Le Silence Des Arcanes

La crainte de la guerre est encore pire que la guerre elle-même. Mais parfois, elle est nécessaire.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ombre et Lumière... [Pv Andùnë]

Aller en bas 
AuteurMessage
Orphylis

avatar

Nombre de messages : 34
Age : 28
Race : Ombre
Date d'inscription : 04/03/2008

Feuille de personnage
Amour: Les miens ne sont plus, je ne peux aimer que des souvenirs...ou presque...
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Ombre et Lumière... [Pv Andùnë]   Mar 11 Mar - 22:30

Quel était ce royaume déjà? Cala? Oui cela devait ça.
Et la ville? Le nom du fleuve, Dor, était présent en suffixe, c'était tout ce qu'il se rappelait pour le moment, de toute façon on lui indiquerait bien quand il débarquerait.
A l'inverse de nombreux bâteaux, il n'allait pas vers la mer mais s'en éloignait, s'éloignant dans les terres, un bâteau marchand ayant bien voulu l'embarquer, ainsi que Tsuki, bien que la méfiance à son égard fut justifié, il espérait tout simplement que les restes ne seraient pas découvert avant qu'il est touché terre. Elle n'avait pas pu se retenir, la faim la tiraillant et avait attrapé une bête qu'il n'ai eu le temps de l'identifier, tout ce qu'il restait alors étaient des bouts de laine, un peu de sang et quelques os. Il en fallut de peu pour qu'elle attrape un marin d'ailleurs.

Je croyais que tu devais te tenir tranquille?

Pour toute réponse il n'eut le droit qu'à un ronronnement de supplice, les yeux de la tigresse grand ouvert, presque pitoyable comme vision si on exceptait la masse qui la composait.

Tu me feras attraper un jour et je donne pas cher de ma peau alors, en particulier si c'est un de mes vieux amis.

Vieux amis voulaient tout dire, en fait ils désignaient les elfes qu'ils avaient rencontrés plusieurs années auparavant, une sombre histoire dont il lui arrive d'avoir des regrets, mais qu'il préfère oublier la plupart du temps, après tout qui s'intéresserait à son histoire, rien de bien passionant, enfin tout dépendait de la personne bien sûr.

Eh le conteur, on débarque.

Merci de nous avoir embarqué, j'espère quenous n'avons pas trop dérangé.

De rien, je n'allais pas vous laissez mourir sur votre coque de noix tout de même, bon voyage.

Puisse Narak vous gardez à flot et vous permettre félicité.


Le conteur, il aimait bien ce surnom, en fait cela venait du fait qu'il ne cessait de conter, agrémenté de quelques poèmes et chants, l'histoire d'un peuple perdu; les gens aimaient ça et lui en redemandaient, il aimait ça et continuait, comme il le souhaitait.
Il se leva du rouleau de cordes où il c'était assis et caressa la tête de Tsuki, une tête qui lui arrivait à la taille alors qu'elle était presque allongé.
Elle se dressa sur ses pattes et s'étira en grognant d'aise, puis il monta sur son dos d'un bond agile, d'ici on se sentait grand et on voyait plus haut que tout le monde.
C'était agréable, il se sentait supérieur à tout et tous les regards se posaient sur lui, en même temps cela ne devait pas être très commun comme vision.
Descendant du navire, il laissa sa compagne se faire un place dans la foule, un garde s'approcha de lui et lui adressa ces quelques paroles.

Que viens tu faire ici étranger?

Je viens conter l'âge d'or d'un peuple perdu afin que jamais ces souvenirs ne s'éteignent.

Sache que les fauteurs de troubles ne sont pas les bienvenues en Cala.

Je suis Orphylis, artiste à l'âme déchiré par un passé douloureux, je ne souhaite pas le trouble de cette ville paisible.

Garde ton baratin pour les enfants et les vieux, qui eux sauront peut être de quoi tu parles.

J'en doute, peut être un elfe le saurait, peut être, mais je ne pense qu'il apprécierait avec plaisir.


Un sourire naquit sur son visage, un petit sourire en coin, mêlant plaisir et tristesse, étrange mélange si je puis dire.
Le garde resta silencieux un instant puis lui fit signe de continuer son chemin, déjà sur le bâteau des cris montaient, un animal avait été déchiqueté dans un coin sombre.
Dans son dos, Orphylis sentit immédiatement le regard sombre du garde.

Oups.
Cours ma grande, légère comme le vent...file et par de fier instinct empêche les crocs acérés de ce chien de nous mordre.
Je crains qu'ils soient plus acérés que le fer émoussé de son arme.


La voix rieuse, la jeune Ombre flatta l'encolure de sa compagne et lui intima de fuir le plus vite possible.
Dans un rugissement tonitruant et Ô combien bestial, elle s'élança dans la foule, en renversant quelques uns au passage, tombant à l'eau ou bien se jetant sur le côté.
Orphylis s'en trouva alors fort réjouis et partit d'un rire enjoué pendant que Tsuki fendait la masse.

Une rue vint à leur secours et d'un soudain appui puissant, elle s'y projeta pour s'amuser à se fondre dans le labyrinthe de ruelles qui s'offrait à eux.

Trouve nous un refuge ma belle...afin que le preux en colère ne puisse nous attraper et faire descente de lit.

L'idée ne sembla pas plaire à la monture si fidèle et elle secoua la tête en signe de mécontentement.
Droite, gauche, non finalement ce fut à droite qu'elle coupa pour se fondre dans l'ombre.
Après deux ou trois secondes, la tête d'Orphylis sortit de l'ombre, comme un être s'extirpant d'un voile de ténèbres.

Je crois qu'on les a semé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andùnë
Nind Lael Fuma [ Dame Seigneur de l'Air ]
Nind Lael Fuma [ Dame Seigneur de l'Air ]
avatar

Nombre de messages : 59
Race : Elfe ... Nind Lael Fuma
Armes : la Magie, son Dragon D'Argent, son arc
Date d'inscription : 16/09/2006

Feuille de personnage
Amour: Ma fille, Amatìrë
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Ombre et Lumière... [Pv Andùnë]   Mer 12 Mar - 19:05

Andùnë était dans une ville de Cala. Elle ne savait pas trop où elle se situait. Mais elle sentait que la mer était proche… Elle aimait la mer. Son immensité, ses reflets au coucher du soleil… D’aussi loin qu’elle se souvenait, elle l’avait toujours fait rêver.
Mais pour l’instant elle se trouvait en ville. Il y avait beaucoup de personne dans cette cité. Beaucoup trop au goût de la Mortis. Elle n’aimait pas les endroits bondés, on s’y déplacé difficilement.
Elle se retint de ne pas utilisé de ses pouvoirs. Mais pour passé inaperçu c’était la dernière chose à faire. Déjà que son immense sabre ne lui facilité pas la tache, alors créé un vent destructeur était bien la dernière chose à faire.
Artanis, le change forme de l’elfe, commença à s’inquiété. Ce n’était pas bon si elle explosée.

* Calme –toi ! Ils ne t’ont rien fait c’est pauvre humains ! *

* Je sais ! *

La réponse d’Andùnë claqua froide comme de la glace.
Artanis soupira. Elle quitta l’épaule de sa maîtresse. Elle se transforma en oiseau et vola au dessus de la foule. Si son amie ne se détendait pas vite, certaine personne pourrait bien en souffrir.
Tout à coup quelque chose attira l’œil d’Artanis. Un immense tigre fendait la foule devant un homme étrange. Elle avertit l’elfe.

*Il y a un homme étrange là-bas avec un tigre et peu lus grand que la normal.*
*Et alors ? Je ne suis pas d’ici. Qu’est ce que ça peut me faire ?*
*Je ne sais pas mais je n’avais vu un homme pareil. Ce n’est pas un elfe mais il n’est pas humain non plus. S’il te plaît, on peut aller voir ? Et puis si il fait quelque chose d’étrange, tu pourras peut-être te défouler un peu …*

*Mouai. *

Artanis partit par la voie des airs. Andùnë la suivit un instant des yeux avant de s’élancée. Elle s’était fait avoir encore une fois. Son pouvoir de Dalharen lui rapporta la conversation de l’homme avec un des gardes de la ville.
Il était conteur et s’appelait Orphylis. Il avait apparemment des histoires que seul certain elfe pouvait comprendre… C’était intéressant. Le tigre était une femelle.
Des cris raisonnèrent dans les oreilles d’Andùnë.

*Il s’enfuit ! Je fais quoi ?*
demanda Artanis.
* Tu le suis discrètement. *

Un petit sourire apparut sur le visage de l’elfe. Enfin un peu d’action.
Elle pressa le pas pour le rattraper tout en restant assez loin pour qu’il ne la remarque pas. Orphylis tourna dans une rue. Il disparut un certain temps. Etrange. Les gardes passèrent devant leur homme sans s’en rendre compte. Ils étaient vraiment pitoyables.

*Maintenant ! *


Au moment où le conteur passa la tête en dehors Artanis abandonna sa forme de mouche pour un magnifique tigre ressemblant comme deux goûte d’eau à l’animal accompagnant l’homme. Elle apparut à 10 centimètre de son visage.
Andùnë se retrouva a côté de lui en une seconde. Elle plaça la pointe de son sabre sur sa gorge. Une goûte de sang coula.
Son magnifique visage affichait un sourire satisfait, qui ne dura pas longtemps. Andùnë invoqua un puissant vent qui poussa les deux individus hors de l’ombre. A peine sortit de l’obscurité, Artanis s’élança pour empêcher le tigre d’attaquer. Elle le plaqua au sol.
Toute l’opération avait durée 3 secondes.

- Intéressant votre manière de vous fondre dans l’ombre. Je ne me souviens pas d’avoir déjà rencontrer quelqu’un ayant cette capacité. Oh et dite à votre jolie félin de ne pas bouger s’il ne veut pas qu’il vous arrive quelque chose.

Le visage de la Mortis était redevenu glacial.
Elle détailla l’homme de plus près. Il avait les cheveux blancs, un étrange tatouage rouge sur le front. Il n’avait pas l’air très dangereux, après tout ce n’était en principe qu’un conteur. Pourtant il émanait de lui un étonnant aura. Andùnë n’avait jamais rencontré quelqu’un comme ça. Il n’était ni un humain ni un elfe. Un vampire n’avait pas cette capacité de se fondre dans l’ombre…

Andùnë baissa son arme. Après tout il ne lui avait rien fait ce conteur. Elle ne voyait pas trop pourquoi elle faisait tous ça d'ailleurs. Les gardes l'avaient louper et elle n'allait pas leur dire ou il se trouvait.
A moins que l'homme l'attaque elle ne lui ferait pas de mal. Elle resta tout de même sur c'est garde.

- Je ne vous ferai plus de mal. Je me suis un peu emporter. Excusez moi. Les sentinelles de cette ville ne sont pas très compétents... Artanis relâche la !

Elle obtempéra.

-D'où venait vous ? Qui êtes vous ? Comment se fait il que vous puissiez disparaître comme ça dans l'ombre monsieur le conteur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orphylis

avatar

Nombre de messages : 34
Age : 28
Race : Ombre
Date d'inscription : 04/03/2008

Feuille de personnage
Amour: Les miens ne sont plus, je ne peux aimer que des souvenirs...ou presque...
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Ombre et Lumière... [Pv Andùnë]   Jeu 13 Mar - 22:05

Les gardes passèrent devant la rue sans même prendre le temps de vérifier les petites ruelles, pourquoi?
Peut être qu'un jour on le saura, à moins que ce soit un pur hasard, qui sait.
Toujours est il que cette situation fit sourire notre conteur en sortant sa tête de l'ombre.

Oups...

Bon il avait l'habitude de se retrouver nez à nez avec Tsuki, mais quand même, cela faisait toujours sa petite impression. En particulier quand une telle masse apparait si soudainement sous vos yeux.
De plus une pointe de sabre venant vous collecter ne serait ce qu'une goutte de sang n'est jamais très agréable à sentir, son sourire disparut pour laisser place à une moue boudeuse, semblable à celle d'un enfant contrarié.
Sans même prévenir un puissant vent déferla dans son dos, et quand on dit puissant, c'est à même de soulever une tigresse de plusieurs centaines de kilos.
Orphylis fut balayé comme une feuille pendant que Tsuki venait s'écraser lourdement au sol, après quoi elle y fut plaqué par son soudain semblable, étrange qu'une telle bête soit ici d'ailleurs.
En fait c'est un peu exagéré, ils n'avaient été que poussé de l'ombre pour rester là où ils pouvaient être vus.
En deux coups de cuillère à café, comme on dit par chez nous, Orphylis et sa compagne avaient été sortis de l'ombre et se trouvait maintenant en situatuon peu bénéfique pour eux.
Apparement elle n'avait jamais vu quelqu'un se fondre ainsi dans l'ombre, pas étonnant en même temps, même si un peu décourageant il faut dire, pour lui même.

Oui moi aussi j'ai toujours trouvé cette capacité assez incroyable, plutôt efficace pour semer des poursuivants quelconque.
Encore faut il que je sois suffisament prudent par la suite pour ne me faire attraper...les affres de la jeunesse sûrement.


D'un regard il intima à Tsuki de rester tranquille, puis se reportant sur celle qui lui faisait face.
Beauté glaciale, mais vraiment glaciale, la faire brûler ne lui enlèverait sûrement pas cette expression, triste à dire.
C'était une elfe, pas ce qu'il espérait, mais toutefois elle ne faisait pas partie de ceux qu'il connaissait, auquel cas il aurait dû l'étriper proprement, même s'il n'avait rien contre ce pauvre être...vengeance, douce vengeance.
Il avait l'impression d'être un animal étrange, elle le détaillait, je me permettrait même le terme dévorer du regard, même si je dois dire qu'il n'est pas trop adapté, mais l'esprit volage du dit observé est prompt à ce genre de réflexion alors osons les grands mots.

Je sais que je peux fasciner, mais quand même, un peu de retenu mademoiselle.
Mortis si je ne m'abuse? Je vous pensez incapable d'éprouver quelque chose.


Enfin elle baissait son arme et Tsuki était libéré de son étreinte; à peine sur ses pattes et elle allait se mettre non loin de son compagnon, laissant un regard noir trainer sur son semblable qui l'avait maintenu au sol.
Voilà maintenant qu'elle s'excusait? Le monde l'étonnerait toujours, plein de surprises et de rebondissements, il s'attendait juste à devoir se battre face à une telle personne, cela l'aurait détendu, amusé même, c'était fait pour ça après tout.
Et comme il fallait s'y attendre, les questions sur l'identité, il avait vraiment l'air si différent des autres humains?
Il avait des oreilles rondes, la taille d'un humain, peut être ce qu'il dégageait, on lui avait dit qu'il avait un aura étrange, à croire qu'être une Ombre le rendait différent de tout le monde, même entre mille il devait être remarquable.
Il s'éclaircit la voix.

Je me nomme Orphylis, conteur d'un âge perdu et il semblerait que je sois humain...enfin je crois bien.

Il porta la main à sa ceinture et en décrocha un éventail qu'il déploya d'un rapide mouvement de poignet, de long rubans y était accroché.
Il s'amusait à l'ouvrir et le fermer d'un même mouvement.

Je viens de loin, un peu plus exotique que par ici, mes vêtements viennent de là bas également...mais je doute que je puisse t'y emmener un jour,je crois qu'il y a quelques vagues qui l'ont traversés, mais ceci est une autre histoire je pense.

Il ferma d'un coup sec son éventail et resta pensif quelques instants, semblant perdu dans ses pensées.
Quelques secondes passèrent et il reprit ses mouvements de poignet pour sortir de sa rêverie.

Tsuki, ma compagne de voyage, vient d'une île non loin de la mienne.
Nous étions destinés à nous rencontrer je pense...mais ceci est encore une autre histoire je pense.
Quant aux ombres...c'est une bonne question, je pense que c'était héréditaire mais vous avez sans doute une hypothèse?
Vous savez, j'ai déjà rencontré des gens avant vous, en fait j'ai surtout rencontré des bâteaux et des marins si on réfléchit bien, c'est ça Tsuki n'est ce pas?


Pour unique réponse elle grogna et vint mettre sa tête sous la main d'Orphylis, ce dernier se mit à lui gratter la tête sans en avoir tellement conscience.

Enfin tout ça pour dire que vous êtes pas la première à me demander tout ça, vous ne serez pas la dernière aussi je pense, mais c'est autre chose ça...

...en fait ça fait beaucoup d'histoire en parallèle.

Mais vous avez bien un nom chère demoiselle à la beauté de glace, une histoire sans doute ou tout du moins un intérêt à m'avoir ainsi interpeller.
D'ailleurs si vous désirez réussir un peu dans le relationnel, il faudrait que vous soyez un peu moins froide que la lame de votre sabre.

Je suis conteur, poète, contez moi les réponses aux question que vous m'avez posé...ainsi que vos hypothèse sur moi si mes dires ne vous ont plus.
Et pourquoi pas d'autres questions?
Tiens ! Même me proposer de boire un verre, ça me ferait plaisir et d'ordinaire je vous l'aurait demandé mais vous semblez plus encline à m'égorger pour avoir osé vous poser la question.


Le sentant partir dans des tirades sans fin et dont le but n'est que de parler sans rien dire de vraiment intéressant, Tsuki lui mordilla le bras et baissant son regard vers elle, il comprit qu'il avait suffisament parlé pour le moment.
A nouveau il fixa celle qui lui faisait face.

Mais je m'emporte dans un flot de paroles et je ne vous laisse aucune possibilité de vous exprimer et de me répondre...allez y je vous en prie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andùnë
Nind Lael Fuma [ Dame Seigneur de l'Air ]
Nind Lael Fuma [ Dame Seigneur de l'Air ]
avatar

Nombre de messages : 59
Race : Elfe ... Nind Lael Fuma
Armes : la Magie, son Dragon D'Argent, son arc
Date d'inscription : 16/09/2006

Feuille de personnage
Amour: Ma fille, Amatìrë
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Ombre et Lumière... [Pv Andùnë]   Sam 15 Mar - 22:43

Andùnë n’en revenait pas. Il ne lui en voulait pas plus que ça d’avoir faillit l’égorger. Des fois il valait mieux ne pas poser de questions. Bien sûr il ne s’aperçut de rien. Le visage d’Andùnë resta totalement fermé.
Mademoiselle ? Elle paraissait si jeune que ça ?

- Madame, pas mademoiselle.

Il était observateur lui aussi puisqu’il l’avait reconnu en tant que Mortis. Bien sûr qu’elle éprouvait des sentiments ! Qu’est ce qu’il croyait ! Artanis se transforma en chat et vint se frotter sur les jambes de l’elfe. Tsuki n’avait pas apprécié le fait qu’elle la plaque au sol et elle jetait des regards noirs au chat maintenant. Génial, elle s’était faite une ennemie.


Orphylis joua avec un joli épouvantail. Vraiment il était étrange. Andùnë se doutait qu’il l’utilisait que pour s’éventer. Il prétendait être humain. Andùnë ne le croyait qu’à moitié.
Une île, hein ? Il y en avait plein des îles. Andùnë n’était pas beaucoup plus avancé avec ça. Il évitait ses questions par de longues tirades. Il parlait, il parlait… Il était bavard.
La Mortis poussa un léger soupir et alla s’appuyer contre le mur. Ce n’était pas son truc parler. Son métier l’obligeait à être discrète et à garder le silence le plus possible.

* J’aurais du l’assommer et le livrer aux gardes.*
* Pourquoi ?*
* Il parle trop, ça m’énerve. Croire que je suis insensible ! Mais vraiment je te jure ! *
* Tu lui as dit que tu ne lui feras pas de mal… *

* Je sais ! Je ne lui ferai rien. J’ai promis… *

Andùnë prêta un peu attention au discours du conteur. Son métier lui allait bien. Il devait bien retenir l’attention de son public.
Des hypothèses ? Non pas vraiment. Elle attendait qu’il lui dise ce qu’il était vraiment. Elle n’avait pas envie de se casser la tête pour l’instant.
Tiens des elfes marins… Il n’avait pas l’air de les apprécier beaucoup. Ce serait- il passer quelque chose ?
Son nom il le demandait enfin. Beauté de glace ? Alors là, il commençait à dépasser les bornes ! Réussir dans le relationnel ? Glurp. Il avait le chic pour mettre ses nerfs à rude épreuve. Artanis se dit qu’il avait eu de la chance qu’elle lui ait promis de ne pas lui faire de mal. Mais il lui rappelait un elfe qui arrivait à mettre Andùnë en colère en 30 secondes top chrono. Ca allait être drôle.

* And’.*

* Oui. *

Le pouvoir de Dalharen de l’elfe lui appris que des sentinelles se dirigeaient par là. Artanis se transforma en mouette.
Des autres questions, à ça il allait en avoir.

- Désolée, mais je déteste les endroits bondés. Alors vous invitez à boire… Je crains qu’on ne puisse rester ici plus longtemps. Des gardes patrouillent à quelques rues de nous. Suivez-moi s’il vous plaît.

Elle se redressa, pris à gauche, puis à droite. Elle se déplaçait comme si elle connaissait la ville par cœur. Etrangement Il n’y avait jamais personne dans les rues qu’elle prenait. De temps en temps elle s’arrêtait, fermait les yeux, une légère brise l’entourait pendant une seconde, puis disparaissait aussi vite quelle était apparue. Tout le chemin se déroula en silence.
Ils arrivèrent au abord d’une plage déserte.

Andùnë respira une grande bouffée d’air frais rempli d’iode. Bon maintenant il allait pouvoir parler tranquillement. Elle s’assit en tailleur sur un rocher. Ses cheveux volaient au vent. Elle avait abandonné son masque de froideur puisqu’ Orphylis n’arrêtait pas de signaler, ce qui l’énervait de plus en plus. Elle avait l’air à présent d’une très belle femme qui regardait la mer de façon rêveuse.

- Je m’appelle Andùnë. Je suis une elfe Mortis comme vous l’avez si bien deviné. Mais je suis aussi une Dalharen. Je ressens des choses monsieur le conteur, comme tous les elfes d’ailleurs. Mais je préfère que personne ne les sache. Mon métier me l’impose. Je crois que vous n’aimez pas les elfes, pour une raison que j’ignore. “ Beauté de glace“, je dois le prendre comme un compliment ? Pourquoi je vous ai interpellé ? Tout simplement parce que je m’ennuyais, que vous aviez quelque chose de différent par rapport aux humains et parce que vous aviez commis quelque chose qui vous a obligé à fuir… Mais en fait je crois deviner pourquoi vous avez fui.

Elle jeta un regard à Tsuki.

- Un tigre de cette taille doit avoir un sacré appétit, non ? Bref, je vous ai suivi pour en savoir plus sur vous.

Artanis vint se mettre au creux des ses genoux sous ça forme favorite : une boule de poils rose bonbon. Andùnë la caressa avec affection. Elle s’endormit instantanément.

- Sachez que le relationnel, c’est quelque chose avec lequel j’ai toujours eu quelques problèmes. Mais je peux être beaucoup plus chaleureuse, ne vous inquiétez pas. Personnellement je ne sais pas toujours pas qui vous êtes réellement et d’où vous venez. Des îles il y en a des centaines. Vous avez l’air des savoir des choses que je ne connais pas. Je vous ai entendu dire que vous aviez des histoires que seuls certains elfes pourraient comprendre. Pourriez-vous m’en conter une s’il vous plaît ? Cela m’aiderait à comprendre qui vous êtes réellement, puisque vous voulez absolument me le faire deviner.


Dernière édition par Andùnë le Sam 22 Mar - 15:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orphylis

avatar

Nombre de messages : 34
Age : 28
Race : Ombre
Date d'inscription : 04/03/2008

Feuille de personnage
Amour: Les miens ne sont plus, je ne peux aimer que des souvenirs...ou presque...
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Ombre et Lumière... [Pv Andùnë]   Dim 16 Mar - 1:20

Madame? Cela ne lui allait pas vraiment, mais bon, si elle y tenait tant que ça à se faire appeler ainsi, pourquoi aller contre cette envie?
Et voilà qu'elle se baladait avec un animal qui changeait de forme, pas étonnant qu'il n'est pu le voir avant qu'il ne se morphe en tigre.
Il n'avait donc pas de forme défini? Cette idée fit frissoner Orphylis, c'était un peu inquiétant de se dire que des créatures comme cela pouvait exister; inquiétant mais en même temps fascinant.

Contrairement à lui elle ne semblait pas vouloir beaucoup parler et elle se posa contre un mur non loin, comme pour se plonger dans ses pensées.
Et alors la seule chose qui lui vint à l'esprit fut de se demander comment imager l'esprit de cette apparente jeune femme, si cela ressembler à l'extérieur, des couleurs froides s'imposaient, du blanc, du bleu.
Agréable mais peu chaleureux, mais passons, ce n'est jamais qu'une lubie d'un esprit un peu dérangé et expliquer clairement ce à quoi il pense serait peine perdue.

Alors qu'elle ouvrait enfin la bouche, ce ne fut que pour dire qu'elle n'aimait pas les endroits fréquentés, même pas une bonne auberge?
En même temps avec des gardes, les auberges ne sont pas trop des endroits agréables et apparement c'était ce qui risquait d'arriver.

Vous suivre? Assurément le destin vous a mis sur mon chemin pour que de telles choses arrivent...je vous suis, hâtez votre pas, je pourrai tenir la cadence.
Tsuki, fais toi aussi discrète que possible s'il te plaît.


Un regard complice à sa compagne accompagné d'un sourire espiègle et ils emboîtèrent le pas de l'elfe qui sans doute connaissait la ville comme sa poche, faisait confiance à son instinct ou bien appliqué une théorie très critiqué, mais néanmoins apprécié par Orphylis, qui consiste à se perdre soi même pour semer ses poursuivants, pour enfin sortir par le plus grand des hasards du dédale où l'on était prisonnier.
Il s'amusa à imaginer cette situation, de toute façon il n'avait rien d'autre à faire pour le moment; pourquoi surveiller ses arrières? Si un garde approchait, ils l'entendraient sans aucun doute.
Finalement le hasard voulut qu'ils attérissent au bord d'une plage déserte, magnifique, quoi de mieux que le littoral pour se reposer après une petite course en ville?
Cependant Orphylis et Tsuki n'avaient cessés d'être sur cette mer durant les derniers temps et sa vue ne les emplit pas de joie, pas plus que cela ne les déçu, il n'avait même pas senti l'air iodé se faire plus présent tant ils s'y étaient habitués.
Elle avait filé vers un rocher et s'y était assis en tailleur, il alla lui même s'asseoir, mais adossé au rocher sur lequel elle venait de se poser, juste à sa droite.
Tsuki vint se poser à côté de lui, s'allongeant de tout son long, pas aussi simple de la mettre sur soi que la petite boule rose que tenait l'elfe.

D'ailleurs d'après ces dires elle n'était pas entièrement elfe, elle possédait du sang Dalharen, un peuple qu'il ne connaissait que peu, il avait plus eu affaire avec leurs sombres cousins réprouvés une fois, une unique fois qu'il ne souhaitait pas renouveler de si tôt d'ailleurs, mais c'était en tout et pour tout, tout ce qu'il savait des Dalharens, excepté des détails communs à tous.
C'était donc son métier qui lui imposait cette expression si froide et peu amicale?
Un peu triste tout de même, que vaut la vie si on ne peut sourire et montrer que l'on est heureux?
Pas grand chose, c'est ce que pensa Orphylis à cet instant.
Mais après tout, si elle aimait ça, pourquoi ne continuerait elle pas?

Je n'aime pas certains elfes...certains seulement, les autres je n'ai rien contre eux.
Et si vous faisiez parti de ceux que je hais, croyez moi que je ne serai pas assis en train de vous écouter.


Elle pouvait prendre son appelation comme elle voulait, pour le conteur c'était à la fois un compliment et une critique.
Quelque chose de différent...on lui avait souvent dit, d'ailleurs cela provoquait une certaine méfiance d'ordinaire, bien qu'Andùnë soit sans doute méfiante à son égard, cela ne faisait pas de doute.
Parlant de la tigresse, il tourna son regard vers cette dernière.

Effectivement elle se nourrit en quantité non négligeable chaque jour et c'est effectivement à cause de celà que j'ai fui...j'aurai pu ne pas le faire mais où aurait été le divertissement? Comment aurais je pu m'amuser si je m'étais gentillement laissé attraper?
Ils ont perdus la partie, peut être que la prochaine fois ils gagneront, qui sait...


Les réponses d'Orphylis semblait trop évasive pour l'elfe, en même temps il ne souhaitait pas vraiment qu'on sache qui il est, tout du moins ce qu'il était et qui il était, une Ombre, race décimée dont la chute fut provoquée par lui même.
Elle l'avait entendu parler aux gardes, il devrait faire attention à ses paroles, sans doute ces elfes si hautains avaient fait part du massacre à leurs cousins.

Qui suis je? Que suis je? Tant de questions et de réponses que j'essaient d'oublier tout en les gardant clairement inscrit dans mon esprit.
Plutôt illogique n'est ce pas?
Mais je sais des choses dont tu ne connais rien, d'un autre âge, d'une autre terre, d'une autre race...aujourd'hui pratiquement disparue.
Sans doute connais tu des choses que j'ignore également, cela ne m'étonnerait pas, je suis encore comme un nouveau né sur ce continent.

Tu veux un conte?


Rangeant l'éventail à sa ceinture, il s'allongea sur le sable, une main sous sa tête qui collait pratiquement le rocher.
Ramenant son autre main devant ses yeux, il sussura quelques mots, comme pour les rendre si léger qu'ils se laisseraient porter par les vents.
Au creux de sa main, une lueur naquit, formant une petite flamme dansante, pas plus grande que le creux de sa paume, reflétant dans ses yeux des fantômes d'un passé encore trop récent.
Il referma la main soudainement et le semblant feu follet se tut dans un silence pertubé par le bruit des vagues et de l'agitation de la ville.

Que dirais tu de la chute des Ombres?
Celui que je préfère et hait le plus.
Je vais te la conter rapidement, sans grand détai, si tes cousins ont été conciliant, alors peut être comprendras tu...mais je ne cherche pas à ce que tu saches qui je suis vraiment, il n'y aurait plus de mystère alors, à moins que cela n'éveille des rumeurs populaires.

Cela me plairait d'ailleurs, je trouverai cela plutôt comique...

...c'était il y'a un peu plus de cent cinquante ans je pense, le sommeil ne m'a pas permis une datation exacte.
C'était une petite île baignée de magie, nous vivions pour et à travers la magie, c'était une existence paisible que nous avions.
Cependant notre destin fut de croiser la route du Haut Peuple comme nous l'avions appelé sur le moment, d'ailleurs je n'ai toujours pas compris pourquoi. Nous étions plus élevés dans tout; l'art de la guerre comme celui qui vient de notre imagination, nous étions un peuple fier et uni, notre esprit s'élevait plus haut que les étoiles, notre âme était une lune éternelle, brillante lorsque le soleil nous trouvait, froide lors qu'il se cachait.
Ils étaient des lumières bannis par les leurs, nous étions des ombres nés des ténèbres.
Le premier jour connut une aube glacée...et un crépuscule sanglant.
La saison des tempêtes fut à notre image, nous étions l'orage, la foudre et les éclairs, vifs et rapides, sans égal.
Comme des feuilles mortes ils tombaient, prêtant le carmin de leur sang aux feuilles encore vertes qui ne voulaient pas se marier à l'automne.
Cependant nous n'avions pas vus l'hiver venir, un en particulier, dont le nom est tombé dans l'oubli.
L'Ombre qui serait la plus hait de tous s'il en restait pour éprouver un tel sentiment.
Sa vue fut obscurcit par la peur et l'amour.
L'amour, il nous fait faire des folies mais il est si bon, même le malheur qu'il apporte est désirable.
La peur de perdre la vie et par amour pour les siens il les trahit.
Sombre idiot, écervelé inconscient, quelle faute as tu commise?
Ne vois tu pas la traîtrise dans ses yeux? Ne sens tu par l'odeur fétide de la cupidité sur sa peau?
Aveugle que tu es, l'amour t'as rendu aveugle et la peur t'as fait perdre la raison.
Pleurez mes enfants, pleurez toutes les larmes de vos corps, ceci est le début de la fin.

L'hiver arrive et les malheurs suivent.
Il les conduisit sur les terres de ses ancêtres, une île où pas même une armée ne tiendrait, un dragon s'y trouverait à son aise, un deuxième ne trouverait pas où dormir et chasser.

Il ne vit rien et s'avança toujours plus sur un chemin dont il ne put se détourner.
Ecoutez mes enfants, par amour il condamna son peuple à la honte, par la peur il le tua.
Le jour du massacre fut la chute d'un âge d'or pour les Ombres, ils furent massacrés par le Haut Peuple, langue de vipère, paroles mielleuses et parfums suaves sont leurs armes premières, ne révélant leur véritable nature qu'au dernier moment, quand le froid de leur lame passe sur votre peau.

Il est aujourd'hui dit que cinq Ombres survécurent, moi je sais qu'une a survécu, je l'ai rencontré, l'Ombre déchue, celle qui est né des ténèbres semblent aujourd'hui immaculé de lumière.
Quelle ironie ne semble t'il pas?


Il se tut, pour lui il en avait dit suffisament, ni trop, ni pas assez, il étoffait légèrement en temps normal, mais rien de bien important.

Cela te convient-il? Je ne crois pas pouvoir en dire plus.

Mais au fait? Je dois vraiment te nommer madame?
Bien que tu sois elfe, tu ne sembles pas si vieille que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andùnë
Nind Lael Fuma [ Dame Seigneur de l'Air ]
Nind Lael Fuma [ Dame Seigneur de l'Air ]
avatar

Nombre de messages : 59
Race : Elfe ... Nind Lael Fuma
Armes : la Magie, son Dragon D'Argent, son arc
Date d'inscription : 16/09/2006

Feuille de personnage
Amour: Ma fille, Amatìrë
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Ombre et Lumière... [Pv Andùnë]   Sam 22 Mar - 15:49

Orphylis rangea finalement son épouvantail. Andùnë le regarda s’installer confortablement. Il chuchota des mots que le vent lui rapporta. Peut-être n’avait il pas comprit que c’était grâce au vent qu’elle entendait tout ce qu’il l’entourait. Elle ne fit aucun commentaire.
Une minuscule flamme apparut dans sa main. Il pouvait contrôler le feu. Cela n’étonna pas Andùnë plus que ça. Cet arcane lui allait bien.
Un silence s’installa. Ses yeux semblaient plus tristes maintenant.
La chute des Ombres.

- Je n’en ai que vaguement entendu parler. Je n’étais pas né à l’époque. Mes parents l’ont mentionné une fois, je crois.

Andùnë savait juste que ce peuple avait quasiment disparut et qu’ils ne restaient d’après les légende que 5 Ombres encore vivantes. Elle interrompit ses pensées pour ce concentré sur le récit du conteur.

L’elfe se laissa emporter par la magie de l’histoire. Artanis se réveilla au son de la voix d’Orphylis et se mit à boire ses paroles. Elles auraient pu l’écouter des heures. Il avait vraiment un don pour conter des histoires.
C’était un épisode vraiment très sombre sur la vie des Ombres.
La Mortis apprit que ceux qui avaient exterminé ce peuple étaient des elfes bannis. Elle comprenait mieux pourquoi elle en avait si peu entendu parler.
Orphylis avait une drôle de manière de décrire l’amour. Andùnë était en partie d’accord sur le fait que l’amour faisait faire des folies. Mais de là à dire que le malheur qu’il pouvait apporter en était désirable…
La manière dont était décrit le traître était étrange. A croire qu’Orphylis l’avait connu.
Le conte s’arrêta. Andùnë fut déçu que ça se finisse déjà.
Elle éprouvée de la pitié pour ce peuple qui avait disparut. Tout ça à cause d’un seul homme. C’était vraiment triste.
Maintenant Andùnë savait qui il été. Grâce à cette sombre histoire.

* C’est une Ombre.*

* Oui. Cela explique pas mal de chose…*

Elle comprenait les réticences d’Orphylis par rapport aux elfes. A ça place elle n’aurait même pas adressé la parole à quelque personne y ressemblant.
Elle avait rencontré l’une des 5 légendaire Ombre. Un sourire mi-triste mi-satisfait apparut sur le visage de la Mortis.
Orphylis n’en dirait pas plus. Il voulait gardait certains détails pour lui. Après tout Andùnë en savait assez. Il était raisonnable pour eux deux de garder une certaine réserve. Ils ne se connaissaient que d’à peine une heure.

- Cela me convient parfaitement. Merci. C’est une histoire triste mais tellement réelle.

Artanis se leva, se métamorphosa en un magnifique chat blanc neige et se dirigea vers Orphylis. Elle s’approcha doucement de lui pour voir s’il ne la rejetait pas. Elle alla s’allongeait a côté de lui. Un ronronnement réconfortant se fit entendre. Andùnë faillit avoir une crise cardiaque, c’était la première fois qu’elle voyait Artanis faire une chose pareille. Elle en était complètement abasourdie.

* Je peux savoir ce que tu fabrique ? *

* Il avait l’air un peu triste. Et puis pour le remercier pour son conte. Ça te dérange ? *
* Sincèrement, oui. Il y a d’autre manière de dire merci. Je ne suis pas sûr que Tsuki va apprécier. Mais ce n’est pas moi qui vais me faire pouffer pas un tigre…. Je te préviens, je ne viendrai pas t’aider. *
* Pas grave. Les tigres ne volent pas, non ? *

Andùnë se ressaisit.

- Ai-je l’honneur de parler à une des 5 dernières Ombres qui existeraient ? Ils ont tous des dons de conteur et la capacité à se fondre dans l’ombre comme toi ? Je ne connais pas grand-chose sur les Ombre. Ca c’est passé environs 120 ans avant ma naissance, et comme tu l’as dit, ce sont des elfes bannis qui s’en prient à vous.

Andùnë se tut quelque instant. Elle regarda l’entendu d’eau qui se trouvé devant elle.

- Madame. Disons que j’ai une fille et que c’est elle qu’on appelle mademoiselle donc je préfère que se soit Madame pour moi. Mais tu peux m’appeller Andùnë.

Elle soupira. La mer la rendait nostalgique. Sa fille c’était sa plus grosse source de problème mais aussi de bonheur.

- Tu aime la mer ?

[ Je suis impardonnable. J'ai eu mon stage cette semaine, j'ai été complètement déborder et je n'ai pas eu le temps d'aller sur l'ordi. Je suis super super désolée de te répondre que maintenant. Excuse moi !! ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orphylis

avatar

Nombre de messages : 34
Age : 28
Race : Ombre
Date d'inscription : 04/03/2008

Feuille de personnage
Amour: Les miens ne sont plus, je ne peux aimer que des souvenirs...ou presque...
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Ombre et Lumière... [Pv Andùnë]   Dim 23 Mar - 20:25

[Je suis clément je te pardonne xD
Puisse ce stage t'avoir apporté quelque chose ^^]


Triste, on pouvait même dire misérable et pitoyable pour cette partie de l'histoire. Orphylis n'éprouvait que de la pitié pour lui même; d'avoir été aussi faible et naïf, une erreur de jeunesse qui aura laissé quatre des siens survivrent, s'ils vivaient encore bien sûr.
La réalité des choses étaient une bien dure réalité et ce monde devait le savoir; pour Orphylis elle l'avait frappé comme un fouet, sans prévenir et apportant une vive douleur.
Apparement la boule de poil de rose avait décidé de bouger et une fois changé en chat blanc, une chose que notre Ombre n'avait pour ainsi dire jamais vu, elle vint s'allongeait à côté de lui.
Un regard en coin à Tsuki l'informa de son état, presque endormi quoique toujours sur ses gardes, prête à se sauver en fait.
Une pluie de questions suivirent un silence serein avant qu'elle ne se taise à nouveau, laissant les vagues seules maîtresses des bruits environnants.
Elle n'avait même pas un siècle d'existence et elle avait déjà un enfant?
Il était plus vieux qu'elle, même si l'on enlevait la période de sommeil.
Une bien jeune mère avec qui le "madame" jurait affreusement, elle ne devrait penser qu'à s'amuser en ce moment et au lieu de cela elle paraissait comme quelqu'un qui n'a jamais vu de fête.

Une Ombre...suis je vraiment une Ombre? J'en ai bien connu, toutes plus délicieuses les unes que les autres mais à vrai elles étaient assez méfiantes.
Mais par une déduction assez rapide, je peux dire que pour connaître ces contes, je ne peux être qu'une Ombre.
Mais laquelle des Cinq?
Je serais une du feu alors, l'esprit vif et courageux dit on...totalement incontrôlable également.
Mais je pense être la seule qui conte notre histoire alors que nous nous fondons toutes aussi bien dans les ombres.
Nous n'avons pas un tel nom pour rien je pense.


Il sourit, amusé de l'ironie de sa situation; celui qui détruit sa race la passe à la postérité, acte de culpabilité sans doute pour un espoir futile de pardon.
Il le savait, sa rencontre avec une Ombre se passerait bien, personne ne savait ce qu'il avait fait; mais lui le dirait et là ce sera différent.
Serait il alors tué? Ou bien laissé en vie pour vivre jusqu'à la fin entre la douleur et le bonheur?
Hait de toutes, il recevrait leur châtiment avec joie le jour où cela devra arriver.

La mer, Andùnë, je commence à l'avoir en horreur, j'ai été dessus avec Tsuki durant des mois, sur une coque de noix, essuyant les tempêtes et les navires.
Je me rappele même d'un bâteau de pirates qui en voulaient à la liberté de Tsuki...on c'était bien amusé ce jour là.


Mais je me rappele d'un temps où je l'adorais, je vivais sur une île et elle m'entourait, me gardait du mal de l'extérieur.
J'étais beaucoup plus jeune à l'époque, je ne me souciais de pas grand chose, en particulier l'été, période que je préférais dans l'année, c'était celle où je pouvais m'amuser pleinement, sans contrainte d'une quelconque obligation.


Il soupira, pensif, ressassant un passé révolu depuis longtemps et qui jamais ne pourrait se dérouler à nouveau.
Ce qui lui manquait le plus? C'était de passer l'été chez sa cousine, il espérait la revoir un jour, mais alors comment réagirait elle?
Lui dirait il ce qu'il avait fait? Il en avait envie, à elle plus qu'à n'importe qui mais en même temps il détestait le fait de devoir lui dire.

Je crois qu'aujourd'hui j'aurais l'âge d'avoir un enfant, mais cela va être compliqué je pense...mais passons.
Le ton de ta voix me rappele un peu celui de ma mère lorsqu'elle me voyait rentrer tard et qu'elle c'était inquiété pour moi.

Ta fille est elle heureuse sur ces terres?
La guerre perpétuelle que vous menez ne t'as jamais donné l'envie de quitté ce royaume pour aller plus loin, là où la guerre n'est plus, un endroit que personne ne connaitrait et ne connaitra jamais.
Penses tu qu'elle serait plus heureuse qu'elle ne peux l'être?
Si tu ne veux pas répondre ce n'est pas bien grave, mais j'aimerai bien entendre ta réponse si possible...juste pour moi, pour ma propre réflexion.


Il se redressa, s'asseyant sur le sable, le dos au rocher toujours, dans sa main gauche il tenait une poignée de sable et la serrait comme on le fait avec le manche d'une arme, les phalanges blanchissantes par l'intensité de la pression exercé.
Cela sentait un peu le chaud, pas grand chose, mais cela se sentait tout de même.
Le regard dans le vide, Orphylis se tut, semblant être perdu dans ses pensées.

[Pour la peine je te fais un post moins long que les autres, na !
(Faut bien trouver des excuses à son manque d'imagination ^^')]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ombre et Lumière... [Pv Andùnë]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ombre et Lumière... [Pv Andùnë]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fin printemps 1187 - Spectacle Ombre et Lumière
» Appel aux fans de B.D
» [TopSites des Chimères] Ombre et Lumière
» Ombre et Lumière
» Ombre et lumière...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Silence Des Arcanes :: Partie administration :: Corbeille :: Corbeille Cala-
Sauter vers: