’elle ne pensait même plus murmurer pour ne pas déranger les autre, elle ne se demandait même plus si elle ennuyait son interlocuteur ou pas.

Lorsqu’elle commença à arriver à la fin de sa propre histoire elle se sentait comme libérée d’un poids immense, aussi légère qu’une plume, si il lui avait poussé des ailes durant son récit, plus la fin de ce dernier approchait plus elles s’agrandissaient, elle se sentait tellement libre, elle voulait crié au monde qu’elle l’aimait oh oui ce qu’elle l’aimait ce monde !


- Je venais de passez ma journée à marcher avec Ekuss, et lorsque la nuit a commencer à tomber je me suis fais, quelque sorte kidnapper, puis jeter ici, voilà je crois que c’est tout !

Elle avait terminer avec un grand sourire puis recommença a rire, venait elle vraiment de dire « c’est tout » alors qu’elle avait l’impression d’avoir parler pendant des heures ! Parfois ce que la vie pouvait paraître belle, mais il faut dire que cette brave petite c’était toujours dit même dans le malheur qu’elle était une sacrée chanceuse de pouvoir aimer tant de personne à la fois, même les plus détestable, on lui avait déjà dit que certains ne pouvaient aimé personne, beaucoup de raison a cela asociabilité, haine irréversible envers tout les autre, ou bien tout simplement absence de cœur.

Elle s’était remise à regardez le Dallalie avec un grand sourire, ce qui restait de son éclat de joie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 27
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Sam 31 Jan - 13:36

Joraes leva un sourcil. Elle n’avait pas eut peur de lui ? Alors pourquoi s’était elle crispé de la sorte ? Bien sur qu’elle avait eu peur… D’ailleurs elle l’admettait bien en fin de compte. Elle semblait du genre émotive…

"On le retrouvera. "

Des paroles rassurantes, c’est ce qu’il lui fallait…Il n’avait aucune idée de l’endroit où pouvait se trouver son chat, mais peut être qu'avec un peu de chance...

Puis il y eut u nouveau choc. Oui, achetés, c'était le mot qui convenait. Elle comprenait petit à petit ce que cela voulait dire, jusqu'à prononcer le fameux mot. Esclave...
Tout le monde réagit à peu près de la même façon en l'apprenant, ca ne fait jamais du bien.


"Je suis désoler..."

Que dire d'autre? Il était dans la même situation, même si lui le savait depuis un moment. Et même si cela ne servait relativement à rien, c'était toujours un peu réconfortant...
La pauvre, elle ne s'attendait surement pas à ça la veille... Puis elle se remis a parler. Elle parlait beaucoup, tout le contraire de Joraes, mais si ça pouvait lui faire du bien.


"Non...Je ne connais pas grand chose..."

C'est vrai, il ne connaissait pas vraiment le monde. Juste son village natal qui n'existe peut être plus et Cilya... Il n'avait pas vraiment pris le temps de profiter du paysage entre les deux.

Puis elle se mis à lui raconter sa vie. Le Dallalie l'écoutait silencieusement, réagissant de temps à autres mais sans plus. Non pas que cela lui apporte quoi que ce soit de plus, mais cela semblait faire du bien à la jeune fille. Elle semblait si jeune...


"C'était un peu pareil pour moi en fait..."

Le kidnapping, sauf que lui c'était en plein jour.
Soudain, ses oreilles pivotèrent, avant d'être imités par la tète. Le Dallalie poussa un faible feulement, qui eut pour réponse une faible miaulement.


(Aller, on fait venir le chat XD)


Dernière édition par Joraes le Sam 7 Fév - 7:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
lucrèce

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 25
Race : humaine
Armes : mes mains, mon coeur
Compagnon ( Compagne ) : Ekuss, mon très fidele chat
Date d'inscription : 27/11/2008

Feuille de personnage
Amour: Aimerai le monde entier si il le fallait
Niveau:
1/10  (1/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Ven 6 Fév - 22:47

(Ok…mais…par contre on va éviter le miaulement apeuré… surtout venant de la part d’Ekuss ! Rolling Eyes XD)

Lucrèce se trouvait heureuse d’avoir ainsi pu se soulager psychologiquement, parler était pour elle un moyen d’apaisement, une sorte de purification, même si s’était a court terme. Joraes avait acquis, par on ne sais quel moyen, la capacité d’engranger une grosse quantité de parole, sans que son intérêt pour ces dernière ne décroissent, et c’est cette même attention, ainsi que les quelque réactions qu’il avait manifesté, qui avait soulager lulu et l’avait aidé a poursuivre ses paroles.

Maintenant un apaisant silence s’était installé, elle avait continué de regarder le Dallalie, qui semblait attirer par quelque chose d’autre, le temps était toujours couvert et les vents glaciaux et transcendants continuaient de souffler sans aucune pitié pour les pauvres mains de Lucrèce, elle commençait à sérieusement se demander si, lorsqu’elle poserait ses mains au sol, ses os ne se briseraient pas, a cette pensée elle esquissa un sourire en s’imaginant balayé les débris de ses phalanges, elle revint a des pensées plus sérieuses lorsqu’elle entendit Joraes pousser un miaulement…

_______________


Ekuss avait du déployé tout ses trésors de griffes et de crocs pour essayer d’empêcher ces sa***pards de prendre sa chère maîtresse, les gaillards ne s’en étaient pas tirée indemne mais cela ne les avait nullement entravé dans leur projet de kidnapping de Lucrèce. Il les avait pourtant poursuivit et griffé, mordu, mais en plein milieu de la nuit, il avait fini par les perdre.

Et il avait marché, tout au long de la nuit en miaulant à la mort en espérant que Lucrèce l’entende. Mais il n’avait reçu ni réponse, ni indice pouvant lui indiquer où elle se trouvait. Le jour s’était levé,
*Enfin, le jour, c’est une façon de parler parce que ce maudit pays se trouve toujours envahi par la pénombre*.

Etrangement, le chat a avait trouvé nombres de ses semblables qui lui miaulait qu’ils avaient faim, froid ou je ne sais autre chose encore, non mais c’était un monde tout de même, se plaignait-il ainsi lui ? Il leur répondait souvent qu’il s’en moquait ou encore qu’il n’y pouvait rien, mais que diable faisait il dans cette galère ( Wink molière speciale dédicace), depuis le début de leur voyage il ne leur était arrivé que des ennuis.

Et là, le pompon, on l’enlevait, elle était la gamine la plus malchanceuse qui soit, et malgré tout elle parvenait quand même à être heureuse, Ekuss ne doutait pas qu’il la retrouverait, avec son habituel sourire au lèvre même s’il la trouvait sur un bûcher ou une potence. De toute façon c’était sa relative facilité a aimer tout, n’importe quoi et surtout n’importe qui lui faisait défaut.

Ses pas avaient fini par le mener face à une immense prison ouverte sur l’extérieur, dedans, un entassement de cadavres ambulants et pour certains la désignation « cadavres » n’était pas à prendre au second degré, bouseux, sanglant, squelettique un environnement cauchemardesque ou il espérait fortement que sa maîtresse ne s’y trouve pas.

Son adorée dans cette ambiance glauque, impensable ! Il tuerait ceux qui l’avait jetée là, si elle y était bien sur, et si il les retrouvait également. Comme il les haïssait tous ces gens inutile, tous sans exception, sauf sa bien aimée, sa douce amie du jour et de la nuit, la tendre dictatrice de son cœur, sa très chère Lucrèce.

Il s’approcha, d’un bout de la grande cage, un espèce de mur de pierre ou enchaîné se trouvait de nombreux malheureux enchaînés, il tendit une oreille, une voix douce et légèrement aiguë se faisait entendre, d’ici elle ressemblait a un piaillement de moineaux, il la connaissait par cœur cette voix, c’était celle qui lui parlait à longueur de journée, de tout et n’importe quoi elle était de l’autre coté, il décida de contourner le mur.

Lorsqu’il y fut, il écouta de nouveau…plus rien ! De rage il donna un coup de patte à un branchage qui traînait, puis on le miaulât, il s’approcha des barreaux, une espèce de panthère, enchaînée au mur le regardait, qui c’était celui la ? Il lui jeta un regard mauvais, puis le siffla, il était dans ses habitudes hargneuses de le faire et le faisait avec tout le monde. Il avait dans le regard cette haine de toujours qui ne s’éteignait que pour une seule et unique personne…


-Vous êtes qui vous ?

Il avait insolemment miaulé cette question à l’inconnu quand une voix le stoppa dans ses venimeuses paroles.

-Ekuss !

Oh Lucrèce, quel bonheur il se faufila a travers les barreaux pour aller la rejoindre et lui sauté dans les bras. Comme il avait eu peur dans la retrouver en un état pire que celui dont elle se trouvait à présent, il sentait ses mains glacées et cornées lui passé dessus, il avait un moment cru ne plus jamais pouvoir sentir de nouveau ces douceur, ces caresses qu’il affectionnait tant.

________________

Lorsqu’elle avait entendu ce sifflement si familier elle s’était sentie tellement rempli de joie qu’elle ne savait plus que faire, elle voulait se jeter contre les barreaux, pousser des cris de joie, pleurer à chaude larmes. Il avait poussé un miaulement agressif, à l’encontre de Joraes lorsqu’elle se décida soudain à l’appeler tout simplement, et elle n’apprécia réellement le bonheur de le retrouver que lorsqu’elle l’eut dans ses bras, et qu’elle put le caresser à loisir.

Quand elle se souvint du Dallalie, elle se senti furieuse contre elle-même, non seulement elle l’avait totalement oublié pour son chat, de plus elle ne le lui avait pas présenté et avec ça son animal l’avait agressé, le malheureux ne devait même pas savoir pourquoi il s’était fait haranguer de la sorte. Elle releva la tête toute confuse et rouge de honte, tellement embarrassé qu’elle n’osa même pas le regarder dans les yeux.


-Je suis vraiment navré, je me désole moi-même, je vous présente Ekuss, mon cher ange, je vous pris mille fois de l’excusez, il est assez…virulent et il en va de même avec tout le monde, c’est ma faute, je suis une mauvaises maîtresse, je n’aie jamais eut le don de l’éducation, c’est ainsi qu’il est mal élevé, mais puis-je réellement me prétendre responsable de lui ? Alors qu’il prend bien plus soin de moi, que moi de lui !

Toujours sans le regarder elle pris une profonde inspiration, et baissa de nouveau la tête, elle ignorait totalement le genre de réaction que pouvait avoir son nouvel ami face a tant de désinvolture et d’insolence, si elle se faisait brimer elle ne l’aurait pas volée, elle jeta tout de même un coup d’œil pour vérifier qu’elle était à sa portée, si jamais il devait la frapper.


Ekuss connaissait bien le tempérament de sa maîtresse et savait bien qu’elle s’attendait en ce moment au pire. Lui continuait de fixer l’étranger et plus il le regardais plus il devinait qu’il avait du prendre autant de coup que sa maîtresse, et que par conséquent il ne s’adonnerait pas a ce genre de brutalité. Tout cela n’était que pure supposition, mais il s’avérait souvent qu’il avait raison…mal élevée et virulent avait elle dit, oui c’était tout à fait ça mais avec un brin de réalisme tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 27
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Mer 11 Fév - 10:28

Joraes avait écouté toute l’histoire de Lucrèce, sans l’interrompre, sans même montrer le moindre signe de baisse d’attention. Il avait, avec le temps, appris à se taire. Et donc, par conséquent, à écouter… Mais à peine avait elle finit son récit qu’une branche craquât derrière le Dallalie, qui tourna vivement la tète pour voir ce que c’était. Mais il n’y voyait pas grand-chose, il tenta le tout pour le tout et poussa un feulement. Si il s’avérait que c’était le chat de la jeune femme, il comprendra et viendra, sinon, et bien personne n’y prêtera attention…

Joraes fut quelque peu dérangé par le ton qu’avait employé le chat. Il avait bien été courtois dans son interpellation… Mais il n’en tenait pas vraiment rigueur, il avait l’habitude de se faire parler sur ce ton, mais pas vraiment de la part d’un chat, il lui répondit, dans un faible grognement.


« Un ami… »

C’est vrai, si ce chat était le bon, et il semblait que c’était le cas au vu de la réaction de Lucrèce, Joraes était un ami, même si ce chat avait un sal caractère.
Alors voila donc le fameux Ekuss, le chat qui avait disparut. Il était bien vivant et semblait en pleine forme. D’ailleurs, il sauta dans les bras de…De son amie. Oui, amie, Joraes, le terme « maitresse » ne semblait pas très approprié du point de vu du Dallalie qui n’était pas vraiment à l’aise avec ce terme…Surtout qu’ils semblaient vraiment proches, ce chat ne réagissait pas comme avec une maitresse… Et même si ce chat n’était pas très bien élevé, voire ces deux là ensemble était touchant. Tellement que cela lui arracha un sourire.


« Ce n’est pas grave. »

Non, ce n’était pas grave, pas du tout. Ce n’était pas parce que ce chat avait un sal caractère qu’il allait reprocher quoi que ce soit à Lucrèce… Et elle n’avait pas à avoir peur de lui, il n’allait pas la frapper. Il avait prit assez de coup dans sa vie pour ne pas en donner à ses congénères…Surtout pour si peu…

« Et bien…Vous avez retrouvé votre chat.»

Ca faisait au moins une bonne nouvelle pour la journée, c’était une bonne chose pour la jeune femme, elle semblait avoir retrouvé un peu d’espoir.
Il se mit à regarder le chat, poussant un nouveau feulement.


« Enchanté Ekuss . »

Ce n’était pas tout les jours qu’il « miaulait » volontairement à quelqu’un qui pouvait le comprendre, il ne croisait que rarement d’autres félins, mais ca lui arrivait avec d’autres Dallalies, histoire de discuter « en privé ».

Il souriait au chat comme il avait sourit à Lucrèce, histoire d'essayer de partir sur une meilleure patte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
lucrèce

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 25
Race : humaine
Armes : mes mains, mon coeur
Compagnon ( Compagne ) : Ekuss, mon très fidele chat
Date d'inscription : 27/11/2008

Feuille de personnage
Amour: Aimerai le monde entier si il le fallait
Niveau:
1/10  (1/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Jeu 12 Fév - 15:06

Ekuss lorsqu’il était arrivé, avait demandé qui était le Dallalie, et s’était entendu répondre « un ami », il avait fortement eut envie de répondre « bonne réponse » ce qu’il n’avait pas fait, tout de même il fallait au moins être a la hauteur de sa réputation de teigne ! Il avait frotté son museau contre la bouche de Lucrèce qui s’était mise à le couvrir de baisers sur le crâne.

Après que lulu se fut excusée, le dit Joraes lui avait dit que ce n’était pas grave, tout comme Ekuss l’avait prévu. D’ailleurs le chat se disait que, tout bien peser, ce grand gaillard n’était ni à craindre ni à mépriser sur quoi il se dit lorsqu’il vit le sourire de se dernier, qu’un peu de compagnie parlante ferait le plus grand bien a sa chère maîtresse.

Car lui pouvait bien la réconforter à coups de langue et de caresses, mais il ne pouvait pas lui parler lui répondre, elle qui aimait tant parler, il aurait quelquefois tellement aimé pouvoir lui dire ce qu’il pensait, ce qu’il ressentait, ce qu’il voyait, entendait, sentait…bref toute ses chose qu’il aurait pu faire s’il eut été un féal doté de parole.

Tiens l’autre était enchanté de le connaître…Et lui ? Etait il heureux de le connaître, en cette situation, pas vraiment, si ça avait été dans d’autre circonstances, ça aurait été encore pire ! Il était content que sa maîtresse fût tombée sur lui, un petit provincial sans prétention.
*Ma foi je ne me considère pas comme mécontent de l’avoir trouver*

- De même, even if it isn’t on good circonstances.

_______________


Lulu s’était entendu répondre que ce n’était rien, décidément ce Dallalie était vraiment un formidable compagnon. Elle s’était mises a baisers le front d’Ekuss. Elle se sentait heureuse, d’être ainsi entourée d’adorables félins. A part le fait d’être prisonnière presque rien n’aurait pu entraver pareil bonheur.

Elle aperçu le sourire de Joraes, Il était absolument incroyable de constater a quelle point le sourire pouvait changer un visage. Le sourire était pour Lucrèce un des seuls moyens de faire ressortir sa joie de vivre sur sa figure.


- Comme vous devriez sourire plus souvent cela vous va si bien !

Sur quoi elle se mit elle aussi à sourire, on était toujours en plein jour, jour dénué de soleil. Un temps grisâtre on ne brillait qu’une seule chose leurs sourire. (Comme dirait l’abbé Pierre : le sourire le sourire coûte moins chère que l’électricité, et il éclair mieux !) . Bref, elle avait l’impression que le froid se faisait nettement moins mordant.

_______________

Ekuss lui n’entendait pas vraiment rester ici, car après tout être heureux c’est bien, mais être libre c’est mieux. Il décida de miauler au Dallalie, pour une fois qu’il pouvait parler quelqu’un d’autre qu’un chat taré, égaré ou affamer, il allait en profiter.

- Bon, les histoires de sourire, c’est très bien, mais ce n’est pas ça qui nous fera sortir d’ici, je suppose que nous sommes les marchandises d’un honteux trafique d’humain…enfin d’humain et autres ?

Bon, d’accord voila où nous en étions.

_______________


Soudain, deux ou trois néantiens parurent a coté des barreaux, examinant de la tête aux pied Lucrèce, qui ne savait où se mettre. Il se mirent à parler, une langue qui n’était pas du commun mais Lulu la comprenait malgré tout, c’était la langue que parlait son ancien patrons celui qui dirigeait la mine de charbon où elle travaillait avant, son patrons, qui était
Kershan. Leur voix sifflantes parvinrent jusqu’aux oreille de la jeune fille.

- Elle est nouvelle, on l’a chopé hier, la sale bête qu’est avec elle, elle ne sera bonne qu’en ragoût, c’est une vraie teigne.

On parlait sans aucun doute d’Ekuss. Ils reportèrent leur attention sur elle.

- T’as intérêt à me faire un prix pour la gamine, y’a pas un poil de viande la dessus, elle va me claqué entre les doigt, avant que j’ai pu la mettre sur le marché avec mes autres filles.

- Tu plaisante j’espère, c’est de la chair fraîche, je marchande pas.

- Il n’empêche que ta chair fraîche, elle tiendra pas deux et qu’en plus elle est hideuse, regarde moi ce nez !


L’autre examina un instant le grand et arrogant nez bourbons de lucrèce, qui n’allait pas du tout avec le reste de son visage. Elle était littéralement terrorisé elle n’osait pas regardes les trois individu. Elle aurait en ce moment même, tellement aimé ne pas comprendre la sombre et sifflante langue qu’il parlait. Il parlait d’elle comme si elle était un sac de pomme de terre, oui c’était ça, un sac de patate ou il y en aurait une malformée.

-De toute façon toutes tes filles sont des crasseuses bonne pour les saoulards qui ne peuvent plus faire un pas devant l’autre alors croit tu vraiment qu’ils se soucieraient d’une avec un nez de traviole.

Ekuss lui bouillonnait de rage, comment osait il, c’était un scandale. C’était la conversation la plus malsaine qui lui eut été donné d’entendre, pourtant il en avait entendu des choses au cours de sa vie. C’était honteux, d’après ce qu’il comprenait, ces types avaient l‘intention de prostituer sa maîtresse et de le manger, lui, en ragoût.

Mais qu’est ce que c’était que ce délire, où est ce qu’ils avaient atterri encore ? La seule personne inconnue qui semblait saine d’esprit, lorsqu’il regardait la cage et son extérieur, était le Dallalie, qui arborait un air navré.


-Mes filles de sont pas des crasseuses !! Et puis pas plus tard que la semaine dernière n’est ce pas toi que j’ai aperçu dans mon bordel a coté du piano !

Les individus commencèrent à se chamailler pendant un moment. Oh non lulu ne voulait pas travailler dans une maison de joie, tout sauf sa, la tavernière chez qui elle travaillait lui avait parler de ses endroits, et lui avait dit qu’elle devait tout faire pour éviter d’avoir a y travailler.

Lorsqu’ils eurent fini leur chamaillerie, l’un convint avec l’autre qu’il viendrait la chercher le lendemain et que c’est la qu’ils décideraient du prix, ils se séparèrent d’une poignées de mains et repartirent chacune de leur coté.

_______________


Ekuss avait en ce moment même des envie de meurtre, tellement furieuses, qu’il ne perçu tout d’abord pas les sanglots de sa maîtresse. Elle s’était repliée sur elle-même, évacuant de ce fait Ekuss de ses genoux, il la regardait il était prix d’un élan de pitié pour elle, franchement, serait ce trop demandé que de pouvoir faire un voyage normal, pourquoi le sort s’acharnait il ainsi sur elle ?

Bien sur il ferait tout se qui est en son pouvoir pour les empêchés de la prendre, mais il s’attardait sur ses maigre pattes, ses griffes qui était loin d’être acérées, ses croc dont un manquant il ne fallait pas se leurrer il était vieux et loin d’être dans un forme olympique pour affronter de grosses créature de l’ombres, et, qui plus est, avait prévu de faire de lui un ragoût de chat.

Il jeta un regard au Dallalie qui lui aussi regardait Lucrèce. Puis il porta son attention sur le chat. Il était entendu qu’entre eux un sorte de paix s’était installé, puis il eut l’impression que le gros félin avait en tête la même pensées que lui, alors qu’une sorte d’empathie s’effectuait entre eux, il exprima tout haut ceux qu’ils pensaient tous deux tout bas, bienheureux que sa maîtresse ne le comprenne.


- Un pareille expérience risque de détruire irrémédiablement sa vie.

_______________


Lulu s’écroula en pleur * vendue, vendue ! Alors que d’autres sont là depuis une éternité, moi je viens à peine d’arriver et…c’est injuste*, elle pleura toute les larmes de son corps, elle ne voulait pas aller dans une de ces horrible maison, non. Elle souvint de cette gentille petite fille qu’était Alice dans conte pour enfant, elle avait tant pleuré qu’elle avait fait une rivière, eh bien elle était en train de crée un océan.

Oui sauf que cette petite blondinette de conte de fée elle ne se retrouvait pas enfermée dans une cage pleine d’esclave dont elle faisait parti. Elle pleurait à flot et à grand renfort de sanglots. Elle s’efforçait de penser aux gens plus malheureux qu’elle, qui n’avait personne à aimer, personne pour les aider…pour les aider mais…

Elle leva ses yeux rouges et gonflés vers le Dallalie.


- Joraes, aidez moi je vous en supplie.

Comme une demande bien dérisoire, elle était devenue aveugle à tout ce qui pouvait entraver sa liberté, aussi ne voyait elle plus la lourde chaîne qui reliait Joraes au mur. Elle se trouvait seul face à un épineux problème, où ses deux allier félin ne pouvait probablement rien pour elle… .

(Désolé, c'est un peu long ! Shocked )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 27
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Ven 13 Fév - 19:27

(Tu va pas t’excuser parce que c’est long quand même :roll : )

Sourire… Depuis quand n’avait-il pas sourit ? Lui-même n’arrivait pas à s’en rappeler. Il faut bien avouer que rien ne prêtait à sourire ici, absolument rien… Mais Lucrèce avait quelque chose en elle, cette jeune femme rayonnait de quelque chose que le Dallalie ne pourrait définir… Et il souriait. Elle avait réussit à effacer toute la rancœur qu’il avait put emmagasiner en lui durant toutes ces années et avait réussit à le faire sourire.
Puis le chat avait fait son apparition, Ekuss, dont Lucrèce n’arrêtait pas de parler lors de son récit et qu’elle avait perdu lors de son enlèvement... Au moins une bonne nouvelle dans la journée, même si ils n’auraient jamais du être séparés. Mais toutes les années passées ici avaient appris autre chose à Joraes, relativiser. Ekuss, donc, avait sauté au coup de Lucrèce, et, malgré le fait qu’il n’a pas été des plus courtois lors de son arrivée, Joraes était heureux de voire ces deux là enfin réunis, ils étaient vraiment bien ensemble. Ils formaient un beau tableau, le chat, l’humaine et le Dallalie…
Il fit comprendre au chat qu’il était enchanté de le connaitre, ce qui était vrai, il en avait tellement entendu parler… Et même la réponse toujours un peu sèche du chat ne pouvait le faire changer d’avis, il avait l’habitude des mauvais caractères, et le sien était relativement bon. Toujours relativiser.
Puis Lucrèce repris la parole, lui disant qu’il devrait sourire plus souvent, ce qui le fit légèrement rire.


« Disons que j’essaye quand je peu…Même si ce n’est pas très souvent… »

Non, il ne souriait pas souvent, il n’y avait que rarement une occasion de sourire.

« Mais le votre est très communicatif. »

C’est vrai, rien qu’en souriant elle avait réussit à le faire sourire. Mais le chat le fit revenir à la réalité. Non, sourire ne les fera pas sortir d’ici.

« Honteux est un peu faible…Mais c’est ça… »

Oui, c’était un réel trafique d’êtres vivant, vendus comme de simples objets, traités comme des animaux. Enfin, Joraes n’était pas aidé de ce point de vu là, mais il s’y était fait.
Des bruits de pas le firent à nouveau sortir de ses pensées. Trois Cilyens s’approchaient des barreaux, ce qui fit se lever Joraes. Il se tenait debout face aux trois néantiens, comme une sorte de provocation, petite, certes, mais qui était importante pour lui. Et c’est la seule qu’il pouvait faire, cette chaine était bien trop courte pour faire plus. Oh qu’il aimerait pouvoir faire plus, c’était un de ses types de l’auberge, et chacun savait que les femmes n’étaient pas là pour faire le service, ou la cuisine…Quand au ragout, Joraes savait qu’ils en étaient capables. Il en était même certain qu’ils le feraient. Il aurait bien prévenus le chat, mais il n’avait aucune envi de miauler en présence d’un Cilyen. Jamais il ne leur ferait ce plaisir, tout comme il avait préféré se lever.

Il resta silencieux, écoutant le discours des deux types de l’autre coté des barreaux, maudissant cette foutue chaine. Sans elle, il aurait surement sauté sur eux. En fait, en y réfléchissant bien, c’est exactement pour ça qu’elle était là… Et cela n’aurait servis à rien de toute façon, il y avait ces barreaux… Il avait cet envie de meurtre des que quelqu’un s’approchait de trop près, pour l’examiner comme du bétail, lui ou un autre, et parler comme si il n’était pas là. Et là, c’était de Lucrèce dont il était question, une pauvre femme qui venait d’atterrir ici et a qui on promettait déjà un avenir de prostitution forcé… Le Dallalie lançait un regard emplis de haine au type de l’auberge, qui s’était mis à le regarder. Autant il détestait les marchands d’esclaves, mais il haïssait encore plus les proxénètes…
Mais s’il y avait une autre chose qu’il avait appris avec le temps, c’est que les yeux fendus d’un grand félin n’était pas des plus expressifs pour ceux qui ne comprenaient pas les miaulements. Mais lui le savait, c’était le principal. Le Cilyen s’était mis à le regarder, lui.


« Et lui ? »

Tient, voila qu’on s’intéressait à lui maintenant…

« Quoi ? »
« Le gros chat là. On manque un peu de personnel… »
« Ah lui… Il n’est pas de première fraicheur, mais il est bien dressé…»

Il les laissa discuter entre eux, il ne s’intéressait pas vraiment a leurs discours, pour regarder Lucrèce. Elle se rendait bien compte de quoi il était question, ce que ces hommes voulaient faire d’elle…
Puis son regard se porta sur le chat. Oui, cela se voyait qu’il pensait les mêmes choses que lui, qu’il voulait tous les tuer, mais regrettait aussi que le regard ne pouvait suffire… Ekuss n’était pas de la prime jeunesse, c’était sa chaine à lui.


« Oui…Ce genre de chose détruirait la vie de tout le monde… Et on ne s’habitue pas avec le temps…»

Toujours en relativisant, il se disait souvent qu’il avait une certaine chance d’être un mâle… Lui n’avait pas à craindre de tomber entre les mains de pervers… Enfin si, mais en tant que « personnel », pas en tant que fille de joie. Mais Lucrèce elle…Elle n’avait pas cette chance… Elle était une femme, et même un nez « difforme », bien que ce détail n’ait pas sauté aux yeux du Dallalie, qui n’avait de toute façon jamais trouvé ces nez très esthétiques, ne rebuterait un sac à bière.
Et ce qui devait arriver arriva, la jeune femme fondit en larme. Il faut dire que la journée fut rude, enlevée, emprisonnée, et maintenant bientôt prostituée… Oui, la journée avait été très dure, et n’importe qui réagirait de la même façon. Joraes était vraiment gênée, il ne savait pas du tout quoi faire… L’aider… Bien sur qu’il voulait l’aider. Mais qu’est-ce qu’il pouvait bien faire ? Il arrivait à peine à faire deux pas sans que cette foutue chaine ne veuille l’étrangler… Bien sur qu’il voulait l’aider… Mais vouloir ne suffisait pas.


« Je suis vraiment désoler… »

Il détourna légèrement le regard, gêné, les portants sur les barreaux. Les trois néantiens étaient partis. Surement pour finaliser la transaction autours d’un verre, ou de chercher encore d’autres esclaves…Ils reviendraient plus tard.

« Je ne peux pas vraiment vous aider, pas maintenant… »

Il tira un peu sur la chaine pour rappeler sa présence a la jeune femme. Non, il ne pouvait rien faire.
Il cherchait du regard une solution, n’importe quoi qui puisse l’aider. Oui, il cherchait. Et c’est alors qu’il repensait au chat. Lui était capable de passer entre les barreaux… Son regard basculait des barreaux à Ekuss, puis se porta sur un des gardiens qui roupillait dans un coin.


« Le type là-bas…Il garde les clefs. »

Miaula-t-il en désignant le gardien plus mort que vivant. C’était la seule chance pour Lucrèce de sortir avant qu’on ne vienne la chercher… Mais il fallait une diversion, un vieux chat seul ne pourrait rien faire…
Mais encore falait-il que le chat soit d'accord pour prendre ce risque.


Dernière édition par Joraes le Sam 14 Fév - 7:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
lucrèce

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 25
Race : humaine
Armes : mes mains, mon coeur
Compagnon ( Compagne ) : Ekuss, mon très fidele chat
Date d'inscription : 27/11/2008

Feuille de personnage
Amour: Aimerai le monde entier si il le fallait
Niveau:
1/10  (1/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Ven 13 Fév - 21:56

Ils avaient parlé d’elle, ils avaient parlé de choses horribles sur elle puis s’étaient intéressé à Joraes. Ces homme n’était pas vraiment très agréable, avait-elle remarqué. Mais ils parlaient de l’emmener aussi, n’était ce pas une sorte d’espoir qui s’emparait d’elle, si elle devait travailler là dedans soit, mais si elle pouvait être entourée d’Ekuss et de Joraes, alors elle pourrait probablement survivre…
_______________

Ekuss de son coté fulminait, non content de s’en prendre à lui et à sa maîtresse, voila qu’il commençaient à vouloir leur entourage notamment à ce Dallalie, qu’il avait fini par trouver intéressant malgré tout, et qui de plus n’était pas aussi naïf que sa Lucrèce. Oui, il fallait dire qu’elle réchauffait bien des cœurs mais qu’elle était loin de posséder ce réalisme pré peint et agressif qu’avait le chat.

Oui il tirait les gens de leur rêverie. Oui il avait interrompue de désolantes niaiserie cotonneuses pour ramener tout ce petit monde souriant à la réalité des choses, car le sourire dans les pire situation, peut devenir dangereux, comme une espèce de drogue pour éviter d’avoir a regarder les choses en face, drogue dont la petite Lulu était totalement dépendante et maintenant voici qu’ils allaient tous se faire embarquer.

Et là ce fut très rapidement les larmes qui firent place au sourire de sa bien-aimée, elle avait demandé à Joraes de l’aider, ce dernier qui ne pouvait pas faire grand-chose d’autre que de s’excuser. Il avait alors décider de se tourner vers le chat et lui avait répondu que sa détruirait la vie de n’importe qui.


- Non c’est faux, il y a beaucoup de gens dont sa détruirait seulement la joie de vivre, or ma maîtresse ne peut vivre sans joie, aussi suis-je en train de te parler d’une véritable destruction de vie.

Il le tutoyait naturellement, ce Dallalie était un gosse, probablement trois où quatre ans de plus que sa maîtresse, et lui qui atteignaient durement les 17 ans, mais étant donné que la durée de vie d’un chat n’est guère plus longue que vingt ans, il était beaucoup, mais alors beaucoup plus âgée que son interlocuteur, d’où le tutoiement.

-Toi, tu a vécu des chose dur, et tu en à pris de la graine, mais elle, non, elle elle à traversé sa les yeux fermée, comme si elle n’était même pas consciente que ce n’était pas une bonne vie qu’elle vivait.

Il regardait le Dallalie, et voyait bien que c’était inutile d’approfondir, ce dernier voyait certainement très bien ce qu’il voulait dire, il ne lui exposa même pas sa théorie de la « drogue sourire » se doutant bien que l’autre avait compris.

Puis le Dallalie plus intéressé par Lucrèce que par les discours du chat, n’avait cessé de regardé partout autour pour finalement lâcher au félin, qu’il y avait un peu plus loin un homme qui était apparemment le gardien des clef. Et c’était lui avec un corps relativement frêle qui pouvait passer entre les barreaux, il suivait complètement les pensée du grand félin, il devait aller chercher les clés sur ce gros lard de gardiens puis ouvrir la porte et
*Viva la libertad*.

Oui, libre, mais qui ? La clé qui ouvrait le collier de Joraes n’était peut être pas sur le trousseau auxquels cas Ekuss, et sa haine du monde entier, ne s’en formaliseraient pas, mais sa maîtresse, elle, en revanche…elle ferait un scandale, le traiterait de sans-cœur, puis au final s’assiérait en tailleur, croiserait les jambes et refuserait obstinément de partir sans le Dallalie.

Evidemment il ne partira pas sans elle. Il se sentait frustré d’avance de son futur comportement, si bien qu’il parti donc en espérant que la clé de Joraes sois dessus. Il jeta un regard entendu au Dallalie, puis se faufila entre les barreaux.

_______________

Lucrèce s’était recroquevillée sur elle-même, elle avait entendu Joraes s’excuser, puis annoncer qu’il ne pouvait rien pour elle, du moins pas immédiatement. Elle était resté ainsi jusqu'à ce qu’il secoue un peu sa chaîne, peut être pour lui rappeler qu’une réponse serait bienvenue. Lulu commença à se calmer, il fallait le remercier de tant de sollicitude. Il s’excusait encore.


- Ne vous excusez pas ce n’est pas grave du tout, tout ira très bien j’en suis convaincue !

Elle essayait de s’en convaincre elle-même, il lui fallait rassurer son nouvel ami qui semblait désespéré de ne pouvoir l’aider. Non, ça n’irait pas du tout, il fallait voir les choses du bon coté, peut être laisseraient-ils Ekuss avec elle, au lieu de le manger en ragoût, et peut être également qu’ils allaient embaucher Joraes dans les cuisines, ainsi elle ne serait pas seule. Oui elle allait pouvoir s’en sortir, elle pensa encore une fois aux gens qui était seule, se força à sourire.

- Oui, tout ira pour le mieux, ne vous inquiétez pas.

A force de se forcer à sourire, elle fini par sourire réellement et à être pratiquement certaine que ce n’était pas la mort, ainsi s’appliquait sous les yeux de Joraes, la théorie « drogue sourire ». Elle voyait Joraes regarder partout autour, puis entendit son chat miauler à Joraes, puis ce dernier de lui répondre. Elle ne comprenait pas ce qu’ils disaient, mais elle vit son chat passer rapidement à coté d’elle, elle se retourna, le chat passait entre les barreaux.

Elle alla se mettre à coté de Joraes pour voir ce que le petit félin faisait
.

-Qu’est ce qui se passe ? Où va-t-il ?

Elle vit son ami se faufilé jusqu'à un gros gardien, à moitié loché sur une souche d’arbre.

_______________


Ekuss se dirigeait sur la pointe des pattes, vers l’immonde tranche de lard Cilyenne qui gardait les clés. Affalé sur un tronc d’arbre coupé, il semblait en train de dormir. Le chat s’approcha doucement de lui. Mais où étaient ces maudites clefs ? Il fit le tour du gardien. Ah les voila, elles étaient accrochées a son col, il allait falloir lui monté dessus, comme par hasard ! Elles n’auraient pas pu être mises à sa ceinture ? Non il fallait toujours qu’on lui mette des battons dans les roues !

C’était tout de même un monde ! Obligé de supporter toute sa vie les billevesées douceâtres de sa maîtresse, et pourtant contraint, par une énervante partie de lui-même, à l’aimer, son grand père, cet énergumène, lui disait des tas de mièvrerie, parmi lesquelles « Aime qui tu voudras, mais garde toi de la passion ». Ce qu’elle faisait bien sagement.

Mais Ekuss lui ne se gardait pas de la passion, tous ses sentiments étaient violents, aussi lorsqu’il n’aimait pas une personne, il la haïssait, c’était la même choses lorsqu’il en aimait une, il était empreint d’un amour brut, et un brin malsain, car il n’en aimait qu’une, et il s’énervait de voir que cette personne n’avait pas du tout son caractère, la seul chose qui les liait était qu’ils s’aimaient. Mais ce qui rendait Ekuss fou de rage c’est qu’elle, elle aimait tout le monde ! Mais était-ce vraiment le moment de penser a ça ?


*Non pas du tout, maintenant efforçons nous de penser aux clefs*, oui c’était ça, les clefs, bon il posa une pattes hasardeuse sur le ventre du gardiens, celui-ci grommela. Il compris que de toute façon il allait le réveiller, il fallait donc agir au plus vite. Faire comme si il n’était qu’un mignon petit matou qui ne voulait que trouver un bon endroit pour dormir.

Il agrandit ses yeux au maximum, puis d’un bond sauta sur sa panse, attrapa les clés entres ses dents puis les jeta dans la cage. L’homme grogna, se réveilla, et regard…
(regardit ou regarda ??) celui qui l’avait ainsi tiré de son sommeil. Ekuss le mirait avec ses grands yeux noirs et se mit à ronronner puissamment. Vu de l’extérieur cela devait être quelque peu comique, lui, ronronner, et ce parce qu’il était poser sur un hideux personnage, nom d’un Arcane, mais ou était on ?!

Le gardien avait saisi le chat par la peau du coup, et l’avait jeter a terre.
*Ouf…bon maintenant il n’y a plus qu’a espérer que l’on ait la clé du collier du Dallalie*. Il alla chercher le trousseau et retourna près des deux autres, il le déposa à leur pieds et pattes, il savait bien que tout les deux pensait a la même chose que lui, est-ce qu’elle serait là ? Car pour des raisons de sécurité, s’il redoutait tant le Dallalie, ils aurait pris la peine d’accroché sa clé ailleurs qu’autour du cou d’un ivrogne gras et mou.

(Ah tiens sa faisait longtemps le Rolling Eyes. et puis je m’excuse si je veux d’abord , et puisque c’est ça c’est toi qui décidera si la clé de ton matou y est, si elle n’y est pas on risque de RP plus longtemps ensemble…mais peut être plus intéressant aussi ! Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 27
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Sam 14 Fév - 14:11

(Pour la clé, Joraes est censé aller bosser à l'auberge jusqu'à ce que Nath le sorte de là, on à donc pas encore finis x) )

Le chat avait raison, il avait parfaitement raison. Elle ne mourra pas, mais ce genre de traitement pouvait faire disparaitre toute sorte de sentiments, de joie de vivre... Et peut être ne sourira-t-elle plus jamais après cela. Certes, on voulait les achetés tout les deux, et peut être qu'elle prenait ça pour une bonne chose, mais elle ne faisait que se leurrer. Qu'ils soient tous les deux là bas n'arrangerait rien pour elle. Lui irait peut être en cuisine, ou ferait le ménage, mais elle...Elle sera surement enfermée dans une chambre, ou dans une pièce sordide en attendant qu'on vienne la cherchée, ou même enchainée à un lit, en fait il n'en savait rien, mais il imaginait parfaitement de quoi ils pouvaient être capables...

Il acquiesça silencieusement aux paroles d'Ekuss, lui, au moins, se montrait réaliste.Chacun vivait les choses différemment, lui s'était endurcit, cachant ses émotions, gardant sa fierté pour lui, se disant que, tan qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir... Mais elle, que fera-t-elle? Se forcera-telle toujours à sourire comme elle faisait en ce moment? Ou se laissera-t-elle mourir parce qu'elle n'y arrivera plus?

Elle s'était mise a pleurer, le suppliant de l'aider. Mais, dans l'état actuel des choses, il n'avait pas vraiment d'idée.
Et, même en cherchant bien, il n'avait rien vu de mieux que ce gardien grassouillet qui pionçait dans un coin... Ekuss était assez petit pour passer entre les barreaux de la cage, et peut être qu'il pourrait ramener la clé de la cage qu'il avait sur lui. Mais il devrait faire preuve d'une certaine...Délicatesse.
Il sauta des bras de Lucrèce qui, n'ayant pas compris leur petite discutions, se demandait ce qu'il faisait.


"Votre chat est votre dernière chance de sortir d'ici..."

Oui, "Votre dernière chance". Joraes ne comptait pas vraiment sur ses clefs pour sortir de là. Si on pouvait confier les clefs qui ouvraient les portes des cages et autres cellules à des gros sacs pleins de bière, celles des divers cadenas étaient, en général, à la charge des marchands. Surtout avec son ancien parano de maitre qui avait du donner quelques instructions. Bon, il l'avait mordu, et alors?

Mais Lucrèce n'était pas attachée, elle était entièrement libre de ses mouvements, il suffisait donc d'ouvrir la porte... Et cela créerait surement assez d'agitation pour qu'elle puisse arriver à partir...Avec son chat.

Mais si jamais cela échouait... Joraes était prêt à faire diversion, si le garde se réveillait, comprenait ce que le chat faisait et voulait s'en prendre à lui, il pouvait crier, taper contre le mur, et avait même ramassé une petite pierre...Juste pour détourner son attention.
Il s'était approché au maximum des barreaux, suivant le chat des yeux. Il avait d'abord essayé une approche discrète, mais avait finit par bondir sur le garde, pour lui arracher le trousseau du cou et le jeter dans la cage. Mais qu'est-ce qu'il faisait, il allait se réveiller! D'ailleurs, il se réveillait...
Qu'est-ce qu'il faisait? Il ronronnait? Il pensait s'en tirer comme ça? Et le pire, c'est que cela pouvait marcher... Et le pire c'est que cela avait marché...

Le garde l'avait seulement jeté par terre, sans même se soucier des clefs. Quelle ironie, le plan d'évasion qui avait le plus de chance de marcher depuis qu'il essayait se ferait sans lui...Enfin, si ca pouvait aider d'autres personnes.
Ekuss revint vers eux, le trousseau entre les dents.


"Bravo Ekuss, bien joué."

Oui, c'était vraiment bien joué, le coup du ronronnement... Et comme il avait pensé, il n'y avait que des grosses clefs sur ce trousseau...Que des clefs pour les portes... Il s'était mis a regarder Lucrèce après avoir jeté ce coup d'œil aux clefs.

"Voila, vous pouvez sortir avec ça..."

Il espérait juste qu'elle profiterait de l'occasion qui ne se représenterait peut être pas sans se soucier de lui.

"Une rumeur circule, comme quoi il y aurait des passages dans les montagnes..."

Il valait mieux la mettre au courant, passer par la porte était du suicide... Il en avait déjà fait l'amer expérience. Elle était trop bien gardée et le terrain était trop découvert...

"Il vaut mieux partir avant que le gardien ne remarque l'absence de ses clefs..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
lucrèce

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 25
Race : humaine
Armes : mes mains, mon coeur
Compagnon ( Compagne ) : Ekuss, mon très fidele chat
Date d'inscription : 27/11/2008

Feuille de personnage
Amour: Aimerai le monde entier si il le fallait
Niveau:
1/10  (1/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Lun 16 Fév - 21:55

(Nathaniel ? Oh dis donc, tu RP avec des haut niveau ! Razz Monsieur a du contact ! tongue )

Il leur avait dit qu’il pouvait a présent partir, lulu était heureuse, elle n’allait pas être obligé de travaillé dans l’auberge ! Puis elle regarda les clés, elles étaient là juste en face de ses pieds, elle était a coté de Joraes. Elle se mit à inspecter le collier de ce dernier.

Ekuss la regardait
*Oh non ! Pitié* elle allait être dans un état !* Hasta siempre libertad *

Elle tournait le collier en tout sens. Puis elle la trouva. La serrure. Ses yeux s’agrandit, elle se saisit du trousseau, puis examina les clé.

Elle était horrifiée, la serrure était bien trop petite ! Pas une seule de ces clefs ne pouvait passer dans ce collier, mais comment cela était il possible ?!


-Joraes, la clé de votre collier n’est pas sur ce trousseau.

Elle était déçue, alors qu’elle avait été emplit d’une espérance salvatrice, tout s’effondra. Elle ne pensa pas a partir sans son ami enchaîné, elle n’y pensa pas, tout simplement car c’était pour elle impensable. Elle jeta un regard à Ekuss.

-Je suis vraiment désolé mon tout beau, mais nous ne pouvons repartir sans Joraes.

_______________

Ekuss était dans une rage noire, il en avait été certain et maintenant voila que ces prédiction se révélait juste * oh ben ça alors, quel hasard *, et il trouvait encore le moyen d’ironiser. Et son « tout beau » elle savait où elle pouvait se le mettre

-Tu vois, hurla t’il au Dallalie, j’en était sur, elle est inconsciente !!

Oh mon dieu ! Il écumait de colère, il voulait tout démolir, il donna un coup de patte dans les clés. La nuit était tombé il viendrait peut être la chercher aux aurore, qui sait.

-Dit lui de partir, Dallalie, je ne sais pas, mord la, griffe la, qu’elle s’en aille a tout prix, je ne veux pas d’une p*te comme maîtresse.

Il lâcha un flot d’injure impressionnant, en toute sorte de langue. Jamais il n’avait trouver sa maîtresse aussi *stupide, idiote, niaise, *****…* et tout un tas d’autre chose qu’il est interdit aux oreille sensible d’entendre. Sa colère atteignait son paroxysme, il se saisit des clefs et les envoya à la figure de lucrèce.

_______________

Elle avait observer son chat piqué un colère envoyé les clé au loin, puis il avait miauler, siffler, il avait l’air furieux. Elle aurait aimer pouvoir le calmer jusqu'à ce qu’elle reçoive en plein visage les grosse clé rouillées, lui laissant un sillon sanglant sur la joue. Elle plaqua ses mains sur son visage. Un peu de sang s’était mis a couler. Elle regarda Ekuss.

C’était bel et bien la première fois qu’il la violentait ainsi, c’était que la peur le prenait, il craignait cette fois pour sa vie.


- Ekuss ne t’en fait pas tout ira très bien, tu reste avec moi hein ?

Le chat la regarda, il avait l’air de franchement réfléchir. Une grande tristesse apparue dans ses yeux… il secoua négativement la tête. Non il ne restait pas avec elle, il allait partir.

- Non Ekuss non, tu reste avec moi tu l’avait promis a grand père, ne me laisse pas !

Le chat se dirigea vers les barreaux et partit par derrière le mur.

_______________

Vous devinez aisément ce qui s’était produit dans la tête du chat, lorsqu’il eut entendu lulu lui dire de rester avec lui, il allait lui dire non, oui c’était ça, il allait faire comme si il partait. Lui, l’abandonner, voila ce qui était vraiment impensable.

Quand elle allait voir qu’il ne revenait pas et si le Dallalie l’y aidait un peu, elle prendrait les clés puis irait le rejoindre a l’extérieur de cette monstrueuse prison. Et quitte a revenir pour sauver le Dallalie, il reviendrait enfin…

De toute façon il savait bien que c’était contre toute étique de laisser le Dallalie comme ça alors qu’il s’était occupé de sa maîtresse, avant qu’il ne les retrouve. Mais lui il se souciait si peu des convenance que contrairement a sa maîtresse, qui s’en souciait trop,il se disait qu’il y a des gens dont c’est le destin, et si c’était celui de Joraes, eh bien ainsi soit il.

Avant de passer entre les barreaux il se retourna et vit que contrairement à sa maîtresse, qui baissait la tête le Dallalie le regardait avec étonnement, il lui envoya un clin d’œil entendu que Joraes eut tantôt fait de comprendre.

Il se rendit jusque dans un coin où il pouvait tranquillement surveiller la porte de sortie si sa maîtresse décidait de la passer.

_______________

Sauf que ce qui travaillait dans le crâne de la petite lulu, c’était que son chat était un égoïste, elle l’aimait *oh oui, ce que je l’aime cette boule de poil teigneuse*. Mais tout de même, il ne l’abandonnerait pas pour bien longtemps. Il allait revenir, jamais il ne l’avait laissée seule, sauf cas exceptionnel, indépendant de sa volonté, et il ne commencerait pas maintenant.


-Ne vous en faites pas tout va très bien se passer !

Ceci, c’était la troisième fois qu’elle le disait, c’était pour se rassurer plutôt que pour rassurer son compagnon qui n’en avait peut être même pas besoin.

Son chat avait beau la croire un peu neuneux, elle possédait tout de même une vive intelligence qu’elle s’efforçait de ne pas trop utiliser. Oui elle avait remarqué qu’être naïve attirait la sympathie de ceux qui était les moins sociable. Et si elle ne pouvait se passer d’amer les gens, elle était d’autant plus heureuse lorsque c’était réciproque.

La nuit était tombé depuis bien longtemps. Elle resta silencieuse comme si elle attendait patiemment sa montée sur la potence. En verité elle attendait qu'il lui parle, qu'il lui dise n'importe quoi elle s'en fichait, du moment qu'il lui parlait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 27
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Mar 17 Fév - 19:54

(et ouais ^^ Et on RP encore, je participe à la quète)

Mais, qu'est-ce qu'elle faisait? Elle n'était quand même pas en train de chercher la serrure de son collier? Elle ne semblait pas prête à l'abandonner comme ça... C'est pourtant ce qu'elle devra faire si elle voulait partir d'ici avant que les néantiens qu'ils avaient vu plus tôt ne reviennent pour l'emmener.

D'un geste de la main, il dégageât celle de la jeune femme. Déjà que, d'habitude, il n'aimait pas spécialement qu'on le tripote de la sorte, mais là, c'était encore plus dérangeant. Non, il ne viendrait pas avec eux... Mais il fallait qu'elle parte, et elle ne semblait pas disposée à le faire.

Le chat avait raison de la traiter de tout les noms, elle était vraiment stupide, naïve...Quoi qu'il allait parfois un peu loin, heureusement qu'elle ne pouvait pas le comprendre.
Mais le but était de la faire réagir, c'est pour ça d'ailleurs que le chat lui balança les clefs en pleine figure avant de partir. Joraes s'était lui aussi mis à grogner. Un grognement grave, sourd. Avant de se laisser tomber sur ses quatre pattes, afin de ressembler à cet animal sauvage et sanguinaire pour qui elle l'avait prit lors de leur rencontre. Il voulait l'intimider, lui faire assez peur pour qu'elle ne veuille plus lui sauver la vie et pense plutôt à la sienne...


"Non, tout ne va pas bien se passer..."

Il s'était avancé lentement vers elle, avant d'être retenue par son collier.

"C'est comme ça que vous voulez finir? Les jambes écartés dans une auberge?"

Car c'est ce qui allait se passer, est-ce qu'elle s'en était seulement rendu compte? Il gardait son air grave, sévère... Il voulait lui faire comprendre, et si elle pouvait avoir peur de lui, ce serait encore mieux...

"Vous pensez que votre grand père voulait ce genre de chose pour vous?"

Il utilisait les sentiments, plus il en mettait, plus cela avait de chance de marcher.

"Et croyez moi que si la situation était inversée, j'aurais pris ces clefs et je serais partis, sans me retourner..."

Et là, il voulait lui faire comprendre qu'il n'y avait ni bonté ni générosité qui tenait ici, il essayait aussi de lui faire croire qu'il n'était pas son ami...

Il n'avait pas l'air comme ça, montrant les crocs et hérissant le poil, mais il cherchait à lui sauver la vie...Tout comme l'avait fait son chat en passant entre les barreaux.


"Partez maintenant ou je vous promet que vous remercierez cette chaine..."

Et voila la phase des menaces. Tout y était, si elle voulait encore rester avec lui après tout ça, c'est qu'elle était vraiment inconsciente... Il ramassa les clefs qui étaient juste devant lui pour les lancer aux pieds de Lucrèce.

"Disparaissez de ma vu, immédiatement !"

Il lui fit comprendre que seule la chaine l'empêchait de lui sauter au coup, donnant un coup dans le vide en tirant au maximum sur cette dernière, laissant ses griffes rentrées au cas où tout de même, mais elle était bien hors de portée... Puis il lui siffla également quelques insultes qu'elle ne pouvait comprendre... Avant de retourner prêt du mur, la foudroyant du regard, grognant toujours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
lucrèce

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 25
Race : humaine
Armes : mes mains, mon coeur
Compagnon ( Compagne ) : Ekuss, mon très fidele chat
Date d'inscription : 27/11/2008

Feuille de personnage
Amour: Aimerai le monde entier si il le fallait
Niveau:
1/10  (1/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Mar 17 Fév - 22:56

(Eh bah ! Mine de rien, je RP pas avec le plus mauvais hein !)

Elle n’avait au final pas attendu en vain, il lui avait parlé. Mais elle avait observé un brusque changement de ton. Apparemment tout n’allait pas bien se passer, il la regardait méchamment, aussi ce regard qu’elle avait vu de nombreuse fois, dans les yeux de nombreuse personne, mieux valait s’en éloigné.

Il lui demandait si c’était ainsi qu’elle voulait finir, les mots qu’il employa la choquèrent profondément, si bien qu’elle ne répondit à ses injonctions. Elle le laisserait finir son manège avant de lui dire clairement sa façon de penser. Il parla de son grand père, puis que s’il avait été à sa place, il serait parti.

Il s’était mis à quatre pattes, il ressemblait, plus que jamais, à une panthère, qui n’avait pas mangé depuis des jours. Il grognait, retroussait ses babines, la menaçait, lui disait de disparaître, tirais sur la chaîne.

Il avait envoyé les clés à ses pieds, elle ne les prit pas. Elle avait en ce moment plus peur de lui que jamais. Elle le regarda. Puis parla d’une voix tremblante, qui tendait à chaque instant à se transformer en cris.


- Dites vous bien une chose mon cher, c’est que j’aimais mon grand père, celui même qui m’a laisser travaillée dans une mine de charbon, douze heure par jour, ou il n’y avait pas une seule molécule d’oxygène, pour le défendre j’aurais pu dire qu’il n’en savait rien, mais il me disait si souvent que lui aussi avait travaillé dedans. Je travaillait également dans une taverne où le patron était, tout comme mon grand père ivre du soir au matin, et ne se privait pas de me corriger même alors que je n’avait rien fait, j’aimais pourtant cet homme, et pour tout l’or du monde je ne l’aurait laisser croupir ici, de même que mon grand père. Voila pour ce qui est de ma famille.

Des larmes silencieuses coulaient sur ses joues.

- Ignorez-vous le sens du mot fraternité, avez-vous subi tant de chose que vous avez oublié ce qu’est l’humanité, oui c’est inhumain de vous abandonner ici, et puis si vous l’auriez fait, et bien j’aurais gardé de vous le souvenir d’un égoïste ! Auriez vous perdu votre cœur, parce que moi non, vous pouvez voir les choses du point de vue d’Ekuss si ça vous chante, mais moi je vous dit que personne ne mérite d’être seul dans un enfer pareil ! Je serait comme eux si je vous laissait ici tout seul je serait comme ceux que vous appelez monstres ! Et si vous désirez me tuer parce que je refuse d’être un monstre et bien faites, au moins je serais morte pour une bonne chose.

Sur quoi elle avança avec appréhension jusqu'à la portée du Dallalie, oui après tout mourir pour ses convictions n’est pas un triste sort c’est une belle mort. Beaucoup trop de gens ne savait plus du tout ce que voulait dire bonté d’âme. Et si elle devait mourir pour leur rappeler tant mieux !

_______________

Ekuss commençait à trouver le temps long, depuis sa cachette il surveillait la porte. Apparemment sa maîtresse avait décidé d’être têtu, peut être était elle en débat avec le Dallalie, mais en attendant la nuit passait, et il n’était pas loin de sentir que l’aurore approchait.

Ca c’était du elle tout craché. Si seulement elle avait été dénuée de scrupules, ils seraient partis depuis longtemps et tanpis pour le Dallalie. Mais non, elle était comme cela. Ekuss commençait à se calmer. Sa rage était pratiquement totalement dissipée, sa maîtresse serait une prostituée… C’était tragique mais elle paierait la le prix de ses éclat de cœur.


(Je fait cour, comme ça, au prochain, on l’embarque, la malheureuse !( moi sadique ??))
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 27
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Mer 18 Fév - 19:11

(lol, merci Embarassed )

Joraes s'était mis a grogner sur Lucrèce, retroussant les babines et hérissant le poil. Il cherchait juste à se faire le plus effrayant possible, afin qu'elle abandonne son idée fixe de rester avec lui dans cette cage. Il pensait avoir mis le paquet, et pensait aussi que n'importe qui n'aurait pas demandé son reste et serait parti, mais rien...
Oh, elle s'était reculé, elle avait quand même eu un peu peur, mais pas suffisamment apparemment... Elle se rapprochait, à portée du Dallalie qui n'avait aucune intention de mettre ses menaces a exécutions et n'avait pas envisagé cette éventualité. Ce dernier était retourner prêt du mur, regardant toujours Lucrèce. Ah, les humains et leur "humanité".

Il se rapprocha d'elle, se mettant a grogner a quelques centimètres de son visage.


"Que croyez vous que je fait? J'essaye seulement de vous sauver la vie."

Oui, c'est ce qu'il cherchait à faire, la sauver du terrible destin qui l'attendait si elle restait ici.

"Moi, je m'en sortirait...Je m'en sort toujours. J'aurais peut être une ou deux cicatrices en plus mais cela reste physique, vous..."

Elle, ce serait bien plus que des blessures physiques qu'elle recevra dans cette auberge, et elle risquait bien vite de la perde sa belle "humanité".

"Ce qui serait "inhumain" comme vous dites, serais de VOUS laisser ici, et je ne veux pas avoir ce poids sur la conscience..."

Il se recula d'un pas, lui lançant toujours un regard sévère, mais il ne grognait plus.

"Et je n'ai aucunes envie non plus d'avoir à cuisiner votre chat..."

Ah non, ça il n'en avait aucune envie. Le type de tout à l'heure avait parler de ragout, et si il l'achetait lui aussi, il y avait des chance qu'on le lui demande de le faire... Et cuisiner un chat. Rien que cette idée lui retournait l'estomac.

"Alors partez maintenant, si vous savez ce qu'est "l'humanité"...Et tout se passera très bien..."

Il la suppliait presque du regard. Il fallait qu'elle parte, absolument...

"Je trouverais peut être un moyens de partir à l'auberge, mais je ne pourrais surement pas vous amener avec moi... Alors, je vous en supplie, partez maintenant..."

(T'es sure de vouloir faire ça? ><)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
lucrèce

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 25
Race : humaine
Armes : mes mains, mon coeur
Compagnon ( Compagne ) : Ekuss, mon très fidele chat
Date d'inscription : 27/11/2008

Feuille de personnage
Amour: Aimerai le monde entier si il le fallait
Niveau:
1/10  (1/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Ven 20 Fév - 21:36

(Bah de rien, je le pense, et ne t’inquiète pas « tout va très bien se passer » XD, non je déconne, on l’emmène oui, mais personne ne touchera a son pucelage ! Je trouverait un truc, par contre il va falloir que tu RP un peu avec mon chat, parce que je suppose qu’ils vont attendre le lendemain avant de te prendre, ils auront les pétoche, puisque je suppose que tu seras un peu énervé quand on la prendra ! Du moins j'éspère ! tongue )

Il lui avait dit que si il faisait cela c’était pour la sauver, il était tout près de son visage, elle retint son souffle, elle pouvait admirer à loisir les yeux vert de son interlocuteur qu’elle avait à deux centimètre du nez. Il s’en sortirait, apparemment il s’en sortait toujours. Le souffle brûlant du félin lui fouettait le visage.

Ce serait inhumain de la laisser ici, il refusait d’avoir ce poids sur la conscience. Il se décolla de son visage et recula, il avait arrêté de grogner, il ne voulait pas cuisiner Ekuss, en d’autre circonstance elle aurait sourit de cette annonce. Il voulait qu’elle parte si elle savait ce qu’était l’humanité, oui évidemment qu’elle savait ce qu’était l’humanité, mais… .

Il la regardait a présent comme s’il était désespéré, il la suppliait de partir. Elle ne pouvait supporter que l’on souffre ainsi à cause d’elle. Elle le regarda. Se baissa pour ramasser les clés.


- Soit, je pars.

Elle continua de le regarder un instant, puis se retourna, et commença à se diriger vers la porte de sortie, elle enjambait des corps morts ou endormis, mais pas grand monde de vif. Plus elle s’approchait de la grille de sorti plus des larmes envahissait ses yeux elle voyait tout floue, trébuchait à chaque pas se faisait haranguer par ceux qui avait la chance d’être endormis.

_______________

Ekuss était toujours dans sa planque, et voyait dangereusement se lever le soleil, mais m*rde qu’est ce qu’elle foutait, si ça se trouvait elle était décidée a camper sur ses positions, et le Dallalie n’avait pas pu la convaincre de partir, ce qui l’aurait étonné, car elle se laissait en général facilement embobiner une fois qu’elle avait exposé son point de vue.

Il fallait qu’elle se dépêche d’arriver car Ekuss commençait à perdre patience, il avait envie d’y retourner pour la voir, la toucher, l’écouter, il était en manque de sa maîtresse là.

Soudain il aperçu quatre silhouette, l’aubergiste, le gros gardien et deux immense armoire à glace. Tout ça pour prendre une malheureuse jeune fille,
*pff, quel bande de tarlouzes*, il fallait immédiatement aller les prévenir. Il se précipita par derrière le mur, il courait mais jamais il n’arriverait à les avertir à temps il serait trop tard.

_______________

Lucrèce avançait de plus en plus lentement, elle avait l’impression que la porte se reculait. Puis soudain elle pensa a une chose, elle avait complètement oublié de dire au revoir à Joraes, alors qu’il avait été tellement plein de sollicitude, elle se sentait prise de remord.

Elle fit brusquement demi tour, et courut dans sa direction, mais durant le temps qu’elle mettait à arriver à lui, elle s’était dit qu’elle le serrerait dans ses bras, mais maintenant qu’elle y pensait, il lui semblait que le Dallalie n’aimait pas les contact physique, si bien qu’elle arriva devant lui et fut complètement stoppée dans son élan. Elle se trouvait devant lui, l’autre semblait tombé des nu et se demander ce qu’elle faisait la. Sur quoi elle se dit que la meilleure chose à faire était sûrement de parler. Elle ne réfléchi pas vraiment a ce qu’elle allait dire.


- Euh je reviens pour…juste pour vous dire que …Au revoir.

Elle avait dit le principale en s’embrouillant, mais ce n’était pas important, elle avait bafouillé en arrivant, elle bafouillait en repartant. Elle pris sa pattes dans ses mains et la serra.

-Je …

Elle ne termina pas sa phrase car l’on venait brusquement de lui saisir les poignets pour les attacher dans son dos, l’on la souleva du sol et l’on la transporta sur une épaule d’où elle voyait Joraes et puis Ekuss a travers les barreaux qui regardait la scène horrifié, mais il ne resta pas bien longtemps paralysé.

Lucrèce s’était mis à crier, elle suppliait de la relâcher.


-Pitié, non ! Ekuss, Joraes au secours !

Il passa à travers les barreaux et sauta en sifflant sur l’homme qui transbahutait lucrèce, il grimpa le long de sa jambe, en plantant ses griffes dans le maximum de parties de son corps, ce fut à son tour de se mettre a hurler, créant un vacarme assourdissant, les cris de Lucrèce et de l’homme résonnait dans toute la cage, certain prisonnier avait trouvé la force de se redresser pour voir ce qui se tramait. Ils devaient probablement être habitué à ce genre de scène. Pourtant un grondement commençait à s’élever.

Jusqu'à ce que le deuxième homme prenne les choses en main, il saisit Ekuss par la peau du cou et l’envoya brutalement contre les barreaux, le chat retomba mollement a terre non loin de Joraes, assommé, il se saisit ensuite de lucrèce, la gifla, elle se tut instantanément. Puis l’envoya sur se propre épaule, avant de dire a l’autre de s’occuper de Joraes. Il commença à s’approcher du félin avant de dire à son coéquipier :


- Heu J’crois qu’on d’vrait attendre d’main pour l’prendre, parce que le bruit l’a un peu énervé là.

Cette réplique aurait pu paraître drôle si les conditions n’avaient pas été aussi tragiques, car non seulement il avait une voix d’imbécile heureux et parlait mal, mais en plus il semblait avoir peur de Joraes. L’autre leva les yeux au ciel( Rolling Eyes ), et lui dit que c’était bon puis ils partirent. Par-dessus son épaule lucrèce jeté un regard torturé au Dallalie, puis baissa les yeux.

On lui délia les main pour les lui rattacher devant, puis accrocher une corde à ses fers, Il marchèrent longtemps, elle se maudit de n’avoir pas de chaussures, puis elle les maudit eux de n’avoir pas pris Joraes aussi, maintenant elle se retrouvait seule, elle il fallait bien se l’avouer elle mourrait de peur.

Ils arrivèrent dans l’auberge, une grosse dame, probablement la femme de l’aubergiste, les agressa directement parlant de tout et de rien, avant de s’intéresser à lulu. Elle saisit son menton, puis l’examina.


- Eh bien, dit elle d’une voix criarde à son mari, ce n’est pas avec cela qu’on va augmenter les affaire !

- Quoi qu’est ce qu’il y a encore ?

- Ce qu’il y à, c’est qu’elle est affreuse, elle a un nez horrible, des lèvre toute fine, elle est toute maigre, n’à aucune forme, elle est hideuse cette gamine !

- Tu n’as qu’à aller les chercher toi-même tes filles, parce qu’on en trouve de moins en moins en ce moment.

Ils continuèrent à se chamailler un moment de la sorte jusqu'à ce que la femme la saisissent par le bras et l’emmène avec elle, elles montèrent deux étages, elle la conduisit dans une chambre tout au bout d’un couloir sordide, elle l’envoya à l’intérieur, et lui dit de ne pas bouger, elle acquiesça silencieusement, elle n’avait rien dit jusqu’ici pensant que la meilleur chose a faire était de se taire.

La grosse femme allait claquer la porte, quand elle se ravisa, elle venait de penser à quelque chose, elle s’approcha de lucrèce, et parla tout près de son visage, la pauvre reçu dans la figure son haleine pestilentielle.


- Est tu stupide où sais tu parler ?

-Non, je parle.

-Comment tu t’appelles ?

-Lucrèce.

L’autre eut une moue de dégoût, comme si son prénom la révulsait.

-Eh bien maintenant tu t’appelle Rouge.

Elle regarda lucrèce comme si elle attendait une réaction, la jeune fille hocha affirmativement la tête. Puis elle reparti en fermant la porte à clé derrière elle.

La laissant seule dans la chambre, une chambre où une odeur de charogne régnait, un grand lit était installé au milieu, avec des drap moisi, d’une couleur suspecte, la peinture était écaillé, une peinture qui avait un jour eut la prétention d’être rouge, mais qui maintenant, virait franchement au marron, au vu des nombreuse trace qui s’y promenait.

Elle décida de s’asseoir dans un coin et de patienter, elle replia ses jambes sur elle, qu’il faisait froid ici !

_______________

Ekuss divaguait totalement dans le vide, dans le noir total, il entendait son nom
*holà, ça y est le malin m’appelle* le chat resta un instant totalement persuadé d’être directement tombé en enfer, avant d’ouvrir les yeux avec difficulté, il avait atrocement mal au crâne. Il s’aperçu qu’en réalité il s’agissait du Dallalie qui l’appelait. Le félin le regardait comme si il avait été un brin inquiet auparavant *Magnifique je quitte une sentimentale pour un autre* il essaya de rire a sa propre méchanceté, mais une affreuse migraine le pris.

- Eh bien Dallalie, que regarde tu, te dit tu que tu n’as pas envie d’être vieux ?

Le chat essaya de se relever avec difficulté il tituba un instant, il était pris de monstrueux vertige, il regarda de nouveau le félin.

-Parce que si c’est le cas tu as parfaitement raison, être vieux permet uniquement de faire croire qu’on est sage. Bon maintenant tentons un projet d’évasion un peu plus sérieux si tu veux bien car celui-ci à été un varie fiasco, il nous faut retrouver ma maîtresse.

Le chat se mit à marcher en direction du lieu de la bataille. *Ce jeunot doit me prendre pour un vieux cinglé*. Sur quoi il se mit à sourire.

-Mais je ne peut parvenir à le sauver tout seule aussi va tu m’aider, en toute modestie je sui un génie.

Ekuss se pencha en avant pou ramasser un grand anneau autour duquel pendait une petite clé. Il se tourna pour la montrer au félin.

-C’est celle de ton collier Dallalie, je me suis dit que si ces homme venaient vous chercher, ils était probablement en possession de votre clé, aussi aie-je vérifié sur lequel de ces gaillards elle était, avant de les attaquer.

Le chat retourna devant lui pour déposer la précieuse clé a ses pattes.

(Si tu veux bosser a l’auberge, il va falloir qu’on se fasse joliment chopé !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 27
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Sam 21 Fév - 19:25

(T'es pas mal non plus ^^ )

Décidément, cette humaine était têtue... Il avait eu beau la menacer en lui grognant dessus, elle n'avait pas bougé d'un poil, alors que les clefs de a cage étaient juste devant elle, tout ça parce qu'elle disait avoir un cœur, et qu'elle ne voulait pas abandonner Joraes... C'est bien beau d'avoir du cœur, mais il ne faut pas que cela remplace la cervelle.

Alors il lui expliqua en détail ses intentions, avant de la supplier de partir, histoire de toucher son cœur justement. Et le Dallalie fut soulagé de voire que cela avait marcher, elle ramassa les clefs et partis.
Bon, une bonne chose de faite, il fallait juste espérer maintenant qu'elle ne se fasse pas attraper, ce qui réduirait tout ces efforts a néant.
Le Dallalie la regarda s'éloigner avant de retourner s'asseoir contre le mur, lâchant un soupir. Bon, maintenant, il n'avait plus qu'a attendre qu'on vienne le chercher, lui. Il se roula en boule sur le sol froid de Cilya. Il avait même envisagé de fermer les yeux lorsqu'il entendit bruits de pas. Nan, elle n'a quand même pas... Il se redressa pour voire Lucrèce juste devant lui.


"Mais, qu'est-ce que vous faites?"

Lui dire au revoir? Et puis quoi encore? Elle se rendait compte de ce qu'elle venait de faire, le soleil s'était levé, même si cela ne se voyait pas vraiment dans le territoire abyssal...Elle avait peut être laissé filer sa dernière chance de partir juste pour "lui dire au revoir"!!!

Il allait lui crier a nouveau dessus quand elle lui prit la main. Mais ce n'était pas ce geste qui avait attiré son attention, mais l'odeur désagréable, mais habituelle, qui s'approchait... Oui s'était trop tard.
Le gardien lui attacha les mains dans le dos avant de la prendre comme un vulgaire objet sur son épaule. Il devait aussi avouer que personne n'avait osé aller jusque là avec lui.

Le Dallalie voulut faire quelque chose, mais la chaine le stoppa dans son mouvement, elle hurlait, complètement paniquée. Et il y avait de quoi.
C’est alors qu’Ekuss fit son apparition. Comme Joraes le soupçonnait, il n’était pas partis bien loin. Le petit chat se jeta, avec toute sa rage, sur la jambe d’un des type qui se mit a hurler a son tours. Tout ce raffut vite fait de réveiller tout le monde dans la cage…

L’autre type eut vite fait de dégager son collègue de l’emprise du chat fou furieux, avant de l’envoyer contre les barreaux, ce qui semblait l’avoir bien assommé…
Joraes tirait toujours sur la chaine, comme si il pourrait arriver à la briser… Mais c’était inutile. Il ne s’était même pas spécialement rendu compte qu’il avait sortis ses griffes, dans le feu de l’action, mais celui qui devait venir le prendre semblait l’avoir aperçut. "le bruit l’a un peu énervé là"… Encore un de ces préjugés animaliers dont il était constamment affublé. Oui, si il semblait nerveux, ca n’avait rien a voir avec l’enlèvement de Lucrèce, c’est juste parce qu’elle criait…
Il suivait Lucrèce du regard, jusqu'à ce qu’elle disparaisse de son champ de vision. Il devait passer ses nerfs sur quelque chose, et le mur était tout indiqué. Ce n’était pas la première trace de griffure que l’on pouvait voir sur ce mur, qui avait du servir à calmer les nerfs de nombreux Dallalies enchainés depuis des siècles…

Pourquoi n’avait elle pas voulu l’écouter ? Pourquoi s’était elle obstinée de la sorte ? Elle n’en serait pas là à l’heure qu’il est, elle serait dehors avec son chat.
Tient, d’ailleurs, son chat. Joraes se retourna vers le petit corps inerte qui avait glissé le long des barreaux. Il respirait encore, ce qui était bon signe.


"Ekuss ?"

Le chat semblait reprendre doucement ses esprits, sa relevant avec une certaine difficulté, avant de lui demandé si il n'avait pas envi de devenir vieux...

"Disons que j'aurais de la chance si je "devient vieux"..."

Il est vrai qu'il ne pensait pas vraiment a l'avenir autrement qu'en se demandant si il survivra assez longtemps pour revoir un jour le soleil...

Mais le chat parla également d'un nouveau projet d'évasion, ce qui surprit le Dallalie. Il parlait encore d'évasion? Lucrèce s'était fait emmener pourtant, qu'est-ce qu'il avait en tête? Et c'est alors qu'il se tourna vers lui, un autre trousseau dans la gueule. Et cette fois, les clefs étaient bien assez petites. Le Dallalie ne put s'empêcher de sourire.

"Oui, tu es un génie Ekuss."

Il prit la petite clé dans sa main, avant d'aller chercher a tâtons la serrure sur son cou. Une fois trouvée, la clef entra parfaitement dedans, et la chaine retomba lourdement sur le sol. Ah, il pouvait enfin marcher...

"Bon, maintenant..."

Oui, et maintenant? Les cris de Lucrèce et du gardien avaient réveillé tout le monde, ce qui pouvait bien arranger leur évasion. Oui, il allait délivrer quelques esclaves et ouvrir la porte de la cage en grand, ce qui serait une merveilleuse diversion...

Il s'était mis à regarder le sol, ramassant le grand trousseau qui avait été poussé durant la "bataille", et trouva même une sorte d'épingle en métal... Parfait...
Oui, d'habitude, il essayait d'en avoir une sur lui, mais son ancien maitre avait bien prit le soin de vérifier...

Ses différentes clefs en main, il longeât le mur, se dirigeant vers un autre Dallalie, attaché comme lui.


"Tient, Joraes...J'ai appris que tu étais là quand j'ai entendu crier ton nom..."

Oui, Lucrèce avait réveillé tout le monde tout a l'heure...

"Et par quel miracle tu te retrouve ici?"

Joraes montra le petit trousseau.

"On m'a un peu aidé."
"Encore un de tes plans? On sait tous comment ça se finira..."

Oui, La preuve de l'efficacité des anciens plans d'évasion de Joraes était bien le fait qu'il était toujours là...

"Qui sait...J'ai jamais essayé de la cage. Bouge pas."

Il prit le collier de l'autre Dallalie dans une main avant d'insérer la tige de métal dans la serrure. On apprend beaucoup de choses à Cilya, et crocheter des serrures pouvait en faire partis, pour peu que vous ayez un certain problème avec l'autorité et les cages trop petites. Et ce genre de petites serrures n'étaient pas très compliqués, en tournant légèrement la tige, et en appuyant légèrement avec une griffe judicieusement placée, la serrure s'ouvrit dans un déclic.

"Ah...Merci...Décidément, je supporterais jamais ce truc... Bon, c'est quo le plan cette fois?"
"Ouvrir la porte."
"Ce serait aussi simple que ça?"
"Je ne sais pas...Ca devrait créer assez d'agitation pour que quelques uns s'en sortent..."
"Mouais...Ca pourrait marcher."
"Content de te savoir avec moi Kare'l. Maintenant faut en détacher d'autre, que le plus de monde possible passe cette porte."
"D'accord, compte sur moi."

Voila, le plan était en marche, et ils étaient deux dallalies sur le coup. Joraes se dirigeait vers la porte, remuant les clefs au passage pour attirer l'attention des autres esclaves. Et l'agitation qu'il espérait se produisit effectivement des que la porte fut entrouverte.

"Bon, Ekuss, on va à l'auberge..."

Oui, il n'avait pas envi de laisser Lucrèce là bas, même si il laissait passer une excellente chance de partir.
Le grand félin se déplaçait silencieusement, telle une ombre, dans les rues de Cilya, évitant les grandes rues, se camouflant dans les ombres... Il devait être discret. Arrivé devant la grande bâtisse, il ne savait pas vraiment où chercher. Où avait bien pus être mise Lucrèce?

Heureusement que le chat semblait savoir où chercher.


(La vache, ca doit être le plus long post que j'ai jamais fait...Et je me suis retenus XD
Je me ferais choper après geek)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
lucrèce

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 25
Race : humaine
Armes : mes mains, mon coeur
Compagnon ( Compagne ) : Ekuss, mon très fidele chat
Date d'inscription : 27/11/2008

Feuille de personnage
Amour: Aimerai le monde entier si il le fallait
Niveau:
1/10  (1/10)

MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   Ven 6 Mar - 20:53

(Merci Very Happy ! Mais il faut te lâcher ! Et puis pour la longueur des posts tu sais ce qu’on dit « Plus c’est long, plus c’est bon » tongue !! J’ai repris les cours depuis deux semaines, donc désolé pour le retard ! What a Face )

Le Dallalie avait saisit les clés, s’était lui-même détaché en confirmant qu’Ekuss était un génie. Il avait ensuite détaché un de ses semblables, avant de lui dire qu’il fallait provoqué du tohu-bohu. Ce qu’il ne se gêna pas pour faire. Il passa devant tous les prisonniers en agitant ses clés, sur quoi il y eut une espèce de ruée vers l’extérieur, seulement pour ceux qui avait la chance de pouvoir courir.

Ruée dans laquelle, Joraes et Ekuss se précipitèrent, sauf qu’alors que tous les autres couraient vers la frontière afin de changer de continent le plus rapidement possible, les deux félins eux se dirigèrent vers la ville, ils passaient pour des inconscients mais tanpis.

Ils traversèrent la ville en silence et surtout en discrétion, car Joraes avait plus que l’air d’un esclave, mais ce n’était pas important, car Ekuss était en pleine expansion olfactive, il sentait l’odeur de sa maîtresse qui la conduisit jusqu'à un bâtiment miteux qui se voulait être une auberge.

Entrer comme ça relevait du suicide, il se dit que la meilleur solution était de passer par l’entrée de service, derrière le bâtiment, ils pourraient alors allez la chercher dans les étages. Car si son souvenir était bon, on logeait les prostituées aux étages les plus hauts. Ainsi ils contournèrent l’auberge, pour se retrouver devant une porte mangée aux mites.

Le Dallalie se chargea de l’ouvrir, car Ekuss n’avait pas…Bref, il l’entrouvrit d’abord, afin de s’assurer qu’il ne risquait rien, le chat jeta un coup d’œil à l’intérieur…Rien, un vieux débarras minuscule, ils entrèrent tous les deux, ouvrant une autre porte elle donnait sur un comptoir ou plus exactement sur le coté ou l’on sert c’est à dire que de l’autre coté du bar des clients s’accoudait, parlait, riait même comme s’il ignorait l’honteuse vie que menait certaines personnes…tel les esclaves et les prostituée.

Comme un brin de chance semblait les accompagner il n’y avait personne de ce coté du comptoir et de plus Ekuss apercevait tout au bout les dernières marches de l’escalier. Il se tourna vers Joraes.


- Retrouve tes bas instincts, Dallalie, à quatre pattes. Tâchons de ne pas nous faire voir pour aller jusque dans les escaliers.

Il avait souvent cette habitude d’appeler les gens par leur race, il ne s’agissait nullement de méchanceté mais d’une manie. Fréquemment lorsque lucrèce croisait des individus, dans ses pensées ou lorsqu’ils parlaient Animal, il les appelait « Humain », ou bien « Elfe » ou encore lorsqu’il croisait un de ses confrère, il les appelaient « Chat », tous cela pour dire que ce n’était pas une marque de mépris…mais que ce n’était pas pour autant un signe de respect.

Il traversèrent le comptoir de l’intérieur, en faisant bien attention à ce qu’aucun client de l’autre coté ne voit une touffe de poil dépasser. Par une chance quasi insolente, ils arrivèrent jusqu’aux marche sans qu’aucune servante ne se soit pointer. Avant de monter à l’étage, doutant qu’ils auraient toujours autant de veine, il se tourna vers le Dallalie :


-Bon n’hésite à sortir les griffes en cas de mauvaises rencontres.

Ils commencèrent à monter à l’étage, apparemment il y avait de l’agitation dans presque toute les chambre, des bruits obscènes leur parvenaient. Ekuss écoutait attentivement si un de ces gémissements ne pouvait pas venir de sa maîtresse…Et le verdict tomba sur le chat, qui, avec soulagements constata qu’elle n’était pas au premier, mais était-ce réellement mieux qu’elle soit au deuxième ?

Ils montèrent avec appréhension alors que les bruits d’en bas s’estompaient, ils n’entendirent bientôt plus rien, le deuxième étage était incroyablement silencieux. Joraes du regarder par les serrure afin de voir s’il n’y avait pas quelqu’un dedans…et résultat, il n’y avait pas une seule fille dans ces chambre qui semblait dépasser les seize ans c’était monstrueux, elle était seule enfermée dans ces chambre, lulu devait sûrement être dans l’une d’entre elle, car si elle atteignait difficilement les dix sept ans, elle n’en paraissait guère plus de quinze.

Ils firent le tour de toute les chambre, elle n’était pas la, et ils étaient au dernier étage, certaine chambre était vide, Ekuss se trouvait complètement désemparé, où avaient-ils mit sa maîtresse ?

_______________

Lucrèce n’était pas en réalité restée très longtemps dans cette chambre sordide, on était venu la chercher et l’on l’avait menée dans jusqu’en face d’un mur, elle se demandait bien ce qu’était encore que cette mascarade. La jeune femme qui l’accompagnait et qui lui avait calmement dit de la suivre, ce qu’elle avait fait, une très belle femme qui avait l’air sérieusement en colère, elle avait cogné deux coups au mur qui s’était ouvert ! Une porte cachée, décidément elle n’avait pas fini d’en voir !

Elles étaient entrées. A l’intérieur des femmes, lulu était en train de se dire qu’elles étaient probablement des filles de joie de la maison qui avait reçu l’ordre de la rendre présentable. Sauf qu’elle ne comprenait pas de quoi ces femmes parlaient. Elle détailla la pièce ou elles étaient, cela n’avait vraiment pas l’air d’un salon de recoiffage, c’était une petite pièce de béton, deux ou trois chaises traînait avec, dessus, les plus vieilles femme du petit groupe, il y avait non loin un escaliers en colimaçon qui descendait vers on ne sait où.

La jeune femme qui l’avait emmenée s’était mise à parler aux autres, elle avait l’air vraiment remontée.


-Regardez, encore une ! C’est monstrueux j’ai l’impression qu’elle est encore plus jeune que les autre. Elle s’adressa aune jeune fille probablement un peu plus âgée que lulu. J’ai l’impression qu’ils l’ont prise pour te remplacer Rouge. Comme elle est nouvelle ils ne s’apercevront qu’à moitié qu’elle a disparu.

Elle lui saisit la main et l’emmena vers l’escalier en colimaçon, lulu commençait sérieusement à se demander ce qui se passait, on la mettait dans une chambre, puis on l’en enlevait sans aucune explication, elle s’appelait Rouge et puis ensuite c’en était une autre qui s’appelait Rouge. *Dans quoi aie-je encore été embarquée* se demanda t’elle au comble de l’exaspération.

_______________

Pendant ce temps Ekuss et Joraes se trouvait dans le couloir, complètement désemparé, il se demandait bien ce qu’il avait pu advenir de lulu, sauf qu’au lieu de rester planter là à se poser d’innombrables questions, ils furent obliger de réagir car des pas retentir dans les escaliers.


- Allons dans une chambre.

Mais Joraes n’avait guère besoin de se le faire dire il avait déjà commencer à entrer dans une chambre miteuse, en espérant de toutes leurs force que la personne qui venait du bar n’allait pas entrez dans leur chambre.

(Tu te feras choper à la fin, parce que là je nous aie foutu dans un de ces merdiers !! Et le pire c’est que c’est a toi de répondre, bonne chance !! -mode sadique ON- Twisted Evil ! j'adore ta chronique! Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Confondre et être confondu (pv Joraes)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Confondre et être confondu (pv Joraes)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» ne pas confondre masculin avec féminin.
» MARDI 9 AOUT 2011
» Journal d'Eiko ou Pourquoi m'as-tu quitté?
» Il faut surtout pas confondre le plaisir et le travail, mais il faut mélanger les deux
» LYSANDRE ◭ tu avais dû confondre les lumières d'une étoile et d'un réverbère.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Silence Des Arcanes :: Partie administration :: Corbeille :: Corbeil Cilya-
Sauter vers: