Le Silence Des Arcanes

La crainte de la guerre est encore pire que la guerre elle-même. Mais parfois, elle est nécessaire.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre avec le Destin. [PV Ev' ^^]

Aller en bas 
AuteurMessage
Junith

avatar

Nombre de messages : 23
Age : 26
Race : Ombre
Date d'inscription : 23/09/2007

Feuille de personnage
Amour: Personne
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Rencontre avec le Destin. [PV Ev' ^^]   Sam 19 Jan - 20:38

    [Héhé, il fallait que je fasse avancer l'histoire de ma Choune, là ^^ Buh, je me suis dit que ce serait pas mal qu'elle rencontre Ev' =) ]

    « Junith, retourne à ton post, la voile flanche ! »

    La voix rageuse du Capitaine Elidriss – comme il aimait se faire appeler – fendit l’air, rappelant la demoiselle rêveuse à la réalité. Ju’ était seule, j’entends par là que son fidèle Zàk’ était parti en expédition, il l’avait laissée là, prétendant qu’il avait un petit détail à régler, la jeune fille ignorait encore lequel. Et elle, en attendant, avait été prise sur le navire d’un commerçant qui se dirigeait vers Cala. Elle ne savait même pas ce que c’était, ni où cela se situait, mais pour tout vous dire, mais elle aurait donné n’importe quoi pour quitter le désert et ce fut par un simple et pur miracle qu’elle y était désormais parvenue. La voilà donc, vaquant en mer. Enfin, non, rectification, en ce moment, elle ne faisait que maugréer contre l’injustice qui s’abattait sur sa tête et grognait simplement sur le fait que le Capitaine s’acharne sur son cas, comme toujours. Le seul côté positif de cette situation c’est qu’ayant passé vraiment longtemps en mer, elle savait désormais ce que tout bon matelot savait également. Un avantage, sans doute puisqu’elle pourrait désormais utiliser ce moyen de transporte ou convaincre les marins de la prendre avec eux, précisant qu’elle pourrait ce rendre utile. Il faut le savoir, Junith fait absolument tout dans son intérêt, elle se fiche pas mal de ce que pensent les autres, vous comprenez ?

    A peu près deux heures plus tard, les marins accostèrent à Nisferla. L’euphorie générale, Ju’ n’avait encore jamais vu ça. Les hommes courraient pratiquement en tout sens pour pouvoir descendre les premiers des navires. Ce qu’elle ignorait c’est qu’ils allaient se ruer dans un bar, avaler des litres de boisson et coucher avec un maximum de femmes avant de repartir pour un mois ou deux, voire plus, en mer. Et, croyez-moi, elle préférait éviter de connaître ce genre de détails. ^^ Bref, la demoiselle descendit à son tour, quand il ne restait plus que trois ou quatre personnes sur le navire. Elle salua le Capitaine, le remercia pour son enseignement et sa gentillesse et s’en alla de son côté. Vous en conviendrez, Junith était apparemment de bonne humeur d’avoir accoster. En temps normal, elle n’aurait pas réagit de la sorte : Elle aurait à peine saluer le Capitaine de son ancienne embarcation. Mais, restons positif, la journée était bientôt terminée et elle aurait sans aucun doute vite fait de trouver un endroit où loger, du moins, c’est ce qu’elle pensait …

    *** *** ***


    « Ah, mais ce n’est pas possible ! Ca fait des heures qu’on marche et on a toujours rien trouvé. »

    Le grognement de la jeune fille s’éleva alors qu’elle continuait effectivement de marcher, de bien mauvaise humeur. La nuit commençait juste à se lever, cela devait bien faire deux ou trois heures qu’elle avait quitté Nisferla et qu’elle s’était perdue dans cette fichue forêt. Et, pour arranger le tout, le terrain n’était pas des meilleurs : Boueux, en pente, avec des petits cailloux un peu partout. Il fallait peut-être aussi préciser que la demoiselle avait sans doute perdu l’habitude de marcher mais aucun autre moyen de transport ne s’offrait à elle. Oh, il y avait bien sûr les chevaux … L’ennui c’est qu’elle ignorait totalement comment monter à cheval, vous voyez. Enfin, sans commentaire là-dessus, sous vous tenez à la vie. ^^

    La mauvaise humeur de la demoiselle s’estompa, quand la chauve-souris lui fit remarquer qu’ils n’étaient pas loin de ce qui ressemblait fort à un temple. Selon les légendes qui étaient restées gravées dans son esprit, on ne pouvait refuser l’entrée d’un temple à qui que ce soit, parfait, tout à fait ce qu’il lui fallait ! La jeunette pressa donc l’allure. Si elle ne se dépêchait pas un peu, elle allait finir dévorée par les créatures de la nuit, la taquina l’animal, par la même occasion. Sans broncher, cette fois, elle grimpa la colline, manquant à plusieurs reprises de s’étaler lamentablement, se prenant les pieds dans les racines, à cause de son empressement. Bref, elle atteindrait sans doute bientôt son refuge provisoire pour la nuit.

    Junith poussa la porte du temple. Ah, enfin, eut-elle envie de hurler dans la pièce résonnante. Mais elle n’en fit rien, respectueuse, on ne savait pourquoi. En effet, normalement, la demoiselle prenait ses aises sans se gêner. Elle avait envie de hurler ? Eh bien, elle hurlait, se fichant grandement de ce qu’on pourrait penser. Cela dit, en ce moment, justement, elle sentait que quelque chose l’empêchait d’agir à sa guise, comme si on lui imposait des règles qu’elle était forcée d’accepter, sans pour autant que cela ait l’air d’une contrainte. Etrange à expliquer, je dois dire et la demoiselle n’y comprit pas grand-chose non plus. C’est donc avec un certain respect qu’elle avança dans ce lieu sacré, sans ce rendre compte qu’indirectement, ce temple risquait de changer sa vie entière, suivant la personne qu’elle y trouverait. L’idée ne lui avait même pas traversé l’esprit, pour tout vous dire et elle n’était sans doute pas encore prête à y penser, il faut croire.

    La demoiselle s’approcha des marches et s’arrêta, poussée par Dieu sait quoi. Elle se dit, intérieurement, qu’elle n’avait pas à avancer plus que cela, mais, encore une fois, c’était cette force intérieure qui agissait en elle, et elle l’écoutait sans broncher. Obligée ? Elle commençait à se poser des questions. Son propre esprit l’enquiquinerait à propos de choses étranges dans ce genre. Elle n’avait apparemment même plus le contrôle de son être. Remarquez : Elle s’était arrêtée instinctivement, sans qu’on ne lui ait rien demandé, si ce n’était son esprit qui venait de lui ordonner ce geste. Sans quoi, elle n’aurait pas d’explication valable.


    « Qui est là ? » demanda la demoiselle.

    Encore une fois, son esprit avait réagit et prit le dessus sur son corps. Devant cette question pour le moins inattendue, Zàkros regarda la jeune fille, surpris. Il la dévisagea de ses yeux de chauve-souris et se posa finalement sur son épaule, lui demandant mentalement si elle avait senti quelqu’un. Indécise, Junith haussa les épaules. Comment lui expliquer que son esprit lui avait ordonné de parler sans qu’elle ne le contrôle ? Tout cela commençait vraiment à la dépasser, la rendre perplexe, pire, l’exaspéré. Elle ignorait même si elle avait réellement senti quelqu’un s’approcher ou si elle était tout simplement entrain de devenir folle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rencontre avec le Destin. [PV Ev' ^^]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un rendez vous avec le destin
» Stefan ? L’oxygène, ça vous fait planer. Si une catastrophe survient on prend de grandes inspirations paniquées et on devient rapidement euphorique, docile, on accepte son destin.
» Quand le Destin joue avec nous... (PV BatCat, Griffon et Fauve)
» Le destin est parfois étrange /!\ -18 ans
» Ton destin n'est jamais lié à quelqu'un qui te quitte. ? Vanessa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Silence Des Arcanes :: Partie administration :: Corbeille :: Corbeille Cala-
Sauter vers: