Le Silence Des Arcanes

La crainte de la guerre est encore pire que la guerre elle-même. Mais parfois, elle est nécessaire.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chroniques d'un esclave

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 28
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Chroniques d'un esclave   Mar 23 Oct - 18:06

Bon aller, je me lance...


Dernière édition par Joraes le Mar 16 Déc - 8:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 28
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Chroniques d'un esclave   Mer 9 Jan - 19:26

Chapitre I : L’enfance





La mémoire est une chose très étrange. Autant des choses sans grande importance reviennent avec beaucoup de détail et d’autre s’effacent des qu’elles sont finit…

Par exemple, beaucoup de sensations me reviennent encore aujourd’hui…Le souffle de la brise venue de la mer, la lumière du soleil filtrant au travers le feuillage des arbres, l’odeur matinale de la foret, les cris des animaux…Mais tout cela n'est que souvenirs a présents...
Je suis né dans un village forestier de Dallalies, sur les rives du fleuve Ere, proche de la mer. S'était une belle et longue journée d'été, comme on en voit beaucoup en Féorya. Je ne me souvient plus vraiment de cette époque, les premiers jours de la vies sont les premiers a s'en aller...Bien que je revois le visage de ma mère, souriant...
Des que je pus tenir sur mes pattes, je partis a la conquête de la foret, accompagné par mon frère Tarek, de 10 ans mon ainé, qui m'apprenait tout ce qu'il savait, et par d'autres enfants du village, plus ou moins jeunes... Grimper aux arbres, courir après les oiseaux, chasser du plus gros gibier, éviter les adultes qui nous couraient après quand on faisait une bêtise…On ne s’ennuyait jamais…

Pendant presque cinq ans, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes…Jusqu'au jour de l'attaque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 28
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Chroniques d'un esclave   Dim 13 Jan - 10:02

(J'ai changer des trucs par rapport a ce que j'avaius mis dans la présentation du perso, je trouve que ca passe mieu)

Chapitre II : L’attaque




« Aller, vient ! »

Tarek m’appelais du haut d’un arbre bien plus haut que ceux que j’avais escaladé jusqu'à présent, et j’appréhendais la chose…Sous le regard emplis de défi d’autres enfants du village.

« On a une vue superbe d’ici. »

« Oui…J’arrive… »

Je n’avais pas vraiment le choix, je m’élança, plantant me griffes dans le tronc, commençant mon ascension…

A peine avais-je grimpé quelques mètres que Tarek me fit signe de m'arrêter, il regardait vers le village, en tendant l'oreille.

"Qu'est ce qu'il y a?"

"Je ne sais pas, redescend."

Je n'étais pas bien haut, je me laissa tomber. Tarek nous rejoignit aux pieds de l'arbre.

"Restez ici, je reviens."

Il courut au village. Quelques secondes plus tard, on entendit des bruits sourds et tous les animaux semblaient fuir comme si il y avais un feu...

Tarek revint en courant, complètement paniqué.

"Courez, cachez vous, grimpez a un arbre, ce n'est pas un jeu! Allez!"

Tout le monde se mit a courir dans toutes les directions, terrifiés. Tarek vint vers moi.

"Mais qu'est-ce qu’...?"

"Toi tu vient avec moi."

Il m'attrapa entre ses mâchoire et se mit a escalade l'arbre, il me déposa sur une branche un peu plus haute que celle sur laquelle il se trouvait un peu plus tôt...

"Tu ne bouge pas de la avant que je revienne te chercher, d'accord?"

"Oui mais qu'est-ce qu'il se passe?"

Il ne répondit pas et redescendis. Je le regardais en contre bas...Je n'avais de toute façon aucune envi de bouger... On pouvait distinguer beaucoup d'agitation au village, on commençait a entendre des battements d'ailes...

On survolait la foret... Avant même que je comprenne ce qu'il m'arrivait, je me retrouvais pris entre de puissantes griffes, poussant des grands cris et me débâtant, en vain...On m'emmena ainsi jusqu'a l'orée de la foret, où attendais des zombis et d'autres jeunes enfants en pleurs, les mains attachés dans le dos et un collier en cuir au cou...

"En voila encore un."

"Bien, je pense que ca suffira...Préparez le, on a de la route à faire..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 28
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Chroniques d'un esclave   Sam 5 Avr - 11:27

Chapitre III : Le départ

Mes poignets furent enchaînés et je fut placer avec les autres dans une file déjà conséquentes de personnes, de différentes races, enchainés les uns derrière les autres. On nous avait séparés, je me retrouvait entre ce qui semblait être un humain et une elfe.
Après quelques secondes de confusions, les fouets claquèrent, le silence se fit et la marche commença.
Je mit un moment avant de trouver un rythme de marche, la lourde chaine me gênant énormément dans mes mouvements... Et me fit trébucher.

"Hey, petit."

L'elfe se trouvant derrière moi m'aida à me relever.

"Un petit conseil, ne laisse pas cette chaine trainer sur le sol, prend la dans ta main, ça devrait aller mieux..."

En effet, ça allait un peu mieux...Un nouveau claquement de fouet et la marche reprit, le rythme s'imposa plus vite sous le chaud soleil de cette après midi d'été. J'étais assoiffé, affamé, exténué...Mais je ne disait rien, je marchait...En réalité, j'étais totalement terrorisé...
La marche dura encore plusieurs heures, seuls les bruissements de la chaine et les claquements occasionnels des fouets venaient rompre le silence. La nuit était tombé sur les plaines, la halte se fit a coté d'un ruisseau. Dès qu'on eu bouclé la chaine, tout le monde se laissa tomber par terre, complètement par cette journée de marche...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
Tarek

avatar

Nombre de messages : 69
Age : 28
Race : Dallalie
Date d'inscription : 30/09/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
3/10  (3/10)

MessageSujet: Re: Chroniques d'un esclave   Sam 26 Avr - 14:50

Chapitre IV : Une nuit froide…


La nuit était froide, glaciale même, les nuages cachaient la lune et les étoiles laissant ainsi le feu de camp brûlant près des tentes des gardiens comme seule source de lumière…Ce qui ne m’empêchait pas, en tan que Dallalie, de voire parfaitement ce que faisait ceux qui nous avaient amenés là…

Nous n’avions pour seule nourriture que quelques restes de repas accompagné de quelques herbes comestibles ainsi que le droit de boire quelques instants au proche cours d’eau…

Les fouets claquèrent a nouveau, accompagnée de quelques vociférations de celui qui le tenait afin de faire le silence, et le silence se fit. Une grande majorité des captifs, éreintés, s’allongèrent au sol, pour dormir un peu…Moi, je m’étais certes couché, roulé en boule au sol, mais je ne dormais pas. J’essayais d’écouter ce que disaient nos gardiens, essayer de savoir ce qu’ils voulaient faire de nous... Mais je ne comprenais pas un seul mot de ce qu’ils pouvaient bien dire…

« Jo, Jo, tu dort ? »

Je relevais la tète, cherchant l’origine du chuchotement, essayant tout de même de ne pas faire de bruit avec la chaîne... S’était une Dallalie un peu plus jeune que moi. Elle se trouvait en face de moi, de l’autre coté de la chaîne.

« Mmm ? Nan Shaanty… »
S’était la première fois que j’émettais un son depuis que nous étions partis.
« Où est-ce qu’ils nous emmènent ? Qu’est-ce qu’ils veulent faire de nous ? »
« Je…Je ne sais pas…Je ne comprend pas ce qu’ils disent… »
« Cylia. »

L’elfe était allongée au sol, les yeux fermés. Elle avait dit ca comme si s’était une évidence…

« Quoi ? »
« Ils nous emmènent a Cylia…Pour nous vendre… »
« Nous vendre ? »

Ce mot jeta un froid, ce que je redoutais depuis le départ venait de me sauter a la figure, Shaanty et quelques autres qui avaient entendu la conversation lâchèrent un hoquet de surprise, on entendit des sanglots…

« Désoler pour ca…Vous feriez mieux de dormir…On a encore de la route a faire… »

Un claquement de fouet retentit, intiment a nouveau le silence. Un jeune Dallalie, encore sous le choc, cherchait a faire taire ses sanglots mais sans grand succès, le zombi cria quelque chose, voulant sûrement dire « silence ! » ou quelque chose dans ce genre en levant son bras…Il n’en fallut pas moins pour que je ramasse une pierre pour lui envoyer en plein crane…Je ne supportais pas qu’on ose s’en prendre a une enfant…Si jeune…

Le gardien se retourna, il comprit bien vite au regard noir que je lui lançais que j’étais à l’ origine de la bosse qu’il se massait encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarek

avatar

Nombre de messages : 69
Age : 28
Race : Dallalie
Date d'inscription : 30/09/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
3/10  (3/10)

MessageSujet: Re: Chroniques d'un esclave   Dim 27 Avr - 13:06

Chapitre V : Vampyr


Peut être aurais-je dut me retenir ? Non…Non, même le futur ne m’a pas fait regretter ce geste… Je préférais encore prendre les coups a la place d’une enfant sans défense…Bien que j’étais encore moi même un enfant, mais s’était différent.
Le gardien se tenait face a moi, la main derrière le crane, massant l’impact avec la pierre. Il cria quelques mots avant d’abattre le bras .
Tchac
Je fermait les yeux, serrait les dents, mais restait droit.
Tchac
La douleur me déchirait le flanc, semblant pénétrer jusqu’aux os, je dut me mètre légèrement a trembler…
Le troisième coup ne vint pas, a ma grande surprise. Je me risquait a rouvrir les yeux légèrement embués…Un autre gardien avait retenu le bras qui tenait le fouet en murmurant quelque chose a son oreille, tout deux affichèrent un sourire qui n’avait rien de rassurant. Quand ils eurent échanger quelques paroles, ils vinrent me prendre par les bras, détacher les chaînes qui me serrait les poignets et me traînèrent vers une grande tente a l’intérieur de laquelle ils me jetèrent sans ménagements. Je me retrouvais le nez dans la poussière…

« Alors comme ca on veut jouer les héros ? »

Il parlait l’elfique, la voix était froide, monotone. J’essayais de me redresser un peu, recrachant, toussant, la terre que j’avais en bouche.

« Je ne croit pas t’avoir demander de te lever… »

Je relevais la tète pour voir qui parlait, la silhouette restait dans l’ombre, derrière une torche…Je ne voyais pas son visage. Je m’assit face a lui, m’ébrouant pour enlever un peu de poussière, et le regardait d’un air de défis…

« Je vois…Une forte tète… »

Il se leva de son fauteuil et fit quelques pas dans la tante.

« Tu croit impressionner qui en faisant ton intéressant ? »
« Et vous ? En vous en prenant a des enfants ? »

S’était sortit tout seul, un frisson me parcourut la colonne vertébrale quand je sentit son regard se poser sur moi. Je l’entendit lâcher un soupir…Il restait calme tandis que j’étais de plus en plus nerveux…
« Mais je sais dresser les animaux dans ton genre… »
Il sourit, j’eu un mouvement de recul. Il fit un pas vers moi, je sentais comme une douleur dans mon crane…

« J’espère seulement que le voyage se fera tranquillement…Après, ce n’est plus mon soucis… »

La douleur allait en s’intensifiant, je portait mes mains a mon visage…

« Je veut simplement faire mon travail…Sans me faire déranger par un sal matou… »

Je dut me mètre a crier, toujours est il que la douleur devenait insupportable.

« Aah ! Arrêtez ca…Par pitié…Arrêtez… »
« Bien…Tu semble dans de meilleurs dispositions…Mais je ne croit pas que ca suffise… »

La douleur était bien différente que le déchirement vif des fouets…Non, elle était bien différente, bien plus profonde…Comme seuls les Vampyrs en sont capables…J’étais écroulé sur le sol, devant les pieds du Vampyr, suppliant que ca finisse…

« Arrêtez…Je resterais tranquille…Par pitié, arrêtez… »

Même si je ne le voyais pas, je devinais un sourire sadique sur son visage…

« C’est un bon début… »

Il fit quelques pas vers le fond de la tente, la douleur s’atténua un peu. Quelques instants plus tard, il revint se placer devant moi.

« Aller, relève toi…»

Ce que je fit, tan bien que mal…Mes jambes tremblaient…

« Tss…C’est pas encore ça… »

Il me tournait autours, je le suivait du regard, terrifié. Arrivé derrière moi, il me frappa dans le dos, si fort qu’il me fit basculer en avant. Je me retrouvais a quatre pattes, le souffle coupé, cherchant a le retrouver. Il s’accroupi devant moi.

« Voilà qui est bien mieux…Maintenant, je vais te faire une faveur…Je vais te montrer ce qu’il t’attend quand on sera arrivés… »

Il avait a la main une sorte de lanière de cuir, il me la passa autours du cou…Je n’émis aucune résistance, trop occupé a respirer…
Mon souffle fut de nouveau coupé quand il serra le collier, avant qu’il ne desserre un peu…

« Bien…Tu est parfait comme ca…Beaucoup moins sauvage… »

Je baissait la tète, cherchant toujours mon souffle. Il ouvrit un battant de la tente sortit.
Je m'écroulais au sol, tremblant de tout les membres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarek

avatar

Nombre de messages : 69
Age : 28
Race : Dallalie
Date d'inscription : 30/09/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
3/10  (3/10)

MessageSujet: Re: Chroniques d'un esclave   Ven 9 Mai - 15:46

[Ah l'orthographe tongue Merci ^^
Ce n'est pas encore finit (j'ai encore 4 chapitres rien que pour le voyage...(Vacances en Espagne, je savais plus trop la distance et je m'ennuyait lol)]
D'ailleurs:


Chapitre VI :

A peine le battant fut refermée que je m’écroulais par terre, tremblant de tout les membres, respirant encore avec peine, toussant, hoquetant…Je cherchais à me ressaisir, a retrouver mon calme, mais j’étais sous le choc, complètement terrorisé.
Je ne sais pas combien de temps était passé, peut être m’étais-je endormis…Je ne saurais le dire. Le Vampyr revint dans sa tente.

« Aller debout…On a encore de la route à faire… »

Je ne me levais pas, j’évitais, je me redressais sur mes quatre pattes. Je tremblais encore un peu mais respirais normalement, n’osant plus lever la tète ou bouger le moindre muscle…

« On est dans de meilleurs dispositions qu’hier a ce que je vois… »

On peut dire que j’avais comprit la leçon et que je ne risquais pas de provoquer a nouveau ce Vampyr, pas tout de suite du moins. Il était partit dans le fond de la tente et revint avec une autre lanière de cuir, plus longue, qu’il attacha au collier que je portait toujours et d’un coup sec, il m’entraîna vers la sortie de la tente. Le collier m’appuyait sur la trachée et je comprit très vite que je devais rester a son niveau si je ne voulais pas mourir asphyxié…
Il marchait d’un pas rapide, j’avais l’impression de ressentir en lui une certaine fierté…Il paradait. J’étais comme un trophée pour lui…Moi j’avais les yeux rivés sur le sol, marchant d’un pas mal assuré…J’avais honte, j’étais humilié, devant mes amis et des gens que je ne connaissais même pas…Je n’arrivais pas à supporter tous leurs regards sur moi…
« Faites moi taire cette vermine…Il faut repartir… »
A nouveau, les fouets claquèrent et le silence se fut, même si je sentais encore les regards portés sur moi et je croit que je baissais la tète encore plus, et que le Vampyr souriait de plus belle…Ca devait encore être une de ses torture…
La marche reprit sous le soleil de plomb des plaines, le Vampyr marchait sur l’avant de la colonne, et moi, j’étais bien forcé de rester à coté de lui. De nombreuses heures passèrent sans que je ne relève la tète, ne regarde autre chose que le sol.
Le ciel se couvrit, soudainement. La fraîcheur apporté par les nuages fut assez bien accueillit, mais la pluie qu’ils apportèrent avec eux, un peu moins, sauf peut être par ceux qui commençait à être assoiffés…
Des ordres fut criés pour ordonner une halte sous un petit bosquet, le Vampyr me tirait encore quelques mètres afin d’attacher l’autre extrémité de la laisse a un arbre.

« Assis ! »

Ce n’étais pas de refus, il faut dire que je commençait a avoir mal aux pattes, je m’assis au sol en poussant un petit soupir de soulagement.

« Bien…On progresse… »

Si ça pouvait lui faire plaisir…Il se retourna et s’éloigna, rejoindre d’autres personnes comme lui…Je le suivais du regard jusqu'à ce que j’estime qu’il soit assez loin, puis je me mit a regarder autours de moi, regarder le paysage pour la première fois, avant de poser mon regard sur la chaîne, quelques Dallalies me regardaient encore, certains me firent un signe de la main…Je répondit d’un léger hochement de tète.
La pluie enlevait la poussière accumulée durant la journée, je levait la tète, ouvrant la bouche, histoire de boire un peu, étancher un peu ma soif, et je crois que beaucoup firent comme moi, même si ce n’était pas des plus pratique, c’est fou que cela faisait du bien. Enfin, jusqu'à ce que le collier vienne a nouveau se coller contre ma trachée, m’arrachant une quinte de toux.

« J’ai bien peur qu’on ne puisse aller plus loin aujourd’hui… »

Il me tira jusqu'à la grande tente, j’y entra en jetant un dernier regard a la chaîne. La déco n’avait pas vraiment changée mais cette fois, le Vampyr n’était pas seul, quelques gardiens attendaient a l’intérieur, trempés de la tête aux pieds. Tous me regardaient de haut, certains affichaient un sourire qui me faisait froid dans le dos.

« Met toi dans un coin…Et tache de ne pas faire trop de bruit… »

Je rentrais la tête dans les épaules, je me sentais petit. Oui, pour la première fois, je me sentais vraiment petit, et le fait d’être sur quatre pattes n’arrangeais en rien cette impression. Sans aucuns bruits, j’allais me coucher dans le fond de la tente. Ils parlaient, fort, et dans une langue que je ne comprenais pas encore, bien que je remarquais que la discutions était plus ou moins houleuse, c’est pourquoi j’essayais de me faire un peu oublier. Je finis même par m’endormir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarek

avatar

Nombre de messages : 69
Age : 28
Race : Dallalie
Date d'inscription : 30/09/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
3/10  (3/10)

MessageSujet: Re: Chroniques d'un esclave   Dim 11 Mai - 16:57

Chapitre VII :

Je fus réveillé par un coup de pied dans les côtes.
« Je ne croit pas t’avoir dit de dormir. »
Je me redressait en poussant un léger grognement, regardant autours de moi, une table avait été dressée et, apparemment, le repas avait été servis et finit… Le Vampyr me tendait une sorte de panier, avec ce qui semblait être les restes du dit repas.
« Rend toi utile, apporte ca aux autres dehors… »
Je tendais le bras pour le prendre quand il se mit à secouer la tête, ce qui me fit le replier. Je lui lançais un regard perplexe mais je compris vite ce qu’il voulait quand il le déposa au sol.
« Allez, dépêche toi un peu… »
Je pris du mieux que je pus le panier entre mes dents et me dirigea vers la sortie, toujours sur quatre pattes. La pluie avait gagnée en intensité, ce qui expliquait le fait que personne ne voulait sortir. On avait dressé une grande toile entre deux arbres au dessus de la chaîne, ce qui n’empêchait pas la pluie et la boue d’aller en dessous…
« On ne va pas y passer toute la nuit, et ne fait pas l’idiot, je t’ai à l’ œil. »
Il restait devant l’ouverture de la tente, me regardant fixement. Je m’efforçai d’aller assez vite sous la toile, ceux qui ne dormait pas me regardait arriver avec leur maigre repas.
« Joraes, tu va bien ? »
La voix de Shaanty avait du mal a se détacher du bruit de la pluie.
« Je croit oui…Mieux qu’hier en tout cas…Ce type est cinglé…Et j’ai l’impression que les autres ne sont pas mieux…Mais au moins je suis au sec… »
La dernière phrase la fit légèrement sourire, une autre petite voix cherchait a percer le bruit de la pluie.
« Je voulais te remercier pour hier… »
« Ce n’est rien, je ne pouvais pas les laisser te faire du mal… »
Je jetai un coup d’œil derrière moi, le Vampyr était toujours là et semblait s’impatienter…
« Je croit qu’il vaudrait mieux que j’y retourne… »
« Pourquoi, il t’a laissé seul, profite en, sauve toi. »
« Et vous laisser seuls avec ces types ? Nan, je préfère qu’ils calment leurs nerfs sur moi et vous laissent tranquille… »
Je repartis en courant vers la tente, elle me fit un dernier signe de main avant de prendre à manger. Je ne saurais dire si s’était la pluie ou une larme sur sa joue…
« Tu en as mis du temps…Fait attention où tu marche, évite d’en mettre partout… »
Je retournais dans le fond de la tente et me mit a lécher chaque gouttes d’eau qui perlait sur mon pelage, cela ne la stopperais pas, mais cela calmerais un peu ma soif…
Le Vampyr semblait le seul debout, il regardait de temps a autre a l’extérieur, avant de se mettre a faire les cents pas dans la tente, j’étais assis, le suivant du regard, jusqu'à ce qu’il s’arrête et se tourne vers moi.
« Qu’est-ce que tu a à me regarder comme ça ? »
Je détournai le regard, fixant le sol devant moi, le Vampyr marmonnât quelque chose dans sa langue, je devinais que ca ne devait pas être très flatteur a mon égard. Puis il recommença, il jeta un coup d’œil a dehors avant de se mettre a tourner en rond. Je m’étais couché mais je ne pus m’empêcher de reporter mon regard sur lui…Il semblait nerveux…
« Tu arrête ça tout de suite ! »
La douleur revenait, intense, pénétrante. Il s’approcha lentement de moi.
« Tu a compris ? »
Je dus pousser grognement, de douleur et de colère. Je ne pouvais le retenir.
« Tient ? On veut m’intimider ? »
Ce n’était pas le but, mais la douleur se fit plus forte encore, ce qui eu pour effet de redoubler le cri, ce qui réveilla ceux qui dormaient dans la tente.
« Cela tombe très mal, je ne suis pas d’humeur »
Je m’étais redressé, reculant jusqu'à me retrouver coincer contre la toile de la tente. Le Vampyr avançait en même temps, je me trouvais complètement coincé. La douleur semblait encore s’intensifier, s’en était trop, je n’en pouvais plus…Dans un geste désespéré, je me suis jeté sur la jambe du Vampyr, tout crocs dehors…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 28
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Chroniques d'un esclave   Mer 28 Mai - 18:44

Chapitre VIII



Le Vampyr recula, évitant de peu ma morsure. Nous nous tenions face a face, chacun regardant l’autre dans les yeux. Je grognais, secouant de temps a autre la tète a cause de la douleur, le Vampyr criait quelque chose dans sa langue.

Tchac

Je ressentis soudain une douleur vive sur le flanc, me faisant perdre mon équilibre déjà fragile. Le Vampyr me saisit par le cou, me soulevant pour m’amener au niveau de son visage.

« Mais c’est qu’il mordrait…»

Il tenait dans son autre main d’autres lanières de cuir. Je me débattait, cherchant a le faire lâcher prise, mais il continuait a m’étrangler sans scrupules. Dans un nouveau geste désespéré, je lui griffais le visage…
Il me lâcha en poussant un cri, je retombais lourdement au sol. Je n’avais plus qu’une idée en tète, partir de là…

« Espèce de… »

Il hurlait des ordres aux autres, qui me barraient la route, cherchant a m’attraper, donnant coups de pieds, coups de fouets…Je finis par trébucher…Tous venaient me ruer de coups. Je me recroquevillai, jusqu'à ce qu’ils m’attrapent par les bars, me tenant la tète, m’empêchant de bouger…Le Vampyr me prit la tète et commençait à me passer la lanière autours du museau. J’essayais de me débattre mais rien n’y faisait, il les serrait, me fermant la mâchoire de force…

« Voilà…Il ne mordra plus personne comme ça… »

Il repartit vers l’entrée de la tente, suivit des autres, certains partirent avec un dernier coup de pied…Mes quelques tentatives pour enlever la muselière improvisée se concluaient toujours par un échec.
La pluie avait finit par s’arrêter. J’étais couché, tremblant, dans un coin, quand le Vampyr revint me chercher. Je ne saurais dire lequel des deux éprouvais le plus de haine envers l’autre, moi, je ressentais surtout de la peur…

« Allez, on va essayer de rattraper notre retard… »

Il rattacha la laisse au collier et tira un coup sec pour me faire lever. Je le suivis a l’extérieur en boitant, j’avais affreusement mal au poignet gauche, il le remarqua et accéléra légèrement le pas…
Le soleil se levait à peine que l’on fit lever la chaîne, qui poussait des petits gémissements, tous étaient trempés et affreusement salle. Je détournais le regard quand certains se mirent a me regarder, j’étais vraiment dans un piteux état…
Le rituel recommença, les fouets claquèrent, le silence ce fut et la marche repris…Plus douloureuse que la veille en ce qui me concernait. Je soupçonnais mon poignet d’être fracturé, sûrement à cause des coups reçus dans la nuit, et chaque pas devenait une torture. Et c’est sans compter sur le collier qui écrasait ma gorge pour un oui ou pour un non…
En fin de journée, nous arrivions au pied des montagnes, sombres, immenses, de Cylia…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 28
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Chroniques d'un esclave   Sam 31 Mai - 15:27

Chapitre IX :




Les montagnes entourant la cité de Cylia sont d’immenses pics sombres aux sommets insondables et couverts d’une épaisse couche de nuages sombres…Et même de l’extérieur, elles semblaient nous submerger, nous dominer de toute leur hauteur…Leur donnant quelque chose d’effrayant…
Le soleil commençait a décliner alors que nous commencions a les contourner. Je me détournais quelques instants de ma contemplation des montagnes pour regarder le soleil couchant, un pincement au cœur…Comme si je présentais que c’était la dernière fois que je voyais ce spectacle…Le Vampyr ralentit un peu le pas…Comme si il me laissait contempler…

La nuit était tombée depuis quelques heures quand nous arrivions face a une porte…Immense…Massive…Infranchissables…Mais s’ouvrirent dans un grincement sourd a notre passage. Même si il faisait nuit, je fut frappé par l’obscurité des lieux, apportés par les épais nuages sombres qui planaient au dessus de nous.

Nous avions a peine fait quelques pas a l’intérieur des montagnes que nous foulions un décor de désolation, des ossements s’étendaient a perte de vue…Nous marchions sur un gigantesque champ de bataille…

Je ressentis une intense nausée devant un tel spectacle. Mais je ne devais pas vomir…Non, il ne valait mieux pas…Je fermais les yeux, respirant profondément, me laissant guider par les pas du Vampyr et les tractions sur la laisse…Mais sentir ses os craqués sous mes pattes renforçait ce malaise. D’après ce que j’entendais, certains n’étaient pas arriver a se retenir, ce qui engendra rire et claquements de fouets.

Je ne sais pas pendant combien de temps encore nous marchions sur ses ossements, toussant, éternuant a cause de la poussière, de nature douteuse, qui planait ici, avant de fouler a nouveau de la terre…Sèche, craquelée, désertique, poussiéreuse…Mais de la terre…

La ville de Cylia est une cité immense et sombre, tout ici semblait respirer la mort et la désolation…A commencer par l’odeur de décomposition qui planait en ces lieux.

Nous marchions dans de grandes rues désertes, le bruits de nos pas résonnait contre les murs tellement le silence était pesant…Personne n’osait émettre le moindre son tellement nous étions impressionnés, terrifiés…

Après plusieurs minutes de cette marche silencieuse, nous arrivions devant une immense cage a l’intérieur de laquelle se trouvait déjà un amoncellement hétéroclite de prisonniers de toutes sortes de races… On tira la chaîne a l’intérieur avant de détacher ceux qui y était attachés…Quand a moi, le Vampyr me tenait toujours et parlait avec un gardien plus en os qu’en chair…Je commençais a comprendre leur langue, et je comprenais que leur discutions tournaient autours de moi…Je les regardaient l’un, puis l’autre, avant de jeter un coup d’œil a l’intérieur de la cage, où me jetaient de regards inquiets…Après une discutions qui m’avait semblé assez houleuse, le Vampyr tira sur la laisse et s’éloigna de la cage…

« Toi, tu viens avec moi. »

J’eus du mal a avaler ma salive…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 28
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Chroniques d'un esclave   Dim 14 Déc - 15:41

Chapitre X


Il m’emmena jusqu'à une grande battisse, sombre, sûrement faite avec des pierres provenant des montagnes qui entouraient la ville. Un grand escalier menait a une large porte en bois massif, s’était la première fois que j’en gravissait a quatre pattes et je trébuchait sur quelques marches ce qui faisait bien rire la Vampyr.

« Il va falloir que tu t’y fasse… »

Il frappa à la porte qui s’ouvrit sur un grand hall éclairé par un certain nombre de torches. Un homme se trouvait dans l’entrée, il s’inclina et laissa entrer le Vampyr…Lui aussi portait un collier. Le Vampyr et l’homme échangèrent quelques mots puis ce dernier se ré inclina avant de prendre congé.

« Bien, suis-moi… »

Comme si je pouvais faire autrement… Il m’emmena dans une autre grande salle, une cuisine apparemment. Le même homme que dans l’entrée s’y trouvait, sur une petite table était posé une assiette bien remplis et une coupe de vin. Le Vampyr les vida toute les deux avant de se pencher vers moi.

« J’espère que tu sera moins stupide que la dernière fois… »

Je hocha la tète, m'avouant vaincu...Il avança le bras et d’un simple mouvement m’enleva la lanière de cuir que j’avais autours du museau. Comme pour me débarrasser d’une crampe, j’ouvrais et refermais la bouche plusieurs fois…

« Bien, tu mérite peut être un petit quelque chose… »

Il claqua des doigts et l’homme posa au sol une coupelle remplie d’eau et une petite assiette a l’intérieur de laquelle se trouvait une sorte de bouillis a l’allure et a l’odeur douteuse…Mais quand on a rien bu ni manger depuis deux jours, on se contente de se qu’on a…
Lorsque j’avais finit, le Vampyr se releva et me traîna de nouveau a travers la battisse jusqu'à une chambre sombre. Toujours le même homme aidait le Vampyr à quitter son manteau et enfiler une robe de chambre, quand il fut sortit, le Vampyr attacha la laisse dans un coin de la chambre…
La suite de la nuit est un peu floue, j’ai dut m’endormir plutôt vite…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 28
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Chroniques d'un esclave   Jeu 18 Déc - 18:13

Chapitre XI


Le réveil suivant fut…Plutôt doux, comparés aux deux jours qui ont précédés… Pas de coup de pieds dans les côtes, pas de hurlements ou de coups de fouets… Bref, un réveil à peu prêt normal. Trop normal presque… J’aurais du me douter que ca cachait quelque chose… Mais j’étais encore jeune, et encore en train de me dire que je finirais bien par me réveiller de ce cauchemar. Je me laissai aller a un peu d’insouciance, m’étirant comme si de rien n’était, avant de cogner contre quelque chose.

Et en ouvrant les yeux, je me rendis compte que je n’étais pas prêt de me réveiller. Ce que j’avais cogné était en réalité un petit barreau de métal. Il m’avait mis dans une cage ? Qu’est-ce que ça voulait dire ? Encore que, comparé a une laisse et une muselière… Mais la différence restait ces quatre murs si proches… Quand on a grandit dans les grands espaces de Feorya, ça fait un choc.

La cage était posée sur ce qui semblait être une table, relativement grande d’après ce que je voyais, dans ce qui semblait être une salle à manger, richement décorée. Bien qu’a ce moment là, j’étais bien trop occupé à paniquer pour contempler la décoration.

C’est à peine si j’avais la place de me retourner, c’était vraiment trop petit pour moi. Il faut dire que c’était la première fois que je me retrouvais enfermé quelque part, sans avoir la place de bouger… Je regardais autours de moi, tremblant, surement les signes d’une certaine claustrophobie… Enfin, il fallait se calmer, ferme les yeux, respire, reprend le contrôle. Oui, c’était le mieux que j’avais à faire, surtout que j’imaginais que celui qui m’avait surement mis là dedans serait ravis de me voir dans un tel état. Alors pourquoi lui donner ce plaisir ?

Je réussis à reprendre le contrôle, reprenant une respiration normale, après quelques minutes, toujours dans un silence de mort, quand des voix finirent par se faire entendre de l’autre coté de la porte.


« Je peut les ouvrir maintenant ? »
« Hep, ne triche pas. On y est presque. »

La porte s’ouvrit sur le vampyr, souriant, qui tenait par la main ce qui ne pouvait être qu’une autre vampyre, bras tendus et yeux fermés, et qui semblait des plus impatientes de les ouvrir…

« Aller, tu peut les ouvrir. »

Et elle ouvrit ses yeux pour les poser sur moi…

« Joyeux anniversaire. »

Même si j’avais compris depuis un petit moment a quoi j’en avait été réduit, au moins maintenant c’était officiel…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 28
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Chroniques d'un esclave   Dim 18 Jan - 9:18

Chapitre XII



Voila, j’étais devenu un cadeau d’anniversaire… Sur le coup, je ne savais pas trop quoi penser de la première humiliation de ma vie… Je restais simplement là, à suivre des yeux les deux vampyrs qui s’approchaient de la petite cage dans laquelle je me trouvais. Qu’est-ce que je pouvais faire d’autre de toute façon ? Rien, bien évidement…
Lorsque le grand vampyr s’approcha, j’eu un léger mouvement de recul, mais je restais bloqué par les barreaux derrière moi. Si bien que ça ne s’était même pas vu.

Il retira le petit loquet qui maintenait la porte fermée, afin de me laisser sortir. Et je ne me fis pas prier. J’étais tellement mal à l’aise là dedans, que je n’attendais que cela… Je me mis à faire quelques pas timides sur la table, ne sachant pas vraiment quoi faire. Je ne comprenais pas ce changement d’attitude chez ce vampyr. En deux jours de quasi vie commune, il n’avait fait que crier ou donner des coups… Et là, il ne disait rien, il restait là, à me fixer, tandis que l’autre vampyre le serrait dans ses bras. Bon, au moins, le cadeau semblait lui plaire…

Elle se retourna enfin vers son nouveau jouet, qui était bien moins enthousiaste qu’elle. Il n’y avait vraiment pas de quoi, je me retrouvais offert comme un vulgaire jouet par un vampyr cinglé a une autre vampyre surement au moins aussi cinglé que lui… Non, il n’y avait vraiment pas de quoi ce réjouir.
Je ne trouvait même pas la force de me débattre lorsque ses mains froides commençaient a m’agripper pour me soulever.


"Tidzi."
"Quoi ?"

Le problème quand on est un jeune dallalie, c’est que tout ce que vous dite peut être interprété, pour quelqu’un qui ne vous comprend pas, pour de mignons petits miaulements… Et il avait du être mignon celui là, au vu de la réaction de la vampyre, a sourire comme ça en me tenant dans ses bras comme une peluche. Bon, c’est vrai que j’en avais des aspects, mais j’avais tout de même une fierté, même si elle était très mal en point à cet instant précis. Et je crois que s’il n’y avait pas eu ces deux yeux qui me fixaient en permanence, j’aurais surement sortis les griffes. Mais c’était comme si ce regard m’avais retiré toute volonté, il fallait croire que ces deux jour de torture, aussi bien physiques que mentales, avaient portés leurs fruits. Je n’osais plus opposer la moindre résistance, de peur de me prendre d’autres coups.

Ce qui ne m’empêchait pas de lancer un regard noir au vampyre qui affichait toujours se même sourire sadique. Voila comment il se vengeait. Ces deux jours n’avaient pas suffit, il voulait faire de toute ma vie un enfer…


"Alors, il te plait ?"
"Oh oui père, merci beaucoup."

Père ? Et bien, tout commençait à prendre forme… Tout cela partait donc d’une charmante attention, un père qui offrait un cadeau à sa fille pour son anniversaire, et l’avis du cadeau est rarement pris en compte dans ce genre de situations.

"Tu devrais le remettre dans sa cage pour le déjeuner."

Oh non, pas la cage ! Tout sauf la cage !
Qu’ils m’attachent dans un coin, m’enferment dans une pièce ou n’importe quoi de ce genre mais pas la cage…C’était bien trop petit.

Je me mis à regarder pour la première fois ce qui se révélait être ma propriétaire, la suppliant du regard de ne pas faire ça.


"Je ne crois pas qu’il veuille vraiment."
"Tu ne va pas t’y mettre, met cet animal dans sa cage ou je le revends"
"Bon…"

Je ne fut pas vraiment surpris qu’il me traite d’animal, il me trainait au bout d’une laisse, a quatre pattes. Mais je n’étais pas encore à l’aise avec le concept de vente… Enfin, la question ne se posait pas, vu que je retournai bien vite dans cette petite cage…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 28
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Chroniques d'un esclave   Lun 23 Fév - 17:25

Chapitre XIII


Oui, décidément, cette cage était beaucoup trop petite. A peine la petite porte fut refermée que les tremblements recommencèrent, incontrôlables. Nan, ressaisis-toi Joraes… Calme-toi, et arrête de trembler ! Ressaisis-toi bon sang !
Non, rien n’y faisait, ses pattes ne voulaient pas s’arrêter de trembler.


"Tu va arrêter de gigoter oui !"

Cria le Vampyr en donnant un grand coup dans la cage. Et là, il était clair que je devais faire des efforts pour faire cesser ses tremblements. Aller Joraes, respire un grand coup, et surtout couche toi… Oui, en fait, c’était la meilleure chose à faire, même si cela ne me calmait pas vraiment, cela atténuait les tremblements


Le même humain que la veille entra dans la pièce, portant un plateau en argent sur lequel reposaient plusieurs mets, qu’il déposa sur la table. Et l’odeur qui s’en dégageait me rappela soudain que je n’avais pas vraiment mangé depuis trois jours… Et ce n’est pas évident de penser à autre chose lorsque deux personnes mangent juste devant vos yeux alors que votre estomac cri famine. Enfin, au moins, cela avait détourné mon attention de la cage, bien que ce ne soit pas plus agréable. J’essayais de me contrôler, je fixais l’assiette du Vampyr, la bouche légèrement entrouverte. Avant de secouer la tète, je devais me reprendre. Il était évident qu’il n’y en avait pas pour moi, je me faisais du mal à envier de la sorte. Mais bon sang, qu’est-ce que j’avais faim… J’avais beau fermer les yeux, l’odeur se faisait encore plus présente. Je suis sur qu’il l’avait fait exprès, ce Vampyr est un sadique.
J’essayais de détourner mon attention du mieux que je pouvais, mais rien. Je n’arrivais pas à me changer les idées, j’avais faim… Et je ne suis pas fier de ce qu’il s’est passé. Je m’étais mis à regarder la Vampyre, qui m’avait parut moins psychopathe que son père, penchant légèrement la tète sur le coté. Mon dieu, me voila en train de quémander… Mais la faim justifiait les moyens, et j’avais vraiment très faim. Peut être avait-elle un peu de pitié.

Mais contre toute attente, c’est le Vampyre qui jeta un os contre la cage, et il semblait rester un peu de viande collé dessus. Ce n’était pas un festin, mais c’était mieux que rien. Mais tout de même, j’hésitais avant de le prendre, regardant le Vampyre qui souriait. Alors c’était ça qu’il voulait ? Oui, définitivement, ce type était cinglé.
Toujours hésitant, je tendis lentement le bras vers le morceau de viande, lançant un regard étonné et interrogateur au Vampyr. C’était quoi le plan ? Où était le piège ?


"Tu l’a mérité…"

Mérité ? Alors c’était ça, une récompense pour un animal obéissant ? C’est là que je me rendis compte que, depuis le coup de la muselière, je faisais exactement ce qu’il voulait… Mais en même temps, j’étais jeune, affamé et dans une cage. Alors je pris l’os qu’on me donnait et me mis à ronger la moindre parcelle de viande qu’on pouvait trouver dessus, lentement, savourant cette viande, qui, avouons le, était délicieuse…

Mais ce n’était qu’une faible consolation, il fallait bien dire qu’il ne restait guère beaucoup de viande sur cet os de malheur. Et j’eu vite fait d’avaler la moindre particule de viande que l’on pouvait trouver accroché dessus avant de me retrouver à polir littéralement a coups de langues tandis que les Vampyres semblaient terminer leur repas… Mon dieu, j’étais pitoyable. Mais j’étais jeune, affamé, et dans une cage. Et je n’étais pas du tout sur de pouvoir espérer avoir quelque chose d’autre avant…Je ne savais même pas quand en fait. Alors je comptais bien ronger cet os jusqu'à la moelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 28
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Chroniques d'un esclave   Jeu 5 Mar - 8:19

Chapitre XIV



Les deux vampyres finirent leur repas plutôt rapidement, sans vraiment se préoccuper de moi, comme je m’en étais douté, même si la vampyre n’arrêtait pas de me regarder. C’est normal après tout, j’étais son nouveau jouet…

A la fin du repas, la vampyre prit la cage avec elle, me trimbalant ainsi dans la maison, grimpant un grand escalier quatre à quatre.


« Je vais te présenter à Amy.»

Amy ? C’était qui ça encore ? Une autre vampyre psychopathe ?
Arrivé au sommet, elle ouvrit une porte donnant sur une pièce immense, avant de me déposer sur le sol.


« Amy ? »
« Madame ? »

C’est alors qu’une autre jeune femme apparut dans mon champ de vision. Mais elle ne ressemblait pas vraiment à la vampyre, elle était un peu plus grande, blonde, et beaucoup moins pale…

« Votre père est rentré ? »

Tient donc, mais où allait elle chercher une idée pareille ? Ah oui, peut être cette cage qu’elle avait reposé par terre.

« Oui, il a tenus sa promesse…Il a même ramené un cadeau. »

Sale gosse… C’est tout ce qui me venait a l’esprit en entendent ça. « Un cadeau » … Tu parle…

« Je vous laisse faire connaissance, je reviens. »

Puis elle ressortit en fermant la porte derrière elle. C’est alors que « Amy » se baissa pour se mettre un peu plus à mon niveau.

« Pauvre petit… »

Elle retira le loquet pour ouvrir la porte de la cage, mais la seule chose que j’avais trouvé à faire, c’était me plaqué au fin fond de la cage.

« Aller, n’ai pas peur, sort de là. Je ne vais pas te faire de mal…»
« Ah oui ? »

J’avais quand même le droit de douter de ce genre de chose après ce qui s’était passé…

« Je te le promets, aller, sort de là… »

Bon, ce n’était pas une vampyre après tout, alors peut être qu’elle disait vrai après tout. J’attendis tout de même qu’elle se recula de quelques pas pour oser sortir de cette petite cage, timidement, m’attendant à me prendre un coup quand même.

« Voila…N’ai pas peur… »
« Qui êtes vous ? »
« Moi ? Est-ce vraiment important ? »
« Et bien…Oui… »

Je m’étais assis devant elle, un peu gêné. En fait, j’avais l’impression que c’était la seule personne à qui je pourrais le demander…

« Amil-Galia, ou Amy vu qu’Emily n’est pas arrivé a s’en souvenir depuis que je suis sa… « Dame de compagnie »… »

« Amil-Galia » ? « Dame de compagnie » ? Ah… C’était donc ça… Et maintenant qu’elle avait dit ça, c’est vrai que ses oreilles étaient plutôt pointues. Elle n’était pas une vampyre, mais une elfe qui était un peu comme moi…La cage en moins apparemment…Mais c’était tout de même rassurant de ne pas se savoir seul dans ce pétrin.

« Et toi ?»
« Moi… Joraes, Cadeau… »

Un soupire d’exaspération s’échappa presque malgré moi.

« Ah… »

Elle s’assit sur une chaise qui se trouvait devant une sorte de bureau.

« Ecoute, les vampyres manquent un peu de tact… »
« J’avais cru remarqué…[/color][/b] »

Mais la conversation devait s’arrêter là, la porte se rouvrit sur la vampyre, Emily donc. Et c’est comme si je n’arrivais plus à rien dire.
J’étais comme paralysé, assis juste devant la cage.


« J’ai ramené quelques chose. »

Je daignai lever les yeux, pour la voire porter un bol et un plateau. C’était ce que je pensais ? A boire et a manger ?
Elle allait les poser sur le sol, avant de s’arrêter dans son geste.


« Mais avant, tu dois me promettre d’être sage… »

Hein ? C’est ça qu’elle voulait ? Et bien soit, je me mis à hocher de la tète en signe d’approbation. Elle sourit avant de poser un bol remplis d’eau et un autre os charnus sur le sol. Oui, cette Emily semblait moins sadique que son paternel…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
Joraes
Esclave de Cilya
avatar

Nombre de messages : 269
Age : 28
Race : Dallalie
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Amour:
Niveau:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: Chroniques d'un esclave   Lun 23 Mar - 11:55

Chapitre XV

Jamais, avant cette histoire, je n’aurais pensé qu’une chose comme de l’eau pouvait se révéler aussi délectable. Mais vu que je n’avais pas vraiment plus bu que manger ces derniers jours, ce petit bol était comme une source d’eau claire et ces maigres restes pouvaient ressembler à un véritable éléphant … Privez n’importe qui d’une chose essentielle, et il saura l’apprécier…

« Et bah, tu avais soif… »

Sans blague… Évidemment que j’avais soif, après trois jours de marche forcée dont un sans pouvoir ne serais-ce qu’ouvrir la bouche… Alors des qu’il eut touché le sol, je me mis à laper la moindre goute de ce précieux liquide…
Mais c’est en relevant la tète, les babines encore dégoulinantes, que je me rendis compte que quelque chose avait changé. Je fixais mon reflet avec une certaine insistance, attendant qu’il se stabilise… Ce truc que j’avais autour du cou, ce collier, ce n’était pas le même. Ce n’était plus la simple lanière de cuir, attaché à la va-vite. Et il y avait surtout ce truc qui pendouillait. C’était quoi ? Une médaille ? Non, il n’avait pas fait ça quand même ?
Mais je ne sais pas ce qui me dérangeait le plus, être affublé d’une médaille, ou le fait que ce ne soit pas mon nom qui soit gravé dessus… En même temps, comment cela aurait-il été possible, jamais on ne le lui avait demandé. Mais quand même… « Tidzi », voila pourquoi m’avait appelé comme ça un peu plus tôt. En même temps, elle non plus ne m’avait pas demandé mon nom, elle avait simplement regardé la médaille. En fait, l’elfe avait été la seule a le faire, mais elle aurait quand même pus me dire pour la médaille, et pour mon « nouveau nom » .

« Tidzi ? »

Et là, je ne sais pas ce qu’il m’a pris, mais j’ai daigné tourner la tète. J’aurais pus protester, dire que ce n’était pas mon nom. Mais je n’arrivais toujours pas a parler devant la vampyre comme j’avais parlé a l’elfe…

«Quelque chose ne va pas ? »

Quelque chose ? C’était vague… En fait, il était difficile de trouver quelque chose qui allait. Et c’est cette réflexion me fit pousser un faible soupire.

« Allons, viens là. »

Et c’est toujours avec la même absence de réaction que je la laissai me prendre dans ses bras.

« C’est à cause de mon père ? C’est fini… »

Si seulement…Elle croyait vraiment que…Ola ! Qu’est-ce que… Un peu plus haut. Oui, voila…
Elle m’avait porté sur ses genoux et s’était mise à me gratter le dos, comme elle aurait surement fait à un vulgaire chat… Mais c’était la première chose qui n’était pas désagréable depuis trois jours. Bon, c’était définitif, cette Emily semblait moins sadique que son paternel… Quoi que, elle était bien en train de me gratter le dos comme si il s’agissait d’un vulgaire chaton. Bon, en même temps, j’en avais tout l’air, et, pour le coup, ce n’était pas désagréable. Je ne me rappelle plus très bien, mais il se pourrait même que je me sois mis à ronronner.

«Alors ? Ca va mieux ? »

Hein ? Ah non, il ne fallait pas qu’elle s’arrête comme ça… Pour une fois qu’on ne me frappait pas.
Enfin, je redescendis un peu sur terre après cet instant de « laisser aller », aplatissant le dos tout en levant la tète. Oui, en fait, ça allait un peu mieux, même si ce n’était pas le nirvana, ca allait un peu mieux. En tout cas, ca n’allait pas pire, état d’esprit que je n’avais pas eu depuis trois jours.
Mais devais-je me réjouir pour autan ? Je portais une médaille, et même pas a mon nom… Mais ces derniers jours avaient été un tel enfer que j’appréciais cette accalmie, et je crois que j’arriverais a m’en contenter pour le moment…

« Amy ? »
« Oui Madame ? »
«Apporte un coussin. »
« Bien Madame. »

Un coussin maintenant ? Enfin, ce sera mieux que la cage…En fait, n’importe quoi était mieux que la cage…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esperanza.forumsactifs.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chroniques d'un esclave   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chroniques d'un esclave
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chroniques du Monde émergé
» Les Chroniques de krondor
» Chroniques de la Tour de Laura Gallego Garcia
» V.2.0 Les chroniques d'Aaron Knight alias Light.
» LES CHRONIQUES DE NARNIA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Silence Des Arcanes :: Partie administration :: Chroniques Crépusculaires-
Sauter vers: