Le Silence Des Arcanes

La crainte de la guerre est encore pire que la guerre elle-même. Mais parfois, elle est nécessaire.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Déjà Mort.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eynac
Vampyr despotique
avatar

Nombre de messages : 107
Race : Vampyr
Armes : Canines, griffes, force physique et mentale
Date d'inscription : 28/12/2007

Feuille de personnage
Amour: Lui-même
Niveau:
5/10  (5/10)

MessageSujet: Déjà Mort.   Lun 31 Déc - 13:44

Chroniques d'un Vampyr : Déjà Mort.

Texte uniforme.


Comment avait il pu oublier ?
Comment peut on même oublier sa propre mort ?
Peut-être était-ce simplement la mémoire et les souvenirs qui se fessaient de plus en plus rares au fil des ans, ou bien un traumatisme lié à un choc. Mais…
Une unique pensée trottait dans la tête du Vampyr :
* Comment suis-je mort ? *
Puis d’autres virent après :
* Pourquoi ? Quelqu’un m’a t’il tué, si oui : Qui m’a tué ? Et Où ? *
Qu’est ce qui était frustrant dans cette idée ? Il était pourtant habitué à ne plus entendre son cœur battre de façon naturelle, habitué à l’immortalité de sa race. Aux débauches de plaisirs divers que lui procuraient son état. Non, ce qui était frustrant c’était simplement de n’avoir aucunes réponses à ses questions.
Mort ;
Mort ;
ET MORT
Un Mort-vivant voilà, c’est TOUT ce qu’il était : un être qui survit indéfiniment contrairement aux lois établies par la nature, il était une aberration. C’était un être immonde et parasite qui tirait sa vie et sa richesse du sang des autres.
Et il n’était utile à personne.
Absolument personne, il était même nuisible. Ayant gâché la vie de plusieurs milliers de personnes, si ce n’est des dizaines de milliers de personnes.
Son existence ne servait à rien, n’était d’aucune utilité. Il se haïssait lui même bien plus qu’il haïssait autrui. Pourquoi survivait il après toutes ces années de lassitude et d’ennuie ? Par instinct ? Ou juste parce qu’il était trop bête pour en finir ?
Il pencha plutôt pour la deuxième option.
* Non, j’n’ai plus peur. A quoi bon insister et persister dans une voie qui ne mène nulle part ? *
Et pourquoi pas le suicide ? Ce ne serait pas sa première tentative. Il décida finalement de se planter un pieu dans le cœur comme dans l’antique légende des vampires, il n’y survivrait sûrement pas. Et là, les gens auraient enfin la paix qu’ils méritent, car il savait qu’il là méritaient. Et puis, si lui ne se décidait pas, personne ne se déciderait pour lui. Non personne d’autre ne pourrait jamais l’abattre, il était trop fort. C’était une fin très digne.
Juste quant il allait passer à l’acte il le vit…
Quelqu’un ! Un jeune homme élégant d’une vingtaine d’années tout au plus l’espionnait et le narguait à travers la fenêtre. Et il n’était pas seul, une jolie femme pareillement âgée lui tenait la main. La joie, oh oui la joie, se lisait sur leurs visages bienheureux : Le Vampyr assassin de leurs parents se suicidait, c’était tout légitime non ?
Eynac examina attentivement leurs expressions. Il y lu de l’ironie, du mépris, du dédain.
Quoi ? Aucun respect ! C’en était trop, beaucoup trop. Un sourire cruel et déterminé se dessina lentement sur le visage bleu du Vampyr et ses yeux rouges se mirent à jeter des flammes dans leur direction.
-JE SUIS DEJA MORT !
Les odieux espions ne souriaient plus.
Il lâcha soudain le pieu avec lequel il s’apprêtait à se donner la mort et bondi sur la fenêtre qui vola en éclats. Puis il saisi au cou le jeune homme. Sa copine hurla, se mit à sangloter et lui dit :
-Non par pitié ! Lâchez-le il ne vous a rien fait de mal ! J’vous en supplie ! Je… je l’aime de tout mon cœur !
Et elle pleura de plus belle, horrifiée lorsque elle l’entendit broyer son cou avec un « clac » résonnant des plus lugubre. Horrifiée lorsqu’elle vit son petit ami se faire décapiter d’un revers de main. Et plus encore quant Eynac but son sang a grosse goulées comme si ce n’était qu’une vulgaire bouteille de coca.
Le visage de la femme devint blême, grave et couvert de larmes. Elle n’avait rien pu faire pour empêcher la mort de l’être le plus cher pour elle. Les visages moqueurs n’était plus que de lointains souvenirs. Très lointains…
-Tu va mourir, lui dit le Vampyr sans un once de pitié. Quels seront tes derniers mots ?
La tristesse empêchait la femme d’aligner deux mots de façon sensée mais Eynac finit par comprendre l’idée générale « Je croyais que vous alliez vous suicider, était-ce un crime de s’en réjouir ? ». Le monstre fit non de la tête et referma sa poigne sur le cou de la fille qu’il brisa comme un brindille et but...
* Plus jamais je ne serais tenté de me suicider, les humains méritent que je les punissent. Ou peut-être pas… Mais je ne me poserais plus la question c’est terminé *
Et il partit d’un rire énorme, comme le sang était délicieux ! Le sang d’une vierge. Il fit signe de porter un toast et dit :
-A ma santé !






(NOTE : Pour ceux qui n'ont pas compris le fait d'être surpris en pleine bonne action à terriblement frustré Eynac et il à changé d'avis définitivement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://f.s.f.free.fr/home.htm
 
Déjà Mort.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.
» Article intéressant sur la mort Mireille D. Bertin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Silence Des Arcanes :: Partie administration :: Chroniques Crépusculaires-
Sauter vers: