Le Silence Des Arcanes

La crainte de la guerre est encore pire que la guerre elle-même. Mais parfois, elle est nécessaire.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Arrivée du Seigneur du Clan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ecchos
Waenre Dragon [ Gardiens ]- Admin
avatar

Nombre de messages : 99
Race : Grand Dragon [ Seigneur Dragon de l'Ouest ] ... Pis admin aussi xD
Armes : Question stupide...
Compagnon ( Compagne ) : Eh bien... Comment dire ?
Date d'inscription : 23/09/2007

Feuille de personnage
Amour: Je suis Seigneur-Dragon, Maître des Tempêtes. Ne me fais pas perdre mon temps.
Niveau:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Arrivée du Seigneur du Clan   Sam 22 Déc - 18:10

    [ Précédent Arrow
    Suite de l’aventure glaciale du Karazok.]


    Pendant une minute, ils avaient été plongés dans la plus intense des noirceurs, sans aucun son ni aucune lumière, et pas plus d’odeur. Seul le contact des autres pouvait indiquer qu’ils n’étaient pas seuls, et leur rappeler qui ils étaient. Puis de subtiles images de désert avaient commencées à faire leur apparition. Dunes sous la Lune, étendue sans fin, fleuve qui courait dans le sable comme une immense et sale cicatrice, maigres bastions de résistances des oasis…
    Ils reprirent pieds dans leur vrai monde, au cœur d’un magnifique jardin subtilement ombragé par des arbres du désert. L’herbe était douce sous leurs pieds, et la maison de marbre blanc semblait prête à les accueillir.
    Une dizaine de personnes accourues de tous les cotés, tous avec ces yeux fendus typique de leur race semble-t-il, et avec une cette expression mi-grave mi-amusée qu’Inara adoptait pratiquement toujours également.
    La dragonne verte et Elaryan furent d’ailleurs rapidement entourées par un essaim de jeunes femmes auxquelles Gwennhyar les abandonna calmement. Les ‘servantes’ du Clan saurait prendre soin de ses deux protégées, et il n’y avait rien à craindre pour la petite humaine. Inara elle, semblait en pleine forme.
    Un homme d’âge mûr s’approcha d’un air empli de dignité, les yeux gris éclaircies par l’âge, et prit Ecchos à part. Le ton de la conversation paraissait important bien que le visage des deux Grands Dragons n’affiche pas une énorme différence d’expression. Le Seigneur donna quelques ordres au vieillard, qui répondait au nom de Seishin, qui les transmit en Dragonique aux gens autour d’eux. Le jardin mit exactement 30 secondes à se vider entièrement.

    Les jeunes femmes entrainèrent Elaryan à l’intérieur, suivies par Inara. Elles menèrent les demoiselles dans une belle chambre qui donnait à la fois sur le désert et sur l’oasis, au rez-de-chaussée. Un homme, qui avait en apparence une trentaine d’années, les attendaient, ses cheveux châtains noués en catogan derrière sa nuque. Ses vêtements fins ne dissimulaient pas un corps taillé pour le combat, mais malgré tout, il avait un air si calme et si doux qu’on ne pouvait le croire que pacifique.
    Cela tombait bien, puisqu’il l’était. Youjin était l’un des médecins les plus réputés de la race Dragonique. Il se releva en voyant ces demoiselles entrer, et ne dit d’autres mots que pour les saluer.
    Toujours avec ostensible et pudique politesse, les autres femmes se retirèrent sans bruits à l’autre bout de la pièce, et laissèrent Inara seule pour aider Elaryan à s’allonger. Les dragonnes présentes dans la pièce n’étaient pas originaires du Clan des Tempêtes, mis à part Inara, mais du Clan du Bronze, la Maison du Seigneur Cemen, d’où leur grande timidité et leur coté fleur bleue. Ceux du Clan des Tempêtes étaient des guerriers distants et prêts à tout pour leur objectif, mais très fier, et qui tenait beaucoup à leur honneur.


    « Ne t’inquiètes pas Elly, Youjin est un excellent docteur ! Ah, et ici c’est ta chambre, jusqu’à ce que tu te sois remise. »

    A voir le sourire sur le visage de la dragonne, elle ne se rendait pas compte que les évènements allaient peut être un peu vide pour son amie, pas plus qu’elle ne semblait penser que son nouveau surnom pouvait déplaire à la jeune princesse.
    L’homme les fixa calmement, et déclara quelque chose en Dragonique, qu’Inara traduisit en une incitation au calme pendant qu’il regardait où elle était blessée. Avec une sorte de bienveillance paternelle, Youjin palpa délicatement les côtes de l’humaine, sans lui faire mal. Il finit par enlever ses mains et dit quelque chose d’autre.


    « Il dit que tu as une côte cassée, mais que le problème vient surtout de l’épuisement et d’un problème mental qui t’empêches de te reposer convenablement. » Nouvelles paroles du guérisseur. « Il parle d’une déprime, et te recommandes quelques semaines de repos. Quelques choses à ajouter Elly ? »

    Youjin n’attendit pas de réponses, les saluant poliment, il ressortit, laissant tout de même une petite bouteille sur la table de chevet à coté d’Elaryan. Le flacon semblait de terre cuite, mais il était délicatement gravé, et semblait amoureusement sculpté.

    « Il faut que tu mettes un peu de cette pâte sur ta cote cassée, tous les soirs avant d’aller te coucher… Ah, et Mon Seigneur tiens à te signaler qu’il est inutile d’essayer de partir seule, car un désert de plusieurs milliers de lieux s’étends autour de la demeure. Je préciserais en passant que je te pense d’origine Calienne, mais que nous sommes au cœur du Premier Continent. Enfin, je ne pense pas que tu ferais une telle bêtise, n’est ce pas ? »

    De toute évidence Inara avait confiance en la jeune femme, mais Gwennhyar avait parfaitement saisi les étranges pulsions qui pourraient la pousser à faire des bêtises. Les autres demoiselles approchèrent timidement le lit, et s’efforçant de parler dans le langage commun, elles accablèrent Inara de question sur ce qui s’était passé. Cette dernière se contentât de répondre évasivement sur le fait que la princesse Calienne était sous la protection du Seigneur du Clan des Dragons des Tempêtes, ce qui sembla beaucoup les impressionnées, toutes sortes de rumeur courait sur Ecchos semble-t-il, et qu’il avait failli affronter le Seigneur du Clan des Dragons des Glaces pour elle, ce qui fit cette fois naître des soupires mi-admiratif mi-effrayé auprès de ces demoiselles, mais que Glasfeu avait préféré partir qu’affronter Gwennhyar. Les autres dragonnes semblaient être très, très impressionnées, et résolument convaincues qu’Ecchos et Elaryan vivaient une grande histoire d’amour, ce qu’Inara se garda bien de démentir, bien qu’elle expliqua la situation à son amie bipède.

    * Les filles du Clan du Bronze sont irrémédiablement romantiques, rien ne peut leur faire plus plaisir qu’une grande histoire d’amour, caché et malheureux de préférence. Je me dis parfois que ce Clan est vraiment resté trop longtemps au contact des bipèdes. Celles de notre Clan ne se comporteraient jamais ainsi, mais elles sont gentilles comme tout, alors on les aime bien. *
    ____________________________________

    Le Seigneur Dragon était resté dans le jardin, en la seule compagnie de Seishin, et fixait le désert et les abords de l’oasis d’un air un peu mélancolique. Le vieil homme le mettait au courant des dernières nouvelles, sachant que malgré les apparences son Maître l’écoutait.

    Enfin, le jeune homme tourna la tête vers Seishin, toujours à genoux sur le sol, le fixant de ses yeux écarlates. Le vieillard eut la douloureuse impression que le fils de Moloch pouvait lire en son âme, et il retint un mouvement de recul. S’il avait conquis le titre de Seigneur de l’Ouest, il était depuis toujours le Seigneur du Clan des Tempêtes, et il s’était montrer digne de son rang. Jamais le Clan n’avait été aussi puissant que sous son commandement.

    Seishin écouta docilement les ordres de son Seigneur et Maître puis repartit les accomplir, laissant Ecchos enfin seul dans les jardins qu’il aimait tant.
    De sa souple démarche de fauve, Gwennhyar s’éloigna de la bâtisse et s’enfonça entre les arbres. Le Fleuve du Serpent déroulait ses anneaux sinueux, son eau trouble traversant l’Empire entier, mais plus particulièrement cette oasis, qu’il nourrissait abondamment. Le regard du Grand Dragon se perdit dans ses sombres remous, et sa vigilance diminua légèrement, suffisamment pour ne pas sentir l’ombre qui s’approchait derrière lui, ni le passage du temps.


    ( Hey, un bon rythme non ? xD Enfin bref, je part en vacances, et je ne sais pas si j’aurait l’internet la semaine prochaine donc je le dis tout de suite ^^ Tu peux jouer tous les PNJ que tu veux n’hésites pas. ^^ Bonnes vacances Miss )
    ( Ah, et navrée d'avoir quelque peu pris mes aises avec Youjin et son diagnostique, il me fallait quelque chose à dire ^^' )

_________________
Ce monde n'est qu'un champs de bataille, le songe d'une nuit. Je suis le reste de ce songe. A l'aube enfin, je suis devenue le dieu de la mort...




Feed Me!

Adopted from Valenth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elaryan
Princesse de Cala - Admin
avatar

Nombre de messages : 1082
Age : 25
Race : Humaine (... ou pas ?)
Armes : Approchez et vous le saurez bien assez tôt
Compagnon ( Compagne ) : Ouvrez les yeux et vous comprendrez par vous même que nul n'est digne de mériter son coeur
Date d'inscription : 08/07/2006

Feuille de personnage
Amour: Vous êtes sûrs de savoir de qui il est question ? On parle d'Elaryan, là xD
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Arrivée du Seigneur du Clan   Sam 29 Déc - 23:48

  • [Hu, ma puce, j’suis vraiment désolée de ne pas avoir pointé mon museau plus rapidement. T_T J’étais vraiment atrocement occupée ces temps-ci et j’espère que ça ira mieux ! ^^ Bonnes vacances à toi aussi, au fait ^^]
    [Oh, j’y pense : Beautiful post, vraiment !!! ^^ Tu sais déjà que j’adore RP avec toi, mais je le répète encore, pour changer. (Et t’inquiète pas pour Youjin, tu connais mon perso, même s’il y a un peu de PG dans tes posts, ça me dérange pas ^^) Razz ]


    La jeune femme fut vite rattrapée par le Seigneur qui la releva d’une main ferme, jugeait-elle. Non, elle n’était pas comme toutes ses femmes qui auraient fait attention à une quantité de détails qu’elle trouvait, pour sa part, trop futiles et totalement superflus. Mais, je vous rassure, elle n’allait pas tarder à les remarquer, elle aussi, enfin, une fois qu’elle aura commencé à observer un peu. Autant dire que Gwennhyar ne l’intéressait absolument pas … Absolument pas encore, tout du moins. Enfin, ne nous attardons pas sur les détails, nous avons un RP à continuer, nous !
    Ainsi donc, la jeune femme fut littéralement soutenue par le Seigneur de l’Ouest. Alors qu’elle faillit s’affaisser de nouveau - à son grand dam, je tiens à le préciser tout de même – Ecchos passa un bras autour de sa taille, ce qui faillit déclencher chez Elaryan un mouvement désastreux. La Princesse ne se serait pas gênée de lui coller une gifle si elle n’avait pas été dans cet état, pensa-t-elle. Car, autant le préciser dès maintenant, le Grand Dragon fût le seul homme à l’avoir approché d’aussi près (si on ne compte pas son père, évidemment) et d’ailleurs, il ne recommencerait certainement jamais, ne pu s’empêcher de penser la jeune femme. D’un autre côté, il n’y avait rien, vraiment rien, derrière le geste de Gwennhyar, si ce n’était le fait de la maintenir en vie et de l’empêcher de mourir d’hypothermie. Alors, ça pouvait passer, dans ces conditions.
    El’ fut soudainement prise dans une sorte de trou noir. Non pas qu’elle ai peur du noir, mais il lui arrivait d’être quelque peu claustrophobe. Elle serra les dents, s’empêchant de gémir comme une idiote, comme l’aurait fait n’importe qu’elle autre femme, impressionnée. Elaryan n’était pas « n’importe qu’elle autre femme » et elle n’était pas non plus impressionnée. Du moins, c’est ce qu’elle espérait, intérieurement. Je vous avoue qu’elle n’a pu s’empêcher de se rapprocher du Grand Dragon, juste par peur d’être complètement perdue. Mais sa position initiale fut vite regagnée alors qu’un nouveau paysage défila sous ses yeux. Etrange. Là voilà en plein désert.

    Bientôt, Ecchos l’abandonna, ainsi qu’Inara, aux bons soins d’une troupe de jeunes femmes qui les entraînèrent à l’intérieur. Perturbée, ce ne fut pas vers l’homme que se tourna Elaryan mais vers sa nouvelle amie. Elle lui laissa un regard intrigué, comme pour lui demander ce qu’elles fichaient ici. Parce que, si pour eux, c’était tout à fait normal, pour El’, c’était juste un Enfer. Et en plus, la chaleur était aride, heureusement, à l’intérieur, il faisait moins chaud, ce qui soulagea un peu la Calienne. Cette dernière pénétra bientôt dans une chambre. Attention, une chambre tout simplement magnifique. Envir avait du soucis à se faire, à se rythme là, il allait perdre son titre de « Roi le plus prestigieux ». Elaryan n’était pas du genre à se préoccuper des belles choses, cela n’attirait pas tellement son attention. Mais, je dois dire que, là, elle ne pu s’empêcher d’écarquiller les yeux, tellement elle était émerveillée. Et elle n’avait même pas encore admiré la vue panoramique de sa nouvelle chambre.

    La jeune femme remercia chaleureusement celles qui semblaient être les servantes. Elle ne souriait pas, mais sa voix était douce et sincère, qui plus est. Inara aida donc El’ à s’allonger, ce qui lui donnait encore cette atroce sensation d’impuissance et elle n’était pas bien loin du compte. La jeune femme soupira, doucement, laissant le médecin s’approcher, hocha la tête aux paroles de la Dragonne. Cela dit, les mots de son amie lui restèrent dans la tête. Elly ? Elle sentait qu’elle allait devoir s’y faire. Les événements la laissèrent totalement perdue, tout allait si rapidement. Elle était là, dans une chambre qu’on lui disait sienne, avec des servantes partout, bien que ça ne change pas trop de son quotidien. En dehors du fait qu’El’ n’aimait pas qu’on s’attarde trop sur elle.
    Le dénommé Youjin la palpa délicatement. Il ne lui faisait pas mal, mais elle ne pu s’empêcher de se raidir totalement à ce contact. Ah, elle avait une sainte horreur de tous ces contacts physiques. Et d’ailleurs, elle n’aimait pas non plus qu’on l’examine. Elle allait se rétablir seule, elle n’avait pas besoin de soins, selon elle. El’ faillit s’étrangler en entendant les paroles du guérisseur rapportées par Ina’. Néanmoins, elle hocha négativement la tête avant d’ajouter :


    « Rien, merci. Mais … Je suis sûre d’être rétablie en un ou deux jours de repos, seulement. »

    Oui, oui, quelques semaines, se serait juste quelque chose d’atroce, pour la Princesse. Youjin quitta la pièce sans demander son reste en faisant cependant preuve d’une grande politesse. Elaryan entendit les paroles suivante de la petite Dragonne et acquiesça en ce qui concernait la pâte qu’elle devrait appliquer sur sa côte cassée tous les soirs. Cela dit, elle ne comptait pas rester ici plus de deux jours et encore, ce serait le grand maximum. Oh, oui, elle allait quitter cet endroit le plus rapidement possible. Non pas que la compagnie de la Dragonne verte la dérange, bien au contraire, d’ailleurs … Mais, elle n’était pas chez elle, son père allait se faire du souci et elle avait besoin de reprendre l’entraînement le plus rapidement possible. Inara vint écraser ses plans de fuite, justement. Elaryan grimaça, mécontente d’avoir été percée à jour et elle soupira, affirmant qu’elle ne ferrait jamais une chose pareille.

    « Ne t’inquiète pas, petite Ina’, je ne ferrai pas de bêtises. »

    Elle lui sourit, d’une manière étrange, un sourire triste, sans aucun doute. Oh, Elaryan avait encore du mal à mentir à tout le monde. Et, la jeune femme qu’était Inara l’empêchait plus encore de faire semblant. Alors, oui, El’ souriait, mais de son éternel sourire triste.

    Voyant les jeunes femmes s’approcher et parler à Inara dans un langage commun que malheureusement Elaryan était apte à comprendre (elle s’en serrait bien passé vu ce qui se disait). La Dragonne verte répondit avec patience à toutes les questions et expliqua brièvement la situation à El’ qui grimaça d’autant plus que son sauvetage prenait, aux yeux des autres jeunes femmes, une tournure atrocement romantique. Elle ne voyait pas ça comme ça, notre petite Elaryan. D’ailleurs, elle le fit bien comprendre, répondant :


    *Et moi, je me passerai franchement d’histoire d’amour à l’eau de rose. Ce n’est absolument pas mon truc. Et puis, ton Seigneur n’est vraiment pas le genre d’homme que je fréquenterais.*

    Bien sûr que non, puisqu’elle ne fréquenterait tout simplement personne ! Mais ça, Ina’ ne le savait pas encore. Sauf si elle pouvait lire dans les pensées de la Calienne, cela allait de soi. El’ prit un air d’enfant qu’on venait de contrarier, ce qui lui donnait une frimousse qui ne correspondait plus trop à une guerrière, plutôt à une jeune fille avec un petit côté têtu et rebelle.
    Décidant de changer de sujet, la jeune femme opta pour une question qu’elle posa à la Dragonne. Comme vous pouvez vous en doutez, Elaryan n’aimait pas spécialement ne rien comprendre lorsqu’elle se trouvait dans un pays étranger au sien. Elle demanda donc des informations complémentaires, avec une mine véritablement intéressée:


    « Dis-moi, Ina’ … Quel était le langage de Youjin ? De l’elfique ? Etrange, je n’en avais jamais entendu de semblable. Oh, il faut dire que je ne côtoyais pas non plus les elfes, en dehors de ce qui était obligatoire. » Elle marqua une pause avant de lui demander : « Tu voudras bien m’enseigner, tu sais, ton elfique ? »

    En effet, si la narratrice se permet des références à la véritable race de la jeunette, il était bon de préciser que, pour El’, il n’en existait d’autres que celles qu’elle connaissait. A savoir, les Elfes, les Féals, les Kershans et les Humains. Ainsi, la ressemblance d’Inara avec une elfe, tout comme celle des habitants de cette demeure était plus que flagrante. Comment aurait-elle pu deviner qu’elle avait faux sur toute la ligne ?

    Quelques instants plus tard, El’ se recoucha sur le lit – sur lequel elle était précédemment en position assise, qu’elle jugeait plus confortable et moins vulnérable – et demanda doucement à son amie si elle voulait bien la laisser seule un moment, lui expliquant le plus gentiment possible qu’elle avait besoin de se reposer désormais. Elle la remercia encore une fois, pour tout ce qu’elle faisait pour elle et lui dit sincèrement qu’elle avait rarement vu quelqu’un d’aussi adorable.

    *** *** *** ***

    Attendant d’être enfin seule, Elaryan se leva, grimaçant sous la petite douleur qui fusait au niveau de ses côtes et soupira. Mince, ce n’était que maintenant qu’elle réalisait l’ampleur de la chose. La guerrière récapitula rapidement ce qui se passait en ce moment même et ce qui c’était précédemment passé.


    *Ok. Attirée sur une île glacée par un bon à rien. Sauvée par un Seigneur apparemment prestigieux, tout autant que craint. N’importe quoi, il ne me fait pas peur, de toute manière ! Enfin, sauvée une deuxième fois des crocs d’un dragon en furie … Et puis, amenée au milieu du désert, dans une demeure que je n’ai jamais vue, dont je n’ai jamais soupçonné l’existence. Qu’est-ce qui va m’arriver, ensuite ?!*

    La jeune femme s’approcha du balcon, sortit de la chambre et observa un instant le paysage. Oui, c’était magnifique, mais elle ne pouvait pas rester. A peine arrivée, voilà qu’elle voulait déjà partir. Enfin, c’était Elaryan, Ecchos avait bien raison de se méfier de ses impulsions qui la poussaient au pire.
    D’ailleurs, en ce moment même, la Calienne venait d’atterrir sur le sol, lourdement, amortissant tout de même sa chute par sa magie. Elle lâcha un gémissement de douleur lorsque ses pieds entrèrent brutalement en contact avec l’asphalte et que le mouvement remonta jusqu’à ses côtes. Pas très agréable, mais elle y survivrait très bien.

    La demoiselle se retrouva dans un jardin. Aussi beau que sa chambre, le jardin était vaste, pour ne pas dire immense. El’ ne pu s’empêcher de se questionner sur toutes les fleurs qu’il y avait ici. Fière d’en connaître quelques unes. Les minutes passèrent et, étrangement, la Princesse en oublia même qu’elle était sensée partir d’ici. Elaryan se relava, après avoir explorer toutes les espèces de fleurs qu’elle voyait, qu’elle connaissait ou pas, riant parfois à la bizarrerie de certaines espèces, émerveillée d’autres fois, par la beauté d’autres sortes.
    Bientôt, son regard se posa sur une forme au loin qu’elle n’eut pas de mal à reconnaître. Etrange, quelque chose lui disait qu’il n’était pas seul, dans ce bois. Se trompait-elle ? La jeune femme préféra ne pas le déranger et continuer, finalement, sa contemplation. Si ça se trouvait, elle n’avait même pas le droit d’être là. Ainsi, la guerrière se fit la plus discrète possible.

    Après quelques longues minutes, El' s'approcha d’Ecchos à pas silencieux. Comme à sa nouvelle habitude, elle ne souriait pas, mais son regard semblait amusé. Cela dit, ça amuserait certainement moins le Seigneur Gwennhyar qu’elle soit dans les parages, bien que cela fasse une heure au moins qu’ils ne s’étaient même pas croisés.


    « J’aime autant vous prévenir, Seigneur, d’une chose qui risque de fort vous déplaire. Nous sommes sensés vivre une passionnante et dramatique histoire d’amour. J’en suis vraiment désolée, si ça ne tenait qu’à moi, je vous éviterais d’avoir à tomber amoureux d’une humaine de race inférieure, telle que je le suis et d’ailleurs, cela m’arrangerait fort aussi, je dois dire. Seulement, je n’y suis pour rien dans cette invention. Je crois que je n’ai même pas eut mon mot à dire. Et d’ailleurs, notre rencontre est apparemment un excellent scénario. L’incompatibilité de nos races, nos rangs qui diffèrent sans aucun doute, sans oublier un sauvetage inespéré, deux caractères qui ne s’allient absolument pas et, évidemment, aucune attirance quelle qu’elle soit … »

    El’ avait troqué le ton doux qu’elle utilisait avec Ina’ pour un autre totalement ironique. Elle en était sûre, totalement certaine, cette histoire ne plairait pas à Ecchos, exactement comme elle la détestait déjà, d’ailleurs. La Princesse était pourtant bien loin de se douter de ce que lui réservait le destin …

    [Et voilà, changements faits ^^ Si par hasard j'ai oublié quelques choses dans mes changements et qu'El' aurait involontairement mentionné la race, fais comme si elle avait rien dit parce que je suis résolument aveugle et que, si ça se trouve, j'ai loupé pleiiiin de détails. ^^ Encore désolée, hein I love you ]

_________________
    ♦ Parce que la vie n'est peut-être pas si abominable...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecchos
Waenre Dragon [ Gardiens ]- Admin
avatar

Nombre de messages : 99
Race : Grand Dragon [ Seigneur Dragon de l'Ouest ] ... Pis admin aussi xD
Armes : Question stupide...
Compagnon ( Compagne ) : Eh bien... Comment dire ?
Date d'inscription : 23/09/2007

Feuille de personnage
Amour: Je suis Seigneur-Dragon, Maître des Tempêtes. Ne me fais pas perdre mon temps.
Niveau:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: Arrivée du Seigneur du Clan   Mer 16 Jan - 19:49

[ A la base, je voulait écrire tous mes RP, et les poster tous en même temps. Seulement voilà, il y a quelques ennuis informatiques en cours chez moi, aussi ai-je décidé de poster en urgence ceux qui étaient déjà baclés terminés. Celui avec toi est encore en cours d'écriture, je l'envoit le plus vite possible ^^ ]
[ Encore pardon ]

_________________
Ce monde n'est qu'un champs de bataille, le songe d'une nuit. Je suis le reste de ce songe. A l'aube enfin, je suis devenue le dieu de la mort...




Feed Me!

Adopted from Valenth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elaryan
Princesse de Cala - Admin
avatar

Nombre de messages : 1082
Age : 25
Race : Humaine (... ou pas ?)
Armes : Approchez et vous le saurez bien assez tôt
Compagnon ( Compagne ) : Ouvrez les yeux et vous comprendrez par vous même que nul n'est digne de mériter son coeur
Date d'inscription : 08/07/2006

Feuille de personnage
Amour: Vous êtes sûrs de savoir de qui il est question ? On parle d'Elaryan, là xD
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Arrivée du Seigneur du Clan   Mer 16 Jan - 21:04

[Hu, mon chouw, t'excuse pas ^^ C'pas grave, te presse pas (j'aime pas qu'on soit stressé à cause de mouwa xD) Et puis, t'as pas mal de RPs donc, occupe-toi des plus urgents ^^ (Relax, ça fait pas encore un mois que j'ai posté la réponse xD) Nan, sincèrement, ça me dérange pas, hein, te tracasse pas pour moi ! =)]

_________________
    ♦ Parce que la vie n'est peut-être pas si abominable...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecchos
Waenre Dragon [ Gardiens ]- Admin
avatar

Nombre de messages : 99
Race : Grand Dragon [ Seigneur Dragon de l'Ouest ] ... Pis admin aussi xD
Armes : Question stupide...
Compagnon ( Compagne ) : Eh bien... Comment dire ?
Date d'inscription : 23/09/2007

Feuille de personnage
Amour: Je suis Seigneur-Dragon, Maître des Tempêtes. Ne me fais pas perdre mon temps.
Niveau:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: Arrivée du Seigneur du Clan   Jeu 31 Jan - 20:50

    Ina’ tourna la tête et eut un petit sourire en coin lorsque la voix d'Elaryan se fit entendre dans sa tête. Le Seigneur Gwennhyar n'était pas son genre ? Oh, cela restait à voir après tout, ils ne se connaissaient visiblement pas du tout. Néanmoins, un petit point la faisait tiquer.

    * Je ne suis pas petite. * Furent ses seules paroles.

    L'observant de ses grands yeux d'or en apparence si naïfs, la petite demoiselle tenta de comprendre pourquoi sa nouvelle amie avait l'air si mal à l'aise. Ce n'était quand même pas la chaleur du désert non ? L'intérieur de la maison était beaucoup plus frais, ce qui expliquait d'ailleurs pourquoi elle était construite ainsi. Alors quoi d'autre ?
    Enfin, la jeune princesse reparla, lui posant quelques questions sur le médecin qui venait de quitter la pièce, vite suivie par les servantes qui avaient eu ce qu'elles voulaient. C'est à dire, une belle histoire d'amour, tragique, cachée, et tout le tralala.
    Inara se réinstalla plus confortablement sur sa chaise, fixant la jeune femme d'un petit air mutin, les lèvres retroussée et le regard amusé.


    « Ce n'était pas de l'elfique. Je n'ai pas le droit de dire le nom de notre langue à quelqu'un qui n'est pas de notre race, navrée. »

    Le sourire sur les lèvres de la petite dragonne s'élargit.

    « Mais je peux t'apprendre à le parler ça ! Par contre, il en faudra pas le dire. Ce sera notre secret d'accord ? »

    La blondinette semblait particulièrement enthousiaste à l'idée d'apprendre en secret sa langue à Elaryan, et d'en faire une sorte de promesse commune. Elle ne se doutait pas encore d'à quel point ces connaissances seraient utiles à la Calienne dans un futur pas si lointain.
    Ou peut être le savait-elle, nul ne pourrait le dire.


    « Pourquoi est ce que tu ne fréquentais pas les elfes ? Je ne sais qu'il n'y a pratiquement que des Eresh Kna ( Sang Noir, des traîtres, des bannis, coupables d'une faute grave ) sur le Deuxième Continent, mais ils se sont tout de même un peu amendés en 4000 ans ? Non ? Ne dis pas qu'ils sont toujours aussi fourbes et lâches... »

    Elle semblait maintenant un petit peu inquiète. Ses yeux d'or, couverts d'un voile laiteux, semblaient être devenus ivoire, et une petite moue apeurée crispait ses lèvres.

    * Dame Cardiana et Ivory ne vont pas aimer. *

    Le regard innocent de la petite refit surface alors qu'Elaryan lui demandait de la laisser seule, pour dormir un peu. Apparemment dupe, et flattée par les paroles de son amie, elle accéda de bonne grâce à sa demande, lui souhaitant une bonne sieste, et fermant délicatement la porte derrière elle.

    ********

    Le jeune Seigneur était profondément perdue dans ses pensées, tout comme à son habitude. Une légère brise soulevait ses vêtements et ses boucles sombres. Les yeux mi-clos, il choisit d’ignorer l’humaine qui se promenait dans les Jardins, et tombaient en extase devant les fleurs du désert. Il s’inquiétait plus de l’autre présence qui errait non loin de son invitée, et de celle qui approchait la Demeure…

    Malheureusement, Elaryan vint interrompre ses réflexions, lui débitant une série de platitudes sur l’imagination des femmes du Bronze, d’un ton férocement ironique. Ecchos ne put retenir un profond soupir. Pourquoi lui ? Androbar ne considérait pas sa charge de Waenre comme assez pesante, il fallait qu’il lui colle une casse pieds dans les pattes en prime ?


    « Noroi…. » ( Malédiction ) soupira t'il.

    Pourquoi fallait-il toujours que des jeunes femmes fassent preuve d’une imagination débordantes dés qu’il s’agissait de sa vie privée ? Ce n’était tout de même pas ses 7 millénaires de célibat qui les poussaient à ça non ? Si ?
    De toute évidence, il allait devoir s’y faire. Il ne pourrait plus approcher une femme sans qu’aussitôt court les rumeurs les plus folles, mais quand même, une humaine…

    Vous vous en doutez bien, ce n’était pas ce genre de pensées qui agitaient le Seigneur Dragon. Dés la fin de son soupir, il avait cessé de s’apitoyer sur son sort, du moins pour ce détails. Daignant enfin rouvrir les yeux, il posa son regard couleur de sang sur la jeune femme, d’un air si calme et énigmatique qu’il en devenait effrayant… Comme si c’était le sang de ses victimes qui avaient ainsi teinté ses prunelles.
    Cela ne dura qu'un court instant, avant qu'il ne dirige son attention vers la silhouette qui venait vers eux à travers les arbres.

    Ce n'était autre qu'une jeune femme, aux cheveux longs et noirs, quelques peu bouclés. Ses yeux tous aussi sombres tranchaient sur le pâle de sa peau, alors qu'elle fixait Gwennhyar et Elaryan d'un regard peu amène. Une sourde hostilité émanait de chacun des pores de sa peau, alors qu'elle les fixaient d'un air glacial.
    Ecchos ne semblait pas plus heureux de la voir, et son ton aurait refroidi n'importe qui.


    « Massalia....»

    « Gwennhyar...»


    Celui de la dragonne n'avait rien à lui envier. Une légère brise souleva sa longue robe pourpre et sa lourde chevelure. Une légère similitude de traits apparaissaient entre les deux dragons, révèlent leur lien familiale, mais pas suffisant pour être remarquable au premier abord. Un mépris certain apparut dans ses prunelles alors qu'elle les posaient sur la princesse.

    « Que fait ici cette... chose ? Depuis quand les humains peuvent-ils venir parmi nos Demeures ? Tsss....»

    Toute sa tirade n'avait eut que pour seul but de démontrer à Elaryan, à quel point elle ne la tenait pas dans son estime. Une misérable bipède, une pauvre mortelle avancer ici, parmi le plus puissant clan des Grands Dragons !? Comment était-ce possible ? Comment son frère pouvait-il tolérer une telle chose !?

    La femme posa un regard plein de mépris sur la frêle créature, puis tourna ses yeux d’encre vers ceux de son frère, attendant sa réaction, et ne s’attendant pas du tout à ce que le vermisseau réagisse.


    [ Pour être franche, je déteste ce post. Mais ça fait des semaines que je bosse dessus, et je n’arrive pas à l’amélioré, alors il faut me résoudre à te l’envoyer ainsi.
    J’ai honte T.T ]

_________________
Ce monde n'est qu'un champs de bataille, le songe d'une nuit. Je suis le reste de ce songe. A l'aube enfin, je suis devenue le dieu de la mort...




Feed Me!

Adopted from Valenth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elaryan
Princesse de Cala - Admin
avatar

Nombre de messages : 1082
Age : 25
Race : Humaine (... ou pas ?)
Armes : Approchez et vous le saurez bien assez tôt
Compagnon ( Compagne ) : Ouvrez les yeux et vous comprendrez par vous même que nul n'est digne de mériter son coeur
Date d'inscription : 08/07/2006

Feuille de personnage
Amour: Vous êtes sûrs de savoir de qui il est question ? On parle d'Elaryan, là xD
Niveau:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Arrivée du Seigneur du Clan   Sam 22 Nov - 16:08

  • [Ma chérie, je crois que j’ai battu le record xD 10 MOIS ! XD Je suis vraiment désolée T_T C’est honteux ! HONTEUX ! J’en reviens pas. Mon Dieu, j’vais me cacher T_T J’espère que le post te conviendra. Parce qu’après tant de temps, j’aurais encore plus la honte si tu me dis qu’il est pitoyable ! XD PROMIS, ça n’arrivera plus, je ferais tout pour ! <3]

    Elle s’attendait à une réponse. Vraiment, elle pensait qu’il répondrait quelque chose à sa tirade précédente. Aussi désagréable ce quelque chose fût-il. Mais non. En quelques secondes, ses espoirs volèrent en éclat dans un silence sourd. Attendez ... Ses espoirs ? Non. Non ! Elaryan n’avait pas d’espoirs en ce qui concernait de près ou de loin sa relation – pas très glorieuse et toute nouvelle – avec Ecchos. Non. Non ! Elle ne s’abaisserait pas à une pareille chose. Bref, El’ s’enleva ces idées de la tête, reprenant contenance – le peu qu’il lui en restait, du moins – elle releva la tête, s’apprêtant à lui asséner une réplique sur la politesse (oui encore une. Vous noterez que la narratrice est navrée de ne pouvoir contrôler plus que ça la tête de mule qui lui sert de personnage; elle plaide non coupable, précisons; et elle décline toute responsabilité en ce qui concerne les potentielles réactions du Seigneur Dragon, au cas où celui-ci commencerait à en avoir ras-la-patate des répliques entêtée de la Princesse – xD). Mais elle n’en fit rien car à l’instant même, il soupira un mot incompréhensible dans la même langue que Youjin, il y a de longues minutes de cela. Un large sourire fendit le visage de la jeune femme alors qu’elle repensait à sa conversation passée ...

    *** *** ***

    « Bien sûr ! Je ne dirais rien ! Motus et bouche cousue ! AAAAH ! Je suis tellement impatiente de commencer ! »

    C’est ce qu’avait répondu Elaryan à la proposition d’Inara. La petite (enfin, petite, je me comprends. Précisons tout de même qu’elle était bien plus âgée qu’El’, mais enfin. Elle semblait si jeune, si frêle, si fragile, si douce, si inoffensive. Bon Ok, je me calme.) lui avait proposé une alternative, à savoir : lui apprendre leur langue, celle que le médecin avait utilisée, celle dont elle n’était pas à même de connaître le nom mais qui n’était pas de l’elfique et qui sonnait aussi joliment qu’étrangement aux oreilles de la Princesse de Cala. Ina’ avait précisé qu’il ne fallait en parler à personne, que ce serait leur secret. L’idée d’avoir ainsi un lien avec la jeune demoiselle, réjouissait Elaryan. Elle l’appréciait, cette petite, énormément même. Alors qu’elles ne se connaissaient pourtant pas depuis vraiment longtemps. Le courant était apparemment bien passé entre les deux jeunes femmes.

    La petite Dragonne lui avait alors demandé pourquoi elle ne fréquentait pas les Elfes. Mmh, c’était une question à laquelle notre Humaine ne s’attendait pas vraiment. Elle s’était alors assise plus confortablement sur le lit, avait attrapé un oreiller et l’avait plaqué contre sa poitrine, enfonçant son menton à l’intérieur de l’objet alors qu’elle cherchait dans son esprit tourmenté, une réponse qui conviendrait sans qu’elle n’ait à se dévoiler complètement. Elle finit par sourire tristement à Inara et par répondre doucement :


    « C’est une longue, très longue histoire. Compliquée aussi. Mais, disons qu’en bref, je n’étais pas en mesure de me déplacer sur Oialë très souvent. Aussi, je ne fréquentais pas beaucoup les Elfes. Mais je n’ai rien contre eux, tu sais, au contraire. J’estime ne pas les connaître assez pour les juger. Et puis ... tous ne sont pas des Eresh Kna [Sang Noir, dits traîtres et bannis] et s’ils sont majoritaires, énormément ce sont repentis. Enfin, c’est ce qu’on m’a dit. Je ne saurais répondre plus précisément. Tu devras te contenter de ça. »

    Sur quoi elle sourit et déposa l’oreiller à sa place originelle. Et puis, à ce moment, elle demanda à Inara de la laisser se reposer, afin qu’elle puisse dormir un peu et récupérer ses forces. Il faut dire que toutes ces aventures l’avaient exténuée. La jeunette ne protesta pas et la laissa donc seule. Cependant, avant qu’elle ne fermât la porte, Elaryan l'apostropha gentiment :

    « Que penses-tu de ce soir ? Pour mon premier cours, je veux dire. Je dois t’avouer que je suis plutôt avide de connaissance ! Viens dans ma chambre quand la lune sera haut dans le ciel, comme ça, personne ne sera au courant de rien. Et si tu ne peux pas, on repoussera, ne t’en fais pas. »

    Elle lui fit un dernier sourire et un petit signe de la main, la remerciant pour tout, une dernière fois avant qu’elle ne disparaisse. Évidemment, la naïveté d’Elaryan était flagrante, à cet instant. Regardez, elle croyait sincèrement que personne ne serait au courant de rien, ne se doutant pas qu’Ecchos était chez lui, qu’il avait sans le moindre doute vent de tout ce qui se passait dans sa demeure, de tout ce qui concernait Inara, de près ou de loin. Alors il saurait. Bien sûr, qu’il saurait que son invitée projetait des choses avec sa protégée. (Nous noterons qu’El’ ne connaissait pas plus que ça la relation qui unissait Ecchos à Ina’, si ce n’était le fait qu’elle l’ait mentionné comme son « maître », El’ ne pouvait que faire des suppositions).

    *** *** ***

    Retour au moment présent.

    Le regard de Gwennhyar se posa quelques instants dans celui de la jeune femme. Quelques instants de trop, peut-être. S’enfonçant dans la couleur rouge sang de ses prunelles, El’ en oublia de respirer, contenant son souffle comme s’il aurait pu la déranger dans sa contemplation. Ses yeux à elle, d’un vert d’émeraude jurait presque avec ceux d’Ecchos, quoique, comparables à des rubis. Joyaux identiques, voilà la preuve qu’on trouvait ressemblance dans la différence. Et il détourna les yeux. Mettant impassiblement fin à ce moment d’extase et rendant sa liberté à la Calienne. Cette dernière, redevenant maîtresse de ses pensées, se sermonna longuement sur sa débilité profonde. Pourquoi fallait-il toujours qu’elle se montre aussi idiote ? Oh, de toute manière, elle ne monterait pas dans l’estime du Seigneur Dragon, elle le savait parfaitement. Ce n’était tout de même pas une raison pour y baisser.

    Stop.

    Que racontait-elle, par tous les dieux ?! Il ne sera jamais question d’estime, jamais question de regard, ni de souffle en suspend, ni de langage silencieux, ni de promesses muettes, rien de tout cela. Rien. Et puis, elle était maîtresse d’elle-même. Elle le devait. Et elle l’était.

    Et comment la mettre plus encore dans un pétrin sans nom, notre chère Princesse ? Oh, très simple.

    Il suffisait qu’une autre invitée surprise débarque de nulle part. Devant la beauté qui se trouvait en face d’elle, Elaryan faillit ouvrir la bouche de stupeur mais se retint, heureusement pour elle. Cela dit, le ton qu’Ecchos venait d’employer glaça la Calienne en trois secondes. Apparemment, il n’était pas très content d’accueillir ladite invitée surprise. Et elle ne tarda pas à comprendre pourquoi. Elle eut le droit à une phrase cinglante. Massalia – car tel semblait être son nom – s’adressa au Seigneur Dragon comme si l’objet de la conversation n’existait pas, ou du moins, n’était pas devant eux. Ils avaient donc tous une sale manie de rabaisser les Humains, ici ? La nouvelle arrivée utilisa des mots blessants, dévalorisants, dignes de personne car on ne devrait traiter des êtres vivants de la sorte. Elaryan en avait fait la réflexion à Ecchos (qui n’en avait sans doute que faire) et elle s’attendait à une réaction plus violente encore de la part de Massalia. Elle ne la connaissait pas, ne l’avait jamais vue. Mais celui qui ne voyait pas le mal, la méchanceté s’extirper de son être tout entier était aveugle, ou stupide. El’ ne releva donc pas. Sagement, elle se tu.

    Jusqu’à ce que Massalia pose sur elle un regard empli d’un mépris certain. L’Humaine serra les dents, s’empêchant de lancer une réplique acerbe qui lui serait retournée avec véhémence, elle n’en doutait pas. Et elle ne voulait se rendre plus ridicule qu’elle ne l’était déjà. Mais trop, c’était trop. Alors que la Dragonne, tourna son regard pour le poser sur son hôte, El’ en profita. Encore une fois, elle laissa l’impulsion la guider et rien ne lui garantissait que ce fût la bonne décision à prendre. Au contraire, c’était peut-être le pire choix qu’elle n’eût jamais fait ...


    « Depuis que le Seigneur Gwennhyar en a décidé ainsi. Et, au vu du lien qui nous unit, lui et moi, vous en conviendrez, Dame Massalia, que j’ai tous les droits de rester ici. » répondit-elle à la place d’Ecchos d’une voix emplie d’une assurance sans faille qui ne lui ressemblait pas.

    Sur ces mots audacieux, elle décida stupidement de s’enfoncer un peu plus dans les problèmes et s’approcha gracieusement du Dragon, faisant en sorte que sa main frôle la sienne, que son corps se retrouve derrière le sien, afin d’accentuer un peu plus sa réponse. Réflexe offensif ou défensif ? On ne saurait le dire. Après tout, si Massalia décidait de la tuer, Gwennhyar la protégerait sûrement ... Par contre si pour son audace, c’était lui qui se mettait en colère ... Il ne lui restait plus qu’à prier pour que sa folie passagère ne lui apporte pas plus de misère qu’elle n’en avait déjà. Elle avait assez d’ennuis comme ça et elle pourrait regretter amèrement ses paroles ... Jusqu’à la fin de sa vie.

_________________
    ♦ Parce que la vie n'est peut-être pas si abominable...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecchos
Waenre Dragon [ Gardiens ]- Admin
avatar

Nombre de messages : 99
Race : Grand Dragon [ Seigneur Dragon de l'Ouest ] ... Pis admin aussi xD
Armes : Question stupide...
Compagnon ( Compagne ) : Eh bien... Comment dire ?
Date d'inscription : 23/09/2007

Feuille de personnage
Amour: Je suis Seigneur-Dragon, Maître des Tempêtes. Ne me fais pas perdre mon temps.
Niveau:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: Arrivée du Seigneur du Clan   Ven 12 Déc - 19:29

  • Après avoir vivement répondu qu’elle serait là, lorsque les Lunes seraient hautes (( Trois Lunes en orbite, autour de cette planète. )) , Inara avait filé vers la cuisine de la Demeure. Celle-ci était à l’image de l’endroit. Somptueuse… Et très blanche.
    Mais que nous importes ? La petite Dragonne n’était pas venue pour cela. Vive comme la loutre, elle attrapa une pomme, et se mit hors de portée du chef cuistot – ce dernier étant décidément trop râleur, ce n’était qu’une pomme après tout ! – avant de retourner se planquer.

    Se planquer, me direz vous ? Hé oui ! Inara alla discrètement dans le jardin, surveillant Elaryan et son Seigneur de loin, sans intervenir. Lorsqu’elle arriva, Massalia était déjà là, lançant de méchantes phrases à sa nouvelle amie.
    Inara grogna, bien que sachant pourquoi la sœur de Gwennhyar agissait ainsi. Elle était tout simplement jalouse !
    Jalouse de son frère, l’aîné, le plus vieux, le plus fort de toute la fratrie, mais également, le Seigneur de l’Ouest, Maître du Clan. Massalia aurait voulu sa place.
    Jalouse de cette femelle inconnue que Gwennhyar tolérait auprès de lui. Massalia ne voulait pas voir d’autres qu’elle s’approcher de son frère !

    Et cette jalousie la poussait à l’agressivité. Non pas qu’elle soit particulièrement agréable le reste du temps, mais là, elle l’était encore moins. (( Ce qui n’était pas peu dire. ))

    La jeune blondinette reporta son attention sur l’offensée. Elaryan avait d’abords sembler un peu intimidée par la beauté brune venue l’insulter, ce qui était une caractéristique des dragonnes (( La beauté, pas les insultes. )), Mais s’était rapidement repris.
    Le second risque, c’était qu’elle saute à la gorge de Massalia, pour lui faire ravaler ses injures, ce qu’aurait approuvé Inara, mais était plutôt risquer pour l’une, comme pour l’autre. For heureusement la Princesse Calienne savait se contrôler.

    En vérité, elle se contrôlait si bien, qu’elle prit par surprise les trois Hauts-Dragons.
    Ne rêvait-elle pas ? Elaryan, qui lui avait déclarer l’instant d’avant que Gwennhyar n’était pas son style, faisait semblant d’être sa fiancée !?
    A voir l’immobilité totale de son Maître, la Dragonne verte comprit qu’il était, lui aussi, totalement pris au dépourvu. Au vu du silence, plus qu’un peu…

    Massalia manqua de s’étrangler, et faillit crachoter des flammèches, son visage se crispant de rage et de colère. Ecchos avait, lentement, tourner son regard vers la jeune humaine – les yeux écarquillés -, sans bouger la tête, et Inara perçut la présence d’un autre arrivant, qui avançait sans être discret…


~ ~ ~ ~ ~


  • Si Massalia semblait à deux doigts de trépasser par manque d’air, le Seigneur Dragon n’était pas réellement dans un meilleur état. (( Quoique plus discret. ))
    Le lien qui les unissait !? Quel lien ? Celui qui faisait qu’elle le détestait pour l’avoir sauvée et ramener ici ? Sang et Cendre, Qu’était-ce encore que cette histoire !?

    Vous le comprendrez, ce malheureux Gwennhyar était très perturbé par la déclaration de la jeune femme…
    Le Haut-Dragon tournait donc un regard lent vers la jeune femme, se demandant ce qu’elle pouvait bien avoir en tête… lorsque surgit un nouvel invité-surprise.
    Toute la fratrie semblait s’être donnée rendez-vous, car ce n’était autre que le plus jeune frère des deux Hauts-Dragons qui s’avançait. Ses cheveux d’argent noués en catogan, les yeux bleu ciel, un grand sourire sur le visage, la peau mate, Toréko ne ressemblait en rien à ses deux aînés.
    Enfin si, il était presque aussi grand que Gwennhyar.
    Passons.

    Alors que Massalia ressemblait de plus en plus à un fauve enragé (( La bave, les grognements, toussa… )), Toréko alla vers elle d’un pas guilleret… Avant de la ceinturer.
    Ainsi entravée, elle grognait toujours autant, mais ne risquait plus d’attaquer la jeune invitée de son frère. Bien !

    Toujours aussi gaie, le jeune homme se présenta.


    « Bonjour jeune Demoiselle ! Je suis Toréko, fils de Moloch. Et accessoirement frère du bloc de glace à coté de vous ! »

    Il avait l’air très content de sa plaisanterie, alors que Gwennhyar le regardait fixement, l’air aussi fermé que d’habitude.

    « Gwenn’ est comme toujours, très démonstratif dans ses sentiments, on se fatiguerait presque de son enthousiasme ! »

    Grand silence. Massalia et Ecchos portaient sur Toréko un regard bizarre. Genre ‘maisquestcequilmechieluiypeuxpassetaire ?’…. Ce qui était chez eux une habitude. Le jeune était tellement exubérant que s’en était vite fatiguant. Du moins, selon le point de vue de Gwennhyar.
    En vérité, Massalia avait l’habitude que son frère désamorce chacune de ses crises de nerfs.

    Néanmoins, le Drake aux cheveux d’argent (( Wé, comme papa ! )) réussit à merveille son objectif. Ainsi que vous l’avez compris, calmer tout le monde.
    En tout cas, pour les Dragons, c’était très réussi.

    Toréko continua à parler, pour le seul bénéfice d’Elaryan, le reste de son auditoire étant peu attentif.


    « Ne vous inquiétez pas pour Massalia, Belle Dame, elle est simplement jalouse. Elle s’imagine avoir un droit de propriété sur notre frère aîné. »

    L’intéressée grogna, toujours immobilisée, et le Seigneur Dragon leva les yeux au ciel, attendant la suite.

    « Elle oublie simplement que s’il y a propriété sur Gwenn’, c’est moi le propriétaire ! »

    Toréko sourit de nouveau, prêts à rire. Il était incroyable que personne ne lui ait encore foutu de baffes pour ses blagues idiotes, alors qu’il approchait les 300 ans. (( Et que depuis 300 ans, il cassait les pieds de tout le monde avec ça…. ))

    « Enfin, trêve de bavardage. Ravie d’avoir pu vous rencontrer et vous parler Charmante Demoiselle ! »

    Il ne l’avait pas laissé placer un mot… Gwennhyar soupira de nouveau, mais ne fit pas de commentaires. L’habitude, que voulez-vous…

    « Massalia et moi allons chasser… »
    « Ah bon ? »
    « … Tu veux venir avec nous Gwenn’ ? »


    Ecchos les observa en silence, Massalia appuyé contre le torse de cette grande gigue de Toréko, ses cheveux bouclés retombant sur sa robe rouge, et le jeune Drake la ceinturant par derrière, afin qu’elle ne se jette pas sur Elaryan. La pâle chevelure du jeune brillait sous le soleil, alors qu’il souriait d’un air entendu à la mortelle.
    Entendu sur quoi ?
    Le Seigneur Dragon avait beau adorer son cadet (( Comme le reste de ses jeunes frères et sœurs )), il se méfiait du terrible pouvoir de Toréko. Une télépathie si puissante que même les barrières d’un Waenre ne pouvait l’arrêter. Il n’avait jamais eu l’occasion d’essayer sur un Dieu, mais beaucoup étaient prêts à parier qu’eux même ne pourraient pas bloquer l’esprit du Drake.

    Aussi, Gwennhyar se méfiait de ce que son frère avait pu lire dans son esprit, ou celui de Massalia et Elaryan. Il était certain en tout cas, qu’il ne lui en dirait rien. Pas tant qu’il avait l’avantage dans la partie.
    Car comme tous les dragons, sous ses dehors affables, Toréko était un sacré roublard. En y repensant, toute la fratrie s’affrontait ainsi dans ce genre de joute. Une culture basée sur la paix et la récolte des navets…
    Le Seigneur semblait plus indifférent encore que ne l’avaient jamais vu les diverses personnes présentes, mais à vous lecteurs, je vous le dis, derrière ce masque, il cachait son trouble. Quelque chose le perturbait…

    Le Haut-Dragon hocha la tête, acceptant par-là l’invitation. Le jeune l’en remercia vivement, et entraîna Massalia vers la maison, sans grande résistance de cette dernière. A cet instant, il se contentait de la tenir par la taille, plus qu’il ne l’emprisonnait.

    Ecchos tourna son regard vers Elaryan, et resta – discrètement – figé. Surpris, il regarda les grands yeux verts de la jeune femme, étonné par leur profondeur. Sans comprendre, il s’y plongea un instant, admirant, ne serait-ce qu’un pauvre moment, le joyau offert à cette mortelle.

    Hrm. S’arrachant à sa contemplation, mine de rien, il observa plutôt l’expression de la demoiselle, et se surpris à l’admirer de nouveau… En colère contre lui-même, le Haut Dragon ferma les yeux, puis salua la Princesse d’un petit signe de tête, avant de partir sur les traces de ses cadets. (( Il se demandât néanmoins ce qui lui prenait bien aujourd’hui… ))

    Alors que nul ne s'y attendait, le Seigneur fit soudainement demi-tour, repartant vers la jeune fille. Nul n'aurait pu deviner pourquoi, pas même l'intéressé...

    Peut être Elaryan eut-elle le temps de se rendre compte de ce qui se passait, ou peut être pas, car le Seigneur ne semblait pas disposer à lui demander son avis. Les nerfs encore à vif de ces trois incursions dans son espace privé, le mauvais caractère de Massalia, l’exubérance de Toréko, et l’étrange réponse de la Princesse – qu’il ne comprenait toujours pas d’ailleurs – firent qu’il se montra pour une fois, sans façade.

    La main droite de Gwennhyar était presque retournée à l’état de Serre – griffue –, mais il ne s’en rendit pas immédiatement compte. Avec tout de même une certaine délicatesse, il prit le visage de la jeune femme dans ladite main.
    Plus lentement, il se pencha sur elle, posant ses lèvres sur les siennes.
    Plus doucement encore, il l’embrassa, mais bien que doux, ce baiser avait quelque chose de sombre, de violent, sans que cette agressivité n'atteigne pourtant la demoiselle. La main du Seigneur se crispa légèrement, les griffes traçant un léger sillon sur la joue d’Elaryan.

    Enfin, il la relâcha, reculant un peu son visage.
    Peu en effet, car lorsqu'il parla, il frôlait presque sa peau.


    « Tu ne devrais pas réclamer ce que tu ne peux assumer... »

    Ce n'était qu'un murmure, mais il devait être parfaitement audible pour la Princesse. Sans rien ajouter, le Haut-Dragon la lâcha et rejoignit Toréko et Massalia, qui n'avaient pas vu la scène.
    En fait, seuls les deux acteurs avaient été témoins.


~ ~ ~ ~ ~



  • La Dragonne rouge était calmée lorsque Ecchos les rejoignit, et ils purent partir sans d'autres incidents. Ils s'éloignèrent de la Demeure du Clan avant de reprendre leur véritable aspect, et de s'envoler.
    Premièrement, pour ne pas, dans un mouvement malencontreux, abîmer le bâtiment.
    Deuxièmement, car quelques mortels qui ignoraient leur nature se trouvaient là, et qu’ils ne désiraient pas être ceux qui trahiraient leur espèce.

    Massalia était une très jolie dragonne, bien plus fine que ses deux frères. Son corps pourpre était orné d'une crête noire tout le long du dos. Une fine ligne d'écaille noire courrait autour de ses yeux couleur bronze sombre. Elle était de taille semblable à Toréko.

    Celui-ci était un dragon Or et Argent mêlé. Ses plaques ventrales scintillaient d'un éclat nacré, et sous le soleil du désert, il paraissait presque blanc, malgré sa crête dorée et ses yeux bleus.

    Quant à Gwennhyar... Mais qui ignore à quoi ressemble Gwennhyar lorsqu'il se transforme ? Reprenons ce récit.

    Ainsi donc, les trois Hauts-Dragons s'envolèrent, leurs larges ailes les faisant planer sur les courants d'air chauds – nécessaires pour soulever de telles masses – et bien vite, ils disparurent à l'horizon.
    En vérité, ils volèrent jusqu'à la frontière Sud des Plaines de Dana, suivant leur instinct, et les envie de Massalia. Cette dernière ayant décrété qu'elle désirait aller chasser là bas, ses deux frères finirent par céder.
    Donc, ils volèrent, chassèrent, et à la nuit tombée, ils rentrèrent.


~ ~ ~ ~ ~ ~


  • Les deux jeunes étant enfin reparties de leur coté, Ecchos soupira avec un certain soulagement. Il allait peut être, enfin, pouvoir travailler.
    A grandes enjambées, il se dirigea vers son bureau. Seishin vint trottiner sur ses talons, l'informant des toutes dernières nouvelles.

    Un Conseil ? Avec les Rois des territoires Arcaniques ?
    Bah, pourquoi pas, après tout ! Même les Hauts-Seigneurs Dragons tenaient conseils avec les Chefs de Clans qui leurs étaient subordonnés, lorsqu'une décision importante les engageait tous.
    D'ailleurs, le jeune Prince-Héritier des Sables devait venir ici, était-il arrivé sans encombre ?
    Seishin lui répondit que, oui, Ivory n'avait pas eu d'ennuis. Il se reposait actuellement dans sa chambre, et avait volé d'une traite des Terres du Nord jusqu'ici.
    Gwennhyar hocha la tête. Un voyage bien fatigant pour un féal aussi jeune. Il s'interrogea tout de même sur les nécessitées d'une telle hâte.

    Seishin laissa son Seigneur plus ou moins en paix, avec ses papiers.
    Et étrangement, avec Inara et Elaryan.
    Cette dernière intervint aussitôt :


    « Ivory m'a demandé de vous porter cela – elle tendit un pli scellé à la cire – et vous prie de l'excuser. Il est vraiment au bout du rouleau, et n'a rien voulu me dire ! J'ai demandé à Elly de me tenir compagnie, en vous attendant. »

    Ecchos hocha simplement la tête, et brisa le sceau de la lettre, la parcourant vivement du regard. Inara le fixait d'un air interrogateur, préoccupée par les nouvelles de son Clan.
    Le Dragon redressa la tête, et les fixa calmement.


    « J'en parlerais avec ton frère. - Là, il se tourna vers Elaryan. - Tu es Calienne n'est ce pas ? »

    Sans attendre sa réponse, il poursuivit, Cardiana venant de le mettre au courant de ce petit projet. En vérité, les Waenres faisaient pression sur elle depuis un moment, Ecchos était simplement surpris qu'elle cède aussi vite.

    « Ton Roi sera bientôt à Shar Kana. Il y est invité, pour un Conseil entre les Souverains mortels des Royaumes Arcaniques. Ce n'est qu'à quelques heures de vol d'ici, et nous avons des Wyrms... »

    Ce qu'il fallait comprendre de cette phrase, c'était qu'il invitait Elaryan à retrouver son Roi (( Et son père, mais cela il l'ignorait )) si elle le désirait. Envir serait à Shar Kana dans trois jours tout au plus...

    Le Haut-Dragon observa calmement la petite humaine, attendant sa réponse. Il était toujours appuyé contre le chambranle de la porte, les bras croisés, et la lettre d'Ivory à la main. Ses cheveux noirs lui retombaient sur le visage, masquant un peu ses yeux.
    Et maintenant que j'y prête attention, son vêtement était un peu déchiré, et tâché de sang, au niveau de l'épaule droite. Les jeunes Dragons ont des jeux brutaux... Mais dans le cas présent, rien de gravissime, et seul l'habit portait encore trace des dommages...


[ Je crois qu'il serait temps de se calmer sur la longueur des messages xD ]

_________________
Ce monde n'est qu'un champs de bataille, le songe d'une nuit. Je suis le reste de ce songe. A l'aube enfin, je suis devenue le dieu de la mort...




Feed Me!

Adopted from Valenth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrivée du Seigneur du Clan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arrivée du Seigneur du Clan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivée du Seigneur de Vienne le Chateau
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame
» Arrivée du nouveau Seigneur de Champ-Gueffier
» Arrivée de Koroseth, Seigneur de Ville-sur-Terre
» arrivé du Seigneur de Chéu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Silence Des Arcanes :: Partie administration :: Corbeille :: Corbeille Féorya-
Sauter vers: