Le Silence Des Arcanes

La crainte de la guerre est encore pire que la guerre elle-même. Mais parfois, elle est nécessaire.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tourments d'une nuit [PV Nathaniel ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arthésia

avatar

Nombre de messages : 32
Race : Elfe
Date d'inscription : 06/11/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Tourments d'une nuit [PV Nathaniel ]   Lun 8 Déc - 20:42

Pourquoi était-elle ici déjà ? La jeune femme ne s'en souvenait plus vraiment. Elle savait simplement qu'elle marchait depuis si longtemps que si elle ne trouvait pas un auberge rapidement elle allait s' écrouler. L' étalon qu'elle avait acheté au dernier village avait succombé peu après son achat. Elle avait donc fait le reste du voyage a pied, ne comptant plus les jours de marches depuis longtemps. Elle leva la tête et regarda le ciel. Les sombres nuages qui le recouvraient semblaient noirs de cendres, cachant au villageois la seule source de lumière de la ville. Le ciel lui semblait proche, si proche qu'il formait un couvercle au dessus d 'eux, écrasant la jeune femme sous une pression lourde. Elle frissonna. La température était agréable, mais le vent perfide s' infiltrait a travers les vêtements, gelant quiconque oserait sortir de chez lui. La jeune femme resserra étroitement les plants son long manteau noire contre sa poitrine. En vain, le froid était omniprésent.
Elle regarda devant elle, espérant sans y croire voire enfin la lueur accueillante d'une auberge. Mais tout était étteind dans cette " ville aux morts ". Elle marcha encore, s' appuyant contre les murs sans prendre la peine de vérifier la légende. Elle, n'y croyait pas vraiment. Le nombre de mort que cette ville avait a son compte n'aurait pas suffit à recouvrir les murs de leurs sangs. Ce n'était que des histoires d' horreurs arrangés un peu pour faire trembler les enfants au coin du feu.

Elle se perdait dans ses songes, mais malgré son innattention, rien n'aurait pus la faire rater ça. Enfin. Une lumière faible éclairait une vieille maisonnée a l' allure, certes un peu sordide, mais tout conviendrait a la jeune femme a cette heure. Elle avança lentement vers la porte, consciente que tout ses muscles protesteraient contre la moindre accélération.
Alors qu'elle arrivait devant cette porte qu'elle avait tant désiré voire, cette dernière s' ouvrit. Un vieillard en sortit, affublés de haillons, sa moustache encore humide du nombre incalculable de chopes qu'il avait sûrement ingurgité. Il s 'avança vers la jeune femme de sa démarche incertaine. Elle l' observa, trop étonné par cette présence en ce lieu si mort pour protester. Il avançait, bafouillant des paroles intelligibles. Mais, alors qu'il fut plus près, en face d'elle, elle entendit ses mots.

-... Bientôt le sang de tout les habitants recouvrera ces murs.

A ses mots, les yeux du vieux s' éxorbitèrent, comme s'ils avaient été prononcés par un autres. Comme s'ils représenter une vérité, un illumination. Puis, trop vite pour que la jeune femme ne réagisse, ses muscles trop engourdis, il se pencha vers elle. Un violente douleur la traversa tandis que ses yeux se baissaient pour y découvrir la raison. Une dague était plantée au milieu de son ventre, tandis qu'une rose rouge fanait déjà sur sa chemise blanche.
Elle vit du coin de l'oeil le vieillard s' encarté pour s 'enfuir.
Elle n'avait pas réellement l'intention de le laisser s 'échapper ainsi. Retirant la dague de son ventre dans un geste lent qui fit naître sur son visage halé un masque de douleur, elle l' envoya d'un mouvement net vers l'homme. Elle eut juste le temps de le voire s' écrouler, la dague enfoncée dans la cheville. Ce n'était pas réellement ce qu'elle avait visée, mais c'était suffisant. Il vivrait, mais boiterait sûrement toute sa vie. Mais il était vrai qu'il lui avait été difficile de visée lors de sa propre chute.

Mais elle ne s' evanouie pas. elle resta seulement, couché au sol, recroquevillée sur elle même, ses deux bars éssayant de compresser la blessure pour arrêter la perte de sang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel d'Arathanen
Dalharen Errant - Admin
avatar

Nombre de messages : 918
Race : Humain, a du sang elfique, Dalharen.
Compagnon ( Compagne ) : Amberle a jamais fiché dans ma mémoire. Mais peut être pas dans mon coeur[Sadique powa]
Date d'inscription : 11/07/2006

Feuille de personnage
Amour: Un monstre a-t-il le droit d'éprouver ce sentiment ?
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Tourments d'une nuit [PV Nathaniel ]   Mar 9 Déc - 16:17

  • Uroter. Village perdu dans le territoire Chaotique, réputé pour les décès qui s'y sont mystérieusement produits. Village étrange, silencieux comme la mort, avec quelquefois, l'un de ses habitants, qui meurt, ou qui tue. Bien bel endroit, d'après les morts vivants. On ne dira pas le contraire.

    Et Nath', qui se rendait à l'auberge, pour voir dans quel état elle était après son opération suicide de sauvetage des esclaves. Sur le chemin, il avait entendu le tambourinement, résonnant, bien réel, d'un coeur qui bat. Un être de chair et de sang ici ? Quelle inconscience ! Surtout que l'odeur n'avait rien de celle de la peur ..

    Nathaniel haussa des épaules. C'était pas son problème, si quelqu'un se baladait ici. Tout était indiqué, l'intéressé en connaissait les risques. Le jeune homme reprit donc sa route, toujours juché sur Toblian. Il avait mit sur ce dernier un sortilège qui ne permettait à aucun mort vivant de le détecter, ni par son sang, ni par les battements de son coeur. C'était pratique, mais fatiguant, comme sortilège. Jamais Nath' n'aurait pu le faire sur lui même. Toblian était un animal, son esprit n'était pas assez puissant pour empêcher le sort de s'insinuer en lui.

    Rien n'aurait pu faire changer Nath' de trajectoire. Rien, hormis peut être l'odeur acre d'un sang qui a coulé. Pas celui du vieillard, car ce dernier, mort vivant, n'avait pas de sang. Mais celui de l'être vivant que Nathaniel avait ressenti près de lui quelques minutes auparavant. Ses doigts se refermèrent sur les crins fins et blancs de sa monture, et, pressant les mollets, il galopa vivement vers l'endroit d'où provenait le sang. Il ne vit rien de la scène. Juste le vieillard se désagréger, devenant brume, et disparaîssant. Le cadavre de l'elfe était toujours là, à terre.

    Heureusement qu'elle avait devant elle un homme qui avait des sens aussi puissants que ceux d'un animal. Il entendit le coeur battre faiblement dans la poitrine féminine, et s'approcha au petit trot. Descendant de selle, il s'agenouilla auprès de l'elfe, avec prudence cependant. Etait ce un guet apens ? Qui sait ?

    Doucement, il dégagea le visage de l'elfe en repoussant ses longs cheveux derrière son visage, et découvrit enfin la femme. La douleur ancrée sur son visage le surprit. Son regard tomba sur la blessure béante qu'elle avait dans le flanc. Il tenta de croiser le regard de la femme, qu'il savait consciente. Sa main alla se poser sur le front de l'inconnue, et il la sentit fiévreuse. Cela s'annonçait mauvais.

    Diagnostiquant le pire, il se hâta de la soulever avec délicatesse, à bout de bras, et de la porter jusqu'à Toblian. Là, il dut se séparer de son armure, le poids de cette dernière trop lourd s'il voulait monter sur la bête. Vêtu juste d'une chemise ample et blanche, et d'un pantalon de cuir brun, il alla enfourcher sa monture avec souplesse, la femme, dans un état de semi conscience, entre ses bras, prostrée contre son torse. Il eut un soupir, sentant les battements faibles de son coeur à travers sa chemise, contre sa propre peau. Elle n'y survivrait peut être pas.

    Un claquement de langue, et Toblian partit au grand galop. Il fallait fuir, et galoper au moins quatre heures pour rejoindre les frontières. Là, ils seraient saufs. Nathaniel laissait Toblian gérer sa cadence, se concentrant sur la petite, qu'il tenait entre ses bras, regardant les alentours avec méfiance, et psalmodiant des paroles rassurantes à l'infirme juchée devant lui.

_________________
Nath'
Seul lion dont le coeur n'est d'or.
Sa vie est une torture.
Renaissance Ultime.
Dévotion Suprême.
Archangel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthésia

avatar

Nombre de messages : 32
Race : Elfe
Date d'inscription : 06/11/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Tourments d'une nuit [PV Nathaniel ]   Mar 9 Déc - 21:46

Les yeux de la jeune femme s'écarquillèrent. Etait-ce du a sa demi-conscience ou le cadavre devant elle venait-il réellement de se désintégrer devant ses yeux ? Ce n'était pas la prise de conscience qu'on avait lorsqu'on venait de tuer pour la première fois, non la jeune femme avait déjà oter beaucoup de vie, mais jamais de cette façon la. Elle qui n'avait jamais crut a toute ces histoires sur les formes de vie autre qu'humaines. Elle n'était jamais vraiment sortie dans " le monde ". Il était tant pour elle de sortir de son ignorance. Mais elle était un peu occupée pour le moment. La douleur qui la transperçait était insoutenable, bloquant sa respiration.
Un bruit léger de sabot résonna plus loin. Dans sa bulle de douleur, ses sens semblaient réduit, infime. Elle put juste lever légèrement la tête pour voire arriver un cavalier. Allait-il lui venir en aide ? Rien n'était moins sûr. Ils vivaient a une époque dangueureuse, où toute demande d'aide pouvait se transformer en agression en peu de temps. Beaucoup de gens étaient morts pour moins que ca. De plus, la jeune femme n'était pas du genre a supplier. Elle avait toujours sue se débrouiller par ses propres moyens. Mais ici, la situation était différente. Elle risquait sûrement sa vie.

Elle se sentit quitter le sol, pour venir se poser devant le jeune cavalier. Malgré la grande délicatesse des mouvements, un gémissement échappa de la gorge de la jeune femme. Elle ne distingait pas nettement le visage de son sauver. Mais était-il réellement un sauveur. Elle avait entendue parler d'individus qui se livraient a des vente de femmes. Son sang se glaça, mais elle ne trouva pas la force d'ouvrir le bouche. Le se contenta donc de tourner légèrement la tête pour essayer de marquer les traits de cet homme dans son esprit. Si cette homme osait poser la main sur elle, elle se ferait un plaisir d'utiliser ses dernières forces pour faire sauter sa tête de ses épaules.
Mais en voyant son visage la jeune femme se décontracta légèrement, il n'avait pas l'air de lui vouloir du mal. mais les apparances sont souvent trompeuses.
elle décida donc de rester sur ses gardes.
Pourtant il lui était difficile de rester de marbre face a la chaleur humaine. Le vent avait beau souffler, le cheval avait beau galoper dans le sens contraire au vent, la douce chaleur qu'elle sentait contre son dos lui faisait oublier la froideur de la nuit. Elle avait passer tant de temps sans la moindre présence que cette soudaine proximité la dérangeait presque. Elle essaya de garder le regard fixe, la tête droite, mais ses paupières se fermaient toute seules. Elle manqua plusieurs fois de glisser de sa selle, tant la fatigue plus la perte de sang l'affaiblissait.

Elle se laissa lentement aller en arrière, consciente que si cette homme lui voulait quelque chose, elle ne pourrait pas réagir. Elle ferma lentement les yeux, tandis que le paysage cessait de défiler devant elle.
Elle ne dormit pas vraiment. c'était plutôt une demi-conscience, elle percevait faiblement ce qui l'entourait, mais ne bougeait plus. Elle entrouvrit quelques fois les yeux, observant le paysage qui changeait autour d'elle et du jeune inconnu.
Où l'emmenait-il ?

- Laissez-moi .. descendre, murmura-t-elle entre deux hoquets de douleur.

Le bahutement du cheval empirait la douleur. Elle se propageait en elle comme poussière au vent. Elle gemit et se tourna lentement tandis qu'elle avait l'impression que son torse se déchirait en elle.

- Laissez-moi, répéta-t-elle encore une fois, fixant l'homme de ses yeux verts.

Elle ne savait pas si elle survivrait, mais elle n'avait pas l'intention de passer ces derniers moments sur un cheval, a souffrir inutilement. elle pensa a sauter elle même du cheval, mais se ressaisit, elle ne survivrait sûrement pas a un tel choc. Elle se contenta donc de fixer l'etranger de ses yeux verts tandis qu'elle espérait que cela suffise pour le faire arrêter...

[Je sais pas trop quoi dire >,< J'ose pas continuer desolé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel d'Arathanen
Dalharen Errant - Admin
avatar

Nombre de messages : 918
Race : Humain, a du sang elfique, Dalharen.
Compagnon ( Compagne ) : Amberle a jamais fiché dans ma mémoire. Mais peut être pas dans mon coeur[Sadique powa]
Date d'inscription : 11/07/2006

Feuille de personnage
Amour: Un monstre a-t-il le droit d'éprouver ce sentiment ?
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Tourments d'une nuit [PV Nathaniel ]   Mer 10 Déc - 7:39

  • L'homme était concentré sur sa trajectoire, nez au vent, cheveux balayés par la brise, il fixait les alentours d'un oeil averti et brillant de détermination. Seulement quelques minutes avant d'arriver par delà les frontières chaotiques, la femme se réveilla. Il la sentit gigoter contre son torse. Se redressant, il se pencha sur le coté pour l'observer, et elle tordit le dos pour croiser son regard. Le sien était d'un vert pur d'émeraude, alors qu'il croisait le fer dans celui, argenté comme la lune, du Dalharen.

    Ce dernier secoua doucement la tête. Pas question de la laisser crever seule ici si près du but. Il n'avait pas galopé dans le sens contraire de son itinéraire pendant tant de temps, au risque d'épuiser sa monture, pour se laisser avoir par un caprice. D'un regard, il lui intima de se taire, et de le laisser gérer.


    "Delandor Umnä el Virsenda." [Assouplis ton dos et ralentis.]

    Le cheval obéit sur le champ, dans cette langue qu'il comprenait parfaitement. L'homme avait psalmodié de sa voix profonde et grave, vibrante, s'asseyant sur son séant, fixant les alentours d'un oeil méfiant. Le grognement d'un Worg dans la pénombre le fit frémir, et Toblian accéléra l'allure de lui même.

    Au bout de quelques minutes, ils arrivèrent aux frontières. L'homme resserra sa prise autour du corps de l'elfe, conscient qu'elle risquait de tomber pendant l'acrobatie. La barrière de troncs d'arbres morts fut enfin visible à l'oeil. Le cheval blanc sauta avec un peu de peine, tout ce poids lestant son dos, mais finalement, il n'y eut ni chutes, ni problèmes particuliers. L'homme fit repasser Toblian au petit trot, se dirigeant vers le bosquet qu'il voyait d'ici.

    C'est au pas qu'ils arrivèrent là bas. Nathaniel avait laissé la bête souffler un peu de son fatiguant voyage. Il descendit de selle en soupirant, et attrappa la femme, qu'il déposa sur un amas d'herbes et de mousses, au pied d'un chêne centenaire. Il murmura alors


    "Je reviens, ne bouge pas."

    Puis il disparut. Toblian, lui, se mit à brouter non loin de là, paisiblement. De temps en temps, il jetait un regard intrigué à l'inconnue. Bientôt, Nath' fut de retour avec des herbes médicinales qu'il avait apparemment broyé, on ne sait comment. Ca, c'était un de ses petits secrets.

    S'agenouillant auprès d'Arthésia, il délesta de sa hanche uen gourde remplie d'une décoction dont il avait le secret. Il amena le goulot aux lèvres de la petite, et la força à boire au moins quelques gorgées, malgré le mauvais gout. Ensuite, il se pencha pour examiner la blessure. Elle avait perdu beaucoup de sang. Heureusement pour elle, si un organe vital avait été touché, elle serait déjà morte. Bon signe, donc.

    Il posa la main sur son flanc, non loin de la plaie. Là, il lui jeta un regard inquiet, et lui demanda ainsi, silencieusement, juste par le biais de son regard, s'il pouvait regarder.

_________________
Nath'
Seul lion dont le coeur n'est d'or.
Sa vie est une torture.
Renaissance Ultime.
Dévotion Suprême.
Archangel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthésia

avatar

Nombre de messages : 32
Race : Elfe
Date d'inscription : 06/11/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Tourments d'une nuit [PV Nathaniel ]   Jeu 11 Déc - 21:22

Le jeune femme sentit la monture s'élever dans les airs, tandis que ses yeux écarquillés prenait conscience du saut qu'ils venaient de faire. La retombé fut haute, mais sans accoups. Le jeune homme avait resseré sa prise sur la taille de l'elfe, l'empêchant de glisser, mais aussi de respirer. Car même si ses mains ne la compressait pas, cette simple proximité la troublait, bloquant sa respiration.
Mais, le cheval s'était soudain assouplis, après les quelques mots murmurés du jeune inconnu, ce qui reduisait la douleur occasionnée par les foulés. C'était par ailleurs une voix étrange, grave et profonde, semblant venir des profondeurs de son être. Un léger frisson parcourut le dos de la jeune femme, frisson qui n'avait rien a voir avec le froid ambiant.

Bientôt, le cheval repassa a une allure moins soutenue et vint enfin s'arreter. La jeune femme regarda le paysage avec un mélange de méfiance et de surprise. Ils avaient donc tant parcourus, pour se retrouver dans un endroits si accueillant.
Mais elle ne put pas se laisser aller a ses pensées plus longtemps, tirés de ses songes par un soupir. Posant ses yeux sur son sauveur, elle haussa les sourcils. Si cela le dérangeait tant, il n'avait cas pas la sauver, simplement! Un tel comportement vexait la jeune femme. Quel hypocrisie.
Elle se laissa pourtant faire lorsqu'il la souleva du sol et la déposa sur un amas de feuilles et de mousses. Elle se laissa aller, elle aussi a un petit soupire, mais de soulagement. Voila plus confortable qu'une selle! Puis, la jeune femme observa l'inconnu qui s'éloignait déjà tout en lui conseillant de la pas bouger.

- Comme si je pouvais, murmura-t-elle avec un sourire ironique.

La tête de la jeune elfe lui tournait légèrement, a en jugé par l'oeil inquiet qu'avait arboré le jeune homme durant le trajet, elle ne devait pas se trouver en très bonne posture. Elle ferma lentement les yeux. Qu'avait-elle a perdre. la seule chose intéressante qui lui était arriver jusqu'a la avait été cette rencontre. Et encore.
Elle leva une paupières pour observer le jeune homme, au loin. Lorsqu'il lui jeta un coup d'oeil, elle referma aussitôt les yeux, espérant qu'il n'ait rien remarquer.
C'est donc au bruit des pas que la jeune femme entendit l'inconnu revenir. Elle rouvra les yeux et l'observa a présent sans se cacher. Il s'agenouilla a ses côté et la fit boire au goulot d'une gourde. Sans commentaires, la jeune femme obtempéra. Elle n'avait pas l'intention de contredire la seule personne en mesure de la sauver.
C'était infect. Le goût âpre restait en bouche alors que le liquide avait déjà été avalé. Elle fit une légère grimace mais ne protesta pas.

Suivant ensuite le regard de l'homme, elle baissa les yeux sur la plaie. Elle avait vue la déccoction préparer par le jeune homme. Elle avala sa salive et hocha la tête a la question muette du jeune inconnu. Elle saisie le bas de sa chemise et le déchira jusqu'a la plaie, rendant plus pratique la manipulation qui allait suivre. Puis, elle se cala, droite, le regard fixé droite devant elle, s'attendant a ressentir la douleur qui n'allait plus tarder.
Lorsqu'elle fut enfin au rendez-vous, la jeune femme gémit légèrement, puis serra les dents. Elle ne devait pas se laissait aller. Pourtant la douleur était de celle qu'on n'oublie jamais vraiment. Elle avait l'impression que la dague venait se replanter dans sa chaire, au moindre contact avec la plaie.
Ses mains vinrent, presque inconsciemment, agripper la chemise immaculé du jeune homme, tandis que des traces de sang s'il dessinaient. Il lui fallait quelques chose, semblable a une bouée, si elle ne voulait pas perdre conscience.
Aussi, prit-elle l'initiative:

- Pourquoi.. m'avoir aider ?

Ce n'était pas vraiment d'actualité dans son esprit, là, a l'intant, mais ça l'avait était durant tout le voyage. Pourquoi ? Pourquoi de nos jours, un homme se risquerait-il a aider quelqu'un si ce n'est pour l'argent ?

- Je n'en ai pas, murmura-t-elle sans autre précision, consciente que le jeune homme arriverait au même cheminement qu'elle.

La douleur c'était calmé légèrement, ou peut-etre n'était-ce que le fait de se distraire de la souffrance par la parole, mais elle essaya néanmoins de se décrisper, et par la même occasion, de relâcher sa prise sur l'inconnu. Elle relâcha sa chemise, y voyant ainsi les traces qu'y avaient dessinés ses doigts rouges de son propre sang.

-Désolé, murmura-t-elle presque inaudiblement.

Elle ne savait pas si elle était plus désoler pour sa chemise, ou pour son geste déplacé de s'accrocher a lui. La encore, elle laissa au jeune homme, le bénéfice du doute.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel d'Arathanen
Dalharen Errant - Admin
avatar

Nombre de messages : 918
Race : Humain, a du sang elfique, Dalharen.
Compagnon ( Compagne ) : Amberle a jamais fiché dans ma mémoire. Mais peut être pas dans mon coeur[Sadique powa]
Date d'inscription : 11/07/2006

Feuille de personnage
Amour: Un monstre a-t-il le droit d'éprouver ce sentiment ?
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Tourments d'une nuit [PV Nathaniel ]   Ven 12 Déc - 15:30

  • Bon point, la femme était tout à fait consciente de ce qui lui arrivait, et du fait qu'elle était maintenant sauve. Elle ne semblait rechigner en rien au fait qu'il s'occupe d'elle. Le prenait elle donc pour un gentilhomme ? Nath' s'en contrefichait. Tant qu'elle obtempérait, le reste n'était pas très important. Lentement, son regard croisa celui de l'elfe, et un instant, il crut y lire un non ferme et définitif. Il n'en fut rien. La femme déchira d'un geste sec les étoffes qui masquaient sa plaie, usant de ses dernières forces.

    Nathaniel fronça des sourcils devant le flanc d'Arthésia. Le sang coulait toujours, la plaie semblait profonde. Au moins, il était sûr que par ce geste elle prouvait qu'elle était d'accord pour qu'il l'examine. Il se pencha sur elle, inquiet, et instinctivement, ses mains se posèrent autour de la plaie. Il ferma lentement les yeux, sembla sonder la blessure.

    Il ne sentit pas les mains s'aggriper à lui. Sa concentration était totale. Inspirant profondément, il vit l'étendue des dégats en elle. Il soupira, et lâcha enfin la blessure des mains. Il les retourna, fixant ses paumes ensanglantées, et grimaça. Elle était en mauvaise posture.

    Ce n'est qu'à ce moment là qu'il se rendit contre qu'elle l'aggrippait. Il en fut surpris, mais alors qu'elle le remarquait, elle le relâcha immédiatement. Il regarda sur sa chemise blanche, les traces de mains ensanglantées. Ses sourcils se froncèrent. Il avait peur qu'elle en meure.

    Il savait à présent qu'il avait un choix à faire. Risquer la mort de la femme, en l'amenant à Deleïr, qui était à deux jours de marche, en la tenant en vie pendant ce temps là comme il pouvait, ou alors, risquer sa propre vie pour la sauver.

    Ce fut devant le regard vitreux de douleur de la femme que Nath' céda. Elle, s'était mise à parler, demander pourquoi il faisait cela. Enfin, elle lui répondit qu'elle n'en avait pas. Ne saisissant pas la notion d'argent, n'en ayant même pas sur lui, il arqua des sourcils, et soupira


    "Je ne vois même pas de quoi vous parlez."

    Puis elle s'excusa des taches sur sa chemise. Il haussa des épaules, plus inquiet par son état de santé que par l'état de ses vêtements. Sa décision était prise. Il regarda la femme dans les yeux, y cherchant une once de bon sens.

    "Ecoutez moi. Je vais faire quelque chose qui va m'épuiser pour vous aider. Lorsque vous serez guérie, je ne vous demanderais qu'une chose. M'allonger dans un coin, sous un arbre, le temps que je récupère."


    Et sans même attendre son accord, il s'agenouilla, fronça des sourcils, se pinça les lèvres, et commença à psalmodier des phrases incompréhensibles à la femme. Lentement, sa métamorphose commença. Il lui poussa des plumes de partout, ses vêtements disparurent. Un bec, des serres. Un plumage flamboyant.L'oiseau faisait 60 Cm de haut, et fixait la femme d'un oeil sage. Lentement, il pencha son bec vers elle, et sembla soupirer. Un roucoulement profond s'extirpa de sa gorge. Il ferma les yeux, et quelques larmes coulèrent de ses yeux.

    Secret d'un vieil ermite reclus dans la foret :
    Les larmes de phoenix ont le pouvoir de guérir et de ressusciter. Le phoenix qui pleure pour son compagnon mort ou blessé, voit ses larmes redonner vie à ses amis.

    Une larme tomba sur la plaie d'Arthésia. Elle n'était pas une amie, mais le phoenix avait pleuré pour elle. Bientôt, la plaie se referma, et une cicatrice remplaça le sang déversé quelques minutes auparavant. Le phoenix trembla comme une feuille, puis se tapit dans l'herbe, le regard prostré sur la blessure d'Arthésia refermée. Il avait réussi.

    Lentement, il laissa son bec toucher terre. Il reprit forme humaine alors que l'inconscience le gagnait. Le bel homme était affalé à terre, haletant, fiévreux, et exténué. Se transformer en pareille créature aurait pu le tuer. Il avait besoin de repos.

_________________
Nath'
Seul lion dont le coeur n'est d'or.
Sa vie est une torture.
Renaissance Ultime.
Dévotion Suprême.
Archangel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthésia

avatar

Nombre de messages : 32
Race : Elfe
Date d'inscription : 06/11/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Tourments d'une nuit [PV Nathaniel ]   Ven 12 Déc - 21:56

Le jeune homme faisait preuve d'une indifférence a ses propos qu'elle se serait habituellement vexée. mais elle ne pouvait pas se permettre de l' être dans une tel situation. Le jeune homme semblait concentré, aussi n'ajouta-t-elle rien et se contenta de regarder son visage, y cherchant la moindre marque d'espoir si elle pourrait vivre, ou de compassion si elle allait y laisser la vie. Mais elle ne détecta rien a par une indécision. Comme si il avait deux choix ? Mais lesquels ? La laisser ou elle était ? Elle en serait étonnée, pourquoi aurait-il fait tout ce chemin si ce n'était que pour l'abandonner.
Elle fut devancé dans ses questions. Il rouvrit les yeux et parla.
Que voulait-il bien faire qui puisse nuire plus a sa santé qu'a celle de la jeune femme ?
Elle eut alors sa réponse. Il prononça quelques phrases dans une langue étrange, la jeune femme restant muette lorsqu'elle en aperçut les conséquences. Bientôt des plumes, un bec des serres, toutes formes humaine disparurent derrière un oiseau au plumage magnifique. Elle resta interdite, trop pour pouvoir crier, ou fuir. Elle resta immobile, regardant de ses yeux la métamorphose de l'homme. Elle reconnaissait cet oiseau comme le pheonix, conte auquel elle n'avait jamais cru non plus.
Devant l'oeil sage qui la sondait, elle se sentit plus idiote que jamais. Comment peut-on donc tant ignorer du monde dans lequel on vit ?

Elle observa la majestueuse créature qui, malgré sa taille ne dépassant pas le mètre, donnait un tel impression de grandeur que s'en était écrasant. Elle regarda l'oiseau droit dans les yeux, tandis que les vielles histoire remontaient. Un larme, tel était le fil qui soutenait sa vie en cet instant. Lorsque la perle coula sur sa blessure, il y eut un atroce grésillement, mais ce ne fut pas la première préoccupation de la jeune femme. Les lèvres de la plaie se rejoignirent, ne formant plus qu'un filet rouge, puis disparurent entièrement, ne laissant comme preuve de cette expérience une longue et fine cicatrise pâle. La douleur avait entièrement disparue, mais elle ne s'en soucia pas pour le moment.
Devant elle, la transformation en sens inverse commençait déjà. Les plumes laissaient place a la peau, tandis que le bec disparaissait derrière ce visage que la jeune femme commençait a connaître. L'épuisement fut tel qu'il tomba, s'affalant sur l'herbe encore humide de rosée. La jeune femme se releva immédiatement, s'avançant vers lui. s'agenouilla a ses côtés, elle le regarda, encore interdite par ce qu'elle venait de découvrir. Puis, voyant l'état du jeune homme, elle se décida enfin a bouger. Le portant, aussi bien qu'elle le pouvait, elle le posa sur le tas de feuilles où elle avait elle même somnolé. C'est que pour un jeune homme aussi fin, il pesait son poids !

Lorsqu'elle s'assit a ses côtés, et qu'elle posa sa mains sur le front bouillant du jeune homme elle soupira. Qu'allait-elle pouvoir faire de plus que ce qu'il avait dit ? Elle n'avait pas de capacité tel que celle du jeune homme. Elle se sentait inutile. Faisant la seule chose d'elle pouvait faire, elle déchira un morceau de sa chemise qu'elle humidifia avec l'eau de la gourge qui pendait toujours a sa ceinture. Puis, elle le posa sur le front du jeune homme et observa ses traits. devant aucune amélioration, elle prit son courage a deux mains et déboutonna a chemise blanche tachée de sang, qui avait survécu ( on va dit xD ) a la transformation par un miracle dont elle ignorait le secret. Un autre. Combien de secret cet homme pouvait-il bien cacher? Elle chassa cette pensée tandis que le torse bronzé du jeune inconnu lui apparaissait. Elle fit parcourire le bout de tissu sur la peau brûlante tandis qu'elle essaya de chasser ce frisson qui la parcourait. L'heur n'était pas a ce genre de tentation. Elle lui devait la vie, et elle avait bien l'intention de se racheter.
Tandis que ses doigts parcourait son torse, elle commença a murmurer quelques paroles, dont elle ne prenait garde que du ton doux et rassurant :

- Pourquoi ? Pourquoi êtes-vous venu m'aider ? Et surtout comment avait vous pus faire un tel chose ? Qui êtes vous .. Je ne connais même pas votre nom...

Elle l' observait, ne sachant que pensait. Risquait-il sa vie ? A en jugé par la douleur qu 'avait fait naître la transformation sur le visage du jeune homme, Arthésia en conclut que oui. A force de risquer leurs vies, un allait vraiment finir par mourir. Elle soupira. elle se refusait de voire "son sauveur" mourir devant elle.
Elle l' observa longuement, se demandant si elle aurait le temps de faire comme si de rien n'était avant son réveil. Au vue de l' épuisement du jeune homme elle en conclut que oui.
Alors, elle s' allongea au côté du jeune homme et se colla contre lui, collant sa peau froide contre la sienne, brûlante.
Si cela était la seule solution pour accélérer la guérison du jeune homme, elle était prête a encourir les réprimandes qui n' allait sûrement pas tarder. Elle ferma les yeux, tandis qu'une de ses mains se posa contre le front fiévreux du jeune homme, essayant de le refroidir..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel d'Arathanen
Dalharen Errant - Admin
avatar

Nombre de messages : 918
Race : Humain, a du sang elfique, Dalharen.
Compagnon ( Compagne ) : Amberle a jamais fiché dans ma mémoire. Mais peut être pas dans mon coeur[Sadique powa]
Date d'inscription : 11/07/2006

Feuille de personnage
Amour: Un monstre a-t-il le droit d'éprouver ce sentiment ?
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Tourments d'une nuit [PV Nathaniel ]   Mar 16 Déc - 13:53

  • Nathaniel n'avait bronché en rien devant le visage réprobateur de la femme, ne cherchant même pas à trouver la nature de cette moue. Sûrement faisait elle cela pour lui intimer de ne rien tenter, mais quoi qu'elle dise, il était déjà trop tard. Alors, sans un mot, il se hâta de commencer sa métamorphose. La réflexion n'avait pas été longue, l'idée lui était apparue comme une évidence devant les blessures ouvertes et sûrement mortelles de la femme. Pourquoi faisait il tout ça ? Peut être que s'il se le demandait, il ne serait pas auprès d'elle en ce moment même. C'est sûrement pour cela qu'il ne se posait même pas la question. Sa bonté vainquait le reste.

    Enfin transformé en cette bête fabuleuse et souvent incongrue qu'était le phoenix, Nathaniel se pencha, doucement, et les larmes, devant la blessure douloureuse de la femme, vinrent d'elles mêmes. Il faut dire que l'empathie du jeune homme le laissait à supporter des douleurs qui n'étaient pas siennes tant il comprenait celle des autres. Son désespoir fut grand de savoir que sans ses larmes, elle mourrait sûrement.

    La larme coula, la plaie grésilla. Rien de plus ensuite qu'un long silence, et un féal qui redevient homme. Rien de plus que deux regards qui s'entrecroisent le temps d'un face à face douloureux. Rien de plus que dix secondes pendant lesquelles l'homme prit soin de s'affaler à terre sans douleur. La fatigue le submergea, les étoiles du ciel ne lui furent plus visibles. Il soupira, et sombra dans un état comateux, entre conscience et sommeil profond et réparateur.

    Il se sentit à peine soulevé de terre pour être porté sur la couchette de mousses. L'eau fraîche sur son front brûlant le tira à demi de sa torpeur, et il entra ainsi dans le monde de la conscience. Pourtant, ses muscles étaient si étirés et fatigués, qu'il ne tenta même pas de bouger d'un pouce. La sueur collait sa chemise à son torse, et il respirait faiblement. A part cela, il allait bien. Son état était stable, et il avait juste besoin de temps pour récupérer d'une telle fatigue.

    L'eau fraîche contre sa peau lui fit du bien. Sentir les doigts déboutonner sa chemise le surprit, mais il resta confiant, devant cette femme qu'il venait de sauver. Sûrement avait elle une technique pour l'aider à guérir. Le liquide coulait entre ses muscles contractés, et il fronça des sourcils en sentant les gouttes glacées sur son torse embrasé.

    Il ne se sentit pas la force de répondre à la voix douce et rassurante d'Arthésia. Son esprit vaquait à des vagabondages lents, alors qu'il se demandait comment il avait pu encore finir dans une telle galère. Il ne répondit donc pas, certes, mais il avait tout entendu, tout assimilé. Bientôt viendrait le temps de la réponse.

    Le corps frais de la femme contre le sien, la peau pâle contre la sienne basanée, tout ça lui fit le plus grand bien. Un long frisson parcourut son dos, et, sans bouger toujours, pas même un cil, ses lèvres s'entrouvrirent et frémirent doucement.


    "Nathaniel d'Arathanen. Pour vous servir, Dame Eternelle."

    Paroles courtoises d'un chevalier qui se fiche de son état. Lentement, il ouvrit un oeil, puis deux. Son regard se posa sur le visage d'Arthésia, alors que la main s'apposait contre son front, le rafraîchissant également. Un léger sourire perça sur son visage, un sourire où laissait transparaître la tristesse, la douleur, mais également la sérénité du devoir accompli. Elle était vivante. Elle s'occupait de lui. C'était tout ce qui comptait.

_________________
Nath'
Seul lion dont le coeur n'est d'or.
Sa vie est une torture.
Renaissance Ultime.
Dévotion Suprême.
Archangel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthésia

avatar

Nombre de messages : 32
Race : Elfe
Date d'inscription : 06/11/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Tourments d'une nuit [PV Nathaniel ]   Mar 16 Déc - 21:43

La jeune femme aurait voulu faire plus pour cet inconnu. Lui l'avait sauvé d'une mort certaine, alors qu'elle, ne pouvait que le regarder, aussi inutile que si elle n'avait pas été présente. C'est ainsi que quand l'idée lui vint de refroidire le jeune homme par ses propres moyens, elle n'hésiata pas, et ne réflechit pas plus. Elle se sentait prête a encourire toute les réprimandes ou autres qu'il lui ferait sûrement dès son reveil. Après tout, allaient-ils seulement se revoir un jour ? Peu lui importait ce que pensait le jeune homme d'elle du moment qu'il vive.
Une de ses main était posé contre le front du jeune homme, bouillant, tandis qu'elle chassait avec ses longs doigts, les cheveux noirs qui lui tombaient devant les yeux. Ces yeux gris acier qui, même lorsque ses paupières étaient fermées, semblaient la sonder. Un leger frisson lui parcouru le dos. Dormait-il ? Mais elle n'y pensa pas longtemps.
Il était difficile, il faud l'avouer, de rester stoïque et concentrée, lorsque votre peau est en contact avec celle d'un tel homme. Même au dela de l'image même que l'on pouvait coller au dessus du nom de "sauveur", cet étranger avait un charme. Un charme indescriptible. C'était un mélagne de mystère et de bonté qui le rendait aussi étrange qu'attirant. Pourquoi avoir fait tout ca pour elle ? Alors qu'il ne lui devait rien ?
Il était difficile de nos jours, de trouver un homme pret a risquer sa vie pour une inconnue. Aussi, Arthésia ne pouvait s'empêcher de le regarder avec respect. Le frisson qui lui parcourait le dos a ce contact pouvait ainsi s'expliquer. Pourtant, il y avait aussi une impression bizzare. Comme une gêne, quelque chose qui la dérangeait, alors qu'elle était contre lui.

Lorsqu'il parla, elle sursauta légèrement. Ainsi, il était reveiller. Depuis combien de temps l'écoutait-il ? Elle eut sa réponce inséssament. Elle leva les yeux vers lui. Le leger sourire qui était dessiner sur ses lèvres changeait son visage. Certe, il abordait toujours cette aire sage, comme celui qui maitrise parfaitement la situation. Mais après tout, n'était-ce pas le cas ?
La jeune femme ne lui rendit pas son sourire. Elle aurait bien voulu, pour lui montrer que tout allait bien a présent. Mais quelque chose l'en empêchait. Elle hocha simplement la tête tandis qu'elle détaillait le visage du jeune homme.
Puis, elle se rendit compte que la position dans laquelle elle se tenait était a présent inutile. Elle le regarda une dernière fois. Devait-elle se dégager? Avait-il vraiment besoin de la fraicheur de son corps. Sa main droite lui appris que le front du jeune homme était a présent a une température respectable, aussi la retira-t-elle, avant de détourner le regard et de se décaller. L'impression d'être ridicule la chatouillait légèrement, devant l'idiotie de ses reflexes. Il n'avait peut-être même pas eut besoin de ses soins.

Elle se releva finalement, et regarda autour d'elle tandis que son ventre réclamait son du. elle croisa le regard du jeune homme tandis que ses mots résonnaient encore dans son ésprit. C'est avec un sourire en coin qu'elle répondit:

- Arthésia suffira, et en locurence, chevalier, c'est plutot a moi de vous servir. Je vous dois une vie. Et je compte bien honnorer ma dette.

Elle pris son arc et tira une flèche de son carquois, tandis qu'elle dit a Nathaniel:

- Je reviens, ne bougez pas.

Après un leger sourire au jeune homme, elle s'enfonça dans la foret et partit chasser. Elle trouva un lapin qu'elle acheva d'une flèche, puis ramena a l'endroit même ou se trouvait le jeune homme. Ce fut rapide. La chasse était plus qu'une habitude pour la jeune femme. C'était son seul moyen de survivre la plupart du temps.
Arrivée au coté du jeune homme, elle s'assit et entreprit de dépecer l'animal et de faire un feu. Cette tache accomplie, elle se permit un coup d'oeil au jeune homme, avant d'embrocher le lapin et de le faire cuire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel d'Arathanen
Dalharen Errant - Admin
avatar

Nombre de messages : 918
Race : Humain, a du sang elfique, Dalharen.
Compagnon ( Compagne ) : Amberle a jamais fiché dans ma mémoire. Mais peut être pas dans mon coeur[Sadique powa]
Date d'inscription : 11/07/2006

Feuille de personnage
Amour: Un monstre a-t-il le droit d'éprouver ce sentiment ?
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Tourments d'une nuit [PV Nathaniel ]   Jeu 18 Déc - 13:44

  • Il resta stoïque à voir la femme se dégager. Après tout, il allait mieux, et n'avait donc plus besoin d'elle ainsi. Lentement, il entreprit de se redresser. Elle parla, il hocha lentement la tête. Qu'elle honore sa dette si elle le veut vraiment. Il la stoppera si elle en fait trop. Il fallait dire qu'il était en position de faiblesse, et qu'il avait bien besoin d'un peu d'aide en ce moment. Il soupira, se traînant faiblement sans se relever jusqu'à un tronc d'arbre, auquel il s'adossa en grognant. La femme se releva, et disparut après quelques mots. Il plissa des yeux, fixa les alentours, se sentit soulagé. Une heure avait passé depuis qu'ils avaient dépassé les frontières. Et ils étaient tous deux saufs. Il était temps pour Nathaniel de rejoindre Cala, d'y reprendre des forces, et de relancer sa mission d'ici quelques jours. Pourquoi s'éterniser ici, après tout ?

    La femme revint vingt minutes plus tard, un lapin dans la main. L'homme fronça instantanément des sourcils, fixant la bête morte, et un frisson lui passa dans tout le corps. Il détourna le regard, écoeuré, sans piper mot. Tuer un animal était pour lui chose impensable, et voir qu'une si douce jeune femme osait oter la vie sans ménagement, plus pour son confort que pour sa survie, cela lui crevait le coeur. Comment pouvait on tuer alors que les baies étaient à portée de main dans ce bosquet ? Nathaniel était perdu, il ne comprenait pas. Lorsqu'il sentit que la femme dépeçait le gibier, il se prit la tête dans les mains, prit d'un affreux malaise. La fièvre revint, ardente, et son souffle devint court à imaginer la bête frémissant encore de vie quelques heures auparavant. Elle était morte pour servir l'homme. Blasphème énorme aux yeux de l'adorateur de la nature.

    Alvalia grondait dans son esprit. Elle était révulsée de voir Nathaniel Stoïque devant l'elfe. Une elfe en plus. Qui osait souiller les désirs de la Déesse. Se rendait elle compte ? A en juger par la banalité de ses gestes et de sa moue, il se disait que non. Atterré, il la laissa terminer, se forçant à penser que chacun avait sa propre idée de ce qu'il fallait préserver ou détruire. Cependant, lorsqu'elle lui jetait quelques regards, il y répondait par des sourcils froncés de mécontentement.

    Lentement, il se releva, s'accrochant au tronc sec, respirant fort, et avança entre les arbres, cherchant des yeux quelques fruits à dénicher, refusant de toucher à la viande que la femme préparait non loin de lui.

_________________
Nath'
Seul lion dont le coeur n'est d'or.
Sa vie est une torture.
Renaissance Ultime.
Dévotion Suprême.
Archangel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthésia

avatar

Nombre de messages : 32
Race : Elfe
Date d'inscription : 06/11/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Tourments d'une nuit [PV Nathaniel ]   Ven 19 Déc - 23:10

Le petit animal allait bientôt passer a la casserole. La jeune femme accomplissait, avec l'indifférence due par l'habitude, les gestes necessaires avant de pouvoir manger. Elle était appliquée a son travail. Elle avait mit un certain temps a eloigner la nausée qui la prenait devant cette tache. Mais elle, qui n'avait jamais reçut une éducation qu'humaine, ne partageait pas le point de vue des gens de son espèce a ce sujet. C'était simplement une question d'équilibre. C'était la chaine alimentaire.
Lorsqu'elle releva la tête pour observer le jeune homme, et qu'elle vit dans quel état il était, elle se stoppa. La fièvre semblait revenir. Etait-ce sa fatigue qui revenait ? La jeune femme s'injuria interieurement. Elle n'avait donc vraiment été d'aucune aide. Un soupire s'échapa de ses lèvres. Ferait-elle quelque chose de sa vie un jour ?
Elle se releva, délaissant la viande, pour venir s'approcher légèrement de lui. Mais que pouvait-elle bien faire devant une nouvelle remontée de fièvre ?

Lorsqu'elle apercut les coups d'oeil désaprobateur du jeune homme, Arthésia se remit en question. Etait-il réellement question d'épuisement. La vérité la frappa quand elle se rendit compte que le jeune homme refusait de poser son regard sur la pauvre bête. La jeune elfe fronça a nouveau les sourcils. Que faisait-elle de réellement mal?
Elle l'observa quelques instants, tandis que devant elle, l'homme se détournait. Il s'éloigna, suffoquant, alors qu'elle restait planté la, interdite devant une chose si insignifiante pour elle qui prenait une telle importance pour le jeune homme. Puis, elle se décida enfin a agir. S'élançant a sa suite, elle le rattrapa vite. Elle lui jeta un coup d'oeil, toujours étonnée par les proportions que prenait ce simple geste. Mais d'un certain point de vue, elle comprenait le jeune homme. Il lui avait fallut du temps avant de se résoudre et de se nourrire de cette façon.

Elle s'arreta devant Nathaniel et plongea ses yeux dans les siens. Ce leger froncement de sourcil, ce regard désaprobateur. Alors qu'elle sentait que le jeune homme se braquaitcontre elle, la jeune elfe se sentit obligée de s'expliquer:

- Je suis désolé si ce que j'ai fait a pu vous.. choquer. Mais j'ai été élevé ainsi, Nathaniel. Je ne suis pas ce que je devrais être. Mais après tout, n'est-ce pas le principe de la vie ? Tuer ou être tué

Elle comprit qu'elle s'était mal exprimé. Le lapin qu'elle venait d'achever n'avait pas été une menace pour elle.

- Avez-vous l'intention d'empêcher chaque homme de tuer pour se nourrir ? Allez-vous protéger chaque chèvre de chaque loup ? Ce n'est rien que la chaine alimentaire. C'est aussi naturel d'en manger que de s'abstenir.

Son visage exprimait la volonté et ses yeux étaient fermes. Elle défendait une cause qu'elle pensait être juste. Mais elle comprenait aussi qu'elle serait sûrement vaine. Elle détourna le regard.
Elle s'approcha légèrement du jeune homme et lui prit la main dans un geste spontané. Elle était bien décider a l'aider. De quel que manière que ce soit. L'entraînant a sa suite, assez doucement pour ne pas le bousculer, elle s'enfonça dans les bois, a la recherche de quelques chose de plus sain a manger.
Refusant de lacher sa main, elle slaloma entre les arbres jusqu'a trouver l'objet de ses recherches. S'arrêtant près d'un buisson de baies, elle lacha la main de Nathaniel pour ceuillir ces mets juteux.
Arthésia évitait toujours le regard du jeune homme alors que sa ceuillette commençait a porter ses fruits. Elle feignait l'intêret, alors qu'elle refusait simplement de relever les yeux. Quelque chose la dérangeait. Levant les yeux au ciel, elle aperçut, derrière le haut plafond que formait les dernières feuilles des arbres, le ciel. Sombre, il annonçait une violente tempête. La jeune femme se crispa. Il fallait qu'elle rentre... Elle ne pouvait pas..
Un grondement résonna au loin, suivit par un violent sursaut de la jeune femme. Elle serra ses bras autour d'elle, tandis qu'elle se forçait a se retirer dans une bulle d'isolation. Elle en fut tirer par l'éclair et le tonnerre, qui ne cessaient de se suivre, comme dans une course éfrainée.
La jeune femme essaya de toute ses forces de se raisonner, de penser a l'homme a coté d'elle, qu'elle ne risquait rien.

Le peur emportait, lentement mais surement, le combat contre sa raison. Elle s'adossa a l'arbre derrière elle et se laissa glisser jusqu'au sol. Ses mains vinrent boucher ses oreilles tandis que ses jambes de repliaient contre elle.
La jeune elfe ferma les yeux, de toute ses forces, comme elle l'avait toujours fait au jours de tempêtes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel d'Arathanen
Dalharen Errant - Admin
avatar

Nombre de messages : 918
Race : Humain, a du sang elfique, Dalharen.
Compagnon ( Compagne ) : Amberle a jamais fiché dans ma mémoire. Mais peut être pas dans mon coeur[Sadique powa]
Date d'inscription : 11/07/2006

Feuille de personnage
Amour: Un monstre a-t-il le droit d'éprouver ce sentiment ?
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Tourments d'une nuit [PV Nathaniel ]   Sam 27 Déc - 10:39

  • Bien qu'il se soit éloigné plutôt discrètement, la femme le sentit, et se mit à le suivre. Pas longtemps, apparemment, car malgré la fatigue, il imposait un rythme assez soutenu entre les deux êtres. La femme se campa devant lui, déterminée à le faire s'arrêter, le regard intense d'émotions. Il refusa de croiser ce regard, sourcils froncés, et l'odeur du sang sur les mains d'Arthésia lui ôta une mine pareille à un chat qui feule. Puis, il tenta de la contourner pour filer de nouveau, se redressant pour siffler Toblian. Après tout, elle était sauve et en sécurité. Pourquoi s'éterniser ?

    Arthésia ne semblait pas de cet avis. Lentement, l'empêchant de la repousser, elle se mit à expliquer ses actes, et tout ce qui s'ensuivait. Tuer ou être tué. Il était bien d'accord là dessus. Mais elle venait de s'attaquer à un Lièvre ! Pas à un ours ou toute autre bête bien plus féroce. Jusqu'à son dernier souffle, la créature avait tenté d'échapper aux mains de sa chasseuse, terrorisé. S'en rendait elle compte ? Apparemment, oui. A ce qu'elle en disait, en tout cas.

    Il soupira longuement, se rendant compte qu'il faisait des lustres qu'elle avait pesé le pour et le contre. Il avait juste du mal à se faire à l'idée que des elfes étaient carnivores, et pas végétariens comme lui.

    Se passant une main nerveuse dans sa tignasse emmêlée, il lui jeta un bref regard, essayant vainement de la comprendre. Son étroiteur d'esprit le perdrait un jour. Lui qui était si sage, il devait apprendre à accepter chaque mode de vie. Lentement, il inspira, et un léger sourire pointa sur son visage. Il comprenait.

    En hâte, l'elfe avait attrappé sa main, comme s'ils avaient cinq ans, et s'était mise à marcher à travers bois, à la recherche de baies. Nathaniel était aux anges. Elle aussi, avait compris. Il lâcha sa main pour grimper dans un arbre, y ramenant une Calaume. Fruit à dure carapace, comme la noix, mais à chair tendre et juteuse. Il le renifla, et redescendit avec le plus mur d'entre eux.

    Il avait reprit des couleurs. Pile au moment où sa partenaire perdait les siennes. Fronçant un sourcil, il entreprit de briser contre un tronc son fruit, et d'en dévorer le contenu. Lorsque ceci fut fait, le grondement du ciel lui ôta un sourire de soulagement. Alvalia, Déesse de la Terre, espérait que la pluie vienne depuis tellement longtemps. Ses territoires naturels, forêts et bosquets, s'étaient asséchés considérablement ces dernières semaines.

    Cette nouvelle pluie allait balayer la poussière sur les feuilles des arbres, et irriguer les racines. Alvalia serait contente. Tout comme l'était Nathaniel en cet instant. Pourtant, lorsqu'il se tourna pour faire partager sa joie à Arthésia, qui, en tant qu'elfe, se devait de comprendre cela, il tomba sur une jeune femme tétanisée.


    "Arthésia ? Ca ne va pas ?"

    Il lui lança un regard soucieux. Un soupir s'échappa de sa gorge. Alors ça aussi, elle ne le comprenait pas. Elle se laissa glisser dans l'herbe, le long d'un tronc, figée dans une expression de peur qui faisait glacer le sang de Nath'. Lentement, il osa un pas vers elle, et lorsque le premier coup de tonnerre détona, la femme eut un sursaut tel que l'homme en fut atterré. Avait elle peur de l'orage ?

    La voyant apeurée, il ne put s'en empêcher, il s'approcha, lentement, et s'agenouilla face à elle. Son torse avança pour toucher celui d'Arthésia, il sentit sa peau glacée sous son torse brûlant. Ses mains se posèrent sur les hanches de la femme, il la ramena vers lui, complètement au sol, loin du tronc d'arbre, et put ainsi s'allonger de tout son long sur elle. Loin de lui l'idée farfelue de la toucher ou autre, il tentait juste de la rassurer. Ses bras ensserrèrent les côtes de la femme, ses jambes s'entremêlèrent à celles de l'elfe. Il fourrea son nez dans le cou de la jeune femme, avant de redresser la tête pour aller murmurer à l'oreille de la belle elfe


    "Je suis là, Arthésia. Vous ne risquez absolument rien. Vous avez ma parole."

    Il se tortilla un peu sur elle, qu'elle sente qu'il est complètement sur elle, à faire barrière de son corps à toute atteinte extérieure. Le vouvoiement arrêta alors sa folle ronde, et les derniers mots que sussura Nathaniel alors que la pluie s'ajoutait à l'orage fracassant et aux éclairs, furent ceux ci.

    "Je te protège, maintenant."

_________________
Nath'
Seul lion dont le coeur n'est d'or.
Sa vie est une torture.
Renaissance Ultime.
Dévotion Suprême.
Archangel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthésia

avatar

Nombre de messages : 32
Race : Elfe
Date d'inscription : 06/11/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Tourments d'une nuit [PV Nathaniel ]   Lun 29 Déc - 10:04

L'air était lourd. Elle aurait dut le savoir. Elle avait pris l'habitude de detecter l'arrivée d'un orage, lui laissant assez de répit pour aller se réfugier. Mais c'était surement sa rencontre avec le jeune homme qui l'avait divertie. Elle, elle qui n'avait pas de plus grande peur que celle qu'elle vouait au orage. Elle avait moins peur de s'armer en prévision d'une guerre. C'était idiot. Les elfes étaient sencé être en accord avec la nature, n'attendre que le meilleur pour cette dernière. Mais pas elle. Elle avait rencontrer plusieurs elfes, mais n'en avait jamais vu comme elle... Quelques fois, la jeune femme se demandait si elle partageait vraiment ce sang. Mais les longues orreilles sont difficiles a ignorer. Elle appartenait a une race a laquelle elle fesait surement honte. Ainsi carnivore et peureuse des éléments naturelles.
Elle aurait bien prit peine de se lamenter sur sa nature si le nuage au dessus d'elle n'avait pas libérer l'objet même de ses tourments. Tandis que l'orage grondait toujours plus fort, la jeune femme se replia encore plus contre elle, encerclant ses jambes de ses bras jusqu'a s'en faire mal. Ses yeux fermés l'empêchait au moins d'affronter la lueur de l'eclair.

Lorsque la jeune femme sentit une presence devant elle, ses lèvres s'entrouvrirent et laissèrent s'echapper un cris de terreur qui fut couvert par le grondement du ciel. Elle essaya tout d'abbord de repousser l'homme, se débattant, frappant de ses poings, avec la force qui lui restait, son torse, puis, lorsqu'elle se retrouva allongée au sol, entourée d'une douce chaleur, elle rouvrit les yeux, apeurée. La première chose qu'elle vit, ce fut l'immensité grise des yeux de Nathaniel. Elle se serait permise un soupire de soulagement si la tempète n'avait pas reprie de plus belle, entrainant dans son balais, la pluie. Elle continua a frapper le torse du jeune homme, mais sans grande conviction a présent. Juste pour se rassurer, s'assurer de sa présence, les yeux de nouveau clos.

Lorsque petit a petit, ses gestes ralentirent, elle rouvrit les yeux. Elle le regarda longuement, ses yeux remplis d'une peur incontrôlable. cela dura encore un peu, le temps qu'elle essaye de reprendre possession de son corps. Lorsqu'elle reussit partiellement, son premier mouvement fut d'enrouler ses bras autour du torse du jeune homme, et de placer sa tête dans le creu de son épaule. Elle s'y sentait mieux, mais pas encore suffisamenet pour oser parler.

Son corps entier était secouer d'un frisson, ses bras serrait contre elle la seule chaleur qu'elle sentait près d'elle. Doucement, imperceptiblement, les larmes vinrent s'ajouter au gouttes. Elles perlèrent des yeux de la jeune elfe et finirent leurs course sur l'épaule du jeune homme. Arthésia se trouva assez de raison pour espérer que ses larmes ne soit pas remarquées.

La peur qui boquait ses mouvement lachait prise, lentement, mais assez pour qu'Arthésia puisse se serrer un peu plus contre Nathaniel. Ses jambes, tremblantes, vinrent se croisées autour de celle du jeune homme, tandis que ses sanglots se tassaient, pour venir mourir au coin de ses yeux.

Elle ne bougea pas, écoutant les paroles du jeune homme avec attention, sans cesser de trembler. Elle tourna le courage de reculer légèrement la tête pour croiser le regard du jeune homme. Elle resta quelques instants immobile devant son visage, puis, s'avançant légèrement, elle murmura, presque imperceptiblement:

- Merci ...

Reposant sa tête contre son épaule, elle resta immobile. La jeune femme ne saurait dire combien de temps elle resta ainsi, mais lorsque l'orage se fit moins bruyant, elle dessera légèrement son emprise sur Nathaniel, bien qu'un peu a contre coeur. Elle ne pouvait rester ainsi plus lontemps. Ce n'était pas ce qu'elle voulait..
Elle avait décider de l'aider lui.. Pas de le déranger une nouvelle fois. Mais elle ne pouvait résolument pas détacher entièrement sa prise sur lui. Elle avait encore besoin d'une présence, de sa présence...

Quelques minutes plus tards, la jeune femme se redressa legèrement, regardant a nouveau le jeune homme dans les yeux. Ils étaient trempés. Tout les deux, des pieds a la tete. Avec un faible sourire, elle leva la main vers le visage du jeune homme et enleva une mèche de cheveux de son front qu'elle placa derrière son orreille.

- Merci encore d'être resté avec moi Nathaniel.

Elle eut une hésitation. Que devait-elle faire ? Devant cette homme qu'elle ne connaissait pas beaucoup, mais qui l'avait deja sauver une fois, et serrer contre lui pour la rassurer. La jeune femme choisit alors la spontanéité, et déposa un léger baiser sur la joue du jeune homme, en guise de remerciment. Jamais personne n'avait essayer de la rassurer comme il l'avait fait ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tourments d'une nuit [PV Nathaniel ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tourments d'une nuit [PV Nathaniel ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nuit du renouveau.
» Présentation de Nathaniel Mandrake[en construction]
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» [Bande] Gobelins de la nuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Silence Des Arcanes :: Partie administration :: Corbeille :: Corbeille Laimë-
Sauter vers: